Gilets jaunes : nouvelle opération escargot entre Metz et Yutz en …

Gilets jaunes : nouvelle opération escargot entre Metz et Yutz en ...

Gilets jaunes : nouvelle opération escargot entre Metz et Yutz en Moselle, près de 10 kilomètres de bouchons

Après les gilets jaunes, c’est au tour des blouses blanches de se soulever. Grandes  oubliées  du plan santé, les infirmières sont appelées à cesser le travail et à manifester partout en France ce mardi 20 novembre 2018 par seize organisations.

Dans les faits, ces dernières dénoncent le  mépris  du gouvernement, accusé d’avoir cédé au  lobby  des médecins.

De nombreux manifestants sont prêts à tenir les barrages jusqu’à samedi, jour de la grande manifestation parisienne organisée par des  gilets jaunes . On fait le point sur les blocages toujours en cours ce mardi soir et ceux qui pourraient encore se maintenir mercredi matin. 

En Lorraine, elles ont organisé à 13 heures une opération escargot sur l’A31 entre Moulins-lès-Metz et Nancy après celles organisées ce week-end et lundi par les  gilets jaunes .

Ce mardi 20 novembre 2018 est marqué par la reconduite de quelques barrages qui engendrent des perturbations du trafic routier localement. La circulation est globalement fluide, selon le dernier point de la préfecture.

CARTES. Gilets jaunes en Lorraine : les points à éviter lundi soir, quelle actions prévues mardi ?

Selon la préfecture de Moselle, leur manifestation a été déclarée et autorisée. Elles doivent se rassembler à Nancy ce mardi pour manifester et interpeller les autorités notamment le préfet et l’ARS Grand Est.

Plusieurs blocages vont se poursuivre ce mardi même s’il est difficile de dire lesquels, tant l’organisation des gilets jaunes est compliquée localement. Les principaux blocages de Metz-Augny, Frouard, de l’A4 à Saint-Avold ou de Saint-Marie-aux-Chênes devraient être reconduits. De nouvelles opérations escargot sur l’A31 pourraient également être organisées. 

À LIRE AUSSI : Hôpitaux, fin du numerus clausus, déserts médicaux : Emmanuel Macron présente son plan santé

Dans la région Grand Est, on dénombre 8 000 infirmiers et infirmières libéraux. Le mouvement a pour ambition de dénoncer également les disparitions territoriales, selon les départements. Il y a par exemple huit infirmiers libéraux pour 10 000 habitants dans la Marne. Un secteur particulièrement rural contre 17 pour 10 000 habitants en Moselle, un département bien plus urbanisé et peuplé. 

La mobilisation des  Gilets jaunes  se poursuit ce lundi 19 novembre. Plusieurs dizaines de véhicules ont entamé une opération escargot sur l’A31 entre la ZAC d’Augny, où est installé un barrage depuis samedi, et Lesménils (Meurthe-et-Moselle).

La mobilisation, annoncée depuis octobre et soutenue par l’Ordre des infirmiers,  n’a rien à voir  avec celle des  gilets jaunes , a tenu à préciser Daniel Guillerm, vice-président de la FNI (libéraux). C’est un hasard de calendrier mais qui fait converger deux dont  certaines revendications  sont  peut-être  partagées, selon lui. 

Parmi les raisons de la colère de la profession, la possibilité donnée aux pharmaciens de renouveler des ordonnances ou d’injecter certains vaccins.

Autre grande source de mécontentement : la création de 4.000 postes d’ assistants médicaux  annoncée par le gouvernement et Emmanuel Macron.

Par ailleurs, les négociations entre les infirmiers et l’Assurance maladie doivent reprendre le 4 décembre, selon les syndicats. Ces derniers avaient claqué la porte au début de l’été, estimant que les propositions n’allaient pas assez loin, notamment sur la création de nouveaux actes pour suivre les patients à domicile. Une raison de plus de provoquer la colère des  blouses blanches , ce mardi 20 novembre. 

Le mouvement, lancé sur les réseaux sociaux et qui na pas de leader connu, est soutenu par près des trois quarts des Français, selon plusieurs sondages. Dabord concentrés sur la hausse du prix des carburants, les motifs de griefs se sont ensuite élargis à une dénonciation plus globale en matière de taxation et de baisse du pouvoir dachat. La grogne pourrait se poursuivre dans les prochains jours: des appels à bloquer Paris, samedi, commencent à fleurir sur les réseaux sociaux, appelant parfois à un Acte 2 du mouvement, qui a débuté le 17 novembre.

À LIRE AUSSI : Plan santé : 4 000 assistants médicaux bientôt recrutés pour aider les médecins débordés

Les gilets jaunes ciblent toujours mardi, en France, autoroutes et dépôts pétroliers que les forces de lordre semploient à débloquer, au quatrième jour dun mouvement accusé par le gouvernement de dérive. En Moselle, il a été constaté depuis ce mardi matin, des ralentissements sur certaines voies de circulation. Des barrages filtrants ont été érigés par des gilets jaunes au rond-point dAugny, à Ennery, sur le RD1, dans le sens Thionville-Metz, à Longeville-lès-Saint-Avold sur la D603.

Encore une opération escargot. Après celle des infirmières en colère entre Metz et Nancy mardi 20 novembre 2018 dans l’après-midi, place à celle des  gilets jaunes . 

Plusieurs rassemblements de gilets jaunes, qui souhaitent pérenniser leur mouvement contre la hausse des taxes contre les carburants, perturbaient à nouveau lundi matin, la circulation automobile et des dépôts de carburants, ont constaté des journalistes de lAFP. Opérations escargots, blocages et barrages filtrants, dont certains ont été maintenus dans la nuit, persistaient au niveau de péages, autoroutes, périphériques pour la troisième journée consécutive de mobilisation, marquée par les premiers blocages de dépôts pétroliers.

Les opposants à la hausse du prix des carburants mènent encore une action sur l’A31 entre Augny et Yutz, entraînant près de 10 kilomètres de ralentissement sur l’autoroute, selon la préfecture de Moselle. 

Le Premier ministre, Édouard Philippe, a dit dimanche vouloir maintenir le cap en dépit de la colère et la souffrance des manifestants. À linitiative de cette grogne, des membres de la société civile se sont mobilisés contre la hausse du prix des carburants, avant que les motifs de grief ne sélargissent à une dénonciation plus globale de la politique du gouvernement en matière de taxation et à la baisse du pouvoir dachat.

Hier, ils avaient déjà mené une opération escargot entre Augny et Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle) dans un sens en fin de matinée puis dans l’autre en début d’après-midi.