Sport | Le FC Metz replonge à Lyon (2-0) – Le Républicain Lorrain

Sport | Le FC Metz replonge à Lyon (2-0) - Le Républicain Lorrain

OL – Metz : courage supporters, plus quun match avant une semaine de répit

Après huit matchs sans victoire en Ligue 1, les Lyonnais se sont imposés 2-0 ce samedi face à Metz. Une victoire qui éloigne un peu plus l’OL de la zone rouge.

Les vingt premières minutes de jeu étaient poussives côté lyonnais. C’est même Diallo qui alertait en premier Lopes à la 9e. Sans conséquence. Mais un homme, capitaine d’un soir, avait décidé de porter son équipe. A la 28e minute, Memphis trouvait la faille grâce à une frappe croisée au sol, après un raid solitaire depuis les quarante mètres (1-0).

Il faut remonter au 31 Août 2014 pour trouver trace d’une victoire du FC Metz face à l’Olympique lyonnais. C’était en championnat et le score final était alors de 2 à 1. Depuis, l’Olympique lyonnais enchaîne les bons résultats face aux hommes de Vincent Hognon. Ainsi, l’OL a remporté ses cinq dernières confrontations face aux Messins. La plus récente fut dès plus marquantes puisque les coéquipiers d’Anthony Lopes s’étaient alors imposés à Saint-Symphorien sur le score fleuve de 5 à 0. Une note d’espoir pour les hommes de Garcia avant la rencontre de ce soir.

Même pas le temps pour les supporters de célébrer ce but, si rare en ce début de championnat, que le numéro 11 lyonnais se mettait encore en évidence. Après un centre de Koné, Memphis se faisait « accrocher » par Cabit dans la surface de réparation. Monsieur Hamel accordait très généreusement un pénalty aux Lyonnais à la 33e. Dembélé ne ratait pas l’occasion de le transformer (2-0). Les Messins rentraient aux vestiaires sans avoir cadré le moindre tir, malgré six essais.

Au retour des vestiaires, les joueurs de Rudi Garcia semblaient déterminés à alourdir le score. Mais la tâche était plus compliquée qu'en première période, malgré quelques occasions. Tout d’abord par le biais d’une audacieuse aile de pigeon de Dembélé à la 50e, puis par le biais d’Aouar à la 58e. Malheureusement pour les 48 889 supporters présents au Groupama Stadium, le gardien messin captait les deux tentatives. Au fil des minutes, le rythme diminuait des deux côtés. Les Lyonnais conservaient précieusement la balle en la faisant tourner, malgré le pressing plus haut des Grenats. A quelques minutes du coup de sifflet final, Lopes permettait à son équipe de pas encaisser de but, en repoussant du pied une frappe de Diallo.

Trois points ou rien. Ce samedi soir, face à Metz (20H), l’Olympique lyonnais est dans l’obligation de s’imposer. Alors que les résultats ne sont pas ceux attendus et que le jeu pratiqué actuellement ne satisfait ni les observateurs du club ni les supporteurs, les hommes de Rudi Garcia jouent un match déjà capital face à une formation du FC Metz qui réussit plutôt bien à l’OL.

Avec cette victoire, les Lyonnais respirent un peu mieux et remontent provisoirement à la 12e place du classement, en attendant les derniers résultats de cette 11e journée.

Memphis, capitaine pour ce match, s’est montré très satisfait de la victoire à l’issue de la rencontre, mais il ne s’enflamme pas : "Je ne veux pas me focaliser sur le brassard, mais sur la victoire ce soir. Les joueurs ont besoins de confiance. On est Lyon, on doit imposer notre jeu. Sans manquer de respect à Metz, on ne va pas s’enflammer car nous les avons battus".

AVANT-MATCH. L’OL, qui n’a plus gagné depuis huit rencontres en Ligue 1, accueille Metz pour un match à six points dans la lutte pour le maintien. Avant une semaine de repos en tant qu’européen et donc exempté des 16e de finale de Coupe de la Ligue.

Enjeu. L’OL n’a pas dû souvent être programmé deux fois d’affilée dans le multiplex du samedi ces dernières années, une situation qui illustre bien le déclassement (dans tous les sens du terme) du club lyonnais. Place donc à deux chocs pour le maintien pour le dix-septième de Ligue 1 (10 points après 10 journées), avec la réception de Metz (11 points) avant d’aller à Toulouse (12 points).

Deux bonnes occasions de gagner, enfin, et de faire correspondre un peu mieux les résultats aux ambitions lyonnaises. Car tout n’est pas encore perdu pour l’OL, dans une Ligue 1 où il y a autant d’écart entre le premier et le troisième qu’entre le troisième et le dix-huitième. D’autant que les statistiques avancées indiquent que les Gones sont pour l’instant mal payés, et devraient donc remonter mécaniquement quand le vent tournera : l’OL est ainsi 5e aux expected points selon les algorithmes d’Understat et de Côté Stats et est même le deuxième le plus probable à la fin de la saison selon le modèle prédictif de FiveThirtyEight (16% de chances de finir à cette position). Mais pour ça, il faudra se remettre à gagner dans la réalité.

Le groupe de l’OL : Lopes, Tatarusanu – Rafael, Tete, Denayer, Marcelo, Andersen, Koné, Dubois – Aouar, Tousart, Reine-Adélaïde, Mendes, Jean Lucas – Terrier, Cornet, Memphis, Dembélé, Cherki.

Le grand perdant est évidemment Bertrand Traoré, auteur d’une entrée en jeu ghezzalesque (on utilisera sans doute un jour l’adjectif « traoresque ») et pas convoqué dans le groupe pour le match suivant. Marcelo, aussi lent et inutile à la relance que d’habitude, a grandement énervé son nouvel entraîneur mercredi et pourrait céder sa place dans le onze à Joachim Andersen.

Le gagnant du deuxième acte lisboète pourrait être le double pivot Lucas Tousart – Thiago Mendes, d’autant que Garcia a déjà évoqué en conférence de presse la possibilité d’aligner le Brésilien dans un milieu à deux.

Et l’interrogation du match chez le Benfica est évidemment la gestion de Jeff Reine-Adélaïde, meilleur joueur de l’OL depuis le début de saison à la moyenne des notes de notre Lib’héros, et qui n’a disputé que l’équivalent de 4,5 matchs complets sous le maillot lyonnais. Après l’avoir laissé sur le banc au coup d’envoi de ses deux premiers matchs à la tête de l’OL, on espère donc voir Garcia le titulariser enfin. Même si sa polyvalence rend difficile d’anticiper à quelle position. Et si on le met à droite, c’est peut-être surtout par envie d’y voir enfin autre chose que Maxwel Cornet ou Traoré.

La composition probable : Lopes – Dubois, Andersen, Denayer, Koné – Tousart, Mendes – Reine-Adélaïde, Aouar, Memphis – Dembélé.

#OLFCM Le groupe messin pour le déplacement sur la pelouse de l’@OL lors de la 11ème journée de @Ligue1Conforama !pic.twitter.com/ExwhwP925J

Le prono de la rédac. Comme le disait William Churchill : « Les buts c’est comme le ketchup : quand ils arrivent, ils viennent tous en même temps. » On en pronostique donc trois minimum pour l’OL, qui compense ses sous-performances offensives des dernières semaines sur un seul match. Moussa Dembélé se remet à marquer sur un service depuis le coin de la surface d’Houssem Aouar (1-0, 12e), qui fait le break dans la foulée (2-0, 16e). Memphis Depay s’assure que cette fois il n’y ait pas de sifflets pour raccompagner l’OL au vestiaire (3-0, 43e), avant qu’Andersen sur corner (4-0, 71e) et Youssouf Koné en force et en angle fermé (5-0, 84e) ne rompe l’ennui d’une seconde période sans grand intérêt. Mais on ne va pas trop s’en plaindre.