Macron sur Pétain: les historiens en charge du Centenaire ont tenu une réunion de crise

Macron sur Pétain: les historiens en charge du Centenaire ont tenu une réunion de crise

Polémique sur Pétain : “Aucun hommage” ne sera rendu au maréchal, assure lexécutif

Retour à laccueil Newsletter Alerte Info Recherche Ok Actualité Locales Sport Entertainment Economie Planète High-Tech By the Web T'as vu ? 20 Minutes Podcast Vidéos En Images Guide d'achat Le direct Jeux Services PDF Menu complet Retour à laccueil Politique L'itinérance mémorielle de Macron vire-t-elle au chemin de croix?

CENTENAIRE Dans son itinérance, le président de la République a été rattrapé par la polémique sur la figure du maréchal Pétain et les interpellations sur le pouvoir d'achat…

Macron dénonce “une fausse polémique” et un “mauvais procès” sur le maréchal Pétain

Comme un plan de bataille, tout avait été finement préparé, jusquau nom même de cette semaine dhommages aux soldats de la Grande Guerre.  Une itinérance mémorielle , donc, pour célébrer lhéroïsme des Poilus et dénoncer lhorreur des tranchées. Ces différentes étapes dans le nord et lest de la France devaient aussi permettre à Emmanuel Macron de se frotter aux habitants de ces territoires, quon dit parfois  oubliés . Lobjectif : reprendre la main après une rentrée délicate et redorer la stature présidentielle écornée par laffaire Benalla et les démissions successives de Nicolas Hulot et Gérard Collomb.

Emmanuel Macron déjeunera à Maubeuge – où la France insoumise a prévu une manifestation – puis passera laprès-midi à Notre-Dame-de-Lorette (Pas-de-Calais), site de la plus grande nécropole militaire française, où reposent 22.000 combattants. Il visitera lAnneau de la Mémoire, immense ellipse où sont gravés les noms de 580.000 soldats morts, sans distinction de nationalité. 

Face à la grogne des gilets jaunes sur les prix du carburant, le président avait dailleurs senti dès lundi le besoin de déminer.  Je ne crois que cette polémique va venir polluer cette semaine, pensait alors le député Stanislas Guérini, porte-parole du groupe LREM. Cest le sens de cette itinérance, il ny a pas de sujet tabou, il faut savoir parler de tout, regarder en face notre passé et se projeter vers lavenir.

Parmi eux, le président des Hauts-de-France Xavier Bertrand, venu laccueillir mercredi dans lEhpad de Rozoy-sur-Serre. Xavier Bertrand lui a demandé dimanche de sortir du "déni" sur la sécurité et laccusait de vouloir "assassiner" laciérie dAscoval. Emmanuel Macron, en retour, la taxé "dopportunisme" et de "démagogie". 

Mais le président a vu lactualité rattraper lhistoire, et les polémiques transformer son itinérance en chemin de croix.  Vous avez vu la colère de la France qui monte ? Le 17 novembre, vous allez la voir , a lancé mardi un retraité et militant Les Républicains.

Après avoir réuni son gouvernement mercredi à Charleville-Mézières, visité un Ehpad dans lAisne et célébré le cessez-le-feu du 7 novembre 1918, le chef de lEtat fait à nouveau jeudi le grand écart entre dossiers dactualité et mémoire de la Grande Guerre, pour le 5e jour de son "itinérance".

Hausse de la CSG et pouvoir dachat : “Je ne massacre personne”, assure E.Macron à une retraitée pic.twitter.com/BG2ZNcX4h1

Le président doit également faire face à une polémique sur la figure du maréchal Pétain, après avoir déclaré quil était  légitime  dinclure Pétain dans un hommage samedi aux Invalides aux chefs militaires de la Grande guerre. Pétain fut  un grand soldat  durant la Première guerre, même sil a ensuite conduit  des choix funestes  dans la Deuxième, a plaidé le chef de lEtat, revendiquant de  regarder lhistoire en face . Pour apaiser la polémique, le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a affirmé dans une tribune quil navait  jamais été question  de rendre hommage à Pétain samedi.  Sil y a eu confusion, cest que nous navions pas été suffisamment clairs , a-t-il regretté.

La hausse des carburants,  cest pas bibi , mais pour  trois quarts des cours mondiaux , sest défendu le président. Des interpellations similaires sont intervenues à plusieurs reprises à Charleville-Mézières ou à Verdun, sur les prix à la pompe, la CSG, les retraites. A chaque fois, le président a pris le temps de répondre aux sujets qui ont entraîné sa chute dans les sondages. Le chef de lEtat atteignait pourtant son niveau le plus bas ce jeudi (27 %) selon une enquête Elabe réalisée mardi et mercredi pour Les Echos et Radio classique.

Il a commencé par visiter une usine Renault près de Maubeuge dans le Nord, aux côtés du PDG Carlos Ghosn qui devrait confirmer linvestissement dun milliard deuros dans les véhicules électriques annoncé par Renault en juin. Emmanuel Macron déjeunera ensuite à Maubeuge, où la France insoumise a prévu une manifestation, puis passera laprès-midi à Notre-Dame-de-Lorette (Pas-de-Calais). Là, il se rendra sur le site de la plus grande nécropole militaire française, où reposent 22.000 combattants. Il doit y visiter lAnneau de la Mémoire, immense ellipse où sont gravés les noms de 580.000 soldats morts, sans distinction de nationalité.

Macron chahuté dans les Ardennes  Mais vous êtes un escroc Monsieur Le President !   Vous ne tiendrez pas 5ans  pic.twitter.com/g7XZObGsKW

 Vous donnez trop dimportance à lanecdotique , nous répond, agacé, le député LREM Hervé Berville.  Litinérance mémorielle nest pas du tout polluée par les polémiques. Certaines personnes linterrogent avec vigueur, beaucoup dautres le soutiennent. La manière dont litinérance est traitée par les médias est navrante. On hystérise le débat parce quune seule personne est en colère pour faire le buzz. Cest de la mousse médiatique.

Retour à laccueil Newsletter Alerte Info Recherche Ok Actualité Locales Sport Entertainment Economie Planète High-Tech By the Web T'as vu ? 20 Minutes Podcast Vidéos En Images Guide d'achat Le direct Jeux Services PDF Menu complet Retour à laccueil Société Entre mémoire et polémiques, Macron poursuit son périple dans le Nord

Une  mousse  que le chef de lEtat a contribué à faire monter lui-même mercredi en trouvant  légitime  lhommage prévu aux huit maréchaux, dont Philippe Pétain.  Le maréchal Pétain a été aussi pendant la Première Guerre mondiale un grand soldat  même sil a ensuite  conduit des choix funestes durant la deuxième .

Le chef de lEtat, au plus bas dans les sondages – 27% dopinions positives selon la dernière enquête Elabe, publiée jeudi – profite de son voyage pour multiplier les bains de foule, son exercice de communication favori. Mais il est confronté chaque jour à des expressions de colère, contre le faible montant des retraites ou la cherté des carburants, à une semaine dun appel à bloquer les routes le 17 novembre.

“Ce qui était une erreur, cest den faire une polémique comme vous lavez fait…” Face à un journaliste, Macron répond à nouveau sur Pétain pic.twitter.com/MP1BUUcPKB

Le président a passé laprès-midi à Notre-Dame-de-Lorette (Pas-de-Calais), site de la plus grande nécropole militaire française où reposent 22.000 combattants. Il a longuement parcouru lAnneau de la mémoire accompagné de lhistorien Yves Le Maner, et échangé avec les descendants de trois poilus français et britannique dont les noms figurent parmi les 580.000 gravés sur le monument en forme dellipse.

E. #Macron serait avisé de sinspirer de J.#Chirac dont je partage la conviction : le Maréchal #Pétain a couvert de sa gloire le déshonneur de la collaboration et de la participation de lEtat à la déportation des Juifs. Cette tâche dans notre histoire efface sa gloire militaire.

“Jai jamais pensé que cétait facile”, a-t-il expliqué : “Jai été élu en me faisant secouer et ça continuera jusquau bout, parce que notre pays ne peut pas, depuis trente ans, être dans le chômage de masse, et considérer que ça va bien. Je suis très heureux de cette itinérance(…). Je capte plein de choses, de messages, denseignements don j ferai mon miel”.

#Pétain à été condamné à lindignité nationale. Ce traître antisémite ne peut être amnistié par caprice de #Macron.

Sa visite à lusine Renault de Maubeuge (2.200 salariés) na pas dérogé à cette règle. Il a été accueilli par le PDG de Renault Carlos Ghosn qui a annoncé un investissement de 450 millions deuros sur le site. Il sajoutera à celui dun milliard deuros dans les véhicules électriques sur cinq ans, annoncé par le groupe en juin.

Blanquer: On isole certaines phrases du président pour essayer de créer une polémique sur Pétain

Honorer et réhabiliter Pétain!?! Litinérance mémorielle d@EmmanuelMacron est en réalité une incroyable errance éthique et morale.

Première Guerre mondiale : “Il na jamais été question de rendre hommage au maréchal Pétain”, selon Élisabeth Borne

 Aucun hommage ne sera rendu à Pétain samedi. Il nen a jamais été question , a défendu le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux ce jeudi, oubliant que le programme initial des commémorations du centenaire comprenait bien un hommage aux huit maréchaux.  Ce qui était une erreur, cest den faire une polémique comme vous lavez fait… Le pays a besoin dautre chose que de la boîte à folie dans laquelle vous êtes collectivement installés , a lancé le président aux médias qui le suivaient jeudi dans les Hauts-de-France.

En réalité, il a bien été question dhonorer Pétain. Pas individuellement, bien sûr, mais collectivement. Lhommage aux huit maréchaux de la Première Guerre mondiale est en effet une demande (récurrente) de la  haute hiérarchie militaire. Selon Jean-Dominique Merchet, journaliste à LOpinion spécialisé dans les questions de Défense, lÉlysée a dabord accepté début juillet. La présence dEmmanuel Macron lui-même était prévue, comme en témoigne le premier dossier de presse du centenaire, daté du 18 septembre. Dans ce document, il est bien précisé quune “cérémonie dhommage aux maréchaux de la Grande Guerre à lHôtel national des Invalides se tiendra [dimanche 11 novembre] en présence du Président de la République. Il sagira de rendre hommage aux huit maréchaux qui ont dirigé les combats pendant la Première Guerre mondiale […], et dont cinq sont inhumés aux Invalides”. Philippe Pétain fait donc bien partie du lot.

Recul après la polémique Pétain: le Net sen prend à Griveaux défendant Macron

A lusine de Maubeuge (Nord) de Renault, Emmanuel Macron a une nouvelle fois fait face à un syndicaliste mécontent.

Immédiatement, les propos du président de la République sont critiqués par lopposition. “Pétain est un traître et un antisémite. Macron, cette fois-ci, cest trop ! Lhistoire de France nest pas votre jouet”, fustige Jean-Luc Mélenchon. Le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) se dit “choqué”. “La seule chose que nous retiendrons de Pétain, cest quil a été, au nom du Peuple français, frappé dindignité nationale lors de son procès en juillet 45.” Ce qui devrait donc interdire tout hommage. “Rien ne justifie une telle honte”, lance de son côté Benoît Hamon.”Quand on préside la France, il faut se montrer un peu plus à la hauteur de son histoire.” “Mais quel dégoût”, sindigne Pierre Jouvet, porte-parole du PS.

 La visite de lentreprise Renault a été triomphale. Il ny a eu quun seul contestataire bruyant, il a été hué par la foule des salariés , assure le patron des sénateurs LREM François Patriat, qui accompagnait le chef de lEtat ce jeudi.  Le président garde une énergie intacte pour convaincre, il aime ça. Le contestataire de ce matin la dopé.

Emmanuel Macron ne sinquiète visiblement pas des différentes polémiques jalonnant son itinérance.  Cest un vrai bonheur. Vous me voyez ? Je suis très heureux. Parce que cest ça le pays, je nai jamais pensé que cétait facile, rapporte FranceInfo. Moi, jai été élu en me faisant secouer, et ça continuera jusquau bout. 

"Aucun hommage ne sera rendu à Pétain", a précisé le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux, qui tente de clore la polémique suscitée par les propos dEmmanuel Macron qui a qualifié de "grand soldat" le maréchal Pétain. LÉlysée tente de dégonfler la polémique. Après la sortie critiquée dEmmanuel Macron sur la figure du maréchal Pétain, quil a qualifié de "grand soldat" durant la Première guerre mondiale, lexécutif martèle quil na jamais été question de rendre hommage à la veille du centenaire de lArmistice à celui qui fut ensuite chef du régime collaborationniste de Vichy puis frappé dindignité nationale.

La controverse est née à la fin du mois doctobre. Il est alors question que létat-major des armées rende hommage aux huit maréchaux de la Première guerre mondiale. Or, parmi eux figure le maréchal Pétain, à lorigine de la Collaboration avec les nazis et du régime de Vichy. Le 30 octobre sur notre antenne, Florence Parly, la ministre des Armées se veut catégorique: “Létat-major na jamais imaginé rendre hommage au maréchal Pétain”, seulement aux cinq maréchaux enterrés aux Invalides, assure-t-elle, ce qui nest pas le cas de Pétain.