Asia Bibi sera-t-elle accueillie en France ?

Asia Bibi sera-t-elle accueillie en France ?

Étienne Gernelle – La mécanique des fluides haineux

Quelles sont effrayantes, ces foules lyncheuses qui réclament, au Pakistan, la mort dAsia Bibi. Quelle est suffocante, lhistoire de cette jeune chrétienne coupable davoir bu leau dun puits réservé aux musulmans et accusée de blasphème pour avoir répondu, lorsque cela lui a été reproché, que le Prophète naurait pas eu la même opinion. Asia Bibi a passé neuf ans en prison, avant que la Cour suprême ne lacquitte, la semaine dernière. Insupportable aux yeux des islamistes. Ceux-ci ont mobilisé leurs réseaux et, semble-t-il, un peu dargent, mais tout de même : ils étaient nombreux…

Après huit ans de détention, la chrétienne pakistanaise accusée de blasphème est sortie de prison dans la nuit du 7 au 8 novembre.

Asia Bibi, à nouveau libre et en famille

Sa famille devait la rejoindre dans un lieu tenu secret par le gouvernement pakistanais pour des raisons de sécurité, avant un possible départ vers lEurope.

Asia Bibi a été libérée dans la nuit de mercredi 7 à jeudi 8 novembre de la prison de Multan, dans la province du Pendjab. Les autorités pakistanaises, qui ont confirmé cette information, ont précisé que louvrière agricole chrétienne se trouvait dans un lieu qui reste secret, afin dassurer sa sécurité. Cela fait huit ans que cette mère de trois filles a été condamnée à mort pour blasphème, à la suite dune dispute avec des villageoises au sujet dun verre deau pris à une fontaine supposément réservée aux seules musulmanes.

Asia Bibi, ouvrière agricole chrétienne âgée dune cinquantaine dannées et mère de cinq enfants, avait été condamnée à mort en 2010 pour blasphème à la suite dune dispute avec des villageoises musulmanes concernant un verre deau. Son cas avait ému la communauté internationale. Après huit année passées dans les couloirs de la mort pour blasphème au Pakistan, la chrétienne a finalement été acquittée le 31 octobre.

 Ces jours-ci, lavocat dAsia Bibi était confiant, malgré la reculade des autorités pakistanaises , livrait jeudi 8 novembre Marc Fromager, directeur de laide à lÉglise en détresse (AED), en référence aux derniers rebondissements, depuis le mercredi 31 octobre. Ce jour-là, les juges de la Cour suprême pakistanaise proclamaient Asia Bibi  acquittée de toutes les accusations  qui la visaient, provoquant les manifestations de colère des islamistes radicaux du mouvement Tehreek-e-Labaik Pakistan (TLP), et finalement lengagement du gouvernement pakistanais à lancer une procédure visant à interdire à Asia Bibi de quitter le territoire et à ne pas bloquer une requête en révision du jugement dacquittement.

Antonio Tajani, le président du Parlement européen, sest montré optimiste quant à une rencontre prochaine avec lancienne condamnée. «Asia Bibi a quitté la prison et a été transférée dans un endroit sûr. […] Je suis impatient de rencontrer sa famille et elle au Parlement européen aussi vite que possible», a-t-il tweeté.

Asia Bibi se trouve toujours au Pakistan, dit le ministère des Affaires étrangères

 Pas une seule goutte de sang na été versée pendant ces trois jours, et le sit-in sest achevé par des négociations pacifiques , sest alors félicité le secrétaire dÉtat à lIntérieur.

 Ce qui est douloureux, cest la réponse du gouvernement. Ils ne peuvent même pas faire appliquer un jugement de la plus haute cour du pays , déplorait Saif-ul-Mulook, lavocat dAsia Bibi, privé de protection rapprochée après le verdict en faveur de sa cliente. On apprenait lundi 5 novembre quil avait quitté Karachi deux jours plus tôt pour La Haye, aux Pays Bas.  Jai besoin de rester en vie car je dois poursuivre la bataille judiciaire pour Asia Bibi , affirmait-il. Prendre la défense dAsia Bibi peut en effet coûter la vie, comme ce fut le cas pour lex-gouverneur de la province pakistanaise du Pendjab, assassiné en 2011 par lun de ses propres gardes du corps.

Le mari dAsia Bibi a réclamé le 3 novembre lasile pour sa famille aux États-Unis, en Grande-Bretagne ou au Canada, arguant dun trop grand danger sils restaient au Pakistan. “Je demande au président Donald Trump de nous aider à partir. Après cela, je demande à la Première ministre britannique (Theresa May) de faire de son mieux pour nous aider”, a déclaré Ashiq Masih dans un message vidéo. Ce dernier a également sollicité l”aide” du Premier ministre canadien, Justin Trudeau.

Asia Bibi libérée mais pas hors de danger

Jeudi 8 novembre, le monde bruissait de rumeurs sur le futur proche dAsia Bibi. Il semblait assuré que son mari et ses trois filles allaient la rejoindre là où elle se trouvait en sécurité, au Pakistan. Certains attendaient déjà la famille à Amsterdam, doù elle partirait, assurait-on, pour un autre pays daccueil. Le gouvernement dIslamabad, de son côté, certifiait jeudi quelle était toujours dans le pays, tandis que les radicaux du TLP étudiaient leur riposte à cette libération…

Représentant du Claas, une ONG en lien avec Caritas, qui milite depuis Londres pour la modification de la loi sur le blasphème, Nasir Saeed se dit inquiet.  Ce ne serait pas une bonne chose quelle quitte maintenant le Pakistan, estime-t-il. Ce serait dangereux pour les chrétiens et pour la paix dans le pays, étant donné les assurances quavait données le gouvernement aux radicaux. 

Le TLP est au cœur de la vague de protestation qui a suivi lacquittement dAsia Bibi, paralysant le pays pendant trois jours la semaine dernière et poussant le gouvernement à signer un accord controversé avec ses chefs de file. Lexécutif sétait ainsi engagé à lancer une procédure visant à interdire à Asia Bibi de quitter le territoire et à ne pas sopposer à un recours contre le verdict déposé par un religieux.

Et de rappeler que la minorité chrétienne au Pakistan, 3 % de la population, bénéficie de la liberté de culte. Ce que confirme Marc Fromager.  Les chrétiens ne font pas lobjet de discriminations dans la loi pakistanaise, même sils sont en bas de léchelle sociale et nont pas la possibilité davoir des postes de responsabilités.  LAide à lÉglise en détresse a travaillé en lien étroit avec la commission Justice et Paix de la conférence épiscopale du Pakistan sur le cas dAsia Bibi.  La forte mobilisation internationale en 2009 la sauvée, poursuit Marc Fromager. Mais ensuite, lÉglise au Pakistan nous a conseillé de ne plus en parler, par peur de la réaction de la rue. Cest ce que nous avons fait .

Les islamistes disent qu'il faut la pendre car c'est une chrétienne qui s'est servi à boire de l'eau dans un puit réservé aux musulmans. Imaginez le mec, qui pense être mature et juste, imaginez dans sa tête… elle a manqué de respect à dieu en buvant de l'eau sans être convertie au coran. Imaginez dans la tête de ce mec la haine brûlante en fusion éclaboussante. Un idiot sur pattes qui se prend pour un homme alors que son intellecte se rapproche plus d'un Hitler que d'un sage.

Une fois Asia Bibi et sa famille en sécurité, le combat daprès, pour Nasir Saeed, reste de changer cette loi sur le blasphème, créée en 1880 par le colonisateur britannique pour protéger les musulmans dans lEmpire indien de la majorité hindoue. Une loi redoutée aussi bien par les chrétiens que par certains musulmans.  Aujourdhui, elle est utilisée par des extrémistes religieux ou par des particuliers qui règlent ainsi des problèmes nayant rien à voir avec la religion, comme des intérêts fonciers, explique-t-il. Il suffit dun témoignage faisant état dune insulte à lIslam pour se voir condamner. 

Mère de quatre enfants, elle a été en 2010 la première femme au Pakistan à être condamnée à la peine capitale par pendaison pour blasphème. Rejetant cette accusation, elle avait fait appel de cette décision devant la Cour suprême. Il lui était reproché davoir tenu des propos critiques envers lislam quand des voisins lui avaient demandé de ne pas boire de leau dans le même verre queux parce quelle était chrétienne.

Le président du Parlement européen, Antonio Tajani, a déclaré attendre Asia Bibi dès que possible avec son mari et sa famille à Bruxelles.

Le ministre italien de lIntérieur Matteo Salvini a tweeté quil ferait tout ce qui est humainement possible pour garantir un avenir à cette femme .

La France est prête à accueillir la Pakistanaise Asia Bibi, a déclaré jeudi 8 novembre le ministère français des Affaires étrangères,  si cela correspondait au souhait de lintéressée et de sa famille . La maire de Paris Anne Hidalgo sétait dite également prête à accueillir Asia Bibi et sa famille.

Une veillée de prière pour la catholique Asia Bibi dans un temple protestant avec, en vedette, un avocat musulman. Saif ul-Malook a dû quitter précipitamment le Pakistan samedi. Il est hébergé depuis aux Pays-Bas, grâce à une ONG batave d'aide aux chrétiens, ONG qui, au Pakistan, soutenait Asia Bibi et qui a organisé cette soirée de prière et de rencontre à Vianen, à deux pas d'Utrecht. Et, pendant ce temps-là, Asia Bibi, du fait du compromis politique signé par le gouvernement pour calmer les fondamentalistes enragés, est toujours retenue au Pakistan par une interdiction de quitter le territoire.

Lépoux de cette dernière a demandé lasile pour sa famille et des proches en Grande-Bretagne, au Canada et aux États-Unis.

Après huit ans de détention, la chrétienne pakistanaise accusée de blasphème est sortie de prison dans la nuit du 7 au 8 novembre.

Ils sont plusieurs centaines dans l'église principale de Vianen pour se recueillir en soutien à Asia Bibi et rendre aussi un hommage appuyé à son avocat Saif ul-Malook. Pour tous ici, c'est lui qui a obtenu l'annulation de sa condamnation à mort. Ce dernier n'a aucun doute que l'interdiction de quitter le territoire pakistanais qui frappe Asia Bibi sera annulée.

Sa famille devait la rejoindre dans un lieu tenu secret par le gouvernement pakistanais pour des raisons de sécurité, avant un possible départ vers lEurope.

« C'est un compromis totalement illégal et inconstitutionnel. Ce que la Cour suprême décide a autorité sur le pouvoir exécutif ainsi que judiciaire. Ce n'est pas un accord, c'est un bout de papier, il faut le jeter à la poubelle », affirme l'avocat, désormais mondialement célèbre.

Après huit ans de détention, la chrétienne pakistanaise accusée de blasphème est sortie de prison dans la nuit du 7 au 8 novembre.

Sa famille devait la rejoindre dans un lieu tenu secret par le gouvernement pakistanais pour des raisons de sécurité, avant un possible départ vers lEurope.

Asia Bibi a été libérée dans la nuit de mercredi 7 à jeudi 8 novembre de la prison de Multan, dans la province du Pendjab. Les autorités pakistanaises, qui ont confirmé cette information, ont précisé que louvrière agricole chrétienne se trouvait dans un lieu qui reste secret, afin dassurer sa sécurité. Cela fait huit ans que cette mère de trois filles a été condamnée à mort pour blasphème, à la suite dune dispute avec des villageoises au sujet dun verre deau pris à une fontaine supposément réservée aux seules musulmanes.

Paradoxalement, rien nest réglé malgré cette libération. La jeune femme serait dans un endroit sécurisé au Pakistan, peut-être à Islamabad, attendant dêtre rejointe par son époux, ses deux filles et quelques membres de la famille élargie qui sont eux aussi en danger de mort. Au total 8 à 10 personnes pourraient être exfiltrées ensemble. Ladministration prépare les visas, les formalités de sortie.

 Ces jours-ci, lavocat dAsia Bibi était confiant, malgré la reculade des autorités pakistanaises , livrait jeudi 8 novembre Marc Fromager, directeur de laide à lÉglise en détresse (AED), en référence aux derniers rebondissements, depuis le mercredi 31 octobre. Ce jour-là, les juges de la Cour suprême pakistanaise proclamaient Asia Bibi  acquittée de toutes les accusations  qui la visaient, provoquant les manifestations de colère des islamistes radicaux du mouvement Tehreek-e-Labaik Pakistan (TLP), et finalement lengagement du gouvernement pakistanais à lancer une procédure visant à interdire à Asia Bibi de quitter le territoire et à ne pas bloquer une requête en révision du jugement dacquittement.

Le blasphème, il faut le savoir, est toujours une question très sensible au Pakistan. Une notion pourtant héritée de la colonisation britannique et qui figure depuis lors dans le code pénal. Elle nest toutefois passible de la peine de mort que depuis le milieu des années 80. “Lenjeu reste explosif”, explique Amélie Blom, chargée de cours et chercheuse à Sciences Po et à lInalco.

Pakistan : la chrétienne Asia Bibi libérée et dans un “endroit sûr”

 Pas une seule goutte de sang na été versée pendant ces trois jours, et le sit-in sest achevé par des négociations pacifiques , sest alors félicité le secrétaire dÉtat à lIntérieur.

La Pakistanaise chrétienne condamnée à mort pour blasphème a été libérée de sa prison dans la nuit de mercredi à jeudi. La rumeur a couru dun départ à létranger. Mais Asia Bibi est à Islamabad et devrait partir à létranger très prochainement. 

 Ce qui est douloureux, cest la réponse du gouvernement. Ils ne peuvent même pas faire appliquer un jugement de la plus haute cour du pays , déplorait Saif-ul-Mulook, lavocat dAsia Bibi, privé de protection rapprochée après le verdict en faveur de sa cliente. On apprenait lundi 5 novembre quil avait quitté Karachi deux jours plus tôt pour La Haye, aux Pays Bas.  Jai besoin de rester en vie car je dois poursuivre la bataille judiciaire pour Asia Bibi , affirmait-il. Prendre la défense dAsia Bibi peut en effet coûter la vie, comme ce fut le cas pour lex-gouverneur de la province pakistanaise du Pendjab, assassiné en 2011 par lun de ses propres gardes du corps.

Pour linstant Asia Bibi, est encore au Pakistan. Cest dans une prison de Multan dans le centre du pays quelle a passé huit années dans les couloirs de la mort. Elle ny est plus depuis quelle a été acquittée, il y a une semaine. Elle a quitté sa cellule dans la nuit de mercredi à jeudi conformément à une décision de la Cour suprême dIslamabad. Elle vit aujourdhui dans un lieu tenu secret, car son acquittement continue de susciter de vives réactions.

Jeudi 8 novembre, le monde bruissait de rumeurs sur le futur proche dAsia Bibi. Il semblait assuré que son mari et ses trois filles allaient la rejoindre là où elle se trouvait en sécurité, au Pakistan. Certains attendaient déjà la famille à Amsterdam, doù elle partirait, assurait-on, pour un autre pays daccueil. Le gouvernement dIslamabad, de son côté, certifiait jeudi quelle était toujours dans le pays, tandis que les radicaux du TLP étudiaient leur riposte à cette libération…

Mis sous pression par de très nombreuses manifestations de rues, le Premier ministre pakistanais sest engagé à lancer une procédure qui empêcherait Asia Bibi de quitter le territoire. Lobjectif serait de permettre à terme une requête en révision du jugement qui la acquittée. De nombreux defenseurs des droits humains sont ulcérés.

Représentant du Claas, une ONG en lien avec Caritas, qui milite depuis Londres pour la modification de la loi sur le blasphème, Nasir Saeed se dit inquiet.  Ce ne serait pas une bonne chose quelle quitte maintenant le Pakistan, estime-t-il. Ce serait dangereux pour les chrétiens et pour la paix dans le pays, étant donné les assurances quavait données le gouvernement aux radicaux. 

“Je demande au président Donald Trump de nous aider à partir. Après cela, je demande à la Première ministre britannique (Theresa May) de faire de son mieux pour nous aider”, a déclaré dans un message vidéo, Ashiq Masih,lépoux dAsia Bibi. Il a également sollicité l”aide” du Premier ministre canadien, Justin Trudeau.

Détention au Pakistan: La France prête à accueillir Asia Bibi

Et de rappeler que la minorité chrétienne au Pakistan, 3 % de la population, bénéficie de la liberté de culte. Ce que confirme Marc Fromager.  Les chrétiens ne font pas lobjet de discriminations dans la loi pakistanaise, même sils sont en bas de léchelle sociale et nont pas la possibilité davoir des postes de responsabilités.  LAide à lÉglise en détresse a travaillé en lien étroit avec la commission Justice et Paix de la conférence épiscopale du Pakistan sur le cas dAsia Bibi.  La forte mobilisation internationale en 2009 la sauvée, poursuit Marc Fromager. Mais ensuite, lÉglise au Pakistan nous a conseillé de ne plus en parler, par peur de la réaction de la rue. Cest ce que nous avons fait .

Une fois Asia Bibi et sa famille en sécurité, le combat daprès, pour Nasir Saeed, reste de changer cette loi sur le blasphème, créée en 1880 par le colonisateur britannique pour protéger les musulmans dans lEmpire indien de la majorité hindoue. Une loi redoutée aussi bien par les chrétiens que par certains musulmans.  Aujourdhui, elle est utilisée par des extrémistes religieux ou par des particuliers qui règlent ainsi des problèmes nayant rien à voir avec la religion, comme des intérêts fonciers, explique-t-il. Il suffit dun témoignage faisant état dune insulte à lIslam pour se voir condamner. 

Le président du Parlement européen, Antonio Tajani, a déclaré attendre Asia Bibi dès que possible avec son mari et sa famille à Bruxelles.

Le ministre italien de lIntérieur Matteo Salvini a tweeté quil ferait tout ce qui est humainement possible pour garantir un avenir à cette femme .

La France est prête à accueillir la Pakistanaise Asia Bibi, a déclaré jeudi 8 novembre le ministère français des Affaires étrangères,  si cela correspondait au souhait de lintéressée et de sa famille . La maire de Paris Anne Hidalgo sétait dite également prête à accueillir Asia Bibi et sa famille.

Lépoux de cette dernière a demandé lasile pour sa famille et des proches en Grande-Bretagne, au Canada et aux États-Unis.