Gilets jaunes : à La Réunion, les taxes sur les carburants seront gelées pendant trois ans

Gilets jaunes : à La Réunion, les taxes sur les carburants seront gelées pendant trois ans

En Charente, une octogénaire est-elle décédée en raison des barrages des gilets jaunes ?

C'est l'accusation lancée lundi soir par le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, sur la foi d'informations transmises par le député Thomas Mesnier. Mais à Montbron, où la victime est décédée, cette version est remise en cause. Les gilets jaunes crient à la récupération politique.

Mettre fin au plus vite aux blocages des gilets jaunes : cétait lobjet de la conférence de presse du ministre de lIntérieur, lundi soir. Christophe Castaner qui a notamment cité un événement dramatique survenu en Charente : “Ce matin, à Angoulême, un véhicule du Samu a été empêché dintervenir sur une dame qui faisait lobjet dun incident médical. 50 minutes pour faire 30 kilomètres. La personne est morte cet après-midi.” Cette version est remise en cause par les élus et les pompiers de Montbron (Charente) où sest produit le drame.

Le mouvement perdure. 27 000 protestataires étaient encore rassemblés lundi dans 350 endroits à travers le pays. Samedi, ils étaient 290 000 à manifester sur un peu plus de 2000 points de rassemblement. «  Il y a des gens qui sont très pacifiques dans les Gilets jaunes, mais qui aujourd’hui à mon sens sont emportés par ceux qui sont plus radicaux  », a jugé Christophe Castaner. Le ministre de l’Intérieur a également réaffirmé que les dépôts pétroliers seraient «  systématiquement  » libérés par les forces de sécurité.

Cette version, cest celle de Thomas Mesnier, député en Marche de la Charente et ancien urgentiste angoumoisin. Cest lui qui a alerté le ministre de lIntérieur, ainsi que la préfète de la Charente. Thomas Mesnier, saisi lui-même par lun de ses anciens collègues, raconte: “lundi matin, le Samu a déclenché lenvoi dune ambulance, pour un arrêt cardiaque dune octogénaire à Montbron. En temps normal, le véhicule aurait mis moins dune demi-heure pour rejoindre les lieux… et il a mis deux fois plus de temps”, en raison du chaos routier régnant en Charente.

Contrairement à ce qua dit le ministre, la victime nest pas décédée dans laprès-midi, mais lundi matin.  Quant à savoir sil faut imputer ce décès au retard pris par lambulance, sur place à Montbron, élus et pompiers sinscrivent en faux. Selon nos informations, loctogénaire était déjà décédée à larrivée des tous premiers secours. Et “vingt minutes de plus ou de moins” pour larrivée du Samu “ne lauraient pas sauvée”.

Gilets jaunes : des signaux alarmants, selon les renseignements

Mais pour le député Thomas Mesnier, ce nest pas le problème. Pour lancien urgentiste cest “une question de principe”. Quelle que soit la victime et son état, “il est insupportable de bloquer ou ralentir les secours. Au départ, les gilets jaunes servent à sauver des vies, pas linverse.”

Bruno Le Maire a pour sa part fustigé «  un certain nombre de dérives dans ces manifestations, homophobes, racistes  ». «  Il y a eu de la violence et ça n’est pas acceptable  », a-t-il ajouté. Le ministre de l’Economie et des Finances a aussi assuré que la liberté de circulation ne pouvait être entravée par les Gilets jaunes.

Laffaire fait bondir les gilets jaunes angoumoisins. Dans un communiqué, les gilets jaunes démentent “totalement ces allégations hasardeuses en non corroborées”. Ils dénoncent également la “récupération politique” de ce décès par le gouvernement: “abject, cest encore ici une preuve de limpunité gouvernementale.” 

Dans leur communiqué, les gilets jaunes expliquent avoir bien reçu lundi matin un appel sur leur hotline pour laisser passer une ambulance. Et quils ont aussitôt fait leur maximum pour libérer la bande darrêt durgence des poids-lourds qui loccupaient. “De toutes façons, cette ambulance on ne la jamais vu”, sétonne au téléphone un gilet jaune angoumoisin.

Les manifestants jouent désormais au chat et à la souris avec les forces de l’ordre. Ils n’hésitent à revenir sur le lieu du blocage une fois les CRS repartis. Selon Christophe Castaner, une dizaine de blocages ayant persisté cette nuit étaient en cours de reconstitution en début de matinée.

Pour démêler le vrai du faux, le parquet dAngoulême a ouvert une enquête en recherche des causes de la mort. Une autopsie de loctogénaire doit être réalisée jeudi.

Ils poursuivent leur action. Les gilets jaunes entament ce mercredi une cinquième journée de mobilisation, continuant à défier le gouvernement qui affiche “dialogue” mais aussi “constance et détermination” tout en déplorant une “radicalisation” du mouvement.

Vinci Autoroutes a annoncé son intention de déposer plainte après les dégradations importantes provoquées par les  Gilets jaunes  au péage autoroutier de Virsac sur l’A10, au nord de Bordeaux.

“Gilets jaunes” : Marine Le Pen accuse Christophe Castaner de radicaliser le mouvement

Lors de la quatrième journée de ce mouvement, mardi, des actions ont ciblé autoroutes et dépôts pétroliers. Une vingtaine de sites “stratégiques” ont été débloqués dans la journée par les forces de lordre, a indiqué le ministère de lIntérieur.

Les syndicats ne servent plus à rien. Samedi 17, les Gilets jaunes ont mobilisé au moins le double de ce qui a été annoncé par le gouvernement (282.710 personnes sur 2000 points de rassemblement), des chiffres qui ont dailleurs été contestés. A en juger par les marées humaines en province et les importants points de blocage – 800 à Pontchâteau, 500 à Guérande, 150 porte dArmor à Nantes le matin alors quau même moment la Préfecture annonçait 1400 Gilets jaunes dans le département sur quinze points de rassemblement, les chiffres officiels ne tiennent pas la route. Les Gilets jaunes ont rassemblé au moins deux fois plus quune mobilisation syndicale classique, en labsence de toute organisation ou de tout appel syndical – et ont fait eux-mêmes la convergence des luttes dont rêvent depuis des décennies les militants syndicaux. Dailleurs, le trucage des chiffres a déjà été utilisé à maintes reprises par le gouvernement, par exemple les socialistes pour diviser par trois les chiffres de la Manif pour Tous en 2013.

Deux décès ont été enregistrés en marge des manifestations qui ont débuté pour protester contre la hausse des prix du carburant. Samedi, une manifestante de 63 ans a été mortellement blessée par une automobiliste en Savoie. Un motard de 37 ans, percuté la veille par une camionnette qui tentait déviter un barrage dans la Drôme, est décédé mardi.

“Gilets jaunes” : une femme est-elle décédée à cause du blocage du Samu à…

“Cest dans le dialogue quon peut en sortir”, a déclaré mardi le chef de lÉtat Emmanuel Macron, dans sa première réaction depuis le début du mouvement à Bruxelles alors quAnnick Girardin, ministre des Outre-mer, a dénoncé une “situation intolérable” après des violences sur lîle de La Réunion.

La révolte des exclus et de la France périphérique. Car au-delà de la question des carburants, cest la révolte de la France qui ne peut pas se passer de voiture – faute de services publics, mais aussi à cause de léloignement du boulot, de lécole ou du magasin, et qui sen sort de moins en moins bien. Une France sur laquelle pèse la hausse du coût de la vie, la hausse des impôts, de lalcool, des cigarettes… et qui ne peut plus encaisser en plus 800 à 1200 € de carburant en plus. Une France qui bénéficie peu des aides sociales, qui perd tandis que les élites gagnent. Robert Ménard, à Béziers, résume dans nos colonnes :  Cest la révolte des oubliés, des laissés pour compte. Un gars ma dit ce matin  je suis de ceux qui bossent, jai envie quon ne memmerde plus . Tout est dit .

De son côté le Premier ministre Edouard Philippe répétait “la constance et la détermination” du gouvernement.

Pas de faiseurs de trouble habituels. Du coup, il ny a pas de faiseurs de troubles habituels : une quinzaine de zadistes ont fait une brève incursion samedi pour manger les saucisses du point de blocage porte dArmor, mais ne sont pas restés – les points de blocage sont loin des centres-villes, il ny a rien à casser et il fait froid. Des jeunes délinquants des Dervallières sy sont faits remarquer à 7h du matin et 22 h le samedi pour jeter des projectiles sur les gens et les véhicules, mais ont été promptement dégagés. Force est de constater que comme pour les Bonnets rouges, la plupart des Gilets jaunes sont blancs. Et pacifiques. Les policiers, quand ils ne gazent pas et ne tabassent pas les manifestants, sont accueillis avec calme et applaudis quand ils sen vont.

Le ministre de lIntérieur Christophe Castaner a déclaré mardi quil y avait “dérive totale” des manifestations, pointant une “radicalisation” et “un très, très grand nombre de blessés” estimé à 530 dont 17 gravement atteints.

Un conflit démarré dans limprovisation qui peut durer, surtout si le pouvoir sentête. Les Gilets jaunes ont aussi essaimé hors de France – en Wallonie, pour les mêmes raisons. La cause est la même : lappauvrissement des travailleurs, qui ne peuvent encaisser en plus le surcoût du carburant. Les gamelles se vident, cest le début de linsurrection. Dautant que ceux den bas ne veulent plus payer toujours plus pour tout, et ceux den haut ne veulent plus les laisser bénéficier du peu de services publics, de droits sociaux et de réductions fiscales qui restaient hors des métropoles où se concentre largent dans les mains de la bobocratie – on est dans la situation que Lénine décrivait en 1920 (la maladie infantile du communisme) .

Après les opérations de blocages lancées samedi, plusieurs figures du mouvement des “gilets jaunes”, lancé sur les réseaux sociaux hors de tout cadre politique ou syndical contre la hausse des prix des carburants et des taxes en général, ont appelé à un “Acte 2” avec une manifestation nationale à la Concorde samedi.

Plus de 29.000 personnes se sont déclarées comme “participants” à cet événement créé sur Facebook, et 195.000 sy sont dits “intéressées”.

Les Gilets jaunes reprochent aussi le matraquage médiatique sur les blessés – souvent faits par des automobilistes qui ont forcé les barrages – et la culpabilisation entretenue au sujet de la manifestante tuée par un chauffard en Savoie. Alors que lorsquun émeutier violent est tué ou blessé, les médias sabattent sur celui qui la tué – surtout si cest un policier – et justifient ensuite lémeute ou les violences. Comme à Nantes avec Aboubakar Fofana le 3 juillet dernier. Enfin, le mépris de certains journalistes issus de lhyperclasse métropolitaine – de Xavier Gorce au Monde à Jean Quatremer – ne passe pas.

Les gilets jaunes affaiblissent le pays face au terrorisme, argue Christophe Castaner

Le secrétaire dÉtat auprès du ministre de lIntérieur, Laurent Nuñez, a dores et déjà prévenu que la manifestation ne sera pas interdite, mais quelle ne pourra pas se tenir sur la place de la Concorde pour des raisons de sécurité.

Ce mardi, le mouvement des Gilets jaunes continuait encore en France et en Bretagne malgré le dégagement de plusieurs dépôts pétroliers bloqués depuis plusieurs jours (Vern en Ille-et-Vilaine, Lespinasse en Haute-Garonne, Fos-sur-Mer près de Marseille, Saint-Jean-de-Braye près dOrléans…) par les forces de lordre. Pour une fois, la Corse, habituellement à lécart des mouvements sociaux métropolitains, est dedans : le dépôt pétrolier de Marana est toujours bloqué. Est venu le moment de dégager plusieurs enseignements du mouvement des Gilets jaunes.

“Pour linstant, nous navons pas dinterlocuteurs. Il y a un certain nombre de personnes qui appellent à manifester sur les réseaux sociaux et qui donc sont tout à fait aptes” à déclarer la manifestation, a-t-il ajouté.

Des Gilets jaunes qui critiquent la gabegie et lécologie punitive. Plus que la question des carburants, les Gilets jaunes dénoncent lhypocrisie : pour France Nature environnement, un cargo comme ceux qui transitent quotidiennement dans le rail dOuessant pollue autant que 50 millions de voitures – soit plus que les 39 millions de véhicules qui constituent le parc automobile français. Le kérosène des avions est complètement détaxé – soit 3 milliards deuros qui manquent au budget et que lÉtat préfère prendre aux pauvres.

Les autorités nont donné aucun chiffre sur le nombre de participants mardi, mais une source policière évoquait encore quelque 10.500 manifestants à travers la France en début de matinée. Ils étaient 27.000 lundi, 290.000 samedi.

Le mouvement a reçu le soutien de la fédération FO des transports et de la logistique, troisième organisation du secteur, qui a invité ses adhérents et sympathisants à se joindre aux “gilets jaunes” pour obtenir une “augmentation du pouvoir dachat”. Les actions ont parfois donné lieu à des violences et des dégradations.

Face à la flambée des violences à la Réunion, les autorités ont mis en place un couvre-feu la nuit dans la moitié des communes de lîle. En métropole, six personnes ont été arrêtées pour des jets de projectiles sur les forces de lordre à Langueux (Côtes-dArmor). Au péage de Virsac (Gironde) sur lA10, des manifestants “ont saccagé et mis le feu aux installations”, selon Vinci Autoroutes qui a annoncé porter plainte.

Ce mouvement sans leader connu est soutenu par près des trois quarts des Français, selon plusieurs sondages. Dabord concentrés sur la hausse du prix des carburants, les motifs de griefs se sont ensuite élargis à une dénonciation plus globale de la taxation et de la baisse du pouvoir dachat.