LUkraine déclare la loi martiale sur une partie de son territoire

L\Ukraine déclare la loi martiale sur une partie de son territoire

Moscou ouvre le feu pour arrêter des navires de guerre ukrainiens ayant violé ses eaux territoriales

Trois bâtiments de guerre ukrainiens manœuvrant dangereusement dans les eaux territoriales russes ont été capturés, après avoir refusé de quitter la zone. Blessés, trois militaires ukrainiens ont reçu de l'aide médicale. Leur vie n'est pas en danger.

Le Service fédéral russe de sécurité (FSB) a confirmé ce 25 novembre avoir arrêté trois navires de guerre ukrainiens ayant violé les eaux territoriales russes au niveau du détroit de Kertch, où se trouve notamment le pont de Crimée reliant la péninsule au reste de la Russie. Les bâtiments militaires, qui manœuvraient dangereusement selon Moscou, refusaient dobéir aux sommations des gardes-frontières, exigeant que les navires arrêtent immédiatement leur progression illégale dans les eaux russes.

IdentificationPolitique de confidentialité Je consens au traitement de mes données personnelles conformément à la Politique de Confidentialité à des fins de création dun compte personnel sur le site. Sinscrire* Tous les champs sont obligatoires Veuillez confirmer votre email en suivant les instructions qui vous ont été envoyées à ladresse OkRéinitialiser le mot de passeVeuillez saisir votre adresse de messagerieVeuillez saisir les caractères de limage ci-dessousRéinitialiserIdentificationPolitique de confidentialité Des instructions pour réinitialiser votre mot de passe ont été envoyées à ladresse OkSinscrireAvez-vous un compte sur fr.sputniknews.com?OuiNonSinscrire Bonjour, ! Email:Mot de passe:Se rappeler de moiConnexionJe nai pas de compte sur fr.sputniknews.comSinscrireMot de passe oublié?Politique de confidentialitéOkSinscrire Bonjour, ! Email:Pseudo:SuivantIdentificationJe possède un compte sur fr.sputniknews.com Je consens au traitement de mes données personnelles conformément à la Politique de Confidentialité à des fins de création dun compte personnel sur le site avec lutilisation du/des module(s) des réseaux sociaux. OkSupprimer votre profilEtes-vous sûr de vouloir supprimer votre profil fr.sputniknews.com?OuiNonVotre profil a été supprimé! Vous avez 30 jours pour le rétablir en cliquant sur le lien dans lemail qui a été envoyé à ladresse indiquée à linscription.Fermer Bonjour, ! Nous nous engageons à protéger vos informations personnelles et nous avons mis à jour notre Politique de Confidentialité afin de nous conformer au Règlement général sur la protection des données (GDPR), nouveau règlement de lUE qui est entré en vigueur le 25 mai 2018.

Les navires russes ont alors ouvert le feu pour les empêcher daller plus loin. Trois militaires ukrainiens ont été blessés. Ils ont reçu de laide médicale de la part de soldats russes et leurs jours ne sont pas en danger.

Vers 19h00 heure de Moscou (17h00 heure de Paris), les vaisseaux ont entrepris une nouvelle tentative deffectuer des actions illégales dans les eaux territoriales russes. Les garde-côtes russes ont alors eu recours aux armes pour les arrêter, a fait savoir le Service russe de sécurité (FSB). Trois militaires ukrainiens ont été blessés, puis ont reçu des soins médicaux, leurs jours ne sont pas en danger.

Tensions en mer Noire : Vladimir Poutine reste aux abonnés absents

Les trois bateaux ukrainiens, le Berdiansk, le Nikopol et le Yany Kapu, ont «tenté de mener une autre action illégale à 19h (heure locale)», selon le FSB. 

08:50 мск.Самолёт радиоэлектронной разведки, ВВС США🇺🇸(343d RS/55th WG), #Boeing RC-135V, бортовой номер 64-14841, позывной #BASTE41, взлетел с авиабазы Суда бэй о. Крит🇬🇷 предположительно направился в акваторию Чёрного моря.#RC135 #USAF #RC135V pic.twitter.com/0jlG4NUFB0

Des avions Soukhoï Su-25 russes ont patrouillé dans la zone après lincident.

Un avion de reconnaissance stratégique RC-135V de larmée de lair américaine a décollé de sa base dans la baie de Souda, en Crète, et se dirige vers la mer Noire, rapporte lundi le site ukrainien Ukraïnski militarni portal. Le compte twitter Plane Radar publie des images radar présentées comme celles retraçant le trajet du vol.

Nouvelle crise entre Kiev et Moscou après une confrontation maritime au large de la Crimée

Une «provocation», selon Moscou«Il existe des preuves irréfutables de la préparation et de la mise en œuvre par Kiev dune provocation de la Marine ukrainienne dans les eaux de la mer Noire. Ces informations seront bientôt rendues publiques», a affirmé le FSB dans un communiqué, après lincident.

Plus tôt ce même jour, Moscou, qui a déploré les «actions dangereuses et irresponsables» de la partie ukrainienne, avait déployé un navire au niveau du pont de Crimée afin de faire obstacle et dempêcher les bâtiments de guerre ukrainiens de progresser.

Des navires des gardes-côtes ukrainiens, à Odessa, le 26 novembre. VOLOKIN YEVGENY / REUTERSre Les réactions inquiètes ou indignées ont eu beau affluer du monde entier, Vladimir Poutine est resté aux abonnés absents. Aucune réunion du Conseil de sécurité russe ni aucun contact avec son homologue ukrainien nétaient à lordre du jour, lundi 26 novembre, vingt-quatre heures après les graves incidents qui ont opposé en mer Noire des navires de guerre ukrainiens et russes.  Le président de la fédération de Russie travaille , sest borné à déclarer Dmitri Peskov, porte-parole du Kremlin, tout en précisant qu il reçoit constamment des informations sur la provocation dhier .

Ukraine : le Parlement vote la loi martiale pour 30 jours

Le président ukrainien Petro Porochenko a pour sa part dénoncé un «acte agressif de la Russie visant une escalade préméditée» dans cette zone. Il a réuni dans la soirée un haut-comité militaire, proposant dinstaurer la loi martiale dans le pays pour 60 jours. Cette proposition doit désormais être soumise au Parlement ukrainien pour validation finale.

Lépreuve de force instaurée par Moscou pour imposer un contrôle russe dans les eaux maritimes autour de la Crimée et dans la petite mer dAzov, a pourtant été pilotée au plus haut niveau contre ce que M. Peskov décrit comme une  invasion de navires étrangers dans les eaux territoriales de la fédération de Russie . Deux bateaux dartillerie et un remorqueur ukrainiens arraisonnés, avec à leur bord 23 marins – dont trois blessés hospitalisés – sont toujours immobilisés par les forces russes à Kertch. Sans réponse jusquici sur leur restitution et la libération de leurs hommes, exigée par Kiev.

Les deux parties saccusent mutuellement de violer la Convention des Nations unies sur le droit de la mer. LUkraine assure avoir prévenu la partie russe de son intention denvoyer des navires depuis Odessa vers le port de Marioupol, sur la côte nord de la mer dAzov, ce que dément Moscou. Cette route passe par le détroit de Kertch.

Moscou rouvre le détroit de Kertch après confrontation avec Kiev

Oana Lungescu, porte-parole de lOTAN, a affiché son plein soutien à Kiev : «[LAlliance atlantique] soutient totalement la souveraineté de lUkraine et son intégrité territoriale, y compris ses droits de navigations dans ses eaux territoriales.»

Lagenda na pas été bousculé pour autant : imperturbable, le chef du Kremlin a reçu lundi un gouverneur de région pour discuter notamment de la situation de la médecine et des maternelles. En milieu daprès-midi, lagence Tass annonçait la suite pour le lendemain mardi : financement de la science et remise de décorations. Comme si les deux pays, Russie et Ukraine, nétaient pas aux prises avec le plus grave affrontement direct armé, officiellement du moins, depuis lannexion de la Crimée en 2014…

De son côté, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova a écrit sur Facebook : «[Les autorités ukrainiennes] utilisent des méthodes de bandits : premièrement une provocation; ensuite lexercice de la force et enfin, ils accusent les autres dagression.»

Des images prises depuis un navire des gardes-frontières russes, montrent ces derniers prendre en chasse les navires ukrainiens ayant violé lespace maritime russe. On peut également voir les bâtiments militaires ukrainiens manœuvrer à une distance dangereusement proche des bateaux russes. 

Après lincident, des manifestants se sont rassemblés devant lambassade russe de Kiev, lançant des fumigènes par dessus les grilles.

Cet incident est survenu en mer Noire lorsque ces navires tentaient de pénétrer le détroit de Kertch pour entrer dans la mer dAzov. Il a fait plusieurs blessés parmi les Ukrainiens –six selon Kiev, trois selon Moscou– suscitant un tollé en Ukraine et chez ses alliés occidentaux.

На подвір'я російського посольства в Києві кинули димові шашки pic.twitter.com/FPD22deAyv

Lire aussi : Crimée : trois navires ukrainiens entrent dans les eaux russes et ignorent les sommations

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Face à la résistance de parlementaires, il a dû modifier certaines dispositions de son projet de loi, notamment en réduisant sa durée de 60 à 30 jours pour ne pas entraver la campagne électorale pour la présidentielle, qui doit débuter le 31 décembre.

Le pays a pris cette décision après de graves incidents qui ont mis aux prises les marines russe et ukrainienne en mer Noire. Lélection présidentielle est maintenue au 31 mars.

La loi martiale permettrait au gouvernement de prendre le contrôle de certaines usines et den réorienter la production, par exemple celle darmements. La durée du temps de travail pourrait également être allongée, même si les travailleurs auraient droit à un salaire minimum et à du repos. La loi permettrait aussi au pouvoir central de réquisitionner des citoyens pour effectuer des travaux considérés comme indispensables. Le régime dexception donne au gouvernement des pouvoirs étendus dans plusieurs domaines.

Le ministre de la défense ukrainien, Stepan Poltorak, sadresse aux députés avant louverture de la session extarordinaire au Parlement, le 26 novembre 2018. GENYA SAVILOV / AFP Même aux pires heures du conflit dans le Donbass, en 2014-2015, lorsque larmée russe intervenait sur le territoire de son voisin, lUkraine navait pas franchi ce pas. Cest désormais chose faite, au lendemain des graves incidents qui ont mis aux prises les deux marines en mer Noire : lundi 26 novembre, le Parlement ukrainien a dit  oui  à la proposition du président Petro Porochenko de placer le pays sous le régime de la loi martiale.

Le texte introduisant cette mesure dexception a été adopté par 276 députés contre trente au terme de débats houleux. Il sagit dune version  allégée  par rapport à celle proposée dès dimanche soir par le conseil de sécurité nationale.

Les prochaines élections législatives en Ukraine sont prévues pour mars 2019, et la campagne électorale doit débuter en janvier. Le président Petro Porochenko et son parti, le Bloc Petro Porochenko (BPP), sont au plus bas dans les sondages dintention de vote. Néanmoins, le chef dEtat a assuré que les élections se dérouleraient comme prévu. Le régime de loi martiale, synonyme détat de guerre, permet aussi dinterdire les manifestations.

Son champ daction est limité géographiquement : sont concernées, seulement, les régions frontalières de la Russie (Nord-Est et Est) et de la Transnistrie (Sud-Ouest) ainsi que les régions côtières du sud du pays. La loi martiale ne sera imposée que pour une durée, renouvelable, de trente jours, et non de soixante jours comme envisagé initialement. Point important, précisé explicitement par M. Porochenko et formalisé par une clause adoptée par les députés : lélection présidentielle programmée le 31 mars se tiendra bien à cette date-là.

Commentant linitiative de Kiev, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a estimé que le gouvernement ukrainien cherchait à «marquer des points politiquement» dans loptique des élections de mars 2019. Le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a également qualifié la décision d«intrigue électorale».

Le Monde Lire aussi La Russie capture trois navires ukrainiens en mer Noire  Pas une déclaration de guerre   La Russie est passée à létape suivante de son agression et nous avons de sérieuses raisons de penser quelle est prête à poursuivre une attaque terrestre , a mis en garde le président avant le vote, dans une adresse à la nation dautant plus solennelle que lUkraine na pas les moyens, sur le terrain, de provoquer une escalade avec la Russie.  La loi martiale ne signifie pas une déclaration de guerre (…) ni un retrait du processus diplomatique  des accords de paix de Minsk, a encore précisé M. Porochenko.

Après le coup dEtat de lEuromaïdan en 2014, confronté à linsurrection de lest de lUkraine, le président Petro Porochenko avait soigneusement évité de mettre en place la loi martiale. Les bailleurs de fonds comme lUnion européenne ou le Fonds monétaire international ne peuvent en effet consentir de prêts à un Etat en guerre.

Guerre navale entre Russes et Ukrainiens en Crimée

Cette mesure dexception, envisagée à plusieurs reprises depuis 2014 mais jamais adoptée, répond au caractère inédit des affrontements qui se sont produits dimanche, lorsque trois navires militaires ukrainiens ont été stoppés par la marine russe aux abords du pont de Kertch, qui relie la Crimée, annexée par Moscou, et le territoire russe. Lun deux a dabord été tamponné ; les deux autres ont essuyé des tirs avant dêtre abordés par des commandos du FSB, les services russes de sécurité. Six marins ukrainiens ont été blessés dans les incidents et vingt-quatre ont été capturés.

La Russie a annexé en 2014 la péninsule ukrainienne de Crimée. Elle est aussi accusée par Kiev et lOccident de soutenir militairement les séparatistes pro-russes dans lest de lUkraine, un conflit qui a fait plus de 10.000 morts. Moscou nie son implication militaire malgré de nombreuses preuves recueillies par plusieurs médias internationaux.

Moscou a certes dénoncé une  provocation  ukrainienne, mais a surtout reconnu lusage de la force, alors que toutes ses actions sur le sol ukrainien, depuis lannexion de la Crimée jusquà sa participation au conflit dans le Donbass, sétaient jusque-là faites en secret, le Kremlin démentant toute implication. Selon la partie russe, les navires ukrainiens ont violé les  eaux territoriales  de la Crimée et ont outrepassé linterdiction imposée ce jour-là de franchir le détroit de Kertch.

“Les informations des services de renseignement montrent la menace extrêmement élevée dune opération terrestre contre lUkraine”, avait affirmé Petro Porochenko plus tôt dans la journée dans une allocution télévisée à la Nation. Avant le vote, il a renchéri devant les députés :

Kiev, qui tente par ces transferts de navire de muscler sa présence militaire en mer dAzov, où ses ports sont soumis à un quasi-blocus, ne reconnaît pas lexistence des eaux criméennes, et met surtout laccent sur laccord conclu entre les deux pays en 2003, qui garantit en théorie la liberté de passage dans le détroit de Kertch aux marines des deux pays.

+ Des avions russes au dessus du détroit de Kertch, qui relie la mer dAzov à la mer Noire, le 25 novembre 2018. (KERCH INFO / AFP) Les informations des services de renseignement montrent la menace extrêmement élevée dune opération terrestre contre lUkraine”, avait affirmé le président Porochenko. Par LObs

Lundi, Moscou navait pas donné suite aux demandes ukrainiennes de rendre les bateaux saisis. Les marins prisonniers devaient quant à eux comparaître devant un tribunal russe mardi. Les agences russes ont fait état d aveux  de certains des prisonniers indiquant que lopération de  provocation  avait été organisée par le SBU, les services ukrainiens.

Cette décision, sans précédent depuis lindépendance de cette ex-république soviétique en 1991, a été prise à linitiative du président Porochenko, qui la justifiée par un risque accru dune offensive terrestre russe. Russie/Ukraine : bataille navale en eaux troubles

Dans le détail, le texte adopté par lUkraine prévoit quune mobilisation partielle de la population peut être décidée par le président, ainsi que la possibilité, pour les militaires, de seconder les administrations civiles en place dans les territoires concernés. A ce titre, un certain nombre darticles de la Constitution garantissant les droits fondamentaux des citoyens sont placés  sous hypothèque , et sont susceptibles de voir leur portée limitée si la situation limposait. Il sagit, entre autres, des droits au secret des correspondances, à la liberté de circulation ou de rassemblement.

Face à la résistance de parlementaires, le chef de lEtat a dû modifier certaines dispositions de son projet de loi, notamment en réduisant sa durée de 60 à 30 jours afin quil nentrave pas la campagne électorale pour la présidentielle, qui doit débuter le 31 décembre.

Les contrôles de certaines infrastructures et les défenses aériennes sont par ailleurs renforcés. Des mesures pour la  sécurité de linformation , relativement vagues, sont également inscrites, mais qui ne doivent pas entraver le travail des médias.

"Au premier ordre, on est prêt à repousser une offensive ou à défendre nos positions. Les premiers seront les gardes-frontières qui tiennent la mer et si leurs positions sont détruites, ce sera à nous", explique le jeune homme répondant au nom de guerre Kit ("baleine"), qui juge possible une attaque russe par la mer.

Petro Porochenko avait pris soin de préciser que le texte adopté ne menacerait pas les droits fondamentaux des citoyens, notamment la liberté dexpression ou le travail de la presse. Les différentes factions ont ensuite exigé des garanties supplémentaires concernant la durée de la mesure ou les libertés fondamentales.

"En cas dattaque des Russes venant de la mer, ces tranchées se transformeront en ligne de front en quelques minutes. Littéralement 10 à 15 minutes et il sera possible de se battre", ajoute cet homme de 50 ans, qui se dit prêt à combattre en cas de guerre frontale avec la Russie.

 Limportant était de démontrer lunité des partis pro-européens, et lanimation des discussions montre que nous sommes une démocratie vivante, explique au Monde le député Alex Ryabtchin, du parti Batkivchtchina de lancienne première ministre Ioulia Timochenko. Notre parti a insisté pour limiter la mesure à certaines régions et offrir des garanties pour les droits de lhomme. 

Marioupol a déjà connu la guerre. Dernière grande cité du sud-est de lUkraine à être restée sous le contrôle de Kiev, elle a été brièvement occupée par les séparatistes prorusses au début du conflit en 2014, avant dêtre reprise par les troupes régulières ukrainiennes.

La Turquie appelle à la fin de lescalade entre lUkraine et la Russie

Les discussions se sont tenues dans une ambiance survoltée, les ténors des différents partis faisant cercle autour de la tribune du Parlement et sinterrompant volontiers les uns les autres. Cette tension ne tient pas seulement au caractère exceptionnel du moment. Une partie de lopposition soupçonnait M. Porochenko de vouloir instrumentaliser les événements de dimanche à des fins électorales, notamment en retardant la tenue du scrutin.

Les yeux rivés sur la mer dAzov, un jeune soldat ukrainien sinquiète du brouillard qui compliquerait "lobservation des mouvements de lennemi". Comme beaucoup à Marioupol, il se prépare à une éventuelle guerre après la capture de navires de son pays par la Russie.

Le président sortant, qui ne fait pas mystère de vouloir briguer sa réélection, est en effet à la peine dans les sondages, à plus de dix points de la favorite, lancienne première ministre Ioulia Timochenko. Sil peut espérer profiter du climat de tension provoqué par la crise, et faire oublier les critiques sur son manque de résultats dans la lutte contre la corruption, M. Porochenko a en tout cas donné des gages quant au processus électoral.

Le parlement ukrainien approuve la loi martiale

 La loi martiale correspond bien à limage de commandant en chef que le président veut mettre en avant durant la campagne, celle dun président fort dans la crise, estime la chercheuse Ioulia Shukan. Mais dans le même temps, les négociations avec le Parlement et les concessions quil a dû faire laffaiblissent. 

Tensions entre lUkraine et la Russie : Berlin propose une médiation franco-allemande

Malgré les différentes garanties offertes par M. Porochenko, linstauration de la loi martiale a suscité des critiques en Ukraine. Une partie de la population, dont de nombreux députés se sont fait lécho, estime quune telle mesure aurait dû être prise depuis longtemps, ou à loccasion des phases les plus sanglantes du conflit. Lundi soir, des partisans de lextrême droite étaient rassemblés sur la place de lIndépendance pour exiger une réaction plus ferme.

Pour Paris, rien ne paraît justifier lemploi de la force par la Russie en mer dAzov

A linverse, dautres estiment que la mesure, tout en noffrant pas doutils foncièrement nouveaux contre les déstabilisations russes, constitue une plongée dans linconnu, susceptible de restreindre les libertés. Nombre dactivistes dénoncent les abus de pouvoir dores et déjà commis par les autorités, à commencer par la surveillance de journalistes ou des entraves posées au travail de militants actifs, notamment dans la lutte contre la corruption.

“Elle sest engagé à cela (accès)”, a déclaré Michael Roth lors dune interview à la chaîne de télévision Deutschlandfunk.

Lactivisme dont fait preuve le pouvoir ukrainien contraste avec le soutien relativement timide de la communauté internationale.

La Russie doit garantir laccès à la mer dAzov, a déclaré lundi le ministre allemand des Affaires européennes.

Dès dimanche soir, on ne cachait pas, à Kiev, attendre un ralliement plus massif des partenaires occidentaux, voire limposition de nouvelles sanctions contre Moscou. Dimanche, lUnion européenne (UE) comme lOTAN ont rappelé leur attachement à lintégrité territoriale de lUkraine et à sa liberté de naviguer dans les eaux du détroit de Kertch, mais les deux institutions ont aussi appelé  toutes les parties  à la retenue et à la désescalade. Lundi soir, le secrétaire général de lAlliance atlantique, Jens Stoltenberg, a toutefois estimé que la militarisation russe de la mer dAzov et du détroit de Kertch constituait une menace pour la région et il a offert son  soutien total  à lUkraine.

Le président du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, a condamné  lusage de la force par la Russie en mer dAzov , Londres évoquant également un  acte dagression .

 Compte tenu de notre connaissance des faits à ce stade, rien ne paraît justifier cet emploi de la force par la Russie , a aussi commenté le Quai dOrsay, Paris demandant, avec plusieurs pays européens, que les marins capturés soient libérés. Berlin a de son côté proposé une médiation franco-allemande.

VIDEO. Ukraine: La Russie capture trois navires, escalade de tensions entre Kiev et Moscou

Lundi soir, devant le conseil de sécurité des Nations unies (ONU), lambassadrice américaine Nikki Haley a dénoncé une  violation scandaleuse du territoire souverain de lUkraine . La réunion na toutefois pas permis ladoption dune résolution sur laffaire, bloquée par le face-à-face entre Russie et Occidentaux. Le président Donald Trump, de son côté, sest contenté dune brève déclaration publique, lundi soir :  Nous naimons pas ce qui ce se passe, quoi quil en soit, et nous espérons que ce sera réglé.