Des bébés génétiquement modifiés seraient nés en Chine

Des bébés génétiquement modifiés seraient nés en Chine

La Chine fait-elle naître les premiers bébés génétiquement modifiés ?

"La Chine a la réputation daller vite – parfois trop vite – avec CRISPR", estime Tetsuya Ishii, spécialiste de la bioéthique à luniversité de Hokkaido (Japon). Selon les informations du MIT Technology Review, une équipe chinoise serait sur le point de révéler avoir réimplanté des embryons humains modifiés par nucléases, en loccurrence de type CRISPR.

Lannonce pourrait en être faite demain, au deuxième sommet international sur lédition du génome humain, à Hong Kong. De quoi sagit-il ? Dun essai clinique visant à modifier le gène CCR5, dans le but dimmuniser une personne contre le virus du sida, le VIH.

Les bébés, surnommés  Lulu  et  Nana , sont nés après une fécondation in vitro, à partir dun embryon modifié avant dêtre implanté dans lutérus de la mère.  Juste après avoir injecté le sperme du mari dans lovule, un embryologiste a également injecté une protéine Crispr-Cas9 chargée de modifier un gène afin de protéger les petites filles dune future infection par le VIH , explique He Jiankui. Cette première médicale autoproclamée na pas encore été vérifiée de façon indépendante, les résultats de léquipe chinoise nayant pas fait lobjet dune publication dans une revue scientifique.  Annoncer ces résultats par une vidéo sur YouTube est une pratique scientifique très problématique , a ainsi déploré Nicholas Evans, professeur assistant de philosophie à luniversité du Massachusetts Lowell, aux États-Unis, qui travaille notamment sur les questions bioéthiques.  Cela écarte les processus de contrôle sur lesquels reposent de nombreuses avancées scientifiques, telles que lévaluation par les pairs , a-t-il ajouté.

Des scientifiques chinois annoncent avoir créé les premiers humains transgéniques

Ce nest pas la première fois quune équipe chinoise utilise la technologie dédition des génomes CRISPR-Cas9 pour cibler

Dans une vidéo publiée par lAP, le scientifique détaille le protocole et explique avoir ainsi modifié les embryons de 7 couples, qui subissaient alors un traitement destiné à favoriser leur fertilité. Parmi ces 7 couples, dont les hommes étaient séropositifs, seule une grossesse a été constatée. Le but de cette expérimentation nest pas de guérir ou de prévenir les maladies héréditaires, mais plutôt dessayer de donner aux futurs bébés la capacité de résister à une éventuelle infection par le VIH, affirme le scientifique, lequel précise par ailleurs quil ne divulguera pas lidentité du couple cobaye , souhaitant rester anonyme.

En Chine, lhôpital concerné nie tout lien avec les bébés génétiquement modifiés

Alors quun chercheur chinois vient dannoncer quil avait contribué à la naissance de deux bébés génétiquement modifiés, lhôpital HarMoniCare nie avoir donné son feu vert pour la pratique dune telle expérience.

Aux Etats-Unis, cette technologie daltération de lADN est maîtrisée mais totalement prohibée. La crainte principale est que cela devienne une obsession, de créer des bébés “parfaits” sans avoir de vision globale de ce quils pourraient devenir, et même sils seront viables sur le long terme.