Neuf magasins Castorama et deux Brico Dépôt vont fermer en France – Le Parisien

Neuf magasins Castorama et deux Brico Dépôt vont fermer en France - Le Parisien

INFO OUEST-FRANCE. La liste des magasins Castorama et Brico Dépôt menacés de fermeture en France

Cest un nouveau coup dur dans le monde des magasins de bricolage: Kingfisher, propriétaire des enseignes Castorama et Brico Dépôt, annonce ce mercredi que 15 magasins vont fermer en Europe, dont les performances sont à la traîne depuis des années. En Allemagne, une vingtaine de magasins de lenseigne Screwfix vont également fermer.

Lenseigne Castorama compte 102 magasins en France, et une soixantaine en Pologne. En France, 9 magasins Castorama vont fermer, ainsi que deux autres sous lenseigne “Brico Dépôt”. Pour lheure, lactionnaire na pas encore détaillé de quels magasins il sagira.

Castorama va fermer 9 magasins en France

En revanche, Europe 1 sest procuré la liste des établissements concernés: pour les magasins Castorama, il sagit de magasins de la région parisienne, pour lessentiel, ainsi que du Nord, du Maine-et-Loire et de Seine-Maritime.

Fermeture annoncée du magasin Castorama de Darnétal près de Rouen

Au total, ces 11 fermetures concernent 789 salariés, qui se verront proposer un poste similaire au sein de ces deux enseignes en France

Selon Kingfisher, ses activités sont tirées vers le bas par ses activités en France, dont il juge la rentabilité insuffisante.

Ces fermetures illustrent les difficultés rencontrées depuis plusieurs années par le groupe en France, ce qui pèse sur ses résultats et a notamment coûté sa place à la directrice générale Véronique Laury, qui va prochainement quitter ses fonctions.

En 2018, lenseigne affiche en France un chiffre daffaires de 2,819 milliards deuros, pour un bénéfice net de seulement 26 millions deuros – soit moins de 1% de son chiffre daffaires.

Le redressement de cette enseigne française est une priorité, selon Kingfisher, qui compte pour cela sur une baisse des prix, des réductions de coûts via des suppressions de postes et sur une meilleure efficacité de l’enseigne sur le plan logistique.

Si Brico Dépôt a vu ses ventes légèrement progresser lors de l’exercice annuel clos fin janvier, Castorama a en revanche souffert, avec une activité en nette baisse, du fait d’une moindre fréquentation des magasins, de prix plus élevés que ses concurrents ou encore du mouvement des “gilets jaunes”.

“Castorama France enregistre une performance décevante, et nous avons commencé à mettre en oeuvre un plan clair, avec une nouvelle équipe dirigeante, pour remédier durablement à cette situation”, souligne Véronique Laury.

Le groupe compte par ailleurs également baisser le rideau de 19 magasins en Allemagne sous l’enseigne Screwfix, laquelle s’adresse aux professionnels de l’équipement domestique.

Kingfisher entend se relancer en outre en changeant de patron, puisqu’il a annoncé mercredi dans un communiqué le prochain départ de sa directrice générale.

Le groupe explique s’être mis à la recherche d’un nouveau patron et précise n’avoir pas encore fixé de date pour le départ effectif de Véronique Laury en poste depuis fin 2014.

La dirigeante, qui soutient cette décision, va rester directrice générale jusqu’à nouvel ordre, est-il précisé.

Non seulement les résultats financiers de Kingfisher sont en berne, mais le plan de transformation du groupe porté par la directrice générale depuis 2016 peine à porter ses fruits.

L’annonce du départ de sa dirigeante s’est accompagnée de la publication par le groupe Kingfisher de résultats annuels moroses comme en témoigne un bénéfice net qui a fondu de plus de moitié à 218 millions de livres lors de l’exercice 2018-2019 achevé fin janvier.

Les ventes sont quasi-stables à 11,7 milliards de livres, tirées vers le bas par ses activités en France.

Kingfisher assure par ailleurs que son plan de transformation, baptisé «One Kingfisher», avance dans la bonne direction. Il est censé unifier les produits que le groupe vend dans toutes ses enseignes, mettre sur pied une plateforme informatique unique et permettre de réaliser des économies de coûts.

Le groupe britannique de magasins de bricolage Kingfisher a annoncé mercredi envisager la fermeture dici deux ans de 15 magasins Castorama en Europe, jugeant leur rentabilité insuffisante. Neuf magasins Castorama et deux Brico Dépôt sont visés par ce plan en France. Leur fermeture interviendra dici à novembre 2020.

Au total, ces 11 fermetures concernent 789 salariés, qui se verront proposer un poste similaire au sein de ces deux enseignes en France, selon un communiqué. Ces fermetures illustrent les difficultés rencontrées depuis plusieurs années par le groupe, ce qui pèse sur ses résultats et a notamment coûté sa place à la directrice générale Véronique Laury, qui va prochainement quitter ses fonctions.

On ne peut pas prendre les gens pour des pions, les gens ont une vie, ils ne sont pas mobiles au gré des besoins, a réagi auprès de lAFP Jean-Paul Gathier, délégué FO au sein de Castorama, ayant participé mercredi au CCE au siège de lenseigne à Templemars (Nord). Selon lui, les syndicats sy attendaient. Selon les syndicats, les magasins Castorama concernés se situent à Lille, Paris et la région parisienne (Seine-et-Marne, Val-dOise, Essonne), ainsi quà Darnetal (Seine-Maritime) et Angers (Maine-et-Loire).

Au total, le groupe britannique possède 224 magasins pour plus de 18.000 salariés en France, où le marché du bricolage est à la peine. Kingfisher indique avoir ciblé des magasins dont la fréquentation était irrémédiablement en baisse malgré des tentatives de relance. Les 11 magasins français sont compris dans un plan de 15 fermetures en Europe, auxquelles sajoutent celles de 19 magasins en Allemagne sous lenseigne Screwfix, ciblant les professionnels de léquipement domestique.

Le redressement de ses activités en France, en particulier Castorama, est une priorité pour Kingfisher. Il compte pour cela sur une baisse des prix, des réductions de coûts par le biais de suppressions de postes et davantage defficacité sur le plan logistique. Si Brico Dépôt a vu ses ventes légèrement progresser sur lexercice annuel clos fin janvier, Castorama a en revanche souffert dune activité en nette baisse, de prix plus élevés que ses concurrents ou encore du mouvement des gilets jaunes en fin dannée.

LIRE AUSSI – Le plan pour remettre Castorama déquerre vire au casse-têteLIRE AUSSI – Transformation douloureuse pour Castorama

Benzutalors ! On nous a pourtant dit que seule l'Angleterre allais souffrir et uniquement a cause du Brexit.

Macron et son gang de rapineurs appauvrissent les consommateurs , voilà le résultat et ce n'est pas fini.

C'est pour ça qu'il faut repousser l'âge de la retraite, vu qu'il y a de moins en moins de boulot !

Prévisible. Il y a quinze jours, nous avons voulu acheter une pompe à chaleur dans un Castorama, mais après un quart d'heure perdu à chercher un vendeur, nous sommes repartis bredouilles et certains qu'ils ne nous reverraient plus. Ce n'était pas la première fois et trouver un vendeur disponible dans ce genre de magasins relève de la performance.

Les futurs chômeurs pourront traverser la rue, afin de vérifier si ils trouveront un nouveau travail?! Si ce nest pas le cas, cest que se sont des fainéants qui ne veulent pas travailler ( selon lidiologie des droiteux)!

CASTORAMA fut fondé par Monsieur Christian DUBOIS négociant en matériaux au port fluvial à LILLE puis à LESQUIN, ce dans les années 1970… Son concurrent était dès le départ LEROY MERLIN (Monsieur Adolphe LEROY et ses trois fils) à NOEUX LES MINES dans le Pas de Calais. LEROY MERLIN fut vendu au groupe AUCHAN qui construisit de vastes magasins modernes. Le premier magasin moderne s'implanta à RONCQ (TOURCOING). Actuellement LM construit encore un plus beau magasin au même endroit… Je pense que KINGFISHER n'a pas compris "la mentalité bricolage" en FRANCE, c'est à dire au sens noble. Ils se sont fourvoyés dans leur présentation et ont choisi des vendeurs non motivés. C'est bien triste.

La débâcle économique française !! Rien ny fait malgré la magouille des chiffres de reprise économique !!!

Qu'une entreprise fasse du bénéfice c'est le but du "jeux". Qu'en actionnaire soit rémunéré quoi de plus normal. Toutefois est-ce raisonnable de voir les actionnaires réclamer de 8, 12 voire 15 % alors que le taux de croissance est de 1,5 à 2 % et que les taux d'intérêts bancaires rémunérant l'épargne vont de 0,3 à 3 % ? Vouloir 10 % de rentabilité est-ce raisonnable ? Il y a peut-être un problème au niveau du positionnement des curseurs. Sinon effectivement rien à dire.

Eh oui, si votre rentabilité n'atteint pas environ 10% vous n'avez rien pour financer recherche, développement, recentrages etc… Une boite qui ne fait pas de marge suffisante est condamnée à faire du surplace pendant que la concurrence avance à marche forcée. Et un jour elle ne fait même plus de marge du tout faute de clients. Et elle disparaît.

En matière de bricolage, pas sûr que les enseignes du Net citées soient responsables. Les actionnaires n'ont jamais assez de bénéfices. On ne dit pas que ces magasins Castorama ne sont pas rentables, on dit qu'ils ne sont pas assez rentables Il existe, là, une nuance. Au lieu de rapporter 4 millions d'euros de bénéfices nets pa, il n'en rapportent que 2 ?

Les acheteurs iront chez les concurrents ( Le roy-merlin et autres ….et internet ! ) C'est la vie du commerce et de la concurrence !

Castorama avait délocalisé des services au Luxembourg… Et moi, le client potentiel (je viens de changer les radiateurs de ma maison), j'ai aussi délocalisé ma chalandise…

à partir du moment où le rendement pour les actionnaires n'augmente pas, on ferme ! c'est la règle de l'économie financiarisée ! les actionnaires détiennent le pouvoir absolu ! peu leur importe – ainsi qu'aux enseignes concernées – les "dégâts collatéraux " (chômage, etc..) ; bien triste époque !…

@ FIB 87 & àè A quelle époque les commerces restaient ouvert malgré des pertes ? peut être vous également avez accepté de travailler sans salaire …! Quand vous aurez appris à réfléchir ,nous éviterons ce type de réflexion ….

Devenez actionnaire et achetez des actions si cest si simple. Ah oui, il est vrai, cest risqué. On peut aussi perdre.

C'est parce qu'il y a des actionnaires qu'il y a des entreprises et donc de l'emploi.

Exactement. Avec un nom sonnant bien européen, comme Cooke & Lewis (qui n'a plus vu d'anglais depuis la Guerre des Boxers).