Tripoli déplore l absence de solidarité de la France face à lattaque du maréchal Haftar – Le Monde

Tripoli déplore l\ absence de solidarité  de la France face à l\attaque du maréchal Haftar - Le Monde

Libye: Des explosions et des frappes aériennes secouent Tripoli

Les combats ont redoublé dintensité samedi aux portes de Tripoli, après lannonce par les forces loyales au gouvernement dunion nationale (GNA) dune “phase dattaque” contre les troupes du maréchal Khalifa Haftar lancées à la conquête de la capitale libyenne.

Les troupes de lArmée nationale libyenne (ANL) du maréchal Haftar, lhomme fort de lest du pays, ont lancé le 4 avril une offensive contre le GNA, dirigé par Fayez al-Sarraj et seul gouvernement reconnu par la communauté internationale.

Laéroport de Mitiga, situé à lest de Tripoli, avait été la cible le 8 avril dun raid aérien revendiqué par lArmée nationale libyenne (ANL), la force du maréchal Khalifa Haftar, le rival du GNA. Depuis, il est ouvert seulement pour les vols nocturnes (de 15H00 à 6H00 GMT).

Les positions étaient figées dans la banlieue sud de Tripoli depuis plusieurs jours. Mais après avoir contenu la progression de lANL, “nous avons commencé la phase dattaque”, a déclaré samedi à lAFP Moustafa al-Mejii, un porte-parole de lopération militaire du GNA.

Le trafic aérien a été suspendu durant quelques heures à Tripoli dans la nuit de samedi à dimanche, pour des "raisons de sécurité", a annoncé laéroport de Mitiga, le seul fonctionnel dans la capitale libyenne, mais les vols ont repris.

“Des ordres ont été donnés dès les premières heures de la matinée pour avancer et gagner du terrain”, a-t-il affirmé.

Cette contre-attaque intervient au lendemain de lannonce par la Maison Blanche dun entretien téléphonique lundi entre le président Donald Trump et Haftar sur une “vision commune pour la transition de la Libye vers un système politique démocratique et stable”.

LANL, autoproclamée par le maréchal Haftar, homme fort de lest libyen, mène depuis le 4 avril une offensive en vue de semparer de Tripoli, siège du GNA de Fayez al-Sarraj, reconnu par la communauté internationale.

Les deux hommes ont notamment discuté “de la nécessité de parvenir à la paix et à la stabilité en Libye”, selon la Maison Blanche, indiquant que le président américain a “reconnu le rôle significatif du maréchal Haftar dans la lutte contre le terrorisme et la sécurisation des ressources pétrolières de Libye”.

Au moins deux vols ont été déroutés vers laéroport de Misrata, à 200 km plus à lest, selon la page officielle de laéroport sur Facebook qui a annoncé tôt dans la matinée la reprise des vols.

Libye. Des explosions et des frappes aériennes ciblent Tripoli

“Nous avons remporté la bataille politique et nous avons convaincu le monde que les forces armées (de lANL) combattent le terrorisme”, sest félicité samedi soir le porte-parole de lANL, Ahmad Al-Mesmari.

Libye: les choses se compliquent pour le maréchal Haftar

M. Mesmari a fait état de son côté de “combats très violents” sur plusieurs fronts, affirmant que “lennemi a reçu des renforts des terroristes dAl Qaida et de lEtat islamique et de mercenaires étrangers”.

“Malgré les condamnations, il est clair que certains pays, dont la France et les Emirats arabes unis, disent une chose publiquement mais espèrent secrètement que laction de Haftar sortira la Libye de sa profonde crise politique”, écrit dans la revue Foreign Affairs un ex-diplomate américain en poste à Tripoli, aujourdhui consultant, Ethan Chorin.

Il na toutefois pas reconnu la perte de certaines positions, en particulier à Ain Zara, dans la banlieue sud de Tripoli.

Des manifestations à Tripoli pour dénoncer loffensive de Haftar et le rôle de la France

Une équipe de lAFP a observé une progression des forces pro-GNA dans cette région, où la ligne de front sest déplacée de quelques kilomètres vers le sud.

Les combats faisaient encore rage dans laprès-midi sur une nouvelle ligne, départagée par une butte de terrain. Les deux camps sy affrontaient à coups de rafales darmes légères et de mitrailleuses, de tirs dobus, de roquettes et de canons antiaériens.

Ce qui complique le travail de lONU, cest la division extrême au sein du Conseil de sécurité. Jétais dans une séance fermée il y a deux jours (jeudi soir exactement) jai poussé tant que jai pu, et cest mon rôle, pour un cessez-le-feu ou au moins une trêve humanitaire, pour une résolution en ce sens et jai découvert un Conseil de sécurité très divisé qui limitait grandement les possibilités du secrétaire général de lONU et de son représentant sur place davancer vers un cessez-le-feu ou un retour à la table des négociations. Les États-Unis ne voulaient pas du projet anglais, la Russie non plus et peut-être pas pour les mêmes raisons, il y avait les trois pays africains présents qui voulaient que lUnion africaine soit citée. En somme, un Conseil de sécurité qui allait dans tous les sens et cela minquiète au plus haut point. La division de la communauté internationale, à supposer quelle existe, minquiète autant que les combats sur le terrain. Il faut quand même dire que la présidence allemande a fait tout ce quelle a pu pour maider, elle a poussé dans le sens dune trêve humanitaire, mais la plupart des pays présents nen voulaient pas.

Les lourdes détonations des combats ont retenti dans plusieurs quartiers de la capitale libyenne durant toute la journée.

La Force de protection de Tripoli -coalition de milices tripolitaines pro-GNA et appuyée par la force anti-terroriste de la ville de Misrata- a aussi avancé à Wadi Rabie, également située dans la banlieue sud de Tripoli, à la faveur dune attaque à “lartillerie lourde et aux armes de calibre moyen dès les premières heures de la matinée”, a indiqué à lAFP un commandant de cette force sur le terrain.

Sept frappes aériennes ont été menées contre des positions militaires de lANL, notamment au sud de Gharian, localité située à une centaine de kilomètres au sud-ouest de Tripoli, ainsi que contre la base aérienne dal-Wotya, à une cinquantaine de kilomètres plus loin, a indiqué un autre porte-parole, le colonel Mohamad Gnounou.

À lONU, la France dit soutenir le secrétaire général et son représentant. Jai vu quelques éléments dans ce sens-là, mais je dois avouer que sur le terrain, il peut y avoir autre chose. Moi, je ne peux que me contenter de ce que lon me dit, je nai pas les moyens de voir ce qui se passe sur le terrain. Il est vrai que le ministre de lIntérieur du gouvernement de Tripoli est en colère contre la France, il doit avoir ses raisons. Vous savez, les Nations unies nont pas de service de renseignement pour surveiller les uns et les autres et, en ce qui me concerne, je retiens que la France soutient lactivité des Nations unies en Libye. Je crois que la plupart des pays sur laffaire libyenne ne sont pas entièrement transparents.

Se félicitant de l”avancée” de ses troupes, M. Sarraj les a appelées dans un communiqué à respecter le droit humanitaire international.

Jusquà ce quil y ait une autre résolution des Nations unies, je ne peux que travailler avec lui. Il y a une résolution des Nations unies qui minvite à le considérer comme le gouvernement légitime du pays. Cette résolution, je dois lappliquer. Cela ne nous a pas empêchés en tant que mission en Libye douvrir un bureau à Benghazi, de tenter douvrir un bureau à Sebha dans le Sud et dentrer en contact avec toutes les forces politiques du pays.

De son côté, lANL a affirmé “prendre le contrôle de plusieurs nouvelles positions sur les fronts des combats à Tripoli”.

En Direct #Sri Lanka #Ukraine France Afrique Reportages Les plus vus / Afrique Libye : intensification des combats au sud de Tripoli Première publication : 20/04/2019 – 19:24Dernière modification : 21/04/2019 – 11:42

Libye: entre la France et le maréchal Haftar, trois ans dentraide

“Nos forces progressent alors que les milices du GNA battent en retraite sur tous les fronts”, a-t-elle indiqué sur sa page Facebook officielle, ajoutant que “des renforts sont arrivés sur les fronts –des brigades militaires, des bataillons de larmée– pour (remporter) la bataille le plus tôt possible”.

#Autres pays : Les forces loyales au gouvernement d'union nationale (GNA) en Libye consolidaient dimanche leurs positions après de violents combats contre les troupes du maréchal Khalifa Haftar aux portes de la capitale Tripoli, cible de bombardements aériens nocturnes.

Depuis le début de loffensive de Haftar, le 4 avril, les combats ont fait au moins 220 morts, 1.066 blessés et plus de 30.000 déplacés, selon lONU, qui redoute dune reprise des affrontements dans ce pays régulièrement secoué par les conflits depuis la chute de Mouammar Khadafi en 2011.

 Surpris de l’attitude française face à l’attaque de Tripoli …?! De qui se moque-t-on !!! Qui a assassiné le Guide le Colonel Kadhafi Allah Yarhmou sa famille et massacré les libyens si ce n’est le couple SARKOZY/ BHL et créé sciemment le chaos libyen et par extension sahélien avec cette vague d’immigration massive procédé sioniste de déstabilisation du pays qui est en première ligne. Bourbier à l’irakienne bis… Tout le monde veut sa part du gâteau libyen plein d’or noir. Il faut constituer une Résistance Libyenne armée type Hezbollah ou Hachd al Chaabi en Irak ou même Ansarullah au Yémen qui lutte et contre le terrorisme sioniste et contre la présence de toute force étrangère sur le territoire libyen. Rappel l’axe occidentalosioniste a déposé en Libye des DECHistes de Syrie….. Seule et unique solution pour une recouvrance pleine et entière de la souveraineté libyenne Seïf al Islam Kadhafi qui dispose du soutien de nombreuses tribus libyennes et jouit toujours d’une très grande popularité au risque de me répéter.

Donald Trump et le maréchal Haftar discutent dune “vision commune” pour la Libye

Son émissaire en Libye, Ghassan Salamé, a mis en garde jeudi contre un “embrasement généralisé” du pays, jugeant dans un entretien à lAFP que loffensive dHaftar avait été “encouragée” par les divisions internationales.

Libye : la France accusée de jouer double jeu, Tripoli suspend ses relations avec Macron

Limpasse persiste au Conseil de Sécurité, où le Royaume-Uni sest efforcé en vain, avec le soutien de lAllemagne et la France, de faire approuver une résolution réclamant un cessez-le-feu et un accès humanitaire inconditionnel aux zones de combat.

Mais les Etats-Unis et Russie, pour une fois sur une même ligne, ny sont pas favorables, au risque daffaiblir les efforts de lONU dans ce dossier.

Sur l’emblématique esplanade de la capitale libyenne, des points jaunes constellent la masse vert-rouge-noir des drapeaux libyens, de toutes tailles, brandis par les manifestants.Les partisans des forces loyales au gouvernement d’union nationale (GNA) de Fayez Al-Sarraj, reconnu par la communauté internationale, se sont rassemblés pour crier leur opposition au maréchal Haftar, l’homme fort de l’est de la Libye. Ce dernier a lancé le 4 avril une offensive sur Tripoli.

Chaque semaine, recevez lessentiel de lactualité sur le thème de lAfrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

Les racistes, regionalistes et separatistes de Benghazi avaient invite l’intervention etrangere en Libye, ils arboraient le tricolore de la France et criaient comme vous le remarquez ‘ one two three viva Sarkozy ‘ et lui repondaient ‘ vive Benghazi ‘. Les traitres de Benghazi qui avaient meme des sympathisants dans notre pays constitue la 5e colonne de la Libye. Le loup est rentre dans la bergerie parce qu’on lui a ouvert la porte. La colonisabilite .

× / Facebook Twitter WhatsApp Facebook Messenger Pinterest LinkedIn Email Plus Newsletter info Recevez chaque matin une synthèse de lactualité

Des Libyens enfilent des gilets jaunes pour dénoncer le soutien de Paris à Haftar

Les forces de lArmée nationale libyenne (LNA) du maréchal Khalifa Haftar ont lancé voici plus de deux semaines une offensive contre Tripoli, mais elles ont été stoppées dans les faubourgs sud par les troupes du gouvernement dunion nationale (GNA).

Un journaliste de Reuters et plusieurs habitants ont dit avoir vu un avion survoler la ville pendant plus de dix minutes samedi soir et que celui-ci avait émis un son puissant avant douvrir le feu sur plusieurs zones.

Un autre avion a survolé la capitale pendant une dizaine de minutes puis une puissante explosion a été entendue au sol. On ignore si un avion ou un drone sans pilote est à lorigine de ces frappes, qui ont déclenché des tirs de la batterie antiaérienne.

Les autorités ont fermé le seul aéroport opérationnel de Tripoli, mais il a été rouvert quelques heures plus tard, comme lannonce son site internet.

Libye : pressé par Poutine, Donald Trump apporte son soutien au maréchal Haftar

Sil sagit dune frappe de drone, cela marquerait le début dune guerre plus sophistiquée. Jusquà présent, la LNA a utilisé principalement des avions soviétiques vieillissants appartenant à larmée de lair de Mouammar Kadhafi, renversé en 2011, à la puissance de feu et à la précision défaillantes, ainsi que dhélicoptères, selon des habitants et des sources militaires.

Ces frappes interviennent après une journée de violents affrontements dans les quartiers sud de la capitale libyenne, Tripoli, où le bruit des pilonnages pouvait être entendu jusque dans le centre.

Les combats, qui ont débuté le 3 avril dans ce secteur, ont fait 227 morts et 1.128 blessés, selon un bilan de lOrganisation mondiale de la santé (OMS) fourni avant les frappes aériennes.

Le regain de combats est survenu après lannonce faite vendredi par la Maison blanche que le président américain Donald Trump avait eu un entretien téléphonique dans la semaine avec le maréchal Haftar, dont le fief est Benghazi dans lest de la Libye.

(Ulf Laessing, Ahmed Elumami et Ayman al-Warfalli; Arthur Connan et Eric Faye pour le service français)