À lONU, la France dénonce la position des États-Unis sur les violences sexuelles – Le Figaro

À lONU, la France dénonce la position des États-Unis sur les violences sexuelles - Le Figaro

Violences sexuelles: la France dénonce à lONU la menace de veto agitée par les Etats-Unis

La France a vivement dénoncé ce mardi à lONU les Etats-Unis pour avoir vidé de sa substance un projet de résolution allemand censé intensifier la lutte contre les violences sexuelles faites aux femmes lors des conflits.

Nous sommes consternés par le fait quun Etat ait exigé le retrait de la référence à la santé sexuelle et reproductive pourtant agréée dans de précédentes résolutions en 2009 et 2013, a déclaré lambassadeur français à lONU, François Delattre. Nous déplorons que des menaces de veto aient été agitées par des membres permanents de ce Conseil pour contester 25 ans dacquis en faveur des droits des femmes dans des situations de conflits armés, a-t-il ajouté.

Selon des diplomates, lopposition de ladministration conservatrice de Donald Trump a été déterminante pour empêcher un consensus à ce sujet. Depuis plus dune semaine, Washington sest efforcé de gommer dans le texte les mentions relatives aux femmes tombant enceintes après un viol, afin de ne pas favoriser les avortements.

Quand le président des États-Unis en temps de paix dit <<Quand vous êtes une star, [les femmes] vous laissent faire, vous pouvez faire tout ce que vous voulez, les attraper par la chatte, faire ce que vous voulez. Révélés par le Washington Post, ces propos tenus en septembre 2005 par Donald Trump constituent une nouvelle preuve du comportement désastreux du candidat républicain envers les femmes. Alors en temps de guerre….

Je suis nostalgique du temps où le Quai dOrsay défendait la France plutôt que lidéologie bourgeoise de quelques associations extrémistes ayant manifestement pignon sur rue dans les arcanes du pouvoir.

“Nous sommes consternés par le fait quun Etat ait exigé le retrait de la référence à la santé sexuelle et reproductive pourtant agréée” dans de précédentes résolutions en 2009 et 2013, a déclaré lambassadeur français à lONU, François Delattre.

Violences sexuelles: la France dénonce une menace de veto américain

La Droite Conservatrice…de pire en pire. Regardez la série "Handmaid's tale", cette série decrit les dérives de cette droite catho conservatrice.

“Il est inexplicable que laccès à la santé sexuelle et reproductive ne soit pas explicitement reconnu aux victimes de violences sexuelles, elles qui sont souvent la cible datroces exactions et de mutilations barbares”, a aussi lancé le diplomate.

Les droits des femmes reculent partout tandis que les conservateurs ou les radicaux religieux progressent.

On croit rêver. En 2019 un pays comme les Etats Unis oppose un veto à une résolution contre les violences sexuelles en temps de guerre. Le Moyen Age n'aurait pas fait mieux

Lamentable politique américaine . La France a raison de condamner. Une fois de plus démonstration que dans les relations internationales la force prime le droit. Rien de nouveau sous le soleil.

J'etais anti communiste primaire parce que je trouvai le communisme primaire et maintenant pour la mème raison je deviens anti americaniste

Ce serait intéressant d'avoir plus de détails: pourquoi les US changent de position? quel est leur rationnel?

Il est inexplicable que laccès à la santé sexuelle et reproductive ne soit pas explicitement reconnu aux victimes de violences sexuelles, elles qui sont souvent la cible datroces exactions et de mutilations barbares.

"Washington a menacé d'imposer un veto si des mentions évoquaient les droits reproductifs, craignant un encouragement aux avortements." Si on peut qualifier cette opposition de rationnelle…

On va se faire torpiller par les US pour faire plaisir à l'Allemagne qui ne nous défend jamais !!

La France a vivement dénoncé mardi à lONU les Etats-Unis pour avoir vidé de sa substance un projet de résolution allemand censé intensifier la lutte contre les violences sexuelles faites aux femmes lors des conflits.

“Nous sommes consternés par le fait quun Etat ait exigé le retrait de la référence à la santé sexuelle et reproductive pourtant agréée” dans de précédentes résolutions en 2009 et 2013, a déclaré lambassadeur français à lONU, François Delattre.

“Nous déplorons que des menaces de veto aient été agitées par des membres permanents de ce Conseil pour contester 25 ans dacquis en faveur des droits des femmes dans des situations de conflits armés”, a-t-il ajouté.

Après amputation de nombreuses mentions à la demande des Etats-Unis, mais également de la Russie et de la Chine, la résolution a été adoptée par 13 voix et deux abstentions, celles de Moscou et Pékin. “Des concessions importantes ont été accordées sous la pression de plusieurs membres permanents qui nont pas permis au texte daller aussi loin que nous laurions souhaité”, a poursuivi François Delattre.

“Il est inexplicable que laccès à la santé sexuelle et reproductive ne soit pas explicitement reconnu aux victimes de violences sexuelles, elles qui sont souvent la cible datroces exactions et de mutilations barbares”, a aussi lancé le diplomate.

Alors que les “victimes ont de toute évidence besoin de ces soins”, “cette omission est inacceptable et porte atteinte à la dignité des femmes”, a-t-il insisté.

“De même, il est intolérable et incompréhensible que le Conseil de sécurité soit incapable de reconnaître que les femmes et les filles qui ont subi des violences sexuelles en temps de conflit et qui nont évidemment pas choisi dêtre enceintes, ont le droit davoir le choix dinterrompre leur grossesse”, a-t-il dit. “Les femmes doivent pouvoir disposer librement de leur corps”, a-t-il réclamé.

Selon des diplomates, lopposition de ladministration conservatrice de Donald Trump a été déterminante pour empêcher un consensus à ce sujet. Depuis plus dune semaine, Washington sest efforcé de gommer dans le texte les mentions relatives aux femmes tombant enceintes après un viol, afin de ne pas favoriser les avortements.