Européennes en France : qui sont les gagnants et les perdants ? – Le Progrès

Européennes en France : qui sont les gagnants et les perdants ? - Le Progrès

Élections européennes: Les écologistes, arbitres du nouveau Parlement – News Monde: Europe

LAllemande Ska Keller, membre des Verts européens, est candidate à la succession de Jean-Claude Juncker. Image: EPA

var badword = 0; var badwordserch = 1; Le prochain Parlement européen sera plus fragmenté quil na jamais été, mais il nest pas sur le point dêtre empêché par une frange de partisans dune déconstruction de lUnion européenne. Selon les projections disponibles dimanche en début de soirée, les partis situés à la droite du Parti populaire européen (PPE) cumuleraient 163 voix, soit 21,7 des voix. Cest beaucoup, presque autant que le grand parti de centre droit, le PPE (23%), mais ne sera pas suffisant pour bloquer la machine.

Macron perd son pari mais maintient son cap en France et en Europe

Au soir de lélection, les Européens qui se sont mobilisés comme jamais depuis vingt ans ont brisé la grande coalition entre sociaux-démocrates et chrétiens-démocrates qui menaient le jeu depuis plus de trente ans et avaient lhabitude de se partager les postes clés. Ils viennent de perdre leur majorité, à 42% à peine ensemble. Les Verts, grâce à leur succès historique en Allemagne, et les libéraux, qui bénéficient de lémergence de La République en marche! (LREM), le parti du président français Emmanuel Macron, seront les faiseurs de roi du nouveau cycle politique de lUnion. Ils cumulent ensemble 23% des sièges, contre 16% sous la précédente mandature. Il faudra donc une large coalition pour assurer lélection du prochain président de la Commission européenne qui succédera à Jean-Claude Juncker dont le mandat sachève le 31 octobre.

Pourtant, en installant ces élections comme un match entre Marine Le Pen et lui-même, en promettant de mettre “toute son énergie” à empêcher le RN darriver en tête et en laissant entendre quune place de deuxième serait pour son camp une défaite grave, le chef de lEtat avait pris le risque de dramatiser une défaite.

Nous voulons un programme robuste pour les cinq prochaines années, a expliqué le chef de file des libéraux, lancien premier ministre belge Guy Verhofstadt. Le leader belge des Verts, Philippe Lamberts, a lui aussi averti que la nomination du prochain président, qui devra réunir une majorité des députés, ne pourra se faire que sur la base dengagements fermes sur le climat et le social.

Macron se sent conforté malgré la défaite

Paradoxalement, léchec des négociations avec le Royaume-Uni nuit à la grande alliance des souverainistes que lItalien Matteo Salvini espérait composer et regrouper au sein dun groupe unique. Lundi, des représentants des principales composantes de la droite de la droite – Ligue du Nord italienne, Rassemblement national français, Brexit Party – se concerteront à Bruxelles pour voir comment aller de lavant. Mais tous les calculs du vice-président du Conseil italien avaient été faits sur la base du Brexit. Le maintien des Britanniques au sein du Parlement, où le parti de Nigel Farage, le héros britannique du Brexit, devrait former le plus groupe politique, change la donne. Il siège pour linstant avec le Mouvement 5 étoiles italien et quelques dissidents du Rassemblement national français dans un groupe à part, séparé du FPÖ des nationalistes autrichiens, de la Ligue du Nord et des élus loyaux à Marine Le Pen. Enfin, les élus fidèles au parti conservateur britannique siègent dans un troisième groupe avec les nationalistes polonais du PiS. Bref! Lunion de la droite de la droite risque dêtre compliquée.

“Avec un autre président, on aurait prédit un coup darrêt des réformes. Mais ce président garde un côté joueur de poker qui prend des risques”, a commenté lanalyste Philippe Moreau-Chevrolet, pour qui Emmanuel Macron jouait aussi sa place de rempart contre Marine Le Pen pour la présidentielle de 2022.

Lenjeu des semaines à venir sera la formation dune coalition entre démocrates-chrétiens, sociaux-démocrates, libéraux et Verts pour assurer la succession de Jean-Claude Juncker. Les chefs dÉtat et de gouvernement des Vingt-Huit doivent se retrouver mardi à Bruxelles pour parler nominations. La position de lAllemand Manfred Weber, candidat du PPE, est affaiblie par le résultat de lélection. À linverse, la Danoise Margrethe Vestager, candidate du Parti libéral, a le vent en poupe. Le Parlement doit reprendre sa session en juillet seulement, quelques jours après un nouveau Conseil européen où devrait être arrêté le programme de lUnion pour les cinq années à venir.

En France, la première surprise est tombée avant 20 h quand les estimations de la participation se sont révélées supérieures à 50%: ce scrutin européen, dont on pensait quil intéressait très modérément les Français, a mobilisé les électeurs beaucoup plus que prévu.

“Compte tenu du désaveu démocratique que le pouvoir subit ce soir, il appartiendra au président de la République d’en tirer les conséquences, lui qui a mis son crédit présidentiel dans ce scrutin en en faisant un référendum sur sa politique, et même sur sa personne”, a déclaré Marine Le Pen.

Du coup, dans les états-majors des partis, une grande nervosité régnait en fin daprès-midi: qui allait profiter de cette participation, et qui allait en souffrir? Le premier gagnant, cest le Rassemblement national (RN), qui arrive en tête avec des estimations entre 23% et 24% des suffrages selon les instituts de sondage. En réalité, cest le résultat que tout le monde attendait: le mouvement de Marine Le Pen devance dun ou deux points La République en marche! (LREM) du président Macron, qui obtiendrait entre 22% et 22,5% des suffrages. Pour le président, cest une défaite symbolique car il avait fait de cette élection un match entre lui et Mme Le Pen, mais cette défaite reste limitée, car lécart est modéré.

La présidente du Rassemblement national Marine Le Pen a estimé dimanche soir que le président de la République “n’[avait] d’autre choix que de dissoudre l’Assemblée nationale” après l’arrivée de la liste LREM en deuxième place aux élections européennes.

La véritable surprise de la soirée – et dailleurs plus que dune surprise on peut parler dun authentique séisme politique – cest leffondrement de la droite traditionnelle, Les Républicains (LR). Ils étaient certains darriver en 3e position, ils espéraient atteindre les 15%, mais ils arrivent 4e, derrière les Verts, et nobtiennent quenviron 8,5% des voix.

Ce qui pour Les Républicains est une débâcle constitue en revanche un triomphe pour le mouvement Europe Écologie Les Verts de Yannick Jadot, crédité dun peu plus de 12,5% des voix. Avec Marine Le Pen, cest le grand gagnant de la soirée, et il peut se poser désormais en rassembleur potentiel de la gauche, devant La France insoumise et le PS, qui seraient à égalité avec 6,5% des suffrages chacun.

Sitôt après les chocs des résultats, les déclarations politiques étaient attendues. Radieuse, Marine Le Pen appelle le président Macron à tirer les conséquences de ce vote: Il doit au minimum dissoudre lAssemblée nationale. Elle ajoute que le RN est désormais le mouvement de lalternance, concluant sa prise de parole dun très présidentiel Vive la République et vive la France!

Selon la présidente du RN, “un grand mouvement pour l’alternance est né ce soir”. Elle a invité “tous les patriotes d’où qu’ils viennent à rejoindre le Rassemblement national”.  

En face, les poids lourds du parti de la majorité dépêchés sur les plateaux de TV minimisent leur défaite: Le message envoyé par les électeurs nest pas un message de crise politique, résume Sibeth Ndiaye, porte-parole du gouvernement. Tous font savoir quil est non seulement exclu de dissoudre lAssemblée, mais que le premier ministre, Édouard Philippe, devrait rester en place.

Lambiance était en revanche plombée chez les Républicains qui réalisent le pire score de lhistoire de la droite (8,48%), très loin du résultat de lUMP en 2014 (20,81%). "La droite traverse une crise profonde, tout est à reconstruire", sest désolé la tête de liste François-Xavier Bellamy. Cette reconstruction "sera longue et exigeante", a reconnu le patron du parti, Laurent Wauquiez, fragilisé.

Européennes: Marine Le Pen a voté à Hénin-Beaumont

Profondément marqué par sa défaite, le président LR, Laurent Wauquiez, tente den rejeter la faute sur Emmanuel Macron, qui avait transformé le scrutin en une croisade anti-Le Pen: Il na pas été un rempart contre le Rassemblement national, il a été lartisan de sa progression. Puis, rapidement, il se retire. Restent sur scène deux partis, le RN et LREM. Et un prétendant: les Verts. Alain Rebetez

Élections européennes Pourquoi sintéresser au sort de lUE? La réponse des journaux européens membres de lalliance LENA. Plus…

La liste Renaissance pro-Macron menée par lex-ministre Nathalie Loiseau suit à 22,41%, un score inférieur au résultat dEmmanuel Macron au premier tour de la présidentielle (24%). Une dizaine de points derrière, les écologistes d Europe Ecologie-Les Verts (EELV) surprennent en obtenant 13,47%, alors quils étaient donnés sous les 10% par les sondages.

Elections européennes 2019 : lextrême droite contenue et toujours divisée

Élections européennes Le Parlement élu dimanche devra se livrer à un bras de fer avec les chefs dÉtat pour nommer le futur président de la Commission Plus…

Les autres listes ont obtenu moins des 5% nécessaires pour envoyer des représentants au Parlement européen. Un nombre record de 34 listes, dont deux issues des "gilets jaunes" à 0,5% cumulé, concouraient à cette élection qui renouait avec une circonscription nationale unique. Le parti animaliste a obtenu un score surprenant de 2,1%.

Élections européennes Les élections européennes se déroulerons ce weekend. Interview avec François Hollande, ancien président français. Plus…

Marqué par une participation nettement plus élevée que prévu à 50,12%, le premier scrutin intermédiaire depuis le début du quinquennat a confirmé le duo de tête attendu et acté la recomposition de la scène politique enclenchée lors de la présidentielle de 2017.

Victoires de formations populistes, poussée des Verts ou participation en hausse: les électeurs européens se sont mobilisés dimanche pour dessiner un Parlement largement renouvelé, qui relègue les partis au pouvoir au second plan. Voici quatre enseignements de ce scrutin: – Les forces populistes et eurosceptiques, jusque-là éclatées, marquent des points dans la plupart des pays et pourraient prétendre cette fois à former une véritable coalition. – La mobilisation autour de la jeune Greta Thunberg, qui a rassemblé des centaines de milliers de jeunes Européens dans les rues ces derniers mois, a visiblement payé, et ce bien que les lycéens, très présents dans les manifestations, soient généralement trop jeunes pour voter. – Déjouant les pronostics, les électeurs européens se sont massivement rendus aux urnes: la participation atteindrait 51% dans 27 pays de lUnion, selon les chiffres communiqués par le Parlement. – Les Britanniques ont voté les premiers, jeudi, pour ce qui devrait être leur dernier scrutin européen; ils ont logiquement porté en tête le Parti du Brexit de Nigel Farage, partisan dune rupture sans concession avec Bruxelles. Réd.

"Il y a une pointe de déception de ne pas être en tête mais aussi une pointe doptimisme car on obtient un score non négligeable avec une participation très élevée", plaide le N.2 de La République en marche (LREM) Pierre Person. "Et cest une satisfaction au regard du score des partis traditionnels", note-t-il, constatant la dégringolade de LR, du PS mais aussi de la France insoumise.

La décomposition politique saccélère

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions dutiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent. La rédaction

Européennes : le RN en tête juste devant LREM, EELV arrive troisième devant LR, selon les résultats partiels

Nous sommes heureux que vous voulez nous donner vos commentaires. Sil vous plaît noter les règles suivantes à lavance: La rédaction se réserve le droit de ne pas publier des commentaires. Ceci sapplique en général, mais surtout pour les propos diffamatoires, racistes, hors de propos, hors-sujet des commentaires, ou ceux en langues étrangères ou dialecte. Commentaires des noms de fantaisie, ou avec des noms manifestement fausses ne sont pas publiés non plus. Plus les décisions de la rédaction nest ni responsable déposée, ni en dehors de la correspondance. Renseignements téléphoniques ne seront pas fournis. Léditeur se réserve le droit également à réduire les commentaires des lecteurs. Sil vous plaît noter que votre commentaire aussi sur Google et autres moteurs de recherche peuvent être trouvés et que les éditeurs ne peuvent rien et est de supprimer un commentaire une fois émis dans lindex des moteurs de recherche.

"Comme Emmanuel Macron a installé Marine Le Pen comme principale opposante, il a offert un débouché politique à une partie de la population qui, au lieu de se disperser sur des listes dopposition, sest concentrée sur Marine Le Pen, présentée comme adversaire la plus déterminée de Macron", décrypte le politologue Jérôme Fourquet.

Les plus partagés Monde 1. La Russie veut affaiblir lUE avec lextrême droite 2. LIran ne fléchit pas face aux menaces américaines 3. A Singapour, les fumeurs envoyés dans des cabines 4. Un mort et 60 blessés dans un accident de car 5. Des ex-militaires sen prennent au gouvernement En relation Berlin en couleurs (1945)

Les dernières news Monde 15 morts après une rixe dans une prison au Brésil Affrontements Quinze détenus ont été tués dimanche au cours dune rixe dans une prison de lEtat de lAmazonas, au nord du Brésil. Plus…

Outre une entrée en mêlée plus tardive que ses concurrents – le programme na été dévoilé que le 8 mai – le choix de Mme Loiseau pour diriger la liste sera également disséqué: révélation de sa présence sur une liste dextrême droite lors délections étudiantes et maladresses verbales ont entaché sa partition.

Diplomatie Donald Trump est devenu le premier dirigeant étranger à rencontrer le nouvel empereur, Naruhito, lundi au Japon. Plus…

« Les 30 % de jeunes de moins de 30 ans qui avaient voté pour Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle ne se sont pas mobilisés pour nous cette fois. Ce résultat est donc clairement un échec. Cela s’explique aussi par le fait que depuis un an, Emmanuel Macron a voulu faire de ces élections un duel entre lui et le Rassemblement national. On retiendra donc, devant l’histoire, que c’est lui qui portera la responsabilité de l’arrivée de l’extrême droite au pouvoir. Quant à nous, même si nous n’avons pas obtenu le score escompté, nous aurons tout de même six à sept députés européens de plus que lors d la précédente mandature. Et vous pouvez compter sur eux pour faire entendre la voix de la France insoumise au Parlement européen. »

Macron sestime conforté, garde son cap en France et en Europe

Espagne Lancien Premier ministre français na terminé quà la quatrième place des élections municipales de Barcelone. Plus…

« Ma première constatation, c’est ce taux de participation record depuis trente ans, qui démontre que notre démocratie fonctionne. Ensuite, en ce qui nous concerne, nous réalisons un score globalement stable par rapport à la présidentielle. Et cela, c’est très important. On notera que lors de chaque scrutin européen, les gouvernements en place avaient pour habitude d’obtenir des scores bien plus bas. Ce n’est pas notre cas. Quant au Rassemblement national, il a voulu faire de ces élections un match retour de l’élection présidentielle. Mais il nen est rien. Au final, en France, nous aurons quasiment le même nombre de députés européens. Et au niveau européen, ce sont bien les progressistes qui auront la main et non pas le Rassemblement national et ses alliés. »

VIDÉO. En simpliquant dans la campagne, Macron a-t-il signé son échec ou, au contraire, limité la casse ? Quoi quil en soit, son face-à-face avec le RN va durer.

« Nous sentions un vrai décalage entre ce qu’annonçaient les sondages et notre ressenti, sur les terrains. Et cela s’est traduit dans les urnes, à travers une forte attente des citoyens sur les enjeux climatiques et de la biodiversité. Partout en Europe, il y a cette impatience et les jeunes nous ont montré qu’ils étaie,nt prêts à prendre ce virage écologique. EN revanche, on ne peut pas se réjouir de voir le bloc de droite dominé par le Rassemblement national, que nous combattons depuis toujours. A force d’avoir dit ‘‘c’est moi, ou le chaos’’, Emmanuel Macron porte une grande responsabilité sur ce résultat. Pour lui, c’est une défaite électorale personnelle et politique. »

Est-ce un échec ou les meubles ont-ils été sauvés ? Dans la mesure où Emmanuel Macron sétait engagé personnellement dans la campagne européenne, où il avait choisi dopposer frontalement progressistes et souverainistes, le score de La République en marche marque son propre échec : il a perdu le face-à-face quil a lui-même imprudemment installé avec le Rassemblement national. Certes, de moins dun point seulement. Certes, le Rassemblement national a recueilli moins de suffrages que le Front national aux précédentes élections européennes de 2014. Il nen reste pas moins que, comme la dit le Premier ministre,  quand on termine deuxième, on ne peut pas dire quon a gagné . Le parti de Marine Le Pen est bien le premier parti de France. Son poids, dans la vie politique française et, au-delà, au Parlement européen reste majeur.

« La première satisfaction, c’est le taux de participation, le plus haut de l’histoire e sélections européennes en France. Cela traduit un sursaut de la part des citoyens, les Français se sont réveillés. Quant à notre score, c’est évidemment une très belle victoire. Aujourd’hui, on peut réellement dire que le Rassemblement national est le premier parti de France. Même si depuis deux ans, tout le monde nous avait enterrés. Mais nous sommes partis très tôt dans cette campagne, nous avons misé sur une jeune tête d liste qui a parfaitement rempli son rôle. Aujourd’hui, nous avons démontré que nous étions le seul parti capable de battre Emmanuel Macron. »

Lire aussi EN DIRECT. Européennes 2019 : le RN devance de 0,9 point LREM, tous les résultats définitifs

Je regrette profondément les divisions qui ont amené l’extrême droite en tête à la sortie des urnes. Elle est à son étiage de 2014. Il nous appartient de continuer à la combattre sans relâche dans nos territoires en étant d’abord à l’écoute de nos concitoyens, notamment ceux qui ont le sentiment de la relégation sociale, ainsi que ceux nombreux, qui n’arrivent pas à boucler les fins de mois avec des problèmes majeurs de mobilité et de pouvoir d’achat. Les valeurs de la gauche progressiste sont bien vivaces, le score cumulé des listes de gauche dont la liste Place Publique/ Parti Socialiste en témoigne. Le rassemblement le plus large est plus que jamais nécessaire.

Macron : le président battu par Marine Le Pen [score et résultats]

On ne saura jamais toutefois si, en polarisant le combat autour de lui, le président a limité la casse ou si, au contraire, il a concentré sur sa personne les foudres de tous ses adversaires. Sil a, comme on sen réjouit à lÉlysée, conservé son socle électoral de 2017 ou sil la, au contraire, écorné, faisant la place encore plus belle à lex-Front national. En tout cas, son échec, puisque échec il y a, reste limité : même si elle a gagné le match, Marine Le Pen nobtiendra pas, comme elle la réclamé, la dissolution de lAssemblée nationale. Pas non plus, en perspective, de changement de Premier ministre, monté au contraire en première ligne dès dimanche soir. Bref, pas de tsunami à prévoir pour lexécutif après le vote européen.

Européennes: progression contenue des eurosceptiques, poussée écologiste

Lire la suite sur LePoint.frCoignard – Qui aura le scalp de Laurent Wauquiez ?EN DIRECT. Européennes 2019 : le RN devance de 0,9 point LREM, tous les résultats définitifsCotta – Débat pour les européennes : nouveaux visages, vieux tohu-bohuCotta – Débat des chefs de parti : le miracle na pas eu lieuRecevez la newsletter Le Point.fr