“France Médias”, le nouveau big bang de laudiovisuel public – Actu Orange

\

Laudiovisuel public va être regroupé dans une holding baptisée France Médias

Retour à laccueil Newsletter Alerte Info Recherche Ok Actualité Locales Sport Entertainment Economie Planète T'as vu ? Fake Off By the Web High-Tech Podcast Vidéos En Images Voyage Guide d'achat Le direct Services Jeux PDF Menu complet Retour à laccueil Médias Laudiovisuel public va être regroupé dans la holding  France Médias 

France Télévisions, Radio France, RFI et France 24, lIna… Les principales entreprises de l audiovisuel public vont être regroupées au sein dune holding baptisée  France Médias , a annoncé mardi le ministre de la Culture Franck Riester.

Cette holding, baptisée France Médias, verra le jour en 2021. Elle devra définir les orientations stratégiques et répartir le budget entre chacune des sociétés de laudiovisuel public, rapportent plusieurs sources syndicales. En revanche, elle ne gèrera pas les affaires éditoriales de chaque entité. Les actuels patrons de laudiovisuel public vont devenir des directeurs généraux, sous la houlette du – ou de la – PDG de la superstructure nommé par le conseil dadministration créé pour loccasion, indique-t-on de même sources.

Il y aura quelques exceptions : TV5Monde et Arte, aux statuts particuliers, ne seront pas intégrés dans cette holding. Celle-ci sera créée début 2021 et son président sera nommé par son conseil dadministration, au sein duquel lEtat sera minoritaire, a précisé le ministre, dans un entretien au Figaro à paraître mercredi.

Car cest lautre nouveauté de cette réforme, lensemble des dirigeants de ces entreprises seront nommés par leurs conseils dadministration, et non plus par le CSA. Une exception toutefois pour France Télévisions, car le mandat de Delphine Ernotte sachève en août prochain et, à cette date, il est certain que la loi ne sera pas encore promulguée. Son ou sa successeure sera alors désigné par le Conseil (…)

Ce grand  meccano  de laudiovisuel reviendra à regrouper sous un même toit des télévisions et des radios séparées depuis 1975. Le gouvernement souhaite notamment ladapter aux révolutions du numérique.

Comme lavaient indiqué des sources concordantes à lAgence France-Presse début septembre, le gouvernement, qui souhaite un service public plus efficace et agile face aux révolutions du numérique, a opté pour la solution dun regroupement des entreprises du secteur au sein dune même entité, une holding baptisée “France Médias”. “Le projet de loi que je porte prévoit la création dune société mère à la tête dun groupe baptisé France Médias. La société mère détiendra 100 % du capital des sociétés filles: France Télévisions, Radio France, France Médias Monde (qui chapeaute RFI et France 24, ndlr) et lIna (Institut national de laudiovisuel)” , a précisé le ministre au Figaro.

Le gouvernement doit présenter ce mercredi le volet de la réforme sur l'audiovisuel public. Une holding va être créée et c'est le conseil d'administration qui devra nommer le président de cette holding.

“Cest le meilleur système pour garantir la nomination dun président compétent et indépendant”, sans revenir au régime en rigueur sous le quinquennat Sarkozy où cest le président de la République lui-même qui désignait le patron de France Télévisions, a plaidé Franck Riester. Enfin, le ministre a annoncé que la future autorité de régulation issue de la fusion entre le Conseil supérieur de laudiovisuel et de lHadopi (lagence de lutte contre le piratage des oeuvres en ligne), dont il a annoncé la création au début du mois, toujours dans le cadre de cette réforme, sappellerait “lAutorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique”, et aurait pour sigle lARCOM.