Face aux frappes de la Turquie en Syrie, lUE menace, la France condamne – Le HuffPost

Face aux frappes de la Turquie en Syrie, l\UE menace, la France condamne - Le HuffPost

Macron inquiet face à limminence dune attaque turque contre les Kurdes

PROCHE-ORIENT. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a lancé mercredi une offensive contre les forces kurdes des Unités de protection du peuple (YPG), dans le nord de la Syrie, la troisième depuis 2016. Ce groupe, soutenu par les pays occidentaux, est la bête noire dAnkara.

Le parlement turc a accepté ce mardi 8 octobre détendre le mandat militaire dAnkara concernant les opérations en Syrie et en Irak jusquau 30 octobre 2020.

Lorsque lattaque a été lancée, la secrétaire d’État aux Affaires européennes Amélie de Montchalin est allée plus loin en déclarant que la France condamnait “très fermement” l’offensive turque, et quelle allait saisir le Conseil de sécurité de l’ONU. “La France, l’Allemagne et le Royaume uni sont en train de finaliser une déclaration commune qui sera extrêmement claire sur le fait que nous condamnons très fortement et très fermement ce qui est rapporté”, a-t-elle dit devant la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale. “Nous saisissons le Conseil de sécurité des Nations unies”, a-t-elle ajouté.

Alors quune nouvelle offensive turque contre les Unités de protection du peuple (YPG) en Syrie semble imminente, la Grande Assemblée nationale de Turquie a prolongé dun an le mandat dAnkara pour ses opérations en Syrie comme en Irak.

INTERNATIONAL. Offensive turque en Syrie : la France va saisir le Conseil de sécurité de lONU

Plus tôt dans la journée, le ministère turc de la Défense a déclaré que tous les préparatifs en vue dune nouvelle opération syrienne étaient achevés.

Le gouvernement allemand a lui aussi “condamné mercredi avec la plus grande fermeté” cette attaque, qui “risque de déstabiliser davantage la région et de provoquer une résurgence” de Daech. “Nous exhortons la Turquie à mettre fin à son offensive et à défendre ses intérêts sécuritaires de manière pacifique”, a ajouté dans un communiqué le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas.

Video: Les Kurdes, seuls avant loffensive turque

Les forces de sécurité turques ne toléreront jamais la création dun corridor terroriste à nos frontières, a déclaré le ministère sur Twitter.

Le président français Emmanuel Macron sest mercredi dit “très préoccupé” par la perspective dune attaque turque contre les forces kurdes en Syrie. “L’idée est de montrer que la France est au côté des FDS (Forces démocratiques syriennes, ndlr), parce que ce sont des partenaires clés dans la lutte contre Daech.”

Lundi 7 octobre, les militaires américains présents dans le nord de la Syrie ont entamé leur retrait de secteurs proches de la frontière turque, ouvrant la voie à une offensive militaire dAnkara contre les forces kurdes pourtant soutenues par Washington dans la lutte antiterroriste.

La ministre française des Armées Florence Parly a pour sa part mis en garde contre une éventuelle manœuvre de diversion en Syrie qui pourrait profiter aux djihadistes de Daech*.

Il subit une énorme pression des militaires américains et de ses meilleurs amis républicains. Notamment un sénateur qui a toute sa confiance et qui lui dit quabandonner les Kurdes serait une tache sur lhonneur de lAmérique. Les Kurdes qui ont fait lessentiel du travail au sol pour battre Daesh et reprendre Raqqa, leur capital.

Nous nous engageons à protéger vos informations personnelles et nous avons mis à jour notre Politique de Confidentialité afin de nous conformer au Règlement général sur la protection des données (GDPR), nouveau règlement de l\UE qui est entré en vigueur le 25 mai 2018.

Mais finalement hier soir, les militaires français ont été rassurés. Ils ont appris que larmée américaine venait de débrancher larmée turque de la coordination aérienne. Les avions turcs ne peuvent plus survoler le nord de la Syrie, et nont plus accès aux renseignements de la coalition. 

Veuillez consulter notre Politique de Confidentialité. Elle contient les détails sur les types de données que nous recueillons, la façon dont nous les utilisons et vos droits en matière de protection des données.

Trump fait encore un tweet pour dire en substance que lAmérique en a marre dêtre le gendarme du monde. Que la Turquie, lEurope, lIran, lIrak, nont quà se débrouiller. Dans un autre tweet, il affirme que les Kurdes ont reçu énormément dargent. Autrement dit, nous sommes quittes. 

Donald Trump en Syrie : la politique de la girouette

Puisque vous avez déjà partagé vos données personnelles avec nous lors de la création de votre compte personnel, pour continuer à utiliser celui-ci, veuillez cocher la case ci-dessous:

Donald Trump entend la demande et ça tombe bien. Lui aussi cela fait longtemps, qui souhaite quitter la Syrie. Les deux présidents sentendent donc pour un retrait américains suivi par une opération militaire turque. Et dès dimanche soir, les deux pays communiquent sur leur accord.

Si vous ne souhaitez pas que nous continuions à traiter vos données, cliquez ici pour supprimer votre compte.

Tout commence par un coup de fil dimanche soir entre les présidents turc et américain. Le Turc, Recep Erdogan, indique quil perd patience. Il souhaite depuis longtemps envahir le nord de la Syrie pour y créer une zone tampon de 30 kilomètres de profondeur sur 400 kilomètres de long. 

La Turquie prête à attaquer en Syrie, enquête sur lattentat de la préfecture, Joker au ciné : lactu de ce mercredi matin

Si vous avez des questions ou des inquiétudes concernant notre Politique de Confidentialité, veuillez nous contacter à privacy@sputniknews.com.

IdentificationPolitique de confidentialité Je consens au traitement de mes données personnelles conformément à la Politique de Confidentialité à des fins de création dun compte personnel sur le site. Sinscrire* Tous les champs sont obligatoires Veuillez confirmer votre email en suivant les instructions qui vous ont été envoyées à ladresse OkRéinitialiser le mot de passeVeuillez saisir votre adresse de messagerieVeuillez saisir les caractères de limage ci-dessousRéinitialiserIdentificationPolitique de confidentialité Des instructions pour réinitialiser votre mot de passe ont été envoyées à ladresse OkSinscrireAvez-vous un compte sur fr.sputniknews.com?OuiNonSinscrire Bonjour, ! Email:Mot de passe:Se rappeler de moiConnexionJe nai pas de compte sur fr.sputniknews.comSinscrireMot de passe oublié?Politique de confidentialitéOkSinscrire Bonjour, ! Email:Pseudo:SuivantIdentificationJe possède un compte sur fr.sputniknews.com Je consens au traitement de mes données personnelles conformément à la Politique de Confidentialité à des fins de création dun compte personnel sur le site avec lutilisation du/des module(s) des réseaux sociaux. OkSupprimer votre profilEtes-vous sûr de vouloir supprimer votre profil fr.sputniknews.com?OuiNonVotre profil a été supprimé! Vous avez 30 jours pour le rétablir en cliquant sur le lien dans lemail qui a été envoyé à ladresse indiquée à linscription.Fermer Bonjour, ! Nous nous engageons à protéger vos informations personnelles et nous avons mis à jour notre Politique de Confidentialité afin de nous conformer au Règlement général sur la protection des données (GDPR), nouveau règlement de lUE qui est entré en vigueur le 25 mai 2018.

Dans son ouvrage  Peur , qui conte la première année de la présidence Trump, le journaliste Bob Woodward, ancien  héros du Watergate , raconte dans le détail comment ministres et conseillers se démènent pour faire disparaître  un ordre exécutif  de retrait du Président. Ou comment ils pressent les hommes qui ont loreille de Trump dexpliquer au Président quon ne quitte pas un théâtre dopérations militaire sur un coup de tête sans mettre en péril la sécurité des États-Unis en général et celles des soldats sur le terrain.

Video: Offensive turque en Syrie : Erdogan veut diviser le peuple kurde de part et dautre de la frontière

Veuillez consulter notre Politique de Confidentialité. Elle contient les détails sur les types de données que nous recueillons, la façon dont nous les utilisons et vos droits en matière de protection des données.

Messenger LinkedIn Email Le grand cafouillage sur le retrait militaire américain de Syrie est un énième épisode de la gouvernance erratique du président américain. À chaque fois, cest le même scénario : annonce surprise et tonitruante du Président ; branle-bas de combat de son administration pour en limiter limpact. Sauf que cette fois, les conséquences sont lourdes : les États-Unis ont réussi à mécontenter tous leurs alliés : Turquie, Kurdes syriens, partenaires occidentaux au sein de lOtan.

Puisque vous avez déjà partagé vos données personnelles avec nous lors de la création de votre compte personnel, pour continuer à utiliser celui-ci, veuillez cocher la case ci-dessous:

Comment expliquer cette brutale volte-face ? Tout simplement par Donald Trump. Le Président américain est obsédé par le rapatriement des soldats américains déployés à létranger, en particulier en Afghanistan, la plus longue guerre américaine qui dure depuis 2001. Il a fait du retour des boys une promesse phare de sa campagne de 2016 et un marqueur politique par rapport à ses prédécesseurs, républicains ou démocrates, qui ont lancé ou poursuivi ces  guerres inutiles .

Si vous ne souhaitez pas que nous continuions à traiter vos données, cliquez ici pour supprimer votre compte.

Si vous avez des questions ou des inquiétudes concernant notre Politique de Confidentialité, veuillez nous contacter à privacy@sputniknews.com.

De son côté, lors dun entretien téléphonique avec Vladimir Poutine ce 9 octobre avant le lancement de lopération militaire turque, le président turc Recep Erdogan avait assuré que celle-ci contribuerait à apporter «la paix et la stabilité» dans le pays, laissant ainsi peu de doute quant à ses intentions. «Lors de cet entretien, le président a déclaré que lopération militaire prévue à lest de lEuphrate contribuera à la paix et à la stabilité de la Syrie et facilitera la voie vers une solution politique», avait précisé une source de la présidence turque à lAFP.

Lenregistrement et lidentification de lutilisateur sur les sites web Sputnik par le biais de lun de ses comptes sur les réseaux sociaux indique lacceptation de ces règles.

Lutilisateur est tenu de ne pas violer, par ses actions, la législation nationale et internationale.

«La Syrie réitère sa détermination […] à contrecarrer lagression turque, et ce par tous les moyens légitimes», souligne ainsi une source du ministère des Affaires étrangères dans un communiqué citée par lagence de presse syrienne Sana. Dénonçant les «ambitions expansionnistes turques», le communiqué de la diplomatie syrienne condamne encore «les renforts militaires à la frontière».

Lutilisateur sengage à sadresser avec respect aux autres participants de la discussion, aux lecteurs et aux personnes mentionnées dans les articles.

Depuis lannonce du retrait de troupes américaines – alliées des milices kurdes – postées en Syrie, les réactions se multiplient en provenance de toutes les parties, augurant dun changement rapide de la situation sur le terrain. Après les menaces dintervention de la Turquie contre les forces kurdes dans le nord de la Syrie, Damas a fermement répliqué ce 9 octobre, se disant prêt à défendre son territoire.

Djihadistes occidentaux, réfugiés… Le lâchage des Kurdes par Trump en 6 questions

Ladministration se réserve le droit de supprimer les commentaires publiés dans des langues différentes de celle du contenu principal de larticle.

Sur toutes les versions linguistiques du site sputniknews.com, les commentaires publiés par lutilisateur peuvent être édités.

Car depuis le début de sa présidence, Donald Trump a habitué la communauté internationale à ce genre de revirements. Dès 2017, alors quil vient dêtre élu, le président américain donne un exemple de sa politique de la girouette : après des mois descalade des tensions avec la Corée du Nord, des menaces et des propos méprisants envers Kim Jong-Un… Donald Trump finit par accepter de rencontrer le leader nord-coréen seulement quelques mois plus tard.

Ladministration se réserve le droit de bloquer laccès de lutilisateur à la page ou de supprimer son compte sans avertissement préalable en cas de violation par lutilisateur des règles de rédaction des commentaires ou de détection dans les actions de lutilisateur de signes dune telle violation.

Lutilisateur peut lancer la procédure de recouvrement de son compte / de déblocage de laccès, en écrivant une lettre à ladresse électronique suivante: La lettre doit contenir: moderator.fr@sputniknews.com

Des efforts qui ne changent pas grand-chose. La communauté internationale sest habituée aux frasques du président américain. Tout le monde sait quil ne va jamais au bout , assure Nicole Bacharan. A limage des menaces de guerre répétées à lencontre de lIran, jamais concrétisées. La politologue en est certaine : Donald Trump ne veut pas faire la guerre, simplement montrer quil est le plus fort.

Si les modérateurs jugent possible de restaurer le compte / den débloquer laccès, il en sera ainsi.

Comme dhabitude, cela na pas de sens, réagit Nicole Bacharan. Dépasser les bornes, on ne sait pas ce que cela veut dire. Et anéantir léconomie turque… nen parlons pas . Finalement, ladministration derrière le président américain passe plus de temps à essayer de rattraper ses bourdes quà établir une véritable ligne politique internationale, estime la politologue.

Dans le cas dune violation répétée des règles et dun blocage répété, laccès de lutilisateur ne peut pas être restauré. Le blocage, dans ce cas, est définitif.

Pour contacter léquipe de modérateurs, utilisez ladresse électronique suivante: moderator.fr@sputniknews.com