La France va augmenter de 15% sa contribution à la lutte contre le sida, le paludisme et la tuberculose – Franceinfo

La France va augmenter de 15% sa contribution à la lutte contre le sida, le paludisme et la tuberculose - Franceinfo

POURQUOI CEST IMPORTANT. La France bat le rappel en faveur du Fonds mondial contre le sida

Fini le faste du dîner à l'Hôtel de Ville, des salons de la préfecture du Rhône et des chambres de l'Intercontinental.

Ce jeudi, Emmanuel Macron s'est mis au travail à Lyon, où il participe à la sixième Conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme.

Lutte contre le sida : à Lyon, Macron annonce un effort de la France

Le chef de l'Etat a annoncé une hausse de 15% de l'aide de la France au Fonds mondial dédié. Et il a ensuite harangué les autres représentants de pays, essentiellement africains, réunis au Centre des Congrès à la Cité Internationale : "Personne ne quittera Lyon sans que nous ayons les 14 milliards de dollars. Je ne laisserai personne quitter cette pièce tant que les 14 milliards de dollars ne seront pas obtenus".

Lémouvant discours dune jeune Burundaise née avec le VIH

Emmanuel Macron n'a pas hésité à pointer du doigt les pays qui ne faisaient pas l'effort d'augmenter la somme allouée à la lutte contre ces trois maladies, à l'instar du Japon, de l'Arabie Saoudite ou du Qatar. "Surprenez nous. Aidez nous. Agissez !", a scandé Emmanuel Macron.

 On y est !  Emmanuel Macron a dû se démener, ce jeudi à Lyon, pour permettre à la 6e conférence du Fonds mondial datteindre son objectif de 14 milliards de dollars sur les trois prochaines années pour la lutte contre le sida, le paludisme et la tuberculose. Limportant investissement français (+ 20 % par rapport à la période 2016-2019, après une première annonce de +15 % le matin, soit 1,296 milliard de dollars, ou 1,176 milliard deuros) a notamment  soulagé  les 200 ONG internationales. Celles-ci avaient signé une tribune début octobre appelant à une augmentation de 25 % de leffort financier français.  20 Minutes vous explique les enjeux du Fonds mondial de lutte contre ces trois maladies, qui sest tenu mercredi et jeudi à Lyon.

Video: Sida, paludisme, tuberculose : les donateurs sengagent à donner 13,92 milliards de dollars

Depuis des heures, le président français, mais aussi Bill Gates et Bono, également présents entre Rhône et Saône, tentent de mobiliser un maximum de pays en appelant les chefs d'Etat réfractaires.

Les 14 milliards de dollars serviront à la lutte mondiale contre le sida, la tuberculose et le paludisme sur la période 2020-2022. La barre a été atteinte ce jeudi après-midi alors que la conférence touchait à sa fin.

 Mais pour atteindre la cible des 14 milliards et que la France retrouve sa place de leader européen, il faudrait une hausse de 45% , estime Enzo Poultreniez, responsable chez Aides, évoquant le  mauvais calcul  de ceux qui  rechignent à investir .  Un relâchement des financements internationaux provoquerait une reprise en force des épidémies et la riposte pour en reprendre le contrôle serait encore plus onéreuse , souligne pour sa part Françoise Barré-Sinoussi, co-découvreuse du VIH et présidente de Sidaction.

Éradiquer sida, paludisme et tuberculose dici une dizaine dannées. Le projet est ambitieux, mais Emmanuel Macron espère bien que lon sen donnera les moyens. Le chef de lÉtat doit annoncer ce jeudi à Lyon le montant que pourra consacrer le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme avec lambition déradiquer ces trois maladies infectieuses à lhorizon 2030.  Il nous faut accélérer : cest 14 milliards que nous visons , a déclaré le président français mercredi soir, au début de la conférence de refinancement qui réunit 700 participants, dont de nombreux Africains.

Pour atteindre cette somme, contre 12,2 milliards de dollars lors de la dernière conférence, un effort sensible est demandé aux pays les plus riches. Après les États-Unis, le Royaume-Uni, lAllemagne ou le Canada, la France, historiquement le deuxième contributeur, devrait annoncer une augmentation de sa participation. La France  continuera non seulement à être un grand donateur, mais elle augmentera son engagement , a indiqué mercredi Emmanuel Macron à lémission Quotidien sur TMC.

Créé en 2002, ce Fonds mondial est un partenariat original entre États, société civile, secteur privé et malades. Ses fonds vont pour moitié à la lutte contre le sida et pour moitié au paludisme et la tuberculose. 700 participants y sont attendus dont 10 chefs d’État et de gouvernement, principalement africains comme le président Paul Biya qui devrait y rencontrer Emmanuel Macron.

Un collectif de 12 organisations de la société civile, dont Aides, Oxfam, Solidarité sida ou Sidaction, a réclamé  une augmentation de la contribution française dau moins 25 % . Cette hausse, qui correspond à 270 millions de plus par rapport au 1,08 milliard actuellement versé par la France, constitue, selon elles, le seul moyen datteindre le but fixé dès jeudi. La France na pas relevé sa contribution depuis 2010.

 Il nous faut, à Lyon, 14 milliards de dollars , affirmait pourtant Emmanuel Macron il y a deux semaines, à l’Assemblée générale de l’ONU, soulignant que  plus personne ne peut comprendre qu’il soit aujourd’hui impossible d’accéder à des traitements pour prévenir ou guérir de telles maladies pour des raisons financières  .

Lire aussi Retour des infections sexuellement transmissibles : vers une épidémie de lampleur du sida  ?

Fonds mondial : la France appelle les contributeurs à envoyer “un signal fort”

Emanuel Macron doit rendre publics les nouveaux engagements financiers de la France à 9 heures et le total des sommes collectées devrait être communiqué en fin de matinée. Depuis la création du Fonds en 2002,  un travail extraordinaire a été fait  avec  32 millions de vies de sauvées , ce qui  est énorme , a souligné le chef de lÉtat devant les participants. Mais  nous navons pas le droit de ne pas avancer plus , au risque de voir les trois grandes pandémies repartir à la hausse, a-t-il ajouté devant sept présidents africains, des diplomates et des scientifiques.

Tout d’abord, rappelons qu’il existe plusieurs stades lorsque l’on est porteur du VIH et donc considéré comme séropositif. Lorsqu’il pénètre dans l’organisme, ce virus attaque le système immunitaire qui protège le corps contre les maladies et les infections. Il détruit certains éléments essentiels au système immunitaire tels que des globules blancs. Toutefois, être porteur du VIH ne veut pas forcément dire que l’on a le sida. En effet, le syndrome d’immunodéficience acquise est le stade le plus avancé de l’infection par le VIH. En l’absence de traitement, l’évolution est mortelle. 

Sida: “notre vie a de la valeur”, lance une jeune Burundaise au Fonds mondial

Actuellement, les trois grandes pandémies font près de 3 millions de morts par an, dont 1,6 million pour la tuberculose en 2017 et plus de 435 000 pour le paludisme. En 2018, près de 38 millions de personnes vivaient avec le VIH et le nombre dinfections, de lordre de 1,7 million,  reste inacceptable , selon le Fonds. Le milliardaire américain Bill Gates, principal donateur privé du Fonds, lavait devancé en relevant de 600 à 700 millions de dollars lapport de sa fondation pour les trois prochaines années.

 L’implant à “action prolongée”. Le premier essai chez l’homme, qualifié par l’IAS de “préliminaire mais prometteur”, a établi après 12 semaines d’utilisation qu’il était bien toléré et qu’il délivrait la dose prévue de PrEP. Selon son auteur, chercheur pour le laboratoire américain Merck & Co, l’implant pourrait continuer à diffuser une dose suffisante pendant “au moins un an”. De nouvelles études devront être réalisées pour montrer si cet implant offre bien le même niveau de protection contre le VIH que la prise orale de médicament.

Jugeant lobjectif de 14 milliards  très ambitieux , Bill Gates a toutefois tablé devant la presse sur une  augmentation conséquente de plus de 10 %  par rapport à la précédente levée de fonds, ce quil considérerait comme  une grande réussite .  Tout dollar en plus que nous recevrons, ou tout euro, ou yen, ou livre, sera extrêmement utile , a fait valoir lancien patron de Microsoft.

Grâce à la recherche et à ses avancées en matières thérapeutiques et de dépistage, la France a enregistré en 2018 une baisse “significative” de 7% des nouveaux diagnostics de séropositivité. Cette baisse pourrait être “expliquée principalement” par l’efficacité des traitements antirétroviraux, qui empêchent la transmission du virus par les personnes séropositives, ainsi que par “l’impact de la PrEP”, traitement préventif destiné aux séronégatifs qui permet d’éviter tout risque d’infection par le VIH.

Outre les 32 millions de vies sauvées depuis sa création, le Fonds indique que, dans les pays où le Fonds mondial investit, 18,9 millions de personnes étaient sous traitement antirétroviral contre le VIH en 2018, 5,3 millions étaient testées et traitées pour une tuberculose et 131 millions de moustiquaires ont été distribuées pour protéger les familles du paludisme.