Galles-France : coups de cœur et coups de griffe de notre envoyé spécial – Le Figaro

Galles-France : coups de cœur et coups de griffe de notre envoyé spécial - Le Figaro

RUGBY (Mondial) au Japon : Léquipe de France battue par son indiscipline par le Pays de Galles

Loin dêtre favoris face aux Gallois, les Bleus devront faire front, tous ensemble pour espérer voir le dernier carré./ Photo AFP Publié le 20/10/2019 à 05:44 , mis à jour à 07:00 Coupe du monde de rugby 2019, Equipe de France, Sport Jusqu'ici, tout va à peu près bien. Les matchs ne sont pas franchement aboutis, l'ambiance n'est pas vraiment excellente mais les Bleus, tant bien que mal, ont réussi leur pari. Ils joueront, aujourd'hui à Oita, un quart de finale de Coupe du monde qui n'avait rien d'évident il y a encore deux mois. Surtout, l'adversaire dont ils ont hérité, le pays de Galles, laisse de la place à l'espoir.

Rien de facile, bien sûr. Les Gallois ont battu la France à sept reprises lors de leurs huit dernières confrontations directes. Voilà qui situe bien la hiérarchie actuelle entre les deux nations. Pourtant, dans cette accumulation de défaites, une seule fois les Bleus (alors entraînés par Philippe Saint-André) avaient semblé franchement dépassés par le collectif hyper-structuré qu'a mis en place Warren Gatland. Pour le reste, les Galles-France sont traditionnellement serrés.

Alors, les Bleus s'avancent avec une dose de confiance qu'ils auraient certainement remisée avant d'affronter l'Angleterre, la Nouvelle-Zélande ou l'Afrique du Sud. «D'une rencontre à l'autre, chaque match est différent. Revenir sur le passé, ce n'est pas quelque chose qui permet de construire un match. Ce qui s'est passé ne nous fera pas gagner demain (aujourd'hui). On connaît le pays de Galles, son niveau, son effectif. Pour le reste, on n'a pas parlé du passé cette semaine. Les Gallois ont de la confiance mais un match n'est jamais joué d'avance» promettait hier le capitaine Guirado. Jefferson Poirot en dit plus sur cette ambition. «Le pays de Galles, c'est une équipe qui maîtrise ses matchs, qui gagne mais de très peu. On a l'impression que cette équipe est moins flamboyante, moins clinquante. Mais on s'aperçoit que c'est une équipe qui a très peu de failles. Elle fait un peu moins peur mais gagne beaucoup.»

Le Pays de Galles a réalisé un sans-faute en phase de groupe pour la première fois depuis 1987. La sélection de Warren Gatland a décroché quatre victoires, en autant de rencontres. Dabord un large succès face à la Géorgie (43-14), avant un match plus accroché face à lAustralie (29-25). Et enfin deux autres victoires face aux Fidji (29-17) et à lUruguay (35-13).

Le coup semble effectivement jouable. À condition de sortir, enfin, un match plein. Ces Bleus en sont-ils capables ? La question est toujours sans réponse, après vingt mois de mandat Brunel où il y eut quelques bonnes mi-temps, beaucoup de mauvais matchs mais jamais de prestation franchement aboutie. Pour y parvenir enfin aujourd'hui, le XV de France pourra se réconforter avec ce statut d'outsider qui lui va tellement mieux, quand plus personne ne les attend. «Dans la phase de poules, on était le chassé. Là on sera le chasseur. C'est quelque chose qu'on aime, qui nous convient» avance encore Jefferson Poirot. «On a vu par le passé que l'histoire était un peu comme ça. Même si on veut sortir de ça, demain (aujourd'hui) on va arriver sur le terrain avec cette étiquette. J'espère qu'on fera le maximum pour qu'à la fin du match, on ait écrit notre propre histoire.» Cette histoire, pour l'instant, s'est évité le ridicule d'une première élimination dès les phases de poules dans l'histoire du rugby français. Elle peut devenir franchement belle en cas d'exploit, aujourd'hui. Pour cela, il faudra être grands. Enfin.

Si le pays de Galles sest qualifié pour sa troisième demi-finale de Coupe du Monde, les Gallois nont pas du tout contrôlé le match face au XV de France. Face à la presse à lissue de la rencontre, Warren Gatland sest montré lucide sur la performance de ses joueurs et confié que les Bleus avaient réalisé une performance bien plus convaincante. Je pense que la meilleure équipe a perdu aujourdhui (dimanche), a déclaré le sélectionneur gallois dans des propos recueillis par la BBC, qui a reconnu que le carton rouge reçu par Sébastien Vahaamahina a changé la donne. Mais ce quil faut savoir à propos de mes joueurs, cest quils nabandonnent jamais. Jusquau bout, ils essayent datteindre leur objectif. Nous navons jamais cessé de pousser. Léquipe de France a également su se sortir des regroupements. A la mi-temps, nous nous sommes dit quil nous fallait marquer les premiers. Nous y sommes parvenus et, évidemment, le carton rouge a été le moment charnière du match. Cétait quelque chose de particulier.

Warren Gatland, le sélectionneur du Pays de Galles, a reconnu après la victoire contre la France (20-19), ce dimanche en quart de finale de la Coupe du monde, que les Bleus étaient sans doute au-dessus de son équipe à Oita.

Pendant les 50 premières minutes du match, les Gallois ont subi le jeu, le tempo imposé par un XV de France percutant. Mais, après avoir fait le dos rond, le XV du Poireau a su tirer parti de la situation et dune supériorité numérique. Warren Gatland sest dit convaincu par le jeu pratiqué par les hommes de Jacques Brunel. Ils sont joué de manière solide. Je pense quils ont joué de manière très intelligente aujourdhui (dimanche), note le technicien néo-zélandais. Nous avons simplement essayé de nous accrocher et nous avons montré du caractère. Je suis fier de mes joueurs car je pense que des équipes moins fortes auraient abandonné mais nous ne lavons pas fait. Nous allons repartir, récupérer aujourdhui puis rentrer à Tokyo demain. Je ne pense pas que nous avons beaucoup de joueurs blessés, peut-être Josh Navidi qui est touché aux ischio-jambiers. Nous allons sans doute avoir une nuit calme ce soir ! Les Gallois peuvent désormais se tourner vers cette demi-finale, pour un match qui sera sans doute bien différent.

Sa réaction : “Je pense que la meilleure équipe a perdu aujourd’hui, mais ce carton rouge a évidemment eu son importance. Ce qui est formidable avec nos garçons, c’est qu’ils n’abandonnent jamais. Nous nous sommes accrochés aujourd’hui et je suis très fier d’eux car d’autres équipes auraient probablement capitulé.”

À la une Sports région Football Football Amateur Rugby RCT Provence Rugby Auto moto Résultats classements Politique A la Une Municipales 2020 Economie À la une Hub Éco Entreprise Immobilier Hub Immo Hub Innovation Bourse Santé À la une Hub Santé Bien être Enfants Maladies chroniques Cancérologie Cardiologie Neurologie Innovations Senior Tourisme À la une Hub Tourisme Balades Voyages Sorties – Loisirs À la une Spectacles Féria Télé Cinéma Multimédia Gaming Montagne Histoire People Programmes télé BD Livres France – Monde météo 21° Vidéos Dernières vidéos Le 18-18 OM La Minute Santé La Minute Éco La Minute Immo La Minute Tourisme Adoptez-les avec la SPA Bon plan du week-end Avant-match OM Météo Diaporamas Derniers Diaporamas Diaporamas OM Diaporamas Loisirs Diaporamas Montagne Diaporamas Locales Mer Montagne Écoplanète Fémina Provence Beauté Mode Shopping À table Déco Minots Nos rendez-vous A la une Evénements Magazines et hors-séries Jeux-concours Boutique Unes personnalisées Espace presse Belote en ligne Balades en Provence Carnet/Avis de décès Déposer un avis Consulter un avis Annonces Immobilier Auto-Moto Annonces légales Marchés publics Carnet Déposer un avis Consulter les avis Immobilier Auto-Moto Légales Marchés Publics Boutique Journal en ligne Kiosque sabonner menu se connecter En direct Région Faits divers Mondial de rugby OM Sorties – Loisirs Vidéos Nos rendez-vous Recherche

Son capitaine, Alun Wyn Jones, a expliqué lui aussi que le carton rouge infligé à Vahaamahina avait largement influé sur le score final. “Nous sommes sortis lentement des starting-blocks aujourd’hui mais nous avons montré du caractère pour passer. Evidemment, c’était plus facile en seconde période après le carton.”

OM-Strasbourg : 11 matches sans défaite à domicile face aux Alsaciens, gagner pour se rapprocher du podium… Ce quil faut retenir avant le match