Dépenses de santé: lOCDE appelle la France à poursuivre ses efforts – Le Figaro

Dépenses de santé: l\OCDE appelle la France à poursuivre ses efforts - Le Figaro

Les Français boivent et fument trop, selon lOCDE

Retour à laccueil Newsletter Alerte Info Recherche Ok Actualité Locales Sport Entertainment Economie Planète T'as vu ? Fake Off By the Web High-Tech Podcast Vidéos En Images Voyage Guide d'achat Le direct Services Jeux PDF Menu complet Retour à laccueil Santé Le système de santé français, bon élève de lOCDE ?

BULLETIN A loccasion de la publication ce jeudi du Panorama de la santé 2019 par lOCDE, 20 Minutes dresse le bulletin de classe de la France en la matière

Bonnet dâne ou major de promo ? Tous les deux ans, lOrganisation de coopération et de développement économiques (OCDE) publie un Panorama de la santé*, regroupant les données les plus récentes sur 36 pays, dont la France, touchant à létat sanitaire des populations, aux dépenses, à laccès, à la pertinence des soins… Pour ce bilan 2019, 20 Minutes dresse le bulletin scolaire de lélève France dans la classe OCDE.

Avec une espérance de vie de 85,6 ans pour les femmes et de 79,6 ans pour les hommes, la France arrive dans le peloton de tête des pays où lon vit le plus longtemps, selon le Panorama de la santé publié jeudi par lOCDE. Mais la progression de lespérance de vie ralentit depuis 2011, en France comme cest également le cas aux États-Unis, au Royaume-Uni, et en Allemagne.

Santé : les Français fument trop et boivent trop, selon lOCDE

La France continue de briller dans cette majeure, se situant au-dessus de la moyenne dans divers domaines. Une note en particulier mérite des encouragements : 89 % des adultes français ont accès à un médecin de ville quand cela est nécessaire, alors que la moyenne tourne autour de 79 % dans lOCDE. Concernant laspect financier, la Sécurité sociale et les assurances obligatoires couvrent 83 % des dépenses. Encore une fois, cest plus que la moyenne (73 %) de la classe. Quant au reste à charge (2 % des dépenses de santé pèsent sur le portefeuille des patients), la France obtient la troisième place du peloton de tête.

Conséquence : une  espérance de vie  élevée, autour de 82,6 ans, supérieure à la moyenne de lOCDE, à 80,7 ans. On remarque cependant un essoufflement : la progression de lespérance de vie ralentit depuis 2011. Ce bilan positif ne doit pas cacher quelques faiblesses : une inégalité hommes/femme toujours très prononcée, toujours pour lespérance de vie (85,6 ans pour les femmes contre 79,6 ans pour les hommes). Mais également des inégalités géographiques, avec une offre médicale assez mal répartie sur le territoire : 3,9 médecins pour 1.000 habitants en ville, contre 2,7 en zones rurales.

Un bilan contrasté. Pour cette matière, la France présente de bonnes performances sur la qualité des soins, mais nettement moindres concernant leur pertinence. Illustration : elle obtient la 6e place pour le taux de décès dans les 30 jours après une crise cardiaque. De même, elle figure dans la première moitié de la classe sur lefficacité des soins, avec un taux de survie de 87 % cinq ans après un cancer du sein.

Bon alors, on ne veut plus que lon boive, que lon fume pour aller le plus loin possible, cest à dire dans 9 cas sur 10 mourir de maladies invalidantes et longues qui coûtent un oeil à la sécu alors que les fumeurs-buveurs ne font pas de vieux os et ne coûtent presque rien en retraite, retraite que notre pays ne peux plus payer et quil rogne dannée en année. Tout ceci nest pas très logique surtout que les fumeurs à qui on augmente sans arrêt le paquet de clopes sen vont dans les pays frontaliers se ravitailler et de ce fait constituent une économie parallèle qui nuit à notre nation, mais ça on ne le leur a pas appris à nos politicien de lENA

Mais lélève pêche sur la partie efficience. Avec notamment une trop grande prescription dantibiotiques, mais aussi des hospitalisations évitables pour des patients souffrant de diabète plus nombreuses que chez ses camarades. Un challenge qui na pas échappé à Agnès Buzyn.

On parle de surconsommation dAlcools !!! Merci de remplacer votre photo qui calomnie le vin, ce breuvage artistique, qui est un jus de fruit fermenté, rappelons le, produit par des vignerons passionnés qui recherchent lexcellence et dont la consommation ne fait que diminuer. Ce sont les alcools forts qui sont un fléau: pastis, whisky, vodka, téquila, etc… tous ça est industriel et na aucun intérêt gustatif.

Peut mieux faire. Clairement, la France devrait porter une attention démultipliée à la prévention. Sur le tabac, elle fait figure de mauvaise élève, avec le 4e taux le plus important de fumeurs : 25 % de la population est touchée. Même bonnet dâne sur le facteur de risque alcool. Avec 11,7 litres dalcool consommés en moyenne par an et par habitant, contre 10 en moyenne dans lOCDE, elle obtient lavant-dernière note. Pour rappel, ces deux addictions provoquent plus de 75.000 décès prématurés par an. Mais lélève semble sêtre ressaisi, sur la cigarette du moins, en promouvant le  Mois sans tabac, le paquet neutre et  une hausse du prix du tabac. Plus largement, on sent un intérêt récent pour la prévention, via des campagnes sur les facteurs évitables des cancers, la mise en place du service sanitaire , des accès facilités à la vaccination contre la grippe. Des efforts dont il est difficile de voir les fruits aujourdhui, étant donné que ces données sarrêtent à 2017.

LES POINTS FORTS DE LA FRANCE Une bonne espérance de vie. Les dépenses de santé  représentent un peu plus de 11 % du PIB  en France,  une des proportions les plus élevées des  36 pays de lOrganisation pour la coopération et le développement économique (OCDE). Un état de fait qui contribue à de  bons résultats  sur le plan sanitaire, avec une espérance de vie de 82,6 ans,  supérieure de deux ans à la moyenne , selon le panorama de la santé 2019 publié ce jeudi par lOCDE (dont la plupart des membres sont des pays développés).

Pour finir sur une note plus positive, la France se situe au-dessus de la moyenne sur deux autres facteurs de risque : lobésité et la pollution atmosphérique. En effet, 25 décès pour 100.000 habitants sont dus à la pollution. Cest bien moins que lAllemagne, qui affiche 45,3 décès pour 100.000 habitants.

ET SES POINTS FAIBLES… Les Français fument et boivent beaucoup. Les Français cumulent toujours des modes de vie malsains : un adulte sur quatre (25,4 %) fume quotidiennement, soit le quatrième taux le plus élevé de lOCDE, tandis que la consommation dalcool en France est la troisième plus élevée de la zone.  Plus de 75 000 personnes sont décédées en France en 2015 de causes de mortalité évitables grâce à la prévention, comme le cancer du poumon ou les causes imputables à lalcool , est-il souligné.

* LOCDE publie tous les deux ans ce Panorama de la santé, qui présente des comparaisons entre les pays membres de lOCDE et partenaires. Cette édition présente les données les plus récentes (au plus tard de 2017), basées sur 80 indicateurs en santé.

Pas assez de médecins dans certaines zones. Selon ce rapport,  il existe des préoccupations quant à un accès limité aux médecins dans les zones sous-dotées  que pourraient aggraver, notamment pour les généralistes, les futurs départs en retraite liés au vieillissement de la profession, relève lOCDE. Dans ce contexte,  de nouveaux rôles de soutien pour les infirmiers, les pharmaciens et autres professionnels peuvent réduire la charge de travail des médecins (…) sans compromettre la qualité de soins .

Dans son panorama de la santé 2019, publié ce jeudi, lOCDE pointe du doigt la consommation de cigarettes et dalcool des Français par rapport aux autres pays de la zone.

La consommation dalcool est une cause essentielle de mortalité et dinvalidité dans le monde, surtout parmi la population dâge actif. La Lituanie affiche la plus forte consommation, mesurée par le volume des ventes (12,3 litres dalcool pur par personne et par an), suivie de lAutriche, de la France, de la République tchèque, du Luxembourg, de lIrlande, de la Lettonie et de la Hongrie, pays où la consommation se monte à plus de 11 litres par personne. Les niveaux de consommation sont comparativement plus faibles en Turquie, en Israël et au Mexique (moins de 5 litres). La consommation moyenne a diminué dans 27 pays de lOCDE depuis 2007.

Selon lOrganisation de coopération et de développement économiques (qui regroupe 36 pays, tel comme les Etats-Unis, lAllemagne, lAustralie, la Corée du Sud, le Japon, mais aussi le Chili, lIrlande ou la Slovaquie), les Français cumulent toujours des modes de vie malsains : un adulte sur quatre (25,4%) fume quotidiennement, soit le quatrième taux le plus élevé de lOCDE, tandis que la consommation dalcool en France est la troisième plus élevée de la zone.

La France dépense un peu plus de 11% de son PIB dans la santé. Cest lun des pourcentages les plus élevés parmi les 36 pays membres de lOCDE. Lorganisme considère quen 2030, ces dépenses approcheront les 14% du PIB. Cette contribution a permis dobtenir de bons résultats, avec une espérance de vie deux ans plus élevée que pour la moyenne des pays.

Plus de 75.000 personnes sont décédées en France en 2015 de causes de mortalité évitables grâce à la prévention, comme le cancer du poumon ou les causes imputables à lalcool, souligne lorganisme, qui sappuie sur les chiffres fournis par lOMS.

Un, la France est le troisième pays dont les habitants dépensent le moins pour leur santé. Pas plus de 2% de leur panier annuel y est consacré. Ajoutons à cela le fait que la probabilité de consultation dun médecin est de 89% en France, contre 65% en Suède ou aux États-Unis. Mais lOCDE sinquiète de la désertification médicale dans les zones rurales.

Dans le détail, on apprend que le pourcentage de fumeurs en France (25,7%) est de sept points supérieur à la moyenne de lOCDE. Le pays accompagne la Grèce, la Turquie et la Hongrie en haut du classement, tandis que le Mexique et lIslande le clôturent, avec 10% de fumeurs.

La France est un des pays où l'on est en meilleure santé, avec une espérance de vie de 82,4 ans. La prise en charge médicale y est considérée comme performante. L'espérance de vie sur la zone OCDE est actuellement de 80,7 ans pour les nouveau-nés (le Japon restant en tête, à 84 ans), mais sa progression commence à ralentir. Elle est menacée par plusieurs maux : la drogue, qui tue de plus en plus massivement (aux Etats-Unis, en Suède…), les crises cardiaques et AVC, conséquences fréquentes d'une obésité envahissante, l'explosion des maladies chroniques, dont souffrent deux adultes sur trois, et le cancer, lié à divers facteurs, dont le tabagisme (18 % des adultes fument encore quotidiennement), particulièrement en France.

Concernant lalcool, la France est là encore parmi les pays au-dessus de la moyenne. Alors que celle-ci se situe à près de 9 litres dalcool pur par an et par habitant dans lOCDE (soit environ 100 litres de vin), les Hexagonaux affichent une consommation de 11,7 litres. En dessous de la Lituanie et ses 12,3 litres, mais largement devant les 7,1 litres des Suédois.

En France, 25 % de la population adulte fume. DDM illustration Publié le 07/11/2019 à 16:14 Santé, France – Monde, Vie pratique – conso lessentiel Ce jeudi, l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) a rendu public son rapport sur la santé au niveau mondial. À travers une vingtaine d'indicateurs, un véritable état des lieux est dressé concernant une centaine de pays. Est-on en bonne santé en France ? Ce jeudi l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) a dressé son bilan annuel de la santé dans le monde. Une centaine de pays sont passés au crible à travers une vingtaine d'indicateurs. Explications.

Les Français sont également montrés comme mauvais élèves concernant leur surpoids (attention, il ne sagit pas de lobésité), avec 64,3% de la population dans ce cas, contre une moyenne de 55,6% dans lOCDE. Le Japon est le moins touché dans ce domaine (25,3%), tandis que les Etats-Unis sont les plus atteints (71%).

Parmi les conclusions apportées, on peut lire que la France affiche un taux de mortalité dans les 30 jours suivant l'accident qui la place 6e meilleure élève. Plus surprenant, la France figure parmi les modèles en matière d'accès aux soins primaires, avec 89 % de la population qui a accès à un médecin en ville. Bon point également concernant le dépistage du cancer du col de l'utérus chez la femme. 82 % de la population adulte serait dépistée en France, un taux l'un des meilleurs du monde.  

Avec cette énième alerte sur leur mode de vie, les Français pourront néanmoins se réjouir davoir malgré tout une espérance de vie de 82,6 ans, soit deux ans de plus que la moyenne. Les soins dispensés par les hôpitaux du pays sont décrits comme étant de grande qualité.

Cela contribue à de “bons résultats” sur le plan sanitaire, avec une espérance de vie de 82,6 ans, “supérieure de deux ans à la moyenne”, selon le rapport, et un taux de mortalité dans les 30 jours suivant une crise cardiaque le 6e “le plus bas” de lOCDE.