Euro 2020 : léquipe de France se dirige vers le chapeau 2 pour le tirage au sort – Foot – Bleus – LÉquipe.fr

Euro 2020 : l\équipe de France se dirige vers le chapeau 2 pour le tirage au sort - Foot - Bleus - L\Équipe.fr

Bleus – Des trous noirs, une trouvaille et un ouragan : 2019, année contrastée

Retour à laccueil Newsletter Alerte Info Recherche Ok Actualité Locales Sport Entertainment Economie Planète T'as vu ? Fake Off By the Web High-Tech Podcast Vidéos En Images Voyage Guide d'achat Le direct Services Jeux PDF Menu complet Retour à laccueil Sport Les Bleus peuvent-ils encore être têtes de série pour lEuro 2020 ?

FOOTBALL L'équipe de France doit compter sur un faux-pas de l'Allemagne et de l'Espagne pour figurer dans le chapeau 1

On na pas assez remercié Michel Platini pour cet Euro 2020. En attendant de savoir si lorganisation dans une douzaine de villes différentes tiendra la route, il faut déjà avoir fait HEC pour comprendre les subtilités du réglement des qualifs et du tirage au sort à venir, le 30 novembre prochain.

Le classement des premiers de groupe, avant la fin des éliminatoires1. Belgique 21 points (+19 de différence de buts, -1match)2. Italie 21 pts (+14, -1m)3. Angleterre 21 pts (+31)4. Ukraine 20 pts (+13)5. France 19 pts (+15)6. Allemagne 18 pts (+18, -1m)7. Espagne 17 pts

Pour faire court, la France a désormais toutes les chances de se retrouver dans le chapeau 2 malgré son statut de championne du monde. Elle figure bien dans les six meilleures équipes des qualifications, mais lUEFA lui enlève les points acquis face au dernier de son groupe puisque les Bleus jouaient dans une poule de six et non de cinq équipes.

En conséquence, léquipe de France rétrograde à la 5e place des nations qualifiées avec 19 points, juste devant lAllemagne (18) et lEspagne (17), qui disputent leur dernier match lundi soir. Cas de figure le plus simple ? La Roja ne gagne pas en Roumanie et les Bleus se retrouvent dans le bon wagon. Cas de figure compliqué ? LEspagne simpose, mais lAllemagne perd contre lIrlande du Nord, ce qui est déjà assez improbable en soi. Il faudrait ensuite que les Pays-Bas ne gagnent pas par trois buts décart contre lEstonie, et enfin quil ne fasse pas moins de 6,5 degrés mardi 11 heures à Limoges. Bref, ça pue le chapeau 2.

Auquel cas ça changerait quoi, me direz-vous ? Et bien pas mal de choses, puisque cela voudrait dire se coltiner possiblement la Belgique, lAngleterre, lItalie, lEspagne, ou lAllemagne en poule à lEuro, en croisant les doigts pour que léquipe issue du chapeau 3 ne soit pas trop redoutable. Il existe une possibilité pour que le champion dEurope en titre portugais finisse dans le dit chapeau 3, mais cela dépend aussi dun tas de raisons incompréhensibles même prises séparément. Allez, on se quitte là-dessus.

Voilà, cest fini et personne nen gardera un immense souvenir. Lannée 2019 des Bleus sest achevée en Albanie, assez joliment dailleurs, et elle ne laissera pas une trace légendaire dans leur histoire. Cest le lot des années impaires. Celle-ci sest bien terminée avec une qualification et une première place. Mais elle restera traversée par dinattendus soubresauts qui ternissent la photo densemble. Les champions du monde ont connu des trous noirs. Le plus spectaculaire dentre eux, à Konya, au cœur du mois de juin pour une défaite humiliante (2-0) qui aurait pu sachever par une correction sans un très bon Hugo Lloris. Les hommes de Didier Deschamps auront tout de même pris une leçon dengagement et de dévouement au maillot en Anatolie centrale.

La Turquie est venue arracher un point au Stade de France quelques mois plus tard (1-1) et la façon dont les Bleus ont perdu leur duel en deux temps face à la 32e nation mondiale rappelle que, deuxième étoile ou non, la France, si elle arrive souvent à ses fins, emprunte des chemins de traverse en qualifications. La fin dannée et les derniers rassemblements doctobre et novembre ont laissé senvoler la magie de la rentrée ou du mois de mars en proposant des prestations franchement moyennes et inabouties. La victoire étriquée face à la Moldavie (2-1), 175e nation mondiale, a relancé la thèse dune baisse significative du niveau des champions du monde.

Impossible dêtre si catégorique. Dabord parce quêtre moyen en qualifications et efficace en compétition officielle, cest lADN de léquipe de France en général et celui de Didier Deschamps en particulier. Ensuite parce que les champions du monde ont souvent été amputés de leur colonne vertébrale. Les absents longue durée ont été nombreux parmi les piliers du groupe (Hernandez, Lloris, Pogba, Mbappé, Kanté, Matuidi) à des périodes différentes et Deschamps na jamais pu aligner son équipe type cette année ce qui réduit fatalement la portée des jugements définitifs. Ces derniers mois, lanimation offensive a souffert mais, privé de Pogba, elle a perdu un de ses cerveaux de Moscou.

Et puisquil faut bien combler les vides, ces absences ont profité à des têtes nouvelles ou bien connues. Si Hernandez reste le taulier au poste darrière gauche, Lucas Digne a offert un intérim bien plus quefficace et a pris la main dans la course à lEuro pour jouer les doublures. Même constat pour Léo Dubois de lautre côté de la défense. Tanguy Ndombele, en juin, a pris rendez-vous et Moussa Sissoko sest rappelé au bon souvenir de ceux qui lavaient oublié en cas de défection des incontournables du milieu (Pogba, Kanté, Matuidi, Tolisso). 2019 a retouché à la marge un groupe déjà bien établi mais il a aussi offert deux vrais bouleversements.

Le premier, et le plus important dentre eux : cette année a installé un nouveau titulaire, le seul à se faire une place parmi les onze finalistes de Moscou. En sept mois, Clément Lenglet a découvert les Bleus et pris la place de Samuel Umtiti quil domine aussi en club, à Barcelone. Malgré son énorme boulette face à la Moldavie, lancien Nancéien na pas grand-chose à craindre. Coman, lui, est aux portes du onze. Tube de la rentrée, intenable à gauche ou à droite, le Munichois a signé un retour fulgurant à Clairefontaine. Derrière lintouchable trio Giroud, Mbappé, Griezmann, Coman se tient prêt. Si son physique le laisse tranquille, il faudra compter avec lui en juin prochain.

Comme sur Antoine Griezmann, bien sûr. Lui a participé aux onze sorties des Bleus et sil fallait élire le MVP de cette année 2019, le néo-Barcelonais naurait absolument aucun concurrent à sa hauteur. En dépit de onze mois très moyens à Madrid puis Barcelone, Griezmann a rappelé tout au long de la saison quil restait le patron de la sélection. Personne na autant dinfluence que lui sur le jeu et les résultats. Et ses deux matches ratés (en Turquie et face à la Moldavie) coïncident avec les deux trous dair des Bleus. Aujourdhui, plus que jamais, cette équipe est celle de Griezmann, 2019 a retardé la prise de pouvoir dun Mbappé inconstant sous le maillot bleu. 2020 racontera peut-être une autre vérité et nous fera sans doute très vite oublier cette année contrastée.

Jaccepte de recevoir par mail les nouveautés et les offres concernant les produits & services des sociétés du même groupe quEurosport.