Le patron dAmazon France répond aux attaques – BFMTV.COM

Le patron d\Amazon France répond aux attaques - BFMTV.COM

Drôme : des militants écologistes et dAttac bloquent le dépôt Amazon de Montélimar

Du Black Friday au “Block Friday” (vendredi bloqué): cette journée dintenses promotions commerciales avant Noël est émaillée de diverses opérations de blocage visant certains centres logistiques et commerciaux dans plusieurs villes de France.

Ces mobilisations sont orchestrées par diverses associations pour le climat et lenvironnement et dONG comme Attac ou Greenpeace. Toutes pointent les dérèglements climatiques et sociaux induits par ce quils qualifient de “surconsommation” liée à cette journée de vendredi venue des États-Unis. Plusieurs sites dAmazon France, qui cristallise les actions des activistes, ont été jusquà présent la cible principale de ces opérations de protestation mais dautres centres commerciaux ou magasins ont été également été visés.

Quid des solutions, face aux fêtes de Noël qui arrivent, et avec l’achat de cadeaux ? « Faire vivre les commerces de proximité, les magasins type Artisans du Monde les AMAP, les coopératives… On ne conseille pas tel ou tel magasin mais on peut en profiter pour réfléchir aux circuits court » répond Thierry Patinet.

Dans un centre commercial du nord de Saint-Etienne, une douzaine de militants dAlternatiba ont lancé en milieu de matinée une opération “die in” sur deux enseignes (Bonobo et Burger King), selon une source policière.

Black Friday : actions contre la surconsommation et ses conséquences écologiques

Je condamne les blocages dont sont victimes ce matin plusieurs magasins. Ce nest pas la bonne réponse. Il faut cesser de stigmatiser les commerçants et dinfantiliser les Français, assez matures pour faire leurs choix. Plein soutien aux commerces concernés et à leurs employés.

Alors que les commerces proposent des soldes pour le “Black Friday”, des militants ont bloqué un entrepôt Amazon de la métropole de Lyon, et perturbé un centre commercial à Saint-Etienne, ce vendredi 29 novembre, contre ce quils estiment être un symbole de la surconsommation.

Des centaines demployés du géant américain Amazon se sont mis en grève pour de meilleurs salaires et conditions de travail vendredi en Allemagne, à loccasion de la journée de promotions du “Black Friday”.

Amazon ma tuer . Deux emplois détruits pour un emploi créé . Dangereux pour vous et pour la planète … était-il écrit sur ces affiches placardées rues François-Mitterrand, des Ardilliers, de Nièvre, Saint-Martin, avenue du Général-de-Gaulle… Des cessions dactivité, des locaux vides, des emplois perdus dont ils accusent le géant de la distribution dêtre responsable.

La grève, à lappel du syndicat Verdi, doit durer jusquau mardi 3 décembre, perturbant ainsi lactivité de lundi, autre journée de promotion sur les ventes en ligne. La grève touche les centres de distribution Amazon de Leipzig, Bad Hersfeld, Coblence, Rheinberg, Werne et Graben. Le syndicat accuse Amazon de “priver le personnel de ses droits fondamentaux” et de lemployer “sous pression extrême”.      Amazon a de son côté minimisé limpact de la grève, assurant que les commandes seraient livrées “dans les temps”. La filiale allemande assure offrir des salaires correspondant à la “fourchette supérieure des rémunérations pour ce type de travail”, des “avantages sociaux” et réviser “les salaires chaque année”.

Youth for Climate, Extinction Rebellion, Greenpeace ou Attac: des dizaines de militants se sont donnés rendez-vous près de Paris, Lyon ou Lille devant des sites de lentreprise américaine pour dénoncer le modèle économique quelle représente, qui rassemble contre lui défenseurs de lenvironnement et des droits sociaux.

Black Friday: haro sur Amazon, symbole de la surconsommation

Un camion-benne a déversé de la terre devant lentrée du site surveillée par des vigiles et pour le moment, les camions ne peuvent plus entrer ni sortir du dépôt. Les manifestants ont également empilé des cartons sur lesquels on peut lire des slogans contre Amazon comme “Prix cassés sur les salaires” ou “Numéro 1 de lévasion fiscale”.

Les militants qui luttent pour le climat considèrent que le projet de loi anti-gaspillage pour une économie circulaire, voté dans un premier temps par le Sénat et qui doit être débattue par les députés début décembre, napporte pas de réponse satisfaisante au développement de la surconsommation et de la surproduction.  Il faut rehausser fortement le niveau dambition de cette loi en mettant les enjeux de surproduction au cœur du texte , insistent les deux ONG. Selon elles, et daprès un rapport de 2018 de lAgence de lenvironnement et de la maîtrise de lénergie (Ademe), la fabrication et le transport des produits électroniques et textiles sont responsables dun quart des émissions de gaz à effet de serre.

Black Friday : en France, mobilisation contre Amazon et la surconsommation

Au lendemain du #VendrediNoirPourAmazon, une centaine de militants dAttac et de mouvements écologistes bloquent depuis 8h30, ce samedi matin, le site dAmazon de #montelimar pic.twitter.com/OZCRZ9TzPb

Dans un communiqué, Attac dénonce une entreprise qui “prône une vision du monde en totale contradiction avec notre aspiration à une vie décente sur une planète vivable. Ses pratiques doivent changer dès maintenant et son expansion cesser !”

À peine érigé, le blocage a tourné court suite à l’intervention du directeur du site du magasin Leclerc sur lequel sont situés les casiers. Accompagné de plusieurs salariés, ils ont fait chuter l’assemblage en quelques secondes, puis ont rapidement aplati et fait disparaître les cartons. « Vous êtes sur un parking privé », a sèchement reproché le directeur du centre commercial Leclerc aux manifestants. Alors qu’une partie d’entre eux a poursuivi l’action hors du parking, en brandissant banderole et messages criés au mégaphone, une poignée de manifestants est restée sur place pour discuter avec les salariés du magasin et les passants. 

Lassociation appelle le gouvernement à “prendre ses responsabilités. Face à la destruction des emplois, face à la destruction du climat, ils nont quun choix : stopper Amazon ou (…)