Devant 13 cercueils de retour du Mali, la France en deuil – Le Point

Devant 13 cercueils de retour du Mali, la France en deuil - Le Point

Les corps des 13 militaires tués au Mali sont arrivés en France

Les corps des 13 militaires tués dans la collision de deux hélicoptères lors dune opération contre des jihadistes lundi au Mali sont arrivés en France, a annoncé dimanche létat-major des armées.

"Les corps sont en France", a déclaré à lAFP le porte-parole de létat-major, Frédéric Barbry, sans autres précisions, en soulignant que lheure était au "temps des familles" avant lhommage national qui leur sera rendu lundi aux Invalides à Paris.

Treize militaires français tués au Mali : hommage national ce lundi après-midi

Leurs compagnons darmes au Mali leur ont rendu un dernier hommage sur la base de Gao, avant que le gros porteur transportant les 13 cercueils ne décolle pour la France.

Les deux hélicoptères transportant les treize militaires sont entrés en collision alors quils appuyaient des commandos parachutistes qui avaient repéré des pick-up suspects dans la zone frontalière avec le Niger et le Burkina Faso, une région servant de repaire à des groupes jihadistes affiliés à lÉtat islamique (EI) ou Al-Qaida. Aucun des occupants na survécu.

"Gao, dernier adieu à nos camarades, morts pour la France au Mali", a twitté létat-major des armées, dans un message accompagné dune photo montrant la cérémonie de levée des corps, au coucher du soleil.

Tous leurs frères darmes, alignés sur la base, ont fait le salut militaire au passage des cercueils avant quils nempruntent la rampe pour sengouffrer dans le cargo, selon dautres photos diffusées par létat-major.

Les cercueils étaient recouverts du drapeau aux couleurs de la France. Un soldat brandissait un étendard portant la mention "Opération Barkhane", du nom de lopération française antijidiste au Sahel.

“Il était passionné” : lhommage à Pierre-Emmanuel Bockel, militaire français mort au Mali

Les deux appareils, un hélicoptère de combat Tigre et un Cougar de transport de commandos, sont entrés en collision durant une opération de combat contre des jihadistes.

La perte de 13 militaires est une des plus grandes pour larmée française depuis lattentat contre le QG français Drakkar à Beyrouth en 1983, qui avait fait 58 morts.

Pierre-Emmanuel Bockel était le plus jeune des cinq enfants de cette famille mulhousienne. En poste à Pau depuis 2015 au sein de ce régiment délite, il opérait comme pilote de Cougar, un hélicoptère dédié au transport de troupes. Il sétait engagé à 20 ans comme officier sous contrat avant dintégrer Saint-Cyr Coetquidian, puis lécole de laviation légère de larmée de terre, à Dax. Il avait obtenu son brevet de pilote opérationnel en mai 2015. Pilote performant et sportif dexcellent niveau. Le lieutenant Bockel avait déjà servi à trois reprises au Mali. Le jeune officier laisse une fiancée qui attendait un enfant.  

Les corps des 13 militaires tués dans la collision de leurs hélicoptères lors dune opération contre des jihadistes lundi au Mali sont arrivés en France, a annoncé ce dimanche létat-major des armées.

“Cétait quelquun de très complet, passionné par tout”, raconte Léo Brice, lun de ses amis denfance et dénumérer ses passions : “il était musicien, guitariste, pilote de petit avion civil, très sportif, il adorait faire la cuisine, il était curieux”. Avec ces anciens camarades de scoutisme, il formait “le club des cinq”. “On était comme une famille, on se connaissait depuis tous petits, on gardait toujours contact et on aimait toujours se retrouver… cest terrible”, conclut lami de Pierre-Emmanuel Bockel.

Retour en France des corps des 13 soldats tués au Mali, à la veille dun hommage national

 Les corps sont en France , a déclaré à lAFP le porte-parole de létat-major, Frédéric Barbry, sans autres précisions, en soulignant que lheure était au  temps des familles  avant lhommage national qui leur sera rendu lundi aux Invalides à Paris.

Il s’agit des capitaines Nicolas Mégard, Benjamin Gireud, Clément Frisonroche, des lieutenants Alex Morisse, Pierre Bockel, de l’adjudant-chef Julien Carette, du brigadier-chef Romain Salles de Saint Paul, du capitaine Romain Chomel de Jarnieu, des maréchaux des logis-chef Alexandre Protin et Jérémy Leusie, des maréchaux des logis Antoine Serre et Valentin Duval, et du sergent-chef Andreï Jouk.