Montpellier : des actions en mémoire d’Hugo, tué au Bataclan

Montpellier : des actions en mémoire d'Hugo, tué au Bataclan

Montpellier : des actions en mémoire d’Hugo, tué au Bataclan

Deux ans jour pour jour après les attentats du Bataclan, la douleur est toujours aussi vive dans le cœur des proches d’Hugo Sarrade qui, en 2015, étudiait à la faculté des sciences de Montpellier. “Dès qu’on parle de lui, c’est encore très vivace, j’ai les larmes aux yeux à chaque fois”, confesse aujourd’hui son oncle, Frédéric Lapoutge.

Le top des articles Saucissons, jambons, pâtés… le scandale sanitaire des rayons de charcuterie il y a 1 jour 69 Immobilier à la une Sirop anti-toux, pastilles anti-rhume : la "liste noire" des médicaments à éviter Le cri d'alarme historique de 15 000 scientifiques sur l'avenir de la planète Béziers : six interpellations lors d'une opération policière d'envergure Pénurie de beurre : vers une fin de crise ? Gard : nuit de violences au Vigan pour 50 € de dettes Lire tous les articles Publicité

Patiemment, Frédéric rénove donc le système électrique, peint la carrosserie en rouge coquelicot, et installe sur le toit une bâche bleu blanc rouge, symbole selon lui “de la liberté”, puisque “c’est elle qui a été attaquée ce 13 novembre 2015”.

D’autant qu’à travers ce véhicule atypique, immatriculé 34 et dont la plaque numérologique est estampillée du logo du MHR, Frédéric continue d’entretenir la mémoire d’Hugo dans la France entière. “J’ai des clients qui traversent le pays uniquement pour la louer, certifie le tonton. Quant à ceux qui ne sont pas au courant, ils sont souvent très touchés par l’histoire.” Et on les comprend.

Un mois de travail au total, qui se révèle salvateur pour le tonton. “Ce projet a été ma thérapie. Après cette tragédie, je ne pouvais pas rester les bras croisés à ne rien faire. Je voulais que quelque chose d’Hugo reste. Et aujourd’hui, à chaque fois que je regarde cette voiture, je pense à lui”.