Laborde, brillant avec Montpellier: “On sait quon peut encore …

Laborde, brillant avec Montpellier: \

Montpellier-OM: Parler cest bien beau, il faut montrer sur le terrain , lâche Payet

En clôture de la 12e journée de Ligue 1 hier, Montpellier s’est imposé avec la manière face à l’Olympique de Marseille (3-0). Grâce à cette victoire, les Héraultais se placent deuxièmes au classement et distancent de six longueurs leur adversaire du soir. Après la rencontre, le coach du MHSC, Michel Der Zakarian, s’est dit très heureux, mais reste néanmoins prudent face aux récents succès de son équipe.

« On est très heureux d’être deuxièmes, de passer quatrième attaque et première défense. Tout le monde a envie d’exister, d’être bon, collectivement on est solides », a-t-il déclaré en conférence de presse, avant d’ajouter : « mais tout est très fragile dans le foot, dès qu’il y a du relâchement, dès qu’on ne fait pas les efforts ensemble. Cela peut s’effriter très vite. Il n’y a que nous. Ce qui peut nous arrêter ? Que les têtes gonflent, qu’on se croit plus beaux que ce qu’on est. On perdra des matches, mais il faut garder l’état d’esprit qu’on affiche. » Montpellier devra confirmer sa bonne passe actuelle samedi prochain, à Angers (20 heures).

Débordé par Laborde, auteur d'un doublé (51, 62), et achevé par Paul Lasne (70), l'OM à l'américaine va connaître sa vraie première crise. Sa défense, avant-dernière de L1 avec 21 buts encaissés, a pris l'eau, et son attaque n'écope plus rien. Et, dans quatre jours, l'équipe de Rudi Garcia risque une nouvelle désillusion, l'élimination de la Ligue Europa, dont elle est finaliste, si elle ne gagne pas à Rome, sur le terrain de la Lazio…

Les problèmes défensifs de lOM ne sont pas nouveaux, son manque de réalisme devant le but non plus… Ils ont sauté aux yeux ce dimanche soir, lors de cette lourde défaite concédée à Montpellier (3-0), en clôture de la 12e journée de Ligue 1. Après la rencontre, Dimitri Payet était dépité mais semblait surtout incrédule.

On attendait avec impatience de voir comment lOlympique de Marseille allait se comporter sur la pelouse de Montpellier. On a eu la réponse : mal, résume Ménès sur son blog. En première période, lOM a eu deux belles occasions, mais ni la tête trop décroisée de Germain ni la volée trop rabattue de Payet nont attrapé le cadre. En seconde période, lOM a explosé, notamment Amavi, coupable sur deux des trois buts héraultais et Strootman, qui a tous les contours dune imposture. Germain est toujours seul devant, Payet et Thauvin sont loin de leur niveau de la saison dernière voire du début de celle-ci, Rami se cherche toujours… Bref, les raisons individuelles à la faillite phocéenne actuelle sont multiples.

“On a péché dans le dernier geste, on aurait pu mener à la mi-temps sur une de nos deux occasions. On ne les met pas, regrette le meneur de jeu sur Canal+. On est irréguliers, capables du meilleur comme du pire. Il va falloir rectifier le tir parce que sinon, on va rester dans le ventre mou, à gagner à domicile et perdre à lextérieur. On doit être meilleurs dans les pieds et meilleurs dans les têtes.”

Les aveugles supporters vont ils ENFIN se rendre compte que le om champion project cest du vent quand ce sont des amateurs aux manettes. Des recrutements incroyablement surpayés aux salaires stratosphériques. Tous les clubs se gavent sur le dos de lom. Mc croute a déjà fait une banqueroute pour son club de baseball (pas pour ses poches), ça sent la deuxième !

Sur le terrain de la Lazio jeudi en Ligue Europa (18h55 sur RMC Sport), la défense sera de nouveau soumise à rude épreuve… “Oui, on doit progresser défensivement. Mais ce ne sont pas seulement les défenseurs et le gardien, ce sont aussi les milieux, les attaquants, insiste Dimitri Payet. Si on doit parler? On a déjà parlé. A un moment donné, parler cest bien beau, il faut montrer sur le terrain.”

LOM, quel trou dair ! Rarement mis en danger en première période, lOM a complètement sombré après la pause, en encaissant trois buts en à peine vingt minutes. Larrière-garde phocéenne sest complètement fissurée. Amavi a de nouveau enchaîné les approximations dans son couloir gauche, alors que la charnière Rami-Kamara a sombré. Les chiffres sont implacables : Marseille a désormais encaissé 21 buts depuis le début de saison. Seul Guingamp, la lanterne rouge, a fait pire…