Logements insalubres : Montpellier et Nîmes parmi les villes les plus …

Logements insalubres : Montpellier et Nîmes parmi les villes les plus ...

Les actualités de 7h30 – Immeubles effondrés à Marseille : la colère des habitants…

Trois jours après leffondrement de plusieurs immeubles et alors que les recherches ont été suspendues le temps de faire tomber deux autres bâtiments fragilisés, les habitants du quartier de Noailles se sont réunis dans la soirée pour dénoncer linertie des pouvoirs publics. Ils réclament des comptes au maire de la ville, Jean-Claude Gaudin. “Cet immeuble, le 63, ça fait 15 ans quon avait attiré lattention des pouvoirs publics sur six marchands de sommeil. Il y en a quun qui est allé en prison. Il a pris six mois et est ressorti et a recommencé son business”, sindigne un homme au micro RTL dHugo Amelin. Selon lui, à Marseille, les politiques “ferment les yeux sur les marchands de sommeil”. Les logements insalubres sont “un immense fléau”. Cest ce qua dit mercredi 7 novembre sur RTL le ministre du logement Julien Denormandie qui précise quil ne sagit pas que dun problème marseillais. “Cest un problème qui ne concerne pas que Marseille, cest un problème qui concerne dautres villes de notre territoire et jai 14 sites prioritaires identifiés. Le plan de lutte contre le logement insalubre, cest trois milliards deuros sur les dix prochaines années”, a assuré le ministre. 

Église – La Conférence des évêques de France annonce la création dune commission indépendante chargée de faire la lumière sur les abus sexuels dans lÉglise. Une commission qui pourrait ressembler à celle mise en place en Allemagne.

Selon le ministère, ces 14 sites ont été identifiés dans le cadre du plan "initiative copropriétés", qui a pour but de "transformer, rénover et prévenir la fragilisation de certains" logements. "Ce ne sont pas des immeubles qui présentent des problèmes de sécurité pour les habitants", a-t-on précisé.

Politique – LÉtat français ne célébrera pas le maréchal Pétain. Cest la mise au point de lÉlysée après la polémique de mercredi. Seuls cinq maréchaux qui sont aux Invalides seront honorés samedi 10 novembre. Une manière de clore le débat après ces propos du président.International – Le Pakistan indique ce jeudi 8 novembre au matin quAsia Bibi a bien été libérée, mais quelle est toujours dans le pays. Accusée de blasphème pour avoir bu de leau dans un puits supposé réservé aux musulmans, la jeune femme condamnée à mort dans un premier temps a finalement été acquittée.Football – LOlympique de Lyon rate une chance de se qualifier pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions. Les Lyonnais ont fait match nul hier soir 2 partout face à Hoffenheim.

Manuel Domergue Au niveau national, le travail sur lamélioration de lhabitat se décline depuis quinze ans autour de deux priorités : la lutte contre les passoires énergétiques et les grands projets de rénovation urbaine dans le cadre de lAnru. À côté, la lutte contre lhabitat indigne hors Anru a été un peu négligée. Le nombre de logements traités tous les ans par lAnah (Agence nationale de lhabitat) est de quelques milliers par an au niveau national et de 29 lan dernier à Aix-Marseille. Il y a aussi les mesures contre les copropriétés dégradées. Un nouveau plan a été annoncé il y a trois semaines par le ministre du Logement. Et aussi un outil spécifique pour sattaquer aux très grosses copropriétés en difficulté comme Grigny 2 ou Clichy-sous-Bois. Cet outil saccompagne dun investissement important de lÉtat. Mais il na pas pu être utilisé dans les quartiers nord de Marseille parce que les élus locaux sy sont opposés et ont refusé de mettre une partie de leurs taxes dans un pot commun pour compléter les financements de lÉtat. En revanche, au niveau local, il y a des collectivités qui, avec le soutien de lÉtat, ont vraiment investi sur le sujet. Cest le cas de Paris par exemple. À la suite du drame des incendies dans les hôtels, comme celui de Paris-Opéra, qui avaient fait des dizaines de morts et choqué beaucoup, la municipalité avait décidé de soccuper de 1 000 immeubles. Ils ont été repérés et suivis un à un. Des financements ont été mis pour améliorer les services municipaux et racheter ces bâtiments. Cétait compliqué, mais ils lont fait et le logement indigne a vraiment reculé à Paris. Ces opérations ont aussi permis de développer du logement social en transformant les immeubles saisis en HLM. Cette politique nest pas transposable partout car Paris a des moyens sans comparaison avec dautres villes. Mais dautres moins dotées comme Lille Métropole ou des villes de banlieue parisienne ont aussi fait le choix dinvestir sur la question. La clé, cest de séquiper dun service municipal dexperts formés qui font cela à plein-temps. Il faut mettre une pression de tous les jours pour que ça marche.

Les services de lÉtat en collaboration avec les élus locaux ont dressé la liste des 14 sites de priorité nationale menacés par linsalubrité de certaines de ses copropriétés. Montpellier et Nîmes en font partie.

Invité ce mercredi 7 novembre, ce dernier assure ne pas avoir attendu ce “drame malheureux de Marseille” pour “mener une politique très volontariste” sur ces questions du logement. Dénonçant le manque parfois évidemment des rénovations, le ministre de la Ville et du Logement attaque également les “marchands de sommeil”.”Les marchands de sommeil sont des trafiquants de misère. Il y a plusieurs mois, jai déclaré une véritable guerre contre ces marchands de sommeil. Jaurai maintenant les moyens de les considérer comme des trafiquants de drogue car il ny a quun truc que comprennent ces personnes, cest le portefeuille”. Et de conclure : “Cest un autre fléau qui vient sajouter au fléau du logement insalubre”. 

Suite au tragique effondrement dun immeuble à Marseille, le ministre du Logement, Julien Denormandie lance le plan  Initiative copropriétés , un programme de rénovation et de prévention des risques au niveau national doté dun fond de 2,740 milliards d’euros. Parmi les sites retenus prioritaires, du fait de la présence de logements  dégradés , Montpellier, Nîmes, et Toulouse, au niveau régional, en font partie, et verront donc, dans les 10 prochaines années, naître des programmes de réhabilitation à destination de ces copropriétés insalubres. Le ministre sest voulu rassurant lors de lannonce ce plan en précisant : ce ne sont pas des immeubles qui présentent des problèmes de sécurité pour les habitants.

Selon le ministère, ces 14 sites ont été identifiés dans le cadre du plan "initiative copropriétés", qui a pour but de "transformer, rénover et prévenir la fragilisation de certains" logements. "Ce ne sont pas des immeubles qui présentent des problèmes de sécurité pour les habitants", a-t-on précisé.

Marseille : Denormandie dénonce sur RTL “limmense fléau des logements insalubres”

Ce chantier de près de 3 milliards deuros sera mené à bien par les collectivités locales, et piloté par les Préfets de Région, durant les 10 prochaines années. Selon le ministère du Logement, les collectivités seront accompagnées pour agir autour de 3 piliers :

Si le rapport nidentifie pas précisément les copropriétés visées, on sait cependant et plus globalement, selon un recensement effectué par les Préfets de Région, que plus de 500 copropriétés sont  en difficultés  dans le Grand Sud, à Montpellier et à Nîmes, mais également à Perpignan et en Avignon.

Dans les arrondissements de lhypercentre de Marseille où a eu lieu le drame lundi, la proportion de logements indignes dans de petites copropriétés de moins de 25 logements construits avant 1949 dépasse parfois 35 %. – BMPM SM/Loic Aedo/AFP var ULTIMEDIA_mdtk = “01946947”; var ULTIMEDIA_zone= “20”; var ULTIMEDIA_target = “ultimedia_switch”; var ULTIMEDIA_async = false; Leffondrement des trois immeubles de la rue dAubagne nest pas le premier. La municipalité laisse se dégrader des quartiers entiers de la ville. Plusieurs personnes manquaient encore à lappel mardi soir, après la découverte de quatre corps sans vie dans les gravats des  immeubles effondrés de la rue dAubagne à Marseille . Dans cette ville où certains trottoirs sont interdits aux piétons à cause du danger de chute que présentent des balcons branlants, ce drame nest pas le premier : depuis cinquante ans, des bâtiments sécroulent régulièrement sur leurs occupants : en 1960, 1976, 1999, 2001, 2002, 2005, 2008, la presse locale sest fait lécho de ces  châteaux de cartes meurtriers .