Montpellier: une femme voilée éconduite dune boutique Etam, la responsable du magasin mise à pied – BFMTV.COM

Montpellier: une femme voilée éconduite d\une boutique Etam, la responsable du magasin mise à pied - BFMTV.COM

Voile islamique : une responsable dEtam mise à pied

“Vous devez enlever votre voile avant de rentrer. Je suis désolée, mais je naccepte pas les voilées”, aurait répondu la responsable dun magasin Etam à une jeune femme voilée dun hijab qui souhaitait déposer sa candidature.

Ce mardi, une étudiante de Montpellier a publié une vidéo relayée plus de 160.000 fois sur les réseaux sociaux (Twitter et Instagram) dans laquelle elle raconte avoir été victime de discrimination à lembauche dans un magasin Etam de Montpellier. La jeune femme dit vouloir porter plainte.

Dans la vidéo, cette jeune femme raconte sêtre rendue dans le magasin de prêt-à-porter de Montpellier en vue dy déposer une candidature et un CV. Mais une fois sur place, la responsable de la boutique Etam lui aurait lancé, véhémente: Jespère que cest une blague, vous nêtes pas sérieuse ? Vous êtes voilée et vous me demandez un travail, alors que cétait la journée de la femme il y a même pas deux jours !. 

Déjà, vous ne vous présentez pas comme ça dans mon magasin pour demander une embauche”, aurait poursuivi la gérante. “Vous devez enlever votre voile avant de rentrer. Je suis désolée, mais je naccepte pas les voilées.

Salam ou aleykoum a toute le 🌍 Je partage avc vous une situation que jai vécu pour vous montrer commente cest difficile vivre en 🇫🇷 avec le Hijab. Je vous 🙏🏻 de partager car jai besoin de trouver les filles qui ont été dans le magasin pour pouvoir porter plainte #BoyCottEtam pic.twitter.com/7CLyT9FdI8

La vidéo de létudiante, partagée à maintes reprises, a créé lindignation sur les réseaux. Depuis, un hashtag #BoycottEtam a même été lancé par des internautes, afin dappeler au boycott de la marque. Et dans la foulée, le directeur général du groupe Cédric Taravella, sest saisi de laffaire et a réagi publiquement sur Twitter.

“Je viens de prendre connaissance de ce qui sest passé dans notre magasin. Sachez que chez Etam, nous comprenons votre émotion et sommes désolés de ce qui sest passé. Cest effectivement contraire à nos valeurs”, écrit-il.

Contactée par nos confrères du Parisien, lenseigne Etam a assuré avoir “mis à pied à titre conservatoire” la responsable du magasin de Montpellier et décidera des mesures appropriées à la lumière de lenquête interne en cours”.

“En matière de recrutement, Etam a toujours respecté une stricte politique de non-discrimination à lembauche”, ajoute la marque en réponse au Parisien. 

“Etam a décidé de renouveler la sensibilisation de leurs équipes, par une formation de leurs responsables de magasins, à la question du recrutement tel quil doit se dérouler chez Etam. Enfin, dans son règlement intérieur, conformément à la loi El Khomri de 2016, Etam adopte un principe de totale neutralité politique, philosophique et religieuse”, précisent-ils encore.

Le Collectif contre lislamophobie en France (CCIF), qui a été “saisi dans le cadre de cette affaire, a promis de “faire toute la lumière sur ce qui sest passé”. “Lislamophobie est une réalité et un délit et nous ferons valoir les droits de cette jeune femme”, affirme le CCIF dans un message publié sur sa page Facebook.

Si le voile est interdit dans le secteur public par principe de neutralité religieuse, cela est plus nuancé dans le privé. Le code du travail précise quune entreprise privée peut interdire à ses salariés le port visible de tout signe politique, philosophique ou religieux dans le cas où cette interdiction “est justifiée par la nature de la tâche à accomplir et proportionnée au but recherché”.

La direction du groupe de prêt à porter et de lingerie Etam annonce sur twitter avoir suspendu la directrice d’une des quatre boutiques de Montpellier, après la diffusion sur les réseaux sociaux de la vidéo d’une étudiante montpelliéraine venue déposer un CV et éconduite.

Une étudiante à la recherche dun travail dans la vente est venue déposer son CV dans des magasins et notamment dans une boutique à l’enseigne Etam, à Montpellier. Elle raconte dans une vidéo publiée sur ses comptes Twitter et Instagram avoir subi des remarques désobligeantes de la responsable du magasin.

Plutôt bien accueillie à son arrivée dans la boutique,  mardi, elle explique que le ton a changé, lorsque elle a émis le souhait d’être embauchée :  Jespère que cest une blague et que vous nêtes pas sérieuse. Vous êtes voilée et vous me demandez un travail ? , lui aurait répondu la responsable, lui rappelant que la Journée internationale des droits des Femmes avait été célébrée quelques jours plus tôt, vendredi 8 mars.

Létudiante lui a alors demandé le rapport entre le voile, la Journée de la femme et le fait dêtre à la recherche dun travail :  Vous vous ne présentez pas comme ça dans mon magasin pour demander un emploi. Vous devez enlever votre voile avant de rentrer. Désolée, mais moi je naccepte pas les voilées , aurait rétorqué la directrice de la boutique Etam.

La vidéo mise en ligne sur le compte Twitter d’Oumaima a été remarquée par le directeur général de la marque, qui a rapidement réagi à la polémique, dans un tweet diffusé mercredi :

Salam ou aleykoum a toute le 🌍 Je partage avc vous une situation que jai vécu pour vous montrer commente cest difficile vivre en 🇫🇷 avec le Hijab. Je vous 🙏🏻 de partager car jai besoin de trouver les filles qui ont été dans le magasin pour pouvoir porter plainte #BoyCottEtam pic.twitter.com/7CLyT9FdI8