Top 14 – Travers : “Montpellier a fait un gros match” – Rugbyrama.fr

Top 14 - Travers : \

Tops/Flops Racing 92-Montpellier : Chouzenoux inusable, Du Plessis à la faute

Laurent Travers (entraîneur du Racing 92): “Il y a 15 jours, on la perdu dun point, et ce soir on le gagne dun point. Il vaut mieux être de ce côté-là. Les matches, il faut savoir les gagner. Ce qui est dommage, cest que le coup de collier, on doit le mettre avant. On prend deux essais en contre, ils ont été très réalistes, contrairement à nous. Montpellier a fait un gros match mais il est important que nous soyons beaucoup plus précis que ce quon a été. Une fois que le ticket de la qualification sera obtenu, on essayera de faire ce quil faut pour obtenir un barrage à domicile.”

Un troisième-ligne précieux et un demi de mêlée taille patron mais aussi deux cartons jaunes préjudiciables et un coup d'arrêt d'une folle remontée… Retrouvez les Tops et les Flops du match opposant le Racing 92 à Montpellier, comptant pour la 22e journée du Top 14.

Chouzenoux na pas lésiné sur ses moyensUne nouvelle partition de haute volée pour le troisième-ligne du Racing 92. Baptiste Chouzenoux a été un facteur clé du succès Ciel et Blanc en multipliant les plaquages, étant sollicité en touche mais aussi et surtout en inscrivant le premier essai francilien juste avant la pause (40e+6) où il récompense la succession dassauts de ses partenaires devant la ligne par un essai qui, après la transformation de son capitaine Maxime Machenaud, permet au Racing de passer devant à la mi-temps (13-12).

De son côté, Montpellier s'est montré plus inspiré pour franchir la ligne trois fois. C'est d'abord un ballon tapé au pied, bonifié par Gabriel Ngandebe et aplati par Benoît Paillaugue qui a donné un premier avantage aux Languedociens (23e, 6-7). Le demi de mêlée et l'ailier ont été deux des éléments les plus en vue: Paillaugue, auteur de la passe décisive petit côté pour le deuxième essai signé Jan Serfontein (38e), a fait repasser Montpellier en tête d'une pénalité à mi-terrain (43e). Le N.9 y est même allé de son doublé, après que Serfontein et Ngandebe ont de nouveau mis à mal la défense du Racing (68e, 19-25). Après un ballon gratté, le MHR (72e) a semblé tenir son exploit. Mais cette saison-ci n'est décidément pas la sienne.

Le Racing 92 sextirpe du piège montpelliérainA défaut de sêtre montré séduisant comme pouvait le laisser entendre son statut de meilleure attaque à domicile avant ce match, le Racing 92 a su bien géré ses temps forts dans le money-time de chaque période avec des essais de Chouzenoux (40+6e) et Chavancy (76e) pour soffrir un précieux succès dans la course aux phases finales. Quatrièmes (62 points), les Franciliens comptent désormais 6 points davance sur le Stade Français, 7e et première équipe non qualifiée.

Malgré le bonus défensif récolté, Montpellier a sans doute laissé passer sa dernière chance. Alors qu'ils menaient 25-19 à cinq minutes de la fin, les Héraultais, auteurs d'une belle prestation, ont cédé sur un essai d'Henry Chavancy (77e), transformé sans problème par Maxime Machenaud. Ce revers rageant met fin à leur série de 4 succès d'affilée et ne leur permet pas de rattraper le 6e et actuel dernier qualifié, Bordeaux-Bègles. Avec 5 points de retard sur l'UBB et La Rochelle (7e), le MHR ne verra probablement pas la phase finale.

Paillaugue a porté le MHRMatch plein pour le demi de mêlée héraultais. Auteur dun doublé (22e, 67e) en ayant bénéficié par deux fois de percées de Ngandebe, très en jambes à la Paris La Défense Arena, Benoît Paillaugue sest également mis en évidence sur le deuxième essai du MHR où, après quune de ses tentatives de pénalité a heurté le poteau, il suit bien son coup de pied pour regagner la possession à 5 mètres et que son centre Serfontein aplatisse en bout de ligne. Pas suffisant néanmoins pour obtenir un succès crucial dans la course aux phases finales.

La tâche nétait pas simple face à un MHR revigoré qui restait sur quatre victoires de rang. Benoît Paillaugue a dailleurs bien failli être lhomme-clé dun cinquième succès consécutif. Les deux essais du demi de mêlée pailladin, en première (23e) et en seconde (68e) période malgré des soins répétés pour gérer un genou endolori suite à une nouvelle alerte, ont semé le doute chez les Racingmen. Il a fallu une redistribution des cartes et des hommes, lentrée dHenry Chavancy notamment, pour séviter une défaite problématique au classement. Une fois en jeu, le centre formé au club se chargeait de provoquer des fautes héraultaises et dapporter de la percussion.

Lindiscipline, le fléau héraultaisLe verrou du MHR a sauté par deux fois cet après-midi. Et par deux fois, les hommes de Vern Cotter jouaient en infériorité numérique. En cause, deux cartons jaunes reçus par le pilier Levan Chilachava après une faute danti-jeu près de la ligne (40e+3) et le deuxième-ligne Jacques Du Plessis pour lensemble de lœuvre de ses partenaires, trop souvent pénalisés en fin de match (75e). 14 points qui pèsent lourd à lheure de faire les comptes.

Sur lune desdites perforations, linternational français (5 sélections) profitait de linfériorité numérique adverse pour aplatir au sortir dune intense séquence de pression pour changer le sort de ce match (77e). Derrière, Machenaud exécutait donc la sentence pour faire virer le Racing en tête (78e). Il restait bien une possession aux joueurs de Vern Cotter pour tenter demballer une dernière fois cette partie, mais Enzo Sanga préférait… mettre le ballon en dehors des limites du terrain pour préserver le point du bonus défensif. Au grand dam de son coach, dont la colère froide pouvait se lire sur le visage…

Fin de série pour le MHRLaissés pour morts à la fin du mois de février, les Montpelliérains sétaient prêtés à rêver au top 6 après une série de quatre victoires consécutives. Même si le MHR sest sorti de ce match avec le bonus défensif et revient à 5 points des places qualificatives, cette défaite met fin à leur bonne dynamique alors quun calendrier compliqué (déplacements à Castres et Clermont et réception du Stade Français) pointe le bout de son nez.

A chaque pénalité, sa vérité. Une semaine après avoir manqué le coup de pied qui aurait permis au Racing de lemporter à Clermont (31-31), Maxime Machenaud a offert la victoire (26-25) à son équipe contre Montpellier en faisant cette fois mouche au moment de transformer lessai de son camarade Henry Chavancy. Le capitaine francilien navait pour le coup quà assurer au vu de la faible distance avec les perches, mais cest néanmoins grâce aussi à la fiabilité de son pied (quatre pénalités et deux transformations), que les hommes de Laurent Travers ont récupéré la quatrième place du Top 14 dimanche.