Montpellier : près de 1 600 personnes mobilisées contre la réforme des retraites – Lagazettedemontpellier.fr

Montpellier : près de 1 600 personnes mobilisées contre la réforme des retraites - Lagazettedemontpellier.fr

EN IMAGES. Des syndicats dans la rue, contre la réforme des retraites, en Seine-Maritime

Quelques milliers de personnes ont bravé une pluie battante à Rouen, au Havre et à Dieppe (Seine-Maritime) pour manifester contre le projet de réforme des retraites Macron-Delevoye, à l’occasion de la grève du 24 septembre 2019. Ils répondaient aux appels des syndicats CGT et Solidaires. 

Lire aussi : Rentrée sociale en Normandie : un mois de septembre sous tension aux multiples mobilisations

A Marseille, 3 700 manifestants selon la préfecture de police, drapeau CGT en main ou revêtant la chasuble du syndicat, se sont rassemblés sur le Vieux-Port.  On est en train de mettre à mort un système que nos anciens avaient bâti avec le Conseil national de la Résistance […] Je vois des gens régulièrement reprendre un travail à la retraite car ils narrivent pas à joindre les deux bouts , a témoigné Catherine, gestionnaire à la CPAM des Bouches-du-Rhône. Philippe Martinez revendique, lui, 150 000 personnes dans toute la France parlant d un bon début .

En marge des grèves à la SNCF, et alors que les accès à la ville avaient été perturbés tôt dans la matinée par une première mobilisation, la manifestation a pris forme au Havre autour de 10 heures. D’abord timide, la participation s’est densifiée à proximité de la gare, où les travailleurs du port ainsi que les dockers ont rejoint le mouvement. 3 000 personnes ont manifesté selon la CGT, 1 800 d’après la police, environ 2 000 personnes d’après nos estimations.

Messenger LinkedIn Email Plus de 150 mobilisations ont eu lieu en France ce mardi contre le projet de réforme des retraites. Répondant à lappel de la CGT, de Solidaires, la FSU et lUnsa-Ferroviaire, 12 300 personnes ont manifesté à Paris, 3 700 manifestants et plusieurs milliers dautres en province. Leader de la CGT, Philippe Martinez revendique, lui, 150 000 manifestants au total dans toute la France.

Retraites. 12 300 manifestants à Paris, plusieurs milliers en province

#ReformeRetraites Le cortège termine sa route à lhôtel de ville du Havre. Pour la CGT, 3.000 personnes se sont déplacées. pic.twitter.com/AywQ2EJeUI

Après FO, la CGT appelle ce mardi les Français à se mobiliser contre la réforme des retraites

A Rouen, les organisateurs annonçaient 2000 personnes, contre 1800 environ selon nos estimations. Le cortège, comme dans la cité Océane, était majoritairement composé de forces syndicales renforcées par quelques élus des communes avoisinantes, mais également des Gilets jaunes venus en soutien. A Dieppe, à peu près 500 personnes ont défilé.

#greve24septembre à #RouenDes #GiletsJaunes sont presents dans le cortège. pic.twitter.com/L6lEX11Se4

« La retraite à points, c’est des retraites de misère pour tout le monde et c’est l’arrivée des retraites par capitalisation », soulignait Marie-Hélène Duverger, membre du bureau de Solidaires, au micro à Rouen. Elle appelait au rejet total du projet Macron-Delevoye et à la défense du système par répartition. Près de la responsable syndicale, dans le cortège rouennais, des manifestants faisaient également part de leurs inquiétudes quant à la baisse potentielle des retraites, et l’allongement de l’âge de départ.

Cette journée aura également des conséquences sur les rails en raison d'une grève à la SNCF. Comptez ce mardi 1 TER sur 3 dans la région ainsi que 2 Intercités sur 3 en moyenne. Le trafic des TGV sera en revanche normal en Auvergne-Rhône-Alpes.

« Il ne faut pas que la retraite redevienne l’antichambre de la mort », pouvait-on entendre au Havre. Alors qu’à Rouen, une aide-soignante pensait quant à elle aux générations futures :  « On se bat pour nous, mais également pour nos enfants ». Karine, qui travaille à Pôle emploi, s’inquiétait de son côté pour les femmes :

Des difficultés sont également attendues dans les cantines scolaires de Lyon. Ce sont en tout 60 restaurants qui seront fermés ce midi sans accueil pique-nique pour les enfants.

Avant, la retraite prenait en compte les 25 meilleures années, là ça sera la totalité de la carrière. Ce sera d’autant plus défavorable pour les femmes, qui avaient des trimestres validés quand elles avaient des enfants ou travaillent parfois à temps partiel pour s’occuper d’eux. Il faut qu’elles prennent conscience de ce qu’elles ont à perdre, et de la paupérisation qui va les toucher.

Une manifestation est prévue ce mardi matin à Lyon. Elle partira à 11h de la Manufacture des Tabacs direction la place Bellecour.

Segré. Une soixantaine de personnes a manifesté contre la réforme des retraites

Outre les inquiétudes, il y a eu ce mardi une déception chez certains : celle d’être « trop peu nombreux ». La faute, entre autres, à la difficulté pour les syndicats de partir unis dans leur lutte. D’où l’insistance, lors des dernières prises de paroles, à intensifier les actions et accentuer la convergence. Le large spectre des professions représentées dans les cortèges — automobile, santé, éducation, portuaires, territoriaux, cheminots etc. — a tout de même donné le pouls de cette « rentrée bouillante », pour reprendre l’expression du responsable de l’union départementale CGT Pascal Morel.

Petit à petit, les drapeaux rouges fleurissent la place Saint-Germain. Des manifestants les brandissent pour faire savoir leur opposition à la réforme des retraites voulue par le gouvernement. On refuse leur proposition de retraite par points, lance Grégory Cordurié, secrétaire de lunion locale CGT. À terme, on sait que cette réforme mènera à une baisse du montant des retraites. Nous sommes favorables à une retraite par répartition. Comme lui, une cinquantaine de personnes se sont rassemblées sur la place Saint-Germain, à Flers, dès 17 h, mardi 24 septembre. Sud Solidaires était aussi présent. En fin de matinée, un mouvement similaire a eu lieu à Alençon.

Les mentions aux grévistes du Rouvray ont par exemple été nombreuses dans le cortège et lors des prises de parole à Rouen. Les salariés de la papeterie Chapelle Darblay, qui ont appris la vente de leur usine il y a quinze jours, étaient aussi mis à l’honneur en tête de cortège dans la capitale normande. Un appel à signer le référendum contre la privatisation d’aéroport de Paris a aussi été lancé.

Pour Christian Gomond, de lunion locale CGT des retraités, cette réforme est un moyen pour lÉtat de donner la valeur quil veut aux points . Lui est aussi opposé au recul de lâge de départ à la retraite. On nous dit 65 ans, ensuite ce sera 67. À quand les 70 ans ? Après une prise de parole de Grégory Cordurié, le rassemblement sest dispersé dans le calme.

Quelque 300 manifestants battent le pavé à Joigny contre la réforme des retraites

Pendant les prises de paroles avant la manifestation de la #greve24septembre à #Rouen, la CGT de Chapelle Darblay ont raconté leur combat pour défendre “90 ans dhistoire, de savoir-faire et de lutte” pic.twitter.com/ZNkT9fd85S

Sablé-sur-Sarthe. Quarante manifestants contre la réforme des retraites

Les combats à mener s’annoncent nombreux pour les syndicats. Ceux-ci ont d’ailleurs appelé les manifestants à se tenir prêts face aux multiples rendez-vous qui devraient voir le jour dans les prochaines semaines.

Messenger LinkedIn Email Mardi 24 septembre, la CGT et Sud Solidaires ont appelé à manifester contre la réforme des retraites. Un peu plus de 50 personnes se sont rassemblés place Saint-Germain, à Flers.

VIDÉO. Plus dun millier de manifestants contre la réforme des retraites ce mardi matin à Nice

• PHOTOS. Retour sur les manifestations contre la réforme des retraites à Rouen et au Havre :

Au-delà de la démonstration de force, ce sont surtout des inquiétudes que les participants au défilé tenaient à exprimer cet après-midi: le système à point, la baisse des pensions, la fin des régimes spéciaux ou encore l’âge pivot du départ à la retraite. Le tout selon un principe cher aux responsables de la CGT, celui qui consiste «à ne pas opposer les salariés du public et du privé».

 Cest un bon début même sil reste du monde à convaincre , a jugé le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez. Alors que les syndicats sont divisés, il a évoqué la tenue dune intersyndicale  très prochainement .

Ce mardi 24 septembre, 400 personnes ont défilé dans les rues de Bourg-en-Bresse contre le projet de réforme des retraites. Une mobilisation qui satisfait pleinement Fabrice Canet, secrétaire général de l’Union départementale de la CGT, à l’origine de la manifestation. «Notre objectif était de marquer notre désaccord, nous y sommes parvenus.»

Manifestation contre la future réforme des retraites à Marseille, le 24 septembre. GERARD JULIEN / AFP Après les avocats, les médecins, les pilotes, les infirmières, la RATP ou encore Force ouvrière (FO), ce sont les militants de la CGT qui ont défilé, mardi 24 septembre, contre la future réforme des retraites.

Le secrétaire général de lunion locale CGT prône donc  un départ à la retraite dès 60 ans, voire avant pour les métiers pénibles ; une pension dau moins 75 % du revenu net dactivité (pour une carrière complète) sans que celle-ci puisse être inférieure au Smic ; une réindexation des retraites sur le salaire annuel moyen et non sur linflation […] Il y a du pognon sauf quils ne vont pas le chercher. Quand vous voyez des grosses entreprises qui bénéficient du Cice (crédit dimpôt pour la compétitivité et lemploi), mais qui ne créent pas demploi voire même qui licencient… Cet argent-là pourrait servir pour le système des retraites. Il y a aussi un partage des richesses à effectuer quand on voit le dividende redistribué au CAC 40 en 2018… 

La mobilisation a rassemblé  150 000 manifestants dans toute la France , avec  166 lieux de manifestations , sest félicité sur BFM-TV le secrétaire général du syndicat, Philippe Martinez.  Cest un bon début, même sil reste du monde à convaincre , a-t-il jugé.  On va tous être perdant  avec ce projet de réforme qui est  mauvais , a continué le leader syndical, qui promet de  pousser pour que le rapport de force sélève et soit généralisé .

Une heure durant, ceux-ci ont défilé dans les rues de Segré pour manifester leur désapprobation à légard de la réforme des retraites.  Ce système Macron par points est injuste. Il est au service de la finance et au détriment des retraités, juge Pascal Mahé. Il y a plein de métiers où les gens ne pourront pas travailler jusquà 64 ans, parce que leur santé ne leur permettra plus ou parce que lon ne voudra plus deux. 

Réforme des retraites : entre 1 800 et 3 000 manifestants au Havre

A Paris, les manifestants étaient 12 300, selon un décompte du cabinet Occurrence pour un collectif de médias. Ils étaient 3 700 manifestants à Marseille, selon la préfecture de police, 3 200 à Lyon, 1 800 au Havre (seine-Maritime), 1 300 à Rouen, 1 200 à Rennes, 800 à Strasbourg et 850 à Grenoble.

Quelques retraités, des salariés venus de Segré (Paulstra…), mais aussi du Lion-dAngers (Elivia) ou Candé (Manitou, Burov-Leleu) : au total, une soixantaine de personnes sétait rassemblée, ce mardi 24 septembre, à lappel de la CGT.

Solidaires, la FSU et lUnsa-Ferroviaire sétaient joints à cet appel à manifester, lancé par la CGT en juillet au moment de la remise du rapport du haut-commissaire Jean-Paul Delevoye, devenu depuis membre du gouvernement. Celui-ci prévoit de fusionner en un système unique par points les quarante-deux régimes existants à lhorizon 2025.

Messenger LinkedIn Email Ce mardi 24 septembre, quelque 60 personnes avaient répondu à lappel de la CGT. Elles ont défilé dans le centre-ville.

Retraites : la mobilisation des aides-soignants contre la réforme

FO avait, elle, organisé sa propre journée de mobilisation samedi, et réuni plusieurs milliers de personnes dans la capitale. M. Martinez a évoqué mardi la tenue dune intersyndicale  très prochainement .

 On est en train de mettre à mort un système que nos anciens avaient bâti avec le Conseil national de la Résistance. On va laisser des gens de côté avec des petites retraites. Je vois des gens régulièrement reprendre un travail à la retraite car ils narrivent pas à joindre les deux bouts , a témoigné Catherine, gestionnaire à la caisse primaire dassurance-maladie (CPAM) des Bouches-du-Rhône et qui a manifesté à Marseille.

Vidéo. Bordeaux : deux mille personnes dans la rue contre la réforme des retraites

A Grenoble, un hôpital de campagne a été monté  pour expliquer ce que sera lhôpital de demain [où] il faudra un système assurantiel pour bien se soigner, que seuls les plus riches pourront se payer , a expliqué Damien Bagnis, secrétaire départemental CGT Santé-Action sociale.

 On part déjà à la retraite trop tard, on est épuisés. Après quarante-quatre ans de travail, on touche des retraites de misère, et on doit soccuper de nos parents et parfois des enfants qui font des études plus longues , a déploré Marie-Paule Dano, une manifestante auvergnate de 66 ans.

Conséquence dun appel à la grève de la CGT-Cheminots et SUD-Rail, le trafic était perturbé à la SNCF, qui a prévu la circulation de presque tous les TGV mais de seulement deux trains Intercités sur cinq, trois TER sur cinq et un Transilien sur deux en moyenne.

Les Franciliens ont donc davantage pris leur voiture. Le site Sytadin a fait état dun trafic  exceptionnel  en Ile-de-France, avec un pic de plus de 475 kilomètres de bouchons atteint entre 8 heures et 9 heures.

Mobilisation contre la réforme des retraites : Quand ça se morcelle, ça ne donne rien de bon

Le gouvernement entend faire voter le projet de loi qui définira le nouveau système universel dici à juillet 2020, après une nouvelle concertation citoyenne.  [Son] objectif, cest faire des économies et nous faire travailler plus longtemps , a déploré Philippe Martinez.  Les discussions quon a avec les syndicats suédois nous disent : on en revient de ce système  de la retraite à points, a expliqué le leader syndical mardi sur France Culture.

Jean-Paul Delevoye a promis quil y aurait des  simulateurs individuels entre 2020 et 2025  pour que chacun puisse évaluer les effets de la réforme.

Les syndicats de la RATP, qui ont mené un mouvement de grève massif le 13 septembre comme il ny en avait pas eu depuis 2007, se préparent eux pour une nouvelle mobilisation à partir du 5 décembre, à laquelle sest dores et déjà jointe, côté cheminots, la fédération SUD-Rail.