A Montpellier, le greenwashing du maire épinglé par les citoyens – Libération

A Montpellier, le greenwashing du maire épinglé par les citoyens - Libération

Alimentation durable : le Pacte de Milan à Montpellier ouvre les débats au grand public

Des militants dumouvement Extinction Rebellion se sont invités dans les premiers débats. M. P. / M. P. Trois jours de débat autour des enjeux communs de l'alimentation durable. M. P. / M. P. Discours de Philippe Saurel en ouverture du 5e sommet des maires signataires du Pacte de Milan. DR / DR Publié le 07/10/2019 à 10:33 / Modifié le 07/10/2019 à 15:29 Sabonner 3 commentaires — partages Partager sur Social, Montpellier Le sommet des maires du Pacte de Milan sur la politique alimentaire et urbaine se tient à Montpellier du 7 au 9 octobre 2019. Il a débuté ce matin par un discours d'introduction de Philippe Saurel, suivi de débats perturbés par l'irruption du collectif Extinction Rebellion. Le sommet des maires du Pacte de Milan sur la politique alimentaire et urbaine se tient à Montpellier du 7 au 9 octobre 2019. Maires et élus de 200 villes du Monde signataires, acteurs de l'alimentation de demain, chercheurs et décideurs ont été invités pour renforcer les échanges autour du Pacte de Milan.

"C’est la 1re fois que Montpellier accueille un sommet de cette envergure au niveau international rassemblant près de 200 villes dont 30 capitales mondiales", a indiqué Philippe Saurel, lors du discours d'ouverture il y a quelques instants.

Le sommet des maires du Pacte de Milan débute mardi 8 octobre à Montpellier. 67 élus locaux venus du monde entier échangent autour du thème de lalimentation durable. Des associations dénoncent une vaste opération de communication de la ville.

A quoi sert le Pacte de Milan à Montpellier ?

Politique alimentaire saine et durable, réduction du gaspillage alimentaire, circuits courts, changement climatique, etc. sont au programme de ces trois jours de débats intenses.

Une table de tri dans le réfectoire de lécole Jean-Sibelius (Montpellier). Lanimatrice aide les enfants, parfois perdus, à comprendre les consignes. MATHILDE GERARD En quelques enjambées, Edouard Kerleau grimpe sa parcelle vallonnée. Du haut du domaine de la Condamine, le panorama embrasse les champs de salades, blettes et poireaux, les haies de figuiers et oliviers, et juste derrière… la silhouette agitée dune grue sur un chantier de bureaux. Avec ses trois partenaires de la Ferme urbaine collective, larchitecte-paysagiste converti au maraîchage cultive ici 5 hectares de terres en bordure du centre-ville de Montpellier, dans le nouveau quartier Eurêka, qui mêle sièges dentreprises, terres viticoles et friches. Dans cet espace en devenir, nature et béton ne sont jamais loin, et les impératifs écologiques et économiques se défient directement sur la question des terres.

Ceux-ci ont été perturbés par la présence de militants du collectif Extinction Rébellion (XR), un mouvement écologiste qui multiplie les actions coup de poing, comme celui de dimanche dans un centre commercial parisien. Des banderoles ont été brandies dans le calme après la prise de parole d'un agriculteur.

Pacte de Milan : Pourquoi Montpellier est une capitale de lagroécologie

Une partie des maires signataires du Pacte de Milan en 2015. MUFPP / MUFPP Publié le 07/10/2019 à 11:56 / Modifié le 08/10/2019 à 08:35 Sabonner 5 commentaires — partages Partager sur Agro-alimentaire, Montpellier Si une centaine de villes sont réunies de ce lundi 7 au mercredi 9 octobre autour de l’alimentation durable, plusieurs conférences sont ouvertes à tout le monde aujourd’hui. Programme… Une centaine de villes seront représentées pendant trois jours à Montpellier, dans le cadre du Pacte de Milan, pour parler de l’alimentation durable, enjeu majeur du XXIe siècle face aux changements climatiques, mais aussi pour s’engager à mettre en place de bonnes pratiques. Philippe Saurel, le maire de Montpellier, proposera ainsi aux maires des grandes métropoles mondiales ou leurs représentants de s’engager à travers la signature d’une charte, dès ce lundi à midi, en ouverture du sommet.

La métropole de Montpellier sest engagée à pérenniser deux tiers de terres agricoles ou espaces naturels sur le territoire de ses 31 communes pour un tiers despace résidentiel. Un engagement gravé dans un  schéma de cohérence territoriale  (SCOT) alors que Montpellier enregistre la plus forte pression démographique des métropoles françaises (+1,7 % dhabitants par an entre 2011 et 2016 selon lInsee).

Tout au long de ces trois jours, les participants vont aussi plancher sur des thématiques précises, à travers les témoignages de maires qui partageront leurs expériences, et des paroles d’experts. Mardi par exemple, les congressistes se demanderont comment assurer la sécurité alimentaire, même dans des contextes climatiques et politiques difficiles ou comment développer des outils d’urbanisme et de planification foncière qui préservent les terres agricoles.

 Notre objectif est de produire pour les cinquante ans à venir ce dont les habitants de Montpellier ont besoin pour se nourrir , vise le maire, Philippe Saurel (ex-socialiste, aujourdhui sans étiquette). Une ambition qui vaut à la ville daccueillir, du 7 au 9 octobre, le sommet du Pacte de Milan, un forum qui rassemble 200 villes du monde entier engagées pour une alimentation durable.

Mais la volonté de Philippe Saurel, fier d’accueillir ses homologues du monde entier, c’est aussi d’ouvrir les débats au grand public. Ainsi, ce lundi, il est possible d’assister à quatre conférences, des présentations basées sur des études de cas.

A luniversité, au CNRS, à lInra, au Cirad ou à Sup Agro, on bosse dur pour trouver de nouvelles façons de produire et de salimenter.  En agriculture, écologie, agroécologie et biodiversité, nous disposons denviron 2.200 à 2.400 chercheurs, indique François Pierrot, le directeur exécutif du projet Muse, qui rassemble tout cet écosystème. Cest lun des groupes les plus importants dEurope, lun des tout premiers. Cest une force considérable. La particularité à Montpellier, cest que tout le monde arrive à travailler très facilement ensemble, alors quailleurs, il y a parfois des oppositions. On dit quelquefois que les agriculteurs et les écologistes sopposent. Ici, les chercheurs en agriculture et les chercheurs en environnement et en biodiversité travaillent main dans la main. 

Au programme, de 13 h à 14 h : comment encourager l’action collective pour transformer les systèmes alimentaires ; de 14 h à 15 h : régimes durables, laboratoires alimentaires et politiques publiques… leçons apprises dans les villes africaines ; de 15 h à 16 h : renforcer les politiques alimentaires dans les réseaux des villes européennes, tirer les leçons des expériences en Italie et aux Pays-Bas ; de 16 h à 17 h : déchets alimentaires urbains, progrès et leçons des États-Unis.

Et si ces conférences vous ont mis en appétit, le programme annonce un buffet offert aux Montpelliérains, à compter de 20 h en mairie.

"Si Montpellier a été choisie pour accueillir le Pacte de Milan, c’est grâce à sa politique agroécologique et alimentaire mais aussi pour sa capacité à travailler les problématiques du développement durable de façon transverse", aime à rappeler Philippe Saurel.

En accueillant jusquà mercredi le 5e Sommet du Pacte de Milan,Montpellier se mue en capitale de lagroécologie. Pendant trois jours, élus, chercheurs et organisations du monde entier vont tenter dimaginer les politiques dalimentation urbaine de demain. Car le Pacte de Milan, que Montpellier a signé dès sa création en 2015, engage les 200 villes qui lont paraphé à mettre le paquet pour favoriser une nutrition saine et durable, pour tous. Et dans ce domaine, Montpellier est en pointe.

Qui a donc proposé que les 17 objectifs de développement durable de l’Onu, "déjà engagés sur le territoire de la Métropole montpelliéraine", soient utilisés comme un outil pour organiser des groupes de travail lors du Sommet des maires du Pacte de Milan.

Ces objectifs sont notamment liés à la pauvreté, aux inégalités, au climat, à la dégradation de l’environnement, à la prospérité, à la paix et à la justice et sont interconnectés. Ce sommet sera aussi l’occasion pour le maire de Montpellier de témoigner des actions mises en places dans ce sens.