Montpellier : lassemblée des gilets jaunes appelle à rejoindre la grève du 5 décembre – France Bleu

Montpellier : l\assemblée des gilets jaunes appelle à rejoindre la grève du 5 décembre - France Bleu

Les gilets jaunes appellent à rejoindre la grève du 5 décembre

A lapproche des “un an” du début de la contestation des gilets jaunes, 600 représentants du mouvement sont réunis ce week-end à Montpellier afin de discuter de lavenir de la mobilisation. Dans le cadre de cette “assemblée des assemblées”, où les propositions sont votées à main levée, de nombreux sujets sont évoqués: “Comment renouer les liens avec la population, la question de la répression, la question des autres mouvements écologiques et sociaux”, explique Lewis, un participant.

Chacun représente une délégation ou les gilets jaunes dun rond point et la conciliation des multiplies sensibilités politiques présentes rend lunanimité difficile à obtenir. “Cest compliqué parce que lon veut tout reconstruire” reconnaît ainsi Christine, au micro de BFMTV.

Lancien musée de lAgropolis ressemble à une soucoupe volante fatiguée. La mairie de Montpellier nayant pas donné de salle, cest dans ce grand squat que près de deux cents délégations de  gilets jaunes  se sont réunies du vendredi 1er au dimanche 3 novembre pour envisager les suites dun mouvement qui va fêter son premier anniversaire dans quelques jours.

Après une baisse de la mobilisation ces derniers mois, les gilets jaunes comptent bien profiter de ce premier anniversaire, le 17 novembre prochain, pour relancer le mouvement. Ils misent par ailleurs sur la grève du 5 décembre prochain pour revenir sur le devant de la scène, même si la question de la convergence des luttes fait débat.

“La convergence, cest avec les syndiqués mais le problème, ce sont les directions syndicales qui nont pas obtenu grand chose ces dernières années. Ce sont des professionnels de lindignation et on ne peut pas espérer grand chose à mon avis de personnes qui vivent de lindignation et de la pauvreté de leurs semblables”, estime Frank, lun des organisateurs de lassemblée.

Dans le même temps, un événement a été créé sur Facebook, invitant les Gilets jaunes à rejoindre le rassemblement prévu pour dire «stop» à Eric Zemmour devant les locaux de CNews à 14h. «Nous avons tous bien compris que d’agiter des personnages comme Zemmour permettait de voiler les vraies questions et les vrais débats, comme ceux des salaires, des retraites, de la misère, de l’écologie et des taxes», est-il souligné, les organisateurs refusant de rentrer «dans les combines médiatiques». «Les chaînes d’info et les élus politiques ne parlent que du voile, et font de l’islam un écran de fumée. Nous, nous voulons parler des vrais problèmes et que la télévision qui est en partie payée par nos impôts ne soit pas à la botte du gouvernement», est-il précisé.

Les gilets jaunes ont encore quinze jours pour se mettre daccord sur la forme que prendra leur premier anniversaire. Actions coup de poing, blocages ou manifestations en centre-ville, les discussions sont toujours en cours et font lobjet de vives préoccupations au sein du gouvernement.

Un autre rassemblement est organisé par le groupe «Gilets Jaunes Décla Ta Manif» afin d’«adresser les grandes urgences climatiques, sociales et démocratiques à la population». Le rendez-vous a été donné sur la place Saint-Pierre, dans le XVIIIème arrondissement, à 9h pour un départ donné entre 11h30 et 12h. Ce second cortège prendra lui la direction de la place Félix-Eboué (XIIème). Ces manifestations ont toutes deux été déclarées à la préfecture de police de Paris.

Gilets jaunes à Montpellier : Lassemblée des assemblées appelle à rejoindre la grève du 5 décembre

“Il y a une inquiétude au sein du gouvernement que cet anniversaire ravive le souvenir de la force et de la spontanéité du mouvement et que ce 17 novembre 2019 serve de nouveau déclencheur pour une reprise de la contestation”, analyse Jérémy Brossard, rédacteur en chef adjoint du service politique de BFMTV. 

La CGT, FO, la FSU et Solidaires organisent  une première journée  de grève interprofessionnelle le 5 décembre contre la réforme des retraites, rejoignant plusieurs syndicats de la RATP et de la SNCF.  Lassemblée des assemblées appelle les “gilets jaunes” à être au cœur de ce mouvement, avec leurs propres revendications et aspirations, sur leurs lieux de travail ou sur leurs ronds-points, avec leurs gilets bien visibles , indiquent des représentants du mouvement, dans un communiqué.

Car malgré les 17 milliards deuros annoncés pour répondre à la crise, lexécutif sait que les raisons de la colère sont toujours là : le sentiment de déclassement dune partie de la population, le sentiment que le travail ne paye pas, un sentiment dune France à deux vitesses, dinjustice sociale et de fracture territoriale.

Les  gilets jaunes , réunis depuis vendredi dans leur assemblée des assemblées à Montpellier, dans lHérault, ont voté dimanche une proposition pour rejoindre la grève du 5 décembre contre la réforme des retraites. Cet appel a été adopté à une écrasante majorité lors dun vote à main levée, lors dune séance plénière.

“Le terreau est toujours là, il est explosif. Il suffirait dune étincelle pour que tout reparte”, prévient le journaliste.

Merci par conséquent de bien vouloir désactiver votre bloqueur pour la consultation de notre site.

Mâcon | Une centaine de Gilets Jaunes à Mâcon pour un acte 51 (actualisé à 16h20)

Depuis vendredi et jusquà dimanche, quelque 600 gilets jaunes représentant 200 délégations de ronds-points sont réunis dans un musée désaffecté de Montpellier, pour évoquer la suite de leur mouvement, presque un an après le début de leur mobilisation, le 17 novembre 2018. “Lheure est à la convergence avec le monde du travail et son maillage de milliers de syndicalistes qui, comme nous, nacceptent pas”, ont-ils également précisé dans un communiqué de presse. 

La CGT, FO, la FSU et Solidaires organisent “une première journée” de grève interprofessionnelle le 5 décembre contre la réforme des retraites, rejoignant plusieurs syndicats de la RATP – dont la CFE-CGC – et de la SNCF. “LAssemblée des assemblées de Montpellier appelle les gilets jaunes à être au coeur de ce mouvement, avec leurs propres revendications et aspirations, sur leurs lieux de travail ou sur leurs ronds-points, avec leurs gilets bien visibles !”, poursuit le communiqué/ 

Les gilets jaunes cherchent la suite avec leur assemblée des assemblées

LIRE AUSSI >> Prime, heures supplémentaires… quont vraiment obtenu les gilets jaunes ? 

Si la manifestation devait sachever vers 16 heures, les derniers participants ont finalement gagné le centre commercial Auchan “afin de dénoncer cette multinationale qui ne paye pas ses impôts en France, qui rémunère ses employés à coup de lance pierre, et enfin qui tue nos petites entreprises locales”, ont communiqué les Gilets jaunes. Ensuite, ils se sont rendus à la caserne des pompiers “pour rendre hommage à ceux qui ont été gazés et maltraités par les forces de lordre lors de leur manifestation à Paris il y a quelques semaines.” Le cortège a ensuite remonté en direction de lesplanade pour se disperser vers 19 heures.

“Le 5 décembre est une date importante que nous attendons tous depuis très longtemps”, a réagi Séverine 54 ans, une des gilets jaunes. “Notre mouvement est parti de la base et nous avons impulsé une radicalité pour que les gens ne se laissent pas faire”, a-t-elle poursuivi. 

Le cortège a pris la direction de Crêches-sur-Saône par la RD 906. Les manifestants ont ensuite traversé le pont François-Mitterrand pour rejoindre lAin voisine. A 15 h 15, ils se sont dirigé en direction du pont Saint-Laurent pour regagner Mâcon. Une fois dans la ville-préfecture, le cortège a pris la direction du quai pour rejoindre la caserne des pompiers, la profession étant en grève. Mais la pluie commençait à disperser les manifestants.

Les gilets jaunes ont également annoncé que la prochaine “Assemblée des assemblées” se tiendra à Toulouse, à une date pour linstant encore indéterminée. 

Lors de ces journées, où alternent séances plénières et ateliers par groupe de dix personnes, les débats sont chronométrés par les modérateurs pour que chacun puisse apporter ses solutions. Parmi les questions récurrentes : comment s’organiser face à la répression ; comment agir dans le contexte des municipales ; comment travailler avec les autres mouvements ?