Enquête autour dune prise en charge aux urgences du 15. Mulhouse : retrouvée dans son lit dix jours après sa mort – DNA – Dernières Nouvelles dAlsace

Enquête autour d\une prise en charge aux urgences du 15. Mulhouse : retrouvée dans son lit dix jours après sa mort - DNA - Dernières Nouvelles d\Alsace

Décès à Mulhouse : le Samu ne sétait pas déplacé, une enquête ouverte

Une information judiciaire a été ouverte ce samedi 20 septembre, à la suite du décès cet été à Mulhouse (Haut-Rhin) dune femme dont lemployeur avait appelé le Samu pour signaler ses douleurs à la poitrine, sans quun véhicule ne soit dépêché.

Le drame remonte au 3 juin dernier lorsque lemployeur de la victime, une directrice dune agence dintérim mulhousienne, avait ainsi contacté le 15 pour signaler que son employée, âgée de 60 ans, se plaignait de douleurs au bras et à la cage thoracique, alors que lagence venait de lappeler pour lui confier une mission.

Elle se plaignait de douleurs à la cage thoracique, de douleurs intercostales, au coeur et au bras gauche. Elle disait ne pas réussir à respirer correctement, a raconté la responsable de lagence qui souhaite rester anonyme.

Haut-Rhin : une enquête ouverte après le décès dune femme pour laquelle le Samu ne sest pas déplacé

La directrice explique ensuite être restée en contact avec la sexagénaire jusquà ce quelle reçoive lappel du Samu, mais aucun véhicule sanitaire naurait été envoyé pour lui porter assistance.

Video: Mulhouse : la victime aurait accepté la proposition du régulateur du Samu

Lautopsie pratiquée sur le corps confirmera que la victime était décédée des suites dun arrêt cardiaque, ce qui a poussé le parquet de Mulhouse a ouvrir une information judiciaire pour non-assistance à personne en danger par personne morale, contre le groupement hospitalier régional Mulhouse-Sud-Alsace, et pour non-assistance à personne en danger contre X, en loccurrence le médecin régulateur du 15 qui avait pris en charge lappel.

Ladministration se réserve le droit de bloquer laccès de lutilisateur à la page ou de supprimer son compte sans avertissement préalable en cas de violation par lutilisateur des règles de rédaction des commentaires ou de détection dans les actions de lutilisateur de signes dune telle violation.

Cette affaire, tragique, fait également écho à celle de Naomi Musenga, du nom dune jeune mère de famille de 22 ans, qui, à la fin de lannée 2017 était décédée aux urgences de lhôpital de Strasbourg (Bas-Rhin), après avoir été raillée au téléphone par une opératrice du Samu.

Une information judiciaire est ouverte des mois après le drame. L'affaire remonte au 3 juin. La responsable d'une agence d'intérim à Mulhouse appelle le Samu pour les prévenir qu'une de ses employées âgée d'une soixantaine d'années se trouve seule à son domicile dans un état inquiétant. Elle n'est pas venue travailler et se plaint de fortes douleurs du côté gauche du corps.

Ouverture dune enquête après la mort dune femme pas prise en charge par le Samu

Une affaire qui avait provoqué un tollé quand le contenu de cet appel avait été diffusé et qui avait conduit à louverture de deux enquêtes, judiciaire et administrative.

Enquête ouverte après la mort dune femme à Mulhouse malgré un appel au SAMU

Les urgences de lhôpital de Mulhouse, en grève depuis des mois comme des centaines dautres services durgence en France, font face à de nombreux départs de médecins, épuisés par les conditions de travail.

Le 3 juin, l’employeur de cette femme, la directrice d’une agence d’intérim mulhousienne, avait contacté le 15 pour signaler que la victime se plaignait de douleurs au bras et à la cage thoracique, alors que l’agence venait de l’appeler pour lui confier une mission. “Elle se plaignait de douleurs à la cage thoracique, des douleurs intercostales, au cœur et au bras gauche. Elle disait ne pas réussir à respirer correctement”, a raconté la responsable de l’agence qui souhaite rester anonyme.

Mi-juin, lemployeur dune femme avait appelé le Samu pour signaler des douleurs à la poitrine. Aucun véhicule navait été dépêché, et la femme avait été retrouvée morte dans son lit, 10 jours après lappel. Elle se plaignait de "douleurs  la cage thoracique", et le Samu ne sest jamais déplacé.