Nancy : un enseignant mis en examen pour un viol et des agressions sexuelles sur des lycéennes | LCI – LCI

Nancy : un enseignant mis en examen pour un viol et des agressions sexuelles sur des lycéennes | LCI - LCI

Nancy: un professeur mis en examen pour un viol et des agressions sexuelles sur des lycéennes

Le 16 septembre 2019, le proviseur du lycée Henri Poincaré à Nancy (Meurthe-et-Moselle), signalait une « relation inappropriée » entre l’un de ses professeurs et une élève âgée de 17 ans, aux autorités compétentes. Le chef d’établissement avait notamment fait part de messages, « dont certains à caractère sexuel » comme l’affirme le parquet, entre ces deux individus.

À la suite d’une enquête menée par la brigade de recherches, sous l’autorité du parquet de Nancy, le professeur était mis en examen le 1er octobre 2019 pour harcèlement sexuel par une personne abusant de l’autorité que lui confère sa fonction, propos ou comportements à connotation sexuelle ou sexiste imposés de façon répétée, corruption de mineur par une personne mise en contact avec la victime par un réseau de communications électroniques, et agression sexuelle par personne abusant de l’autorité que lui confère sa fonction. 

Ces faits avaient été mi-septembre par le proviseur du centre-ville. Entendu par les gendarmes, lhomme a été mis en examen une première fois au début du mois doctobre. Par la suite, les gendarmes ont identifié 10 nouvelles victimes. Entendues, ces lycéennes de 16 à 17 ans ont témoigné de comportements déplacés et de harcèlement sexuel de la part de lenseignant. Lune delles a même dénoncé un viol, selon le parquet. Les faits se sont déroulés durant 7 ans, entre 2012 et 2019.

Ce mercredi 24 octobre 2019, Stéphane Javet, procureur de la République adjoint, nous a fait part via un communiqué des avancées de l’enquête. Il assure notamment que depuis le 1er octobre, 10 nouvelles jeunes femmes ont été identifiées par les services de gendarmerie.

Laffaire a débuté il y a un peu plus dun mois. Un enseignant du lycée Poincaré de Nancy aurait échangé des messages, notamment sur Internet, dont certains à caractère sexuel avec une élève de létablissement. Le professeur dhistoire-géo lui aurait notamment demandé de lui envoyer des photos dénudées.

Elles auraient en effet été victimes de faits similaires de la part de ce même enseignant, alors qu’elles n’étaient âgées que de 16 à 17 ans et scolarisées. L’une des auditionnées, toujours d’après la même source, « dénonce des faits de viol« .

Un enseignant de géographie du lycée Poincaré de Nancy a été mis en examen jeudi 24 octobre pour un viol et plusieurs agressions sexuelles commis sur des lycéennes. Il a été placé en détention.

Nancy: mis en examen pour un viol et agressions sexuelles sur des lycéennes dun professeur du lycée Poincaré

Lire aussi : Nancy : un professeur de lycée mis en examen après des échanges à caractère sexuel avec une élève

Face à ces nouveaux éléments, le magistrat explique que l’homme « a été présenté ce jeudi 24 octobre 2019 au parquet à l’issue de sa garde à vue ». Il affirme également que ces actes auraient été commis sur une période de sept années, soit de 2012 à 2019, et que quatre des dix jeunes femmes identifiées sont concernées.

Ce jeudi soir, le magistrat nancéien Stéphane Javet indique que pour les nouveaux faits mis au jour, concernant quatre des dix jeunes femmes identifiées, lenseignant est mis en examen pour “viol par personne abusant de lautorité que lui confère sa fonction, agressions sexuelles, atteintes sexuelles sans violence, contrainte, surprise ni menace sur mineur de plus de 15 ans, harcèlement sexuel par une personne abusant de lautorité que lui confère sa fonction, corruption de mineurs”. 

Ainsi, le professeur a été mis en examen par le juge d’instruction pour des chefs de viol par personne abusant de l’autorité que lui confère sa fonction, agression sexuelles, atteintes sexuelles sans violence, contrainte, surprise ni menace sur mineures de plus de 15 ans, harcèlement sexuel par une personne abusant de l’autorité que lui confère sa fonction et par l’utilisation d’un service de communication électronique, tenant des propos ou comportements à connotation sexuelle ou sexiste imposés de façon répétée, et corruption de mineures.

Votre demande dinscription aux newsletters de Nice-Matin et Var-Matin à bien été prise en compte.

Lire aussi : Lorraine : il donnait rendez-vous à des vendeuses de vêtements et se présentait nu face à elles

Entendu par les gendarmes de la brigade de recherches de Nancy, lhomme avait été mis une première fois en examen le 1er octobre pour harcèlement sexuel, corruption de mineur et agression sexuelle par personne abusant de lautorité que lui confère sa fonction, indique le parquet. Il avait alors été placé en détention judiciaire avec interdiction dexercer une activité en lien avec les mineurs, selon cette même source.

Toujours d’après Stéphane Javet, procureur de la République adjoint, le suspect a pris la décision de « garder le silence », que cela soit lors de sa garde à vue ou devant le magistrat instructeur.

De nouveau placé en garde à vue, il a été mis en examen jeudi pour des faits commis sur quatre jeunes femmes (viol sur lune delles, agressions sexuelles, atteintes sexuelles sans violence, harcèlement sexuel par personne abusant de son autorité et corruption de mineures) et écroué, a-t-on précisé.

Suivant les réquisitions du parquet, le juge des libertés et de la détention a ordonné le placement en détention provisoire de l’enseignant. Celui-ci considérant en effet qu’il s’agit « de l’unique moyen de conserver les preuves et indices matériels nécessaires à la manifestation de la vérité et d’empêcher, tant une pression sur les victimes et les témoins, qu’un renouvellement des faits. »

Voilà quinze jours qui nauront pas été perdus. Depuis le fameux dimanche matin, où le ministre-président Di Rupo et le ministre des Pouvoirs locaux Pierre-Yves Dermagne ont empoigné le dossier Nethys et lancé les procédures judiciaires, il ny a pas eu de minute gaspillée. On ne peut que le saluer après des mois, voire des années dimmobilisme, de tergiversations, de pseudo-décisions, tant les intérêts des amis se cumulaient aux peurs de toucher au château de cartes confisqué par un management surpuissant….

Un enseignant dun lycée de Nancy a été mis en examen jeudi pour un viol et des agressions sexuelles commis sur cinq lycéennes et placé en détention, a-t-on appris jeudi auprès du parquet.

Laffaire avait débuté mi-septembre, lorsque le proviseur de cet établissement du centre-ville avait signalé “des échanges de messages, dont certains à caractère sexuel, entre cet enseignant et une élève de 17 ans”, indique dans un communiqué le parquet de Nancy.

Entendu par les gendarmes de la brigade de recherches de Nancy, l'homme avait été mis une première fois en examen le 1er octobre pour harcèlement sexuel, corruption de mineur et agression sexuelle par personne abusant de l'autorité que lui confère sa fonction. Il avait alors été placé en détention judiciaire avec interdiction d'exercer une activité en lien avec les mineurs. Par la suite, dix jeunes filles ont témoigné avoir été victimes de fait de même nature de la part de cet enseignant, alors qu'elles étaient scolarisées dans cet établissement. L'une d'elles a même déclaré avoir été violée. Les faits se seraient déroulés sur sept ans, entre 2012 et 2019, toujours selon le parquet. L'enseignant a gardé le silence durant sa garde à vue et devant le juge d'instruction.

Entendu par les gendarmes de la brigade de recherches de Nancy, lhomme avait été mis une première fois en examen le 1er octobre pour harcèlement sexuel, corruption de mineur et agression sexuelle par personne abusant de lautorité que lui confère sa fonction, indique le parquet. Il avait alors été placé en détention judiciaire avec interdiction dexercer une activité en lien avec les mineurs, selon cette même source.

Un enseignant d'un lycée de Nancy, en France, a été mis en examen jeudi pour un viol et des agressions sexuelles commis sur cinq lycéennes. Il a été placé en détention, selon les informations délivrées par le parquet. L'affaire avait débuté mi-septembre, lorsque le proviseur de cet établissement du centre-ville avait signalé “des échanges de messages, dont certains à caractère sexuel, entre cet enseignant et une élève de 17 ans”, indique le parquet de Nancy.

Par la suite, dix jeunes filles ont témoigné “avoir été victimes de la part de cet enseignant de faits de même nature alors quelles étaient scolarisées” dans cet établissement” et quelles étaient âgées “de 16 à 17 ans”, lune disant même avoir été violée. Les faits se seraient déroulé sur sept ans, entre 2012 et 2019, selon le parquet.

De nouveau placé en garde à vue, il a été mis en examen jeudi pour des faits commis sur quatre jeunes femmes (viol sur lune delle, agressions sexuelles, atteintes sexuelles sans violence, harcèlement sexuel par personne abusant de son autorité et corruption de mineures) et écroué, a-t-on précisé.

Lenquête se poursuit en ce qui concerne les six autres jeunes femmes. Lenseignant a gardé le silence durant sa garde à vue et devant le juge dinstruction, a-t-on précisé.