Nancy – Jean-Louis Garcia : Je suis honteux de la prestation de mon équipe – MaLigue2

Nancy - Jean-Louis Garcia :  Je suis honteux de la prestation de mon équipe - MaLigue2

SM Caen : Gioacchini a récolté le fruit dun dur labeur, les notes des Caennais face à Nancy

Face à une équipe de Nancy à côté de la plaque, les Caennais nont pas brillé mais fait preuve dune vraie cohésion collective, qui leur permet de signer une deuxième victoire à dOrnano (1-0). Le jeune attaquant a délivré les siens après une offrande de Deminguet, la défense a enfin su resserrer les boulons, et lespoir daccrocher le top 10 avant la trêve de Noël demeure.

Le SM Caen a signé ce lundi un deuxième succès à dOrnano contre une équipe de Nancy faiblarde (1-0), qui restait pourtant sur une série dinvincibilité de 11 matches. Courageux et enfin opportunistes en deuxième période, à défaut dêtre très inspirés dans le jeu, les Caennais ont effectué un vrai pas en avant.

Votre e-mail est collecté par le Groupe SIPA Ouest-France pour recevoir nos actualités. En savoir plus.

Dès le départ, le ton était donné par un Caen dans un bon soir, face à un Nancy aux abonnés absents. Même si Riou a dû s’employer sur l’unique occasion nancéienne (40e). L’oeuvre de Seka, auteur d’un tir à bout portant suite à un coup franc. Le réflexe du bras gauche de l’ancien Nantais empêchait alors le hold-up des visiteurs. Oui, les Caennais ont, sinon, presque tout bien fait. Mais ils n’avaient pas réellement mis en danger Baptiste Valette, dont les frayeurs se résumaient aux centres de Mbengue repris par Gioacchini. Le jeune attaquant normand ne cadrait pas (7e, 11e). Une mi-temps mal payée pour la formation de Pascal Dupraz, dont le pressing a complètement destabilisé une ASNL loin du compte.

Messenger LinkedIn Email Pascal Dupraz (entraineur de Caen) :  Cest un sentiment de fierté plus que de soulagement. Je tiens là mon match référence ! On a fait une excellente première mi-temps contre une équipe difficile à manier, et à force de persévérance on a fini par inscrire un magnifique but dans sa conception et sa réalisation. Il y a eu plus de pertinence technique et tactique, plus dalternance, de justesse, dintensité. Il y a eu cette communion avec le public, cest important de partager ces moments ensemble après des semaines de durs labeurs. On peut se lâcher lespace dun instant, et on a envie de leur dire merci. On a aussi envie de dire à ceux qui ne viennent pas quon se marre bien dans la souffrance ! Chaque point pris depuis que nous sommes là nous a permis davancer malgré tout, là on a fait trois pas… Il faut quon étire cette série de matches sans défaite (9 toutes compétitions confondues) sans trop y penser, mais on se challenge à nouveau le matin qui suit. Le match de Coupe de France à Chartres le week-end prochain sera très important dans mon esprit.

Mécontent de ses hommes, l’entraîneur nancéien opère deux changements à la pause, avec les entrées de Bertrand et Néry. Ce coup tactique n’a pas l’effet escompté. Les locaux continuent à afficher un meilleur visage et finissent par trouver l’ouverture, à l’heure de jeu. Sur un petit ballon délicieux de Deminguet dans la surface, Nicholas Gioacchini vient glisser le ballon entre les jambes de Valette (1-0, 60e). Pour sa 6e apparition en Domino’s Ligue 2, l’attaquant de 19 ans signe ainsi sa 2e réalisation. L’ASNL sort la tête de l’eau dans le dernier quart d’heure, mais se découvre par la même occasion. Deminguet n’est pas loin d’en profiter. Trouvé dans le dos de la défense, le milieu de terrain ne parvient cependant pas à cadrer sa demi-volée à l’entrée des 5,50 mètres (76e). Les dernières minutes sont un peu plus compliquées pour les joueurs de Pascal Dupraz, mais ils ne laissent pas filer leur premier clean sheet depuis le 18 octobre.

Jean-Louis Garcia (entraîneur de Nancy) :  Cest le plus mauvais match de notre saison, je ne sais pas quoi dire… Je ne comprends pas notre prestation… Autant de déchet technique, de manque de confiance, de mobilité, de capacité à enchaîner les passes… Et pourtant on concède un minimum doccasions. Cest juste pas possible. On a fait deux changements à la mi-temps, on aurait pu en faire dix. Il ny a pas eu de révolte, de caractère, on a manqué de tout. Cest une énorme déception. Je nétais pas préparé à voir ce visage de mon équipe. On avait perdu quune fois avant, en espérant simplement que ce soit un jour sans. Il faudra réagir contre Châteauroux, mais si on est dans cet état mental et physique le week-end prochain en Coupe de France contre des amateurs, on ne passera pas. Cette prestation est préoccupante, cétait le néant face à une équipe qui ne ma pas semblé être un grand Malherbe. On na aucune excuse.

On va remonter au classement, c’est sûr. Déjà, il y a les ingrédients nécessaires : une quiétude retrouvée. Une lisibilité, une adhésion totale du groupe, une très bonne entente entre les joueurs. Quand je vois le retour au vestiaire, où l’on voit une équipe unie, costaud, qui n’a peur de rien. Une équipe comme je les aime. Une équipe qui fait front. Cela me laisse à penser qu’on est sur le bon chemin. Maintenant, il faut progresser dans la réalisation technique. On ne peut pas se réfugier derrière le manque de préparation athlétique pour justifier des erreurs techniques trop récurrentes. Les statistiques athlétiques sont impressionnantes !