Claudio Ranieri, entraîneur de Nantes : «Ce que j’ai réalisé, c’est un …

Claudio Ranieri, entraîneur de Nantes : «Ce que j'ai réalisé, c'est un ...

Claudio Ranieri, entraîneur de Nantes : «Ce que j’ai réalisé, c’est un …

Appartement2 pièces 33,88 m²Paris 20ème (75020)

A Nantes, le fameux « jeu à la nantaise », a longtemps été la marque de fabrique locale. Comment votre vision plus défensive est-elle perçue ? Il me semble que l’aspect défensif dont vous me parlez, c’était surtout en début de championnat. Il y a déjà eu du changement. (Malicieux.) Et si je regarde les six derniers mois de la saison précédente, où je n’étais pas là, j’ai aussi vu pas mal de jeu défensif…

Claudio Ranieri, entraîneur de Nantes : «Ce que j'ai réalisé, c'est un ...

Claudio Ranieri, entraîneur de Nantes : «Ce que j’ai réalisé, c’est un …

Cet hiver, Nantes a tenté de se faire prêter, sans succès, le Parisien Lucas. Comment auriez-vous pu le convaincre ?? C’est un joueur de grande classe. Avec nous, il aurait pu jouer dans un championnat qu’il connaît au lieu d’être remplaçant au PSG ou d’aller dans un autre pays où il n’a pas de repères. Ici, il aurait été opérationnel tout de suite et aurait pu se montrer à six mois de la Coupe du monde. Il a fait un autre choix. Tant pis.

Deux ans après votre titre de champion d’Angleterre avec Leicester, avez-vous une explication rationnelle à ce miracle ? C’est comme la vigne. Le paysan travaille la terre de la même manière. Mais, une année, le soleil est parfait. Et la vendange révèle un vin exceptionnel. Le vigneron n’est pas devenu meilleur, mais le ciel l’a aidé. Je suis juste un vigneron du foot.
Claudio Ranieri, entraîneur de Nantes : «Ce que j'ai réalisé, c'est un ...

Claudio Ranieri, entraîneur de Nantes : «Ce que j’ai réalisé, c’est un …

Après ce titre, le plus grand de votre carrière, avez-vous eu l’impression de changer de statut ? Si j’étais arrivé deuxième avec Leicester, j’aurais été un tout aussi grand coach ! Il y a des réussites énormes qu’on ne remarque pas. Finir deuxième de L 1 avec Monaco en 2014 qui venait de remonter de L 2, ce n’est pas beau ? Quand j’ai repris la Juve en 2007 qui revenait de Serie B, on a fini troisièmes puis deuxièmes. Je suis arrivé à Rome en 2009 après trois journées de championnat, zéro point et pas d’argent pour les transferts : on a perdu le titre seulement à la dernière journée. Ce sont des performances exceptionnelles. Mais comme il n’y a pas un trophée, cela ne vaut rien ? Sérieusement…