Fusillade à Nantes : un mort, des tireurs introuvables et une surenchère qui inquiète – Ouest-France éditions locales

Fusillade à Nantes : un mort, des tireurs introuvables et une surenchère qui inquiète - Ouest-France éditions locales

Quatre hommes ont été blessés par balle dont deux grièvement dans un quartier de Nantes, où des coups de feu ont éclaté

Cest un climat de violence qui règne à Nantes et dans ses environs. En deux jours, 4 personnes ont été blessées par balles et une tuée près dun bar à chicha du centre-ville. Pas moins de 45 fusillades ont été comptabilisées depuis le début de lannée. Si bien que les enquêteurs nexcluent pas une guerre entre deux bandes rivales. “Malheureusement on constate une recrudescence de la violence, avec des armes de guerre, avec des armes de poing”, explique Stéphane Léonard, secrétaire départemental du syndicat Unité SGP Police-FO. “Ça fait des années quon dit que la délinquance nantaise augmente. Depuis le début du mois, on en est à huit blessés par armes à feu, alors que dans lannée, en général, on en est à une dizaine”, martèle-t-il. 

Une recrudescence que le policier syndicaliste explique par un phénomène particulier. “Il ne faut pas oublier que les fonctionnaires de police ont été mobilisés pendant très longtemps sur Notre-Dame-des-Landes (…) Les délinquants en ont peut-être profité pour augmenter leurs trafics. Et on en est arrivé là peut-être aussi à cause de ça”, avance-t-il.

Peu dinformations pour le moment sur les circonstances de la mort dun jeune homme dans le centre-ville de Nantes. Les faits se sont déroulés dans la nuit de lundi à mardi devant le bar le “Moonlight” rue Joffre. Transporté au CHU, le jeune homme est mort des suites de ses blessures.

TÉMOIGNAGE : “Je vois plein de mecs qui sortent un corps inerte du bar”, raconte un témoin de la fusillade à Nantes

Dans la nuit de lundi à mardi, un jeune homme de 23 ans a été abattu par balle, rue Maréchal Joffre, à Nantes. Un habitant de la rue a tout vu de chez lui, il témoigne pour France Bleu Loire Océan.

Ce dimanche, à Nantes, la fréquence des épisodes de règlements de comptes dans les quartiers dits sensibles s’est nettement accélérée – trois épisodes et pas moins de cinq blessés. Les pouvoirs publics semblent impuissants à rétablir l’ordre. L’arrivée d’une soixantaine de CRS à Bellevue parviendra-t-elle à pacifier ce quartier, véritable zone de non-droit ? On peut en douter.

Dans la nuit de lundi à mardi, un jeune homme a été abattu par balle, rue Maréchal Joffre, à Nantes. Un homme qui habite en face du bar à chicha “le Moonlight”, a été alarmé par les coups de feu en pleine nuit. Il est sorti à sa fenêtre pour voir ce quil se passait . “Il y avait une voiture et deux scooters, je vois un mec qui sort du Moonlight avec un fusil à pompe” raconte le Nantais. “Après, cest très rapide. Je vois plein de mecs qui sortent un corps inerte du bar.”

“Avec ma chérie, on a entendu quatre coups de feu assez espacés, mais assez énorme.” –  Un habitant de la rue Maréchal Joffre

Cela a commencé vers 15h rue Louis le Nain aux Dervallieres, dimanche vers 15 heures. Un adolescent de 16 ans a été touché aux fesses et emmené à l’hôpital sans que les forces de l’ordre soient alertées ; plus tard les policiers ramasseront deux douilles.

Nantes : des tirs à larme de guerre font quatre blessés

Cet habitant a été très choqué par la scène : “Jai encore son visage en tête, cest très compliqué.” 

TÉMOIGNAGE. Fusillade à Nantes : Ils tiraient partout…

Surtout que ce Nantais connaît les personnes qui travaillent au Moonlight : “Ce sont _des gens adorables_, cest un lieu où on vient fumer la chicha, regarder des matchs de foot, ça devient des potes !” Selon lui, la rue Joffre est “le petit village de Nantes, tout le monde se connaît”.