Nantes : Ils ont rafalé à laveugle le bar à chicha , un jeune homme tué lors dune fusillade – Le Monde

Nantes :  Ils ont rafalé à l\aveugle le bar à chicha , un jeune homme tué lors d\une fusillade - Le Monde

Nantes : des fusillades en série

Coup de fièvre sur Nantes. Le serveur dun bar à chicha du centre-ville a été tué dans la nuit de lundi à mardi lors dune nouvelle fusillade, la cinquième depuis vendredi. Cet homme de 24 ans, qui travaillait au Moonlight, nétait pas vraiment connu des services de police, selon le procureur de la République Pierre Sennès. Il vient sajouter aux six blessés recensés ces derniers jours : lune est placée dans un coma artificiel, après avoir été atteinte aux jambes et à labdomen alors quelle se trouvait à Bellevue, un quartier sensible à louest de Nantes. Un autre pourrait perdre un œil. Javais dit, la dernière fois, quon avait frôlé le pire… Je ne pensais pas que ma prédiction allait se réaliser, a confessé mardi Pierre Sennès. Ce type de faits nest pas nouveau : on en a eu 45 lan dernier. Mais là, clairement, on constate une accélération.

Quarante enquêteurs de la police judiciaire – et dix autres venus en renfort de Rennes – ont donc été mobilisés, dans le cadre dune enquête criminelle pour assassinat et tentatives dassassinat. Les tirs nourris qui ont plu sur le Moonlight – entre sept et dix douilles retrouvées – interrogent en effet le procureur. On na pas établi de lien, à cette heure, entre ces différents épisodes de violences, met en garde ce dernier. Lhypothèse de représailles est à létude, mais cela relève pour le moment dune analyse un peu spéculative. Cela peut très bien relever de rivalités entre quartiers, de trafic de stupéfiants ou même de simples animosités personnelles.

Peu dinformations pour le moment sur les circonstances de la mort dun jeune homme dans le centre-ville de Nantes. Les faits se sont déroulés dans la nuit de lundi à mardi devant le bar le “Moonlight” rue Joffre. Transporté au CHU, le jeune homme est mort des suites de ses blessures.

Ce mercredi, une réunion du Groupe local de traitement de la délinquance (GLTD) sera consacrée à la fusillade mortelle de la nuit de lundi. Cette instance regroupe les services de la police judiciaire, de la sûreté départementale, de la sécurité publique, de la gendarmerie et de la mairie de Nantes. Elle a permis délucider la moitié des affaires depuis sa création en janvier 2017, à loccasion dune flambée de violences similaire à Malakoff, un autre quartier sensible de la ville.

Dans la nuit de lundi à mardi, un jeune homme a été abattu par balle, rue Maréchal Joffre, à Nantes. Un homme qui habite en face du bar à chicha “le Moonlight”, a été alarmé par les coups de feu en pleine nuit. Il est sorti à sa fenêtre pour voir ce quil se passait . “Il y avait une voiture et deux scooters, je vois un mec qui sort du Moonlight avec un fusil à pompe” raconte le Nantais. “Après, cest très rapide. Je vois plein de mecs qui sortent un corps inerte du bar.”

On nest malheureusement pas surpris : cela fait des années quon alerte les pouvoirs publics, soupire Arnaud Bernard, secrétaire départemental du syndicat Alliance. La seule différence, cest que lan dernier on en avait une par semaine environ, et sans forcément de blessés. Pour le responsable syndical, il manque des policiers pour dissuader un peu les truands : 39 renforts sont arrivés sur Nantes le 1er avril, là où la hiérarchie policière locale évaluait les besoins à 73 et les syndicats à 100. Sur les 39 qui sont arrivés, 19 vont remplacer des collègues qui vont bientôt partir à la retraite, souligne Arnaud Bernard. Autant dire quon est très loin du compte. Le maire (PS) de Saint-Herblain, commune limitrophe de Nantes qui partage avec elle le quartier sensible de Bellevue, a donc interpellé mardi de son côté le ministre de lIntérieur pour exiger un renforcement réel et visible du dispositif policier. Bertrand Affilé avait alerté au préalable à de multiples reprises la préfecture sur le sujet, précise-t-il.

Surtout que ce Nantais connaît les personnes qui travaillent au Moonlight : “Ce sont _des gens adorables_, cest un lieu où on vient fumer la chicha, regarder des matchs de foot, ça devient des potes !” Selon lui, la rue Joffre est “le petit village de Nantes, tout le monde se connaît”. 

Le jeune homme de 24 ans mortellement touché dans la nuit de lundi à mardi rue Joffre, à Nantes, n'était pas connu de la justice. L'enquête devra notamment montrer si il était la cible des tireurs. Il était bien connu, et très apprécié dans la rue.

Nouveau règlement de comptes à Nantes (Loire-Atlantique). Durant la nuit de lundi à mardi, vers 1h40, un homme de 24 ans, patron dun bar à chicha, a été abattu devant son établissement par des hommes montés sur un scooter Tmax se tenant près dune voiture Audi. Les forces de lordre ont retrouvé plusieurs douilles de calibre 7,62 sur les lieux. Trois amis de la victime lont conduite à lhôpital. Le jeune homme est décédé quelques minutes après son arrivée aux urgences.

Un jeune homme “gentil”. Cest le mot qui revient le plus souvent chez les habitants de la rue Joffre à propos de la victime de la fusillade au bar à chicha Le Moonlight dans la nuit de lundi à mardi à Nantes. Âgé de 24 ans, il travaillait comme serveur dans le bar, et serait le neveu du patron selon plusieurs riverains qui le connaissaient. 

Déjà, dans la nuit de dimanche à lundi, deux fusillades avaient éclaté dans deux quartiers de Nantes blessant quatre jeunes gens. Une voiture et des hommes sur un scooter avaient été vus sur les lieux et les douilles retrouvées sur place étaient du même calibre. Pour la seule année 2018, ce sont 45 règlements de comptes armés qui se sont produits à Nantes. La police judiciaire de la ville est chargée de mener les investigations.

Cétait un petit jeune, un mec adorable qui disait bonjour à tout le monde dans le quartier” – Un riverain

Un jeune homme de 24 ans est mort, mardi 23 avril 2019, à Nantes (Loire-Atlantique). Il a été victime d’une fusillade vers 2h, près d’un bar à chicha situé dans le centre-ville, au 80, rue Maréchal-Joffre, rapporte Presse Océan.

Quelques secondes après la fusillade, des personnes dans le bar ont transporté le jeune homme, grièvement blessé, dans une voiture qui a foncé vers lhôpital. La police nétait pas encore arrivée, elle a bouclé le secteur rapidement. La famille du jeune homme est arrivée dans la nuit. 

Des renforts de police sont prévus pour  ramener le calme au plus vite .  Lantenne de la police judiciaire de Nantes a reçu le renfort deffectifs de la DIPJ (direction interrégionale de la police judiciaire) de Rennes et la direction départementale de la sécurité publique recevra le renfort dune unité de forces mobiles dès ce soir , a détaillé la préfecture.

Selon le procureur, il nétait pas connu de la justice. Il serait originaire du quartier Malakoff, tout près des lieux de la fusillade. Le bar à chicha était géré en famille, par le patron et ses frères.

Vers 2 h, ce mardi, un jeune homme est décédé après avoir été visé par des tirs, rue Maréchal-Joffre, au centre-ville de Nantes. Cest ce que nous indique  Presse Océan . Des témoins ont transporté le jeune homme à lhôpital, où il est mort peu après son admission, selon une source proche du dossier. Des douilles de calibre 7,62 ont été trouvées sur place.

Dans la rue, la nouvelle sest répandue très vite, dès louverture des commerces mardi matin. “Cétait lui le commercial du bar à chicha”, rigole un commerçant qui le croisait souvent : “avec ses beaux yeux, il ramenait des clients à lintérieur”. Cest lui aussi qui allait chercher à manger pour les employés dans le petit restaurant libanais, situé juste à côté. 

Le parquet nest pas pour le moment en mesure de dire si cest lui qui était visé par les coups de feu. Plusieurs personnes étaient dans létablissement au moment des faits, et la fusillade a été dune grande violence, avec plusieurs armes utilisées et des tirs en rafale darmes automatiques. Mais pour plusieurs riverains qui connaissaient la victime, “impossible de penser” que cest lui qui était visé par les coups de feu.  Tous sont persuadés quil a été une “victime collatérale”.