Mort de Steve à Nantes : son téléphone bornait au moment de lintervention policière – LCI – LCI

Mort de Steve à Nantes : son téléphone bornait au moment de l\intervention policière - LCI - LCI

Mort de Steve. LInspection générale de la police nationale mise en cause, un cadre répond

Nouvel élément dans lenquête sur la mort de Steve Maia Caniço : le portable de lanimateur disparu pendant la Fête de la musique à Nantes émettait un signal au moment de lintervention policière alors que lIGPN faisait jusque-là simplement état dun SMS envoyé une heure auparavant.

Cette découverte de la police judiciaire nantaise pourrait permettre déclairer les circonstances de la mort de cet animateur périscolaire de 24 ans, dont le corps sans vie a été retrouvé le 29 juillet dans la Loire après environ cinq semaines de recherche et de controverses.

PARU DANS “LE JOURNAL DE DEMAIN” – Selon le Canard enchaîné, le portable de Steve Maïa Caniço, mort le soir de la Fête de la musique à Nantes, a borné à 4h33 sur le quai Wilson. Soit au moment de lintervention policière controversée de cette nuit-là. Un élément qui contredit le rapport de lIGPN, qui nétablissait pas de “lien direct” entre la charge policière et la disparition du jeune homme.

Mort de Steve à Nantes. Un téléphone au cœur de lenquête

Chargée de faire la lumière sur lopération policière menée dans la nuit du 21 au 22 juin sur les quais de la Loire pour faire cesser la musique, lIGPN, la  police des polices , avait indiqué en juillet que ce téléphone avait – via lenvoi dun SMS – déclenché  un relais téléphonique à 3 h 16 , soit plus dune heure avant le début de lintervention.

Cest en se fondant sur ce rapport administratif que le Premier ministre Édouard Philippe avait fin juillet conclu  quaucun lien  navait pu être établi entre la disparition de Steve Maia Caniço et la charge des policiers, qui avaient fait usage de gaz lacrymogène et de lanceurs de balle de défense.

Au début du mois de septembre, lenquête sur les circonstances de la mort du jeune homme a été dépaysée à Rennes, à la demande des juges dinstruction nantais.  Le dépaysement du dossier vise à garantir la sérénité de linformation judiciaire et limpartialité objective de la juridiction saisie , avait indiqué début août dans un communiqué le procureur général près la cour dappel de Rennes.

Confirmant une information du Canard Enchaîné, des sources proches de lenquête ont toutefois indiqué mardi à lAFP que le téléphone du jeune homme  bornait au moment de lintervention policière , renforçant le flou sur les circonstances de sa chute dans la Loire. Selon lhebdomadaire satirique, ce dernier bornage a été relevé à 4 h 33 sur le Quai Wilson.  Le vrai problème cest que personne na vu Steve à ce moment-là , confie une source proche du dossier, ajoutant :  On ne sait pas où ni comment il est tombé .

Contactée par lAFP, lavocate de la famille Caniço a estimé que cette découverte confortait ses convictions.  Je ne peux pas communiquer sur linstruction en cours mais je rappelle que je dis depuis fin juillet que la chute de Steve dans la Loire est concomitante de lintervention policière , a réagi Me Cécile de Oliveira. Lavocate a également de nouveau critiqué la communication du Premier ministre qui était, selon elle,  beaucoup trop rapide sur un rapport qui moi mapparaissait dune qualité extrêmement médiocre .

Un nouvel élément vient détayer la possible responsabilité policière dans la mort de Steve Maia Caniço, ce jeune homme de 24 ans tombé dans la Loire le soir de la fête de la musique à Nantes, avant que son corps ne soit retrouvé cinq semaines plus tard. Selon le Canard enchaîné à paraître mercredi, son téléphone bornait au moment de lintervention policière, ce qui signifie que lappareil était encore actif à linstant où les forces de lordre ont commencé à utiliser gaz lacrymogènes et balles de lanceurs de défense.

Mort de Steve Maia Caniço : son téléphone “bornait” au moment de lintervention policière

Pour sexpliquer, la Direction de la police nationale (DGPN) met en avant les différences fondamentales qui existent entre les enquêtes administratives (dont celle de lIGPN) et judiciaires.  La disparition de Steve a été signalée le 23 juin. Les policiers de la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP) ont alors fait une réquisition des fadettes, cest-à-dire des relevés des appels et SMS passés par le téléphone de Steve , a expliqué à lAFP la DGPN.  Ces fadettes ont révélé quun dernier SMS avait été envoyé à 03 h 16. Un télégramme, document administratif, a alors été rédigé , précise-t-on à la DGPN.

Dans son rapport administratif daté de juillet sur lintervention policière, lInspection générale de la police nationale (IGPN) avait simplement indiqué que le téléphone déclenchait un relais téléphonique à 03H16 soit plus dune heure avant laction des forces de lordre. Le Premier ministre Edouard Philippe avait alors fait valoir que le rapport de lIGPN nétablissait pas de lien entre lintervention controversée des forces de lordre et la disparition de Steve. Une version fragilisée par ces nouvelles révélations.

Pour rédiger son rapport sur lintervention des forces de lordre, lIGPN a  alors réuni tous les documents administratifs, dont ce télégramme , défend la DGPN. Dans une enquête administrative, lIGPN na par ailleurs pas le droit deffectuer des réquisitions auprès des opérateurs téléphoniques, contrairement à ce quautorise une enquête judiciaire comme celle ouverte après la mort du jeune homme.

Le service d'information et de communication de la police nationale confirme qu'un officier de police judiciaire arborait le logo d'une unité de police militaire brésilienne, critiquée pour ses méthodes violentes, mercredi à Marseille. Le policier va devoir fournir des explications et risque une sanction car le règlement interdit de tels symboles.

Lenquête a été dépaysée le 4 septembre à Rennes, à la demande des deux juges dinstruction nantais en charge de lenquête pour  homicide involontaire . Face aux critiques contre le rapport de lIGPN, lIntérieur avait saisi fin juillet lInspection générale de ladministration (IGA), lorgane de contrôle du ministère,  pour comprendre les conditions de lorganisation  de la Fête de la musique à Nantes. Ses conclusions sont attendues au plus tard le 15 septembre.

“Ces fadettes ont révélé qu’un dernier SMS avait été envoyé à 3 heures 16. Un télégramme, document administratif, a alors été rédigé”, précise-t-on à la DGPN. Pour rédiger son rapport sur l’intervention des forces de l’ordre, l’IGPN a “alors réuni tous les documents administratifs, dont ce télégramme”, défend la DGPN. Dans une enquête administrative, l’IGPN n’a par ailleurs pas le droit d’effectuer des réquisitions auprès des opérateurs téléphoniques, contrairement à ce qu’autorise une enquête judiciaire comme celle ouverte après la mort du jeune homme.

Le téléphone de Steve Maia Caniço “bornait” au moment de lintervention policière lors de la Fête de la musique à Nantes, a appris franceinfo, confirmant une information du Canard Enchaîné. De source proche du dossier, “le téléphone a borné une dernière fois à 4h33”, selon lenquête judiciaire. Ce nouvel élément a été obtenu grâce à lexploitation de la téléphonie sur réquisition judiciaire.     

Contactée par l’AFP, l’avocate de la famille Caniço a estimé que cette découverte confortait ses convictions. “Je ne peux pas communiquer sur l’instruction en cours mais je rappelle que je dis depuis fin juillet que la chute de Steve dans la Loire est concomitante de l’intervention policière”, a réagi Me Cécile de Oliveira. L’avocate a également de nouveau critiqué la communication du Premier ministre qui était, selon elle, “beaucoup trop rapide sur un rapport qui moi m’apparaissait d’une qualité extrêmement médiocre”.

DEMAIN DANS LE CANARDMort de Steve : lenquête de la PJ contredit lIGPN ; son téléphone “bornait” toujours quand les policiers ont chargé

Dans son rapport administratif daté de juillet, lIGPN qui navait pas les compétences pour exploiter la téléphonie, avait évoqué “un déclenchement de relais à 3h16”, soit une bonne heure avant laction des forces de lordre.    

Le jeune homme de 24 ans avait disparu le soir de la Fête de la musique et son corps avait été retrouvé fin juillet dans la Loire.