Nantes. Ils voulaient un jardin laissé à la nature sans Arbre aux hérons – Ouest-France

Nantes. Ils voulaient un jardin laissé à la nature sans Arbre aux hérons - Ouest-France

Nantes. [VIDEO] Le jardin extraordinaire ouvre samedi 28 septembre

Votre e-mail est collecté par le Groupe SIPA Ouest-France pour recevoir nos actualités. En savoir plus.

Messenger LinkedIn Email Deux jours danimations sont organisés ce week-end pour louverture du Jardin extraordinaire très exotique de la Carrière Misery, à Chantenay.

Nantes compte désormais un 11e grand parc végétal. Sur 1,2 hectare dans la carrière Misery, où il fait en moyenne 4 degrés de plus quen bord de Loire, le Jardin extraordinaire fait la part belle aux plantes des pays chauds.

Cest un projet audacieux, reconnaît Johanna Rolland (PS), maire de Nantes. Ce lieu hors normes qui doit accueillir lArbre aux hérons, a fait, durant un an, lobjet de travaux qui ont conduit à la plantation de plus de 25 000 plantes de deux cents espèces différentes, à la création dune cascade de vingt-cinq mètres de haut, dun plan deau de 1 000 m2, dun labyrinthe de sentiers, avec en filigrane lesprit de Jules Verne.

Il n’y a pas de « canards qui parlent anglais », mais le site vaut le détour, ne serait-ce que pour sa gigantesque cascade. Le Jardin extraordinaire, 11e parc de la ville de Nantes, s’apprête à ouvrir ses portes au public dans la carrière Miséry, quartier du Bas-Chantenay. Le site, dont l’aménagement a été réalisé en seulement un an, est présenté par la mairie comme « un des plus beaux jardins urbains au monde ».

Il y a des plantes rarissimes, quasi uniques en France, elles ne sont pas forcément très grandes, comme cet avocatier qui bénéficie de lexposition et de la chaleur, explique, au pied de la falaise, Romaric Perrocheau du service des espaces verts (SEVE) de Nantes.

Dès le portail en acier, le spectacle est au rendez-vous. Tout au fond, sur la falaise naturelle qui borde la carrière, tombe doucement une cascade de 25 mètres de haut (en circuit fermé). « Elle fait parfois de la brume, et les trois jets ne seront pas toujours actifs en même temps », commente Romaric Perrocheau, en charge de ce projet au service des espaces verts, et qui espère par ce biais « surprendre le public ».

Dans la zone déboulis, un arbuste de Californie à la floraison jaune entre mai et novembre, un peu plus loin des bananiers et des plants de manioc. Ils devraient passer lhiver , assure Jacques Soignon, patron du SEVE, les derniers grands hivers ont eu lieu en 86-87-88 avec des températures à moins douze. Depuis trente ans nous navons plus eu dhiver très froid .

Nous avons appelé au secours le SEVE pour aider à finir lensemble des plantations. Beaucoup de végétaux ont été récupérés dans différents parcs nantais, comme les bambous où ils avaient tendance à sétendre. Cest un travail très collectif, nous avons pu travailler avec des compétences très diverses. Beaucoup de pépiniéristes sont venus aider à choisir les végétaux tout comme des botanistes. Des marches de lancienne prison taillées dans la carrière Misery ont été récupérées et repositionnées dans ce jardin, explique Loïc Mareschal, paysagiste de lagence Phytolab.

Il ny a pas de  canards qui parlent anglais , mais le site vaut le détour, ne serait-ce que pour sa gigantesque cascade. Le Jardin extraordinaire, 11e parc de la ville de Nantes, sapprête à ouvrir ses portes au public dans la carrière Miséry, quartier du Bas-Chantenay. Le site, dont laménagement a été réalisé en seulement un an, est présenté par la mairie comme  un des plus beaux jardins urbains au monde . Ce qui est sûr, cest que le parc, gratuit et ouvert à tous (mais fermé la nuit), ne ressemble à aucun autre lieu de balade nantais. Les habitants pourront le découvrir dès samedi, 10h30, avec des animations prévues tout le week-end. On a pu sy promener ce mardi.

La cascade révèle le dénivelé et apporte aussi un son qui donne le sentiment de quitter la ville et couvre le bruit de la voirie assez passante. Elle apporte aussi de lhumidité, ce qui nous a permis de planter des fougères arborescentes dans ce cirque. Cest loccasion de mélanger une végétation du voyage inspirée de Jules Verne, décrite dans ses romans, les premières importations de végétaux du XVIIIe à Nantes, et une friche qui a eu loccasion de se développer toute seule durant 35 ans. Celle-ci comporte un caractère assez méditerranéen car le site est très à labri des vents douest et que la falaise emmagasine la chaleur et la restitue. Cest vraiment idéal pour le jardinier , souligne le paysagiste.

Car lautre gros atout de ce Jardin extraordinaire (qui a coûté 1,5 million deuros), cest la palette de végétaux quelle propose, sur 1,2 hectare. Au fur et à mesure que lon déambule, sur les pierres ou dans les petits chemins, on découvre quelque 200 espèces pour un total de 25.000 plantes, dans une ambiance tropicale inspirée de lunivers de Jules-Verne.  La falaise, exposée plein sud, emmagasine la chaleur et la rejette, explique Loïc Mareschal, paysagiste de lagence Phytolab. Elle protège aussi du vent ce qui crée un microclimat, avec la possibilité davoir des plantes jamais vues à Nantes jusquà présent. 

Votre e-mail est collecté par le Groupe SIPA Ouest-France pour recevoir nos actualités. En savoir plus.

Messenger LinkedIn Email Après un an de travaux, 1,2 ha des 3,5 ha de lancienne carrière Misery en bord de Loire, ont fait lobjet dune véritable mutation, devenant un jardin à lexotisme particulier, dominé par une impressionnante cascade.

Des végétaux parfois trentenaires, comme ce laurier monumental au fond de la carrière, se mêlent donc aux manioc, fleurs dhibiscus, bananiers nains ou figuiers de barbarie. Pour le reste, le service des espaces verts de la ville a puisé dans sa pépinière comme pour ces immenses lignées de bambous qui forment comme un labyrinthe.  Lobjectif est quon ne sache plus très bien ce qui se trouvait là avant, et ce qui a été rajouté , détaille Romaric Perrocheau. Pour ceux qui viendront là pour la première fois, le pari est plutôt réussi.

Fougères arborescentes, bananiers, hosta à feuilles géantes, cycas, lotus, gunnera du Brésil, manioc : près de 25 000 plantes de quelque deux cents espèces végétales ont été plantées dans la carrière Miséry, pour un jardin de 1,2 ha sortant véritablement de lordinaire que le public pourra découvrir ce week-end pour la première fois. Conçu par le paysagiste Phytolab, ce nouveau jardin profite à plein de lexposition plein sud à labri du vent qui lui confère une température généralement supérieure de 4 °C à celle constatée côté Loire.

Dès le printemps prochain, le site évoluera en ce sens puisquun escalier en acier, imaginé par le directeur artistique de la compagnie la Machine François Delarozière, cheminera le long du front rocheux. Il reliera le Jardin extraordinaire à la guérite du square Maurice Schwob, situé sur la butte Sainte-Anne.  Lascension sera rythmée par quatre belvédères positionnés et conçus comme des haltes uniques et sensibles , indique son créateur. Le site descalade (53 voies) devrait, lui, être livré à cet automne.

La cascade se jette de la falaise à 25 mètres de hauteur vers un étang de 1 000 m2. Une partie de la végétation déjà présente sur le site a été conservée permettant de créer un labyrinthe dallées. Les végétaux complémentaires choisis sinspirent des illustrations des récits de Jules Verne où la plante est démesurée, exotique, luxuriante , précise le paysagiste. Les Nantais pourront découvrir ce nouveau jardin à partir de 10 h 30, samedi 28 septembre.