Nantes : mort dun migrant au gymnase Jeanne-Bernard – France 3 Régions

Nantes : mort d\un migrant au gymnase Jeanne-Bernard - France 3 Régions

Migrant décédé. Lévacuation du gymnase herblinois sera-t-elle accélérée ?

Votre e-mail est collecté par le Groupe SIPA Ouest-France pour recevoir nos actualités. En savoir plus.

Messenger LinkedIn Email Cest ce quindiquent les résultats de lautopsie. Omar Tahir Mohammad, est décédé le jeudi 3 octobre au gymnase Jeanne-Bernard, à saint-Herblain, près de Nantes.

Nantes. Migrant retrouvé mort : Ici, cest une bombe , explique un riverain

Omar Tahir Mohammad est décédé dun syndrome asphyxique. Cest ce quindiquent les résultats de lautopsie. Cet homme, né en mai 1989 au Soudan, a été retrouvé mort le jeudi 3 octobre au gymnase Jeanne-Bernard, à Saint-Herblain. Les causes peuvent être multiples , explique le parquet de Nantes.

On est sidérés , explique une riveraine, membre de lassociation îlot Jeanne-Bernard. Ils lavaient dit et répété maintes fois. Ça devait mal se finir. Cest le cas. On en est désolé.

Des recherches complémentaires, en loccurrence des examens anatomopathologique et toxicologique, vont donc être réalisées pour établir précisément les causes du décès, précise le parquet de Nantes.

La préfecture de Loire-Atlantique sengage à évacuer le gymnase Jeanne-Bernard à Saint-Herblain dici la fin de lannée

Votre e-mail est collecté par le Groupe SIPA Ouest-France pour recevoir nos actualités. En savoir plus.

Messenger LinkedIn Email La mort dun migrant, qui vivait dans une cabane au pied du gymnase Jeanne-Bernard à Saint-Herblain, pourrait-elle accélérer la mise à labri des 800 réfugiés qui sentassent sur le site ? Des procédures sont engagées depuis des mois.

Saint-Herblain : des tensions après la mort dun migrant dans un gymnase

Ce drame renvoie à lurgence de la mise en œuvre des décisions de justice. Ce nest juste pas possible de laisser des gens dans cette situation. Lémotion est palpable dans la voix de Xavier Brunier, responsable de la solidarité au diocèse, propriétaire du gymnase Jeanne-Bernard où un migrant a perdu la vie ce jeudi 3 octobre.

Devant lurgence de la situation, lassociation de soutien aux migrants, la CIMADE et le secours catholique ont décidé de faire appel de la décision du tribunal administratif, devant le Conseil dEtat. “Cest une décision qui ne rappelle pas linconditionnalité de laccueil, et ça nous fait craindre une évacuation qui trie les gens en fonction de leur statut”, explique Marie Hénocq, déléguée régionale Bretagne – Pays de la Loire de la CIMADE. “On espère inviter la question de labsence de création de place par lEtat”, ajoute-t-elle.

Les premiers migrants sont arrivés dans lancien gymnase il y a près dun an, en octobre 2018. Ils seraient près de 800 aujourdhui. Ils sentassent à lintérieur, mais aussi dans des tentes et des cabanes de fortune dressées à lextérieur.

Nantes : au lendemain de la mort dun migrant, lémotion reste vive

En mars, le propriétaire, la fondation de la Providence, une émanation du diocèse, avait saisi le tribunal dinstance. Le tribunal avait alors ordonné lévacuation du site. Mais la préfecture a jusquici refusé dapporter le concours des forces de lordre pour mener les opérations dévacuation.

La nouvelle de cette mort a provoqué des tensions et les forces de lordre sont intervenues sur place, a constaté un correspondant de lAFP. “Que fait le ministère de lIntérieur ? Ça fait des mois que les associations, les citoyens, la ville de Saint-Herblain, les élus que nous sommes alertons sur cette situation”, a déploré Johanna Rolland.

Le 24 septembre dernier, la Fondation a sollicité le juge des référés, au tribunal administratif, pour faire appliquer la décision du tribunal dinstance. Lundi, le tribunal administratif a ordonné lévacuation du gymnase. Le juge a accordé un délai de trois mois au préfet pour intervenir, lui demandant dici là daméliorer les conditions de salubrité et de sécurité sur le site. Des associations et la ville de Saint-Herblain ont, elles aussi, sollicité le tribunal administratif pour demander la mise à labri immédiate des migrants.

Plus on attend et plus cela va savérer compliqué , estime aujourdhui Xavier Brunier. Ce drame risque de précipiter lévacuation du site , pense aussi Marie Hénocq, de la Cimade, qui promet de veiller aux conditions de sa mise en œuvre. Nous demandons la mise à labri inconditionnelle de tous les occupants.

La situation est explosive dans ce gymnase. Le diocèse de Nantes, propriétaire, les associations de soutien aux migrants dénoncent depuis des mois les conditions sanitaires indignes dans lesquelles sont hébergés ces réfugiés. Les riverains, parmi lesquels Robert dont la maison se situe très près du gymnase, se plaignent également dune “situation devenue intenable”. Après les tensions de ces dernières heures, deux voitures de police se relaieront toute la nuit et un compagnie de CRS pourra “intervenir très rapidement” si la situation venait de nouveau à se tendre.