Migrants à Nantes : Le gymnase Jeanne-Bernard sera évacué avant 2020, promet le préfet – 20 Minutes

Migrants à Nantes : Le gymnase Jeanne-Bernard sera évacué avant 2020, promet le préfet - 20 Minutes

Migrants à Nantes. LÉtat sengage à évacuer le gymnase avant décembre

Votre e-mail est collecté par le Groupe SIPA Ouest-France pour recevoir nos actualités. En savoir plus.

Messenger LinkedIn Email La mort dun migrant, qui vivait dans une cabane au pied du gymnase Jeanne-Bernard à Saint-Herblain, pourrait-elle accélérer la mise à labri des 800 réfugiés qui sentassent sur le site ? Des procédures sont engagées depuis des mois.

Nantes. Migrant retrouvé mort : Ici, cest une bombe , explique un riverain

Ce drame renvoie à lurgence de la mise en œuvre des décisions de justice. Ce nest juste pas possible de laisser des gens dans cette situation. Lémotion est palpable dans la voix de Xavier Brunier, responsable de la solidarité au diocèse, propriétaire du gymnase Jeanne-Bernard où un migrant a perdu la vie ce jeudi 3 octobre.

On est sidérés , explique une riveraine, membre de lassociation îlot Jeanne-Bernard. Ils lavaient dit et répété maintes fois. Ça devait mal se finir. Cest le cas. On en est désolé.

Les premiers migrants sont arrivés dans lancien gymnase il y a près dun an, en octobre 2018. Ils seraient près de 800 aujourdhui. Ils sentassent à lintérieur, mais aussi dans des tentes et des cabanes de fortune dressées à lextérieur.

En mars, le propriétaire, la fondation de la Providence, une émanation du diocèse, avait saisi le tribunal dinstance. Le tribunal avait alors ordonné lévacuation du site. Mais la préfecture a jusquici refusé dapporter le concours des forces de lordre pour mener les opérations dévacuation.

Des recherches complémentaires, en loccurrence des examens anatomopathologique et toxicologique, vont donc être réalisées pour établir précisément les causes du décès, précise le parquet de Nantes.

Le 24 septembre dernier, la Fondation a sollicité le juge des référés, au tribunal administratif, pour faire appliquer la décision du tribunal dinstance. Lundi, le tribunal administratif a ordonné lévacuation du gymnase. Le juge a accordé un délai de trois mois au préfet pour intervenir, lui demandant dici là daméliorer les conditions de salubrité et de sécurité sur le site. Des associations et la ville de Saint-Herblain ont, elles aussi, sollicité le tribunal administratif pour demander la mise à labri immédiate des migrants.

“Il faut rappeler que ce site a été créé sous la force, car cest une occupation illégale, et que les personnes qui ont agi ne nous ont jamais donné lidentité des personnes qui y étaient, ni mis en oeuvre des conditions sanitaires satisfaisantes”, rappelle Claude dHarcourt. La préfecture prend la gestion du site, pour quil y ait des conditions sanitaires satisfaisantes, comme laccès à leau et à la nourriture. Cela faisait partie des mesures imposées par le tribunal administratif sous 15 jours. “Les mesures permettront aux riverains de retrouver la quiétude qui leur ait due”, ajoute le préfet. 

PHOTOS. Migrant mort à Nantes : des amis dOmar ont tenu à montrer la cabane de lhomme de 32 ans

Plus on attend et plus cela va savérer compliqué , estime aujourdhui Xavier Brunier. Ce drame risque de précipiter lévacuation du site , pense aussi Marie Hénocq, de la Cimade, qui promet de veiller aux conditions de sa mise en œuvre. Nous demandons la mise à labri inconditionnelle de tous les occupants.

Votre e-mail est collecté par le Groupe SIPA Ouest-France pour recevoir nos actualités. En savoir plus.

Le préfet est enfin revenu sur le jugement du 30 septembre du tribunal administratif. Il nous demande dune part didentifier les occupants et nous pensons quils sont de lordre de 700 personnes, poursuit Claude dHarcourt. Il nous demande de garantir laccès à leau et à des conditions sanitaires qui soient dignes. Il demande à lassociation dite La Providence (Ndlr : propriétaire du gymnase) de faire en sorte que les accès de sécurité soient rendus libres et nous demande de remettre en état de salubrité ces lieux dans un délai de 15 jours. Nous nous conformerons strictement à ces décisions de justice dans les délais qui nous sont formulés. Elles seront appliquées sans hésitation .

Nantes : Johanna Rolland se dit écœurée après la mort dun migrant du squat de Saint-Herblain

Messenger LinkedIn Email Après le décès dun jeune migrant au gymnase Jeanne-Bernard à Saint-Herblain, jeudi 3 octobre, Claude dHarcourt, préfet de la région Pays de la Loire, vient dannoncer que lÉtat se conformera aux décisions de justice .

Il a ensuite rappelé les circonstances du décès dOmar et les tensions qui ont suivi sur place. Les pompiers ont été sollicités à 11 h 29 jeudi matin, a-t-il raconté. Ils ont constaté à 11 h 44 quil était sans vie. Ils ont quitté les lieux pour emmener le corps à 12 h 18. La situation dhier a une explication. Dans certaines communautés, les personnes souhaitent veiller le corps du défunt. Ce nest pas la pratique des services de secours dans notre pays. Nous pensons que la réaction des accompagnants de cette personne est liée à cette difficulté dexplication. Il ne faut pas sur-interpréter la situation dhier .

Ce vendredi 4 octobre, au lendemain du décès dun jeune migrant, au gymnase du lycée Jeanne-Bernard à Saint-Herblain, le préfet de la région Pays de la Loire, Claude dHarcourt, vient dannoncer que lÉtat se conformera aux décisions de justice .

Messenger LinkedIn Email Cest dans sa cabane, installée à lextérieur à lentrée du gymnase Jeanne-Bernard, à Saint-Herblain, que des amis ont découvert hier le corps sans vie dOmar, 32 ans. Elle était faite de bric et de broc. Si les circonstances du décès restent encore inconnues, ils ont tenu à la montrer, afin de faire mieux comprendre leurs conditions de vie. Celles dOmar aussi.

Nantes : au lendemain de la mort dun migrant, lémotion reste vive

Autrement dit, quil appliquera la décision rendue par le tribunal administratif de Nantes, le 30 septembre dernier. Cette décision implique lamélioration des conditions de vies à lintérieur et autour du gymnase Jeanne-Bernard à Saint-Herblain.

Il a également annoncé que lÉtat procédera à lévacuation du gymnase avant le mois de décembre, mais il na pas donné de date ni précisé la méthode qui sera employée pour le faire.

Au cours de cette conférence de presse, il a répété que lÉtat partage lémotion exprimée par les collectivités suite au drame du décès de Omar Mohammad, jeune demandeur dasile soudanais .

La situation est explosive dans ce gymnase. Le diocèse de Nantes, propriétaire, les associations de soutien aux migrants dénoncent depuis des mois les conditions sanitaires indignes dans lesquelles sont hébergés ces réfugiés. Les riverains, parmi lesquels Robert dont la maison se situe très près du gymnase, se plaignent également dune “situation devenue intenable”. Après les tensions de ces dernières heures, deux voitures de police se relaieront toute la nuit et un compagnie de CRS pourra “intervenir très rapidement” si la situation venait de nouveau à se tendre.