Nantes. Conducteur tabassé : Johanna Rolland sénerve des attaques politiques – Ouest-France éditions locales

Nantes. Conducteur tabassé : Johanna Rolland sénerve des attaques politiques - Ouest-France éditions locales

Nantes. Agression dun conducteur : une pluie de coups dans la rame puis à lextérieur

Un jeune Rezéen a été interpellé moins de 24 heures après quun conducteur de tramway a été violemment frappé, mardi soir 5 novembre. Il se trouve en garde à vue au commissariat central.

Votre e-mail est collecté par le Groupe SIPA Ouest-France pour recevoir nos actualités. En savoir plus.

Messenger LinkedIn Email La brigade des affaires générales de la Sûreté départementale na pas tardé à identifier un suspect, grâce à la vidéosurveillance, notamment.

#Infotrafic suite à une agression d'un de nos conducteur hier soir, le personnel du dépôt du St Herblain n'a pas pris son service. Les lignes suivantes ne circulent pas pour le moment#Tan3 #TanC2 #TanC3 #TanC20 #Tan12 #Tan50 #Tan54 #Tan86

Nantes. Une agression dune sauvagerie incroyable sinsurge Pascal Bolo

Ce mercredi après-midi 6 novembre 2019, moins de 24 heures après la violente agression dun conducteur de tramway, à larrêt Trocardière, un adolescent a été interpellé. Ce jeune Rezéen se trouve, ce mercredi soir, en garde à vue.

Pascal Bolo, président de la Semitan, et le directeur Olivier Le Grontec sont ce mercredi matin au dépôt de la Tan à Saint-Herblain. Pascal Bolo est profondément choqué par cette nouvelle agression : Nous avons décidé de rapatrier tous les trams, chronobus et bus. Par cette décision, nous prenons en compte la gravité des faits et nous manifestons notre indignation. Il nous faut marquer un coup fort ! Nous partageons évidemment lémotion de tous les employés de la Semitan, nous marquons la solidarité de toute lentreprise avec ce conducteur, et cest un moyen dadresser un message à la société tout entière. Cette sauvagerie gratuite nest plus acceptable. Cest très inquiétant. Cette agression est révélatrice dune société où on en vient directement à la violence dès quon est mécontent. Nous disons stop. Le message sadresse aussi aux autorités publiques : il faut retrouver ces agresseurs et les punir. A priori, les vidéos devraient être utiles.

Peu après 21 h, mardi 5 novembre, un chauffeur dun tram de la ligne 3 avait annoncé à ses passagers que la rame nirait pas plus loin, un colis suspect ayant été détecté à larrêt Neustrie. Mais lun deux a refusé de descendre , a indiqué ce mercredi le parquet de Nantes.

À cet instant, le chauffeur était sorti de sa cabine. Des coups, de pieds et de poings , se sont alors abattus sur lui. Selon les premiers éléments de lenquête, un autre passager, au moins , aurait également frappé la victime, qui sest vue notifier cinq jours dITT.

Très vite, la députée-candidate se positionne sur un terrain politique. Cette situation dinsécurité dans les transports nest pas nouvelle. Depuis plusieurs années, elle na cessé de progresser, sans quune décision ferme sur ce sujet nait été prise. La seule annonce sur ce sujet par la municipalité actuelle renvoie les actions à engager uniquement après les élections municipales. Que de temps perdu pour proposer enfin une police des transports. Et cest dès aujourdhui quil faut agir. Les remontées de terrain des agents et des usagers auraient dû être prises en compte pour procéder à des mesures fortes à même de protéger la population. Je comprends la colère des agents. Je souhaite bon courage aux usagers qui souffrent néanmoins de cette situation provoquée par cette agression inadmissible.

Le chauffeur, âgé de 33 ans, présente une plaie profonde au nez, une plaie saignante à la lèvre, des ecchymoses à lœil gauche et à la pommette.

Sur Twitter, Julien Bainvel, élu municipal de droite, sen prend aussi à la majorité en place. Il accuse même : En stoppant le trafic aujourdhui, Pascal Bolo et Johanna Rolland prouvent leur impuissance à agir. Incapables dassurer la sécurité des salariés de la Tan, ils décident larrêt du réseau. Il est grand temps dagir pour la sécurité à Nantes, dans la métropole et dans les transports. Le déni dinsécurité et linaction, malgré nos propositions concrètes répétées depuis 10 ans, sont coupables !

Le conducteur, âgé dune trentaine dannées, a été violemment frappé mardi soir par plusieurs individus à larrêt Trocardière, au sud de Nantes. Il était sorti de sa cabine pour ramener le tramway au dépôt. Les enregistrements vidéos vont être exploités par les enquêteurs.

Conducteur depuis trois ans à la TAN, Jimmy* dit avoir assisté à une dizaine dagressions. La dernière pas plus tard que le soir dHalloween lorsquun client énervé la pris à partie et menacé de mort dans un bus.  Il avait la haine contre moi alors que je sermonnais calmement un autre client, raconte-il, encore choqué. Le degré de violence a passé un cap. Ça va de lincivilité banale à lagression directe parce que notre tête ne revient pas ou parce que la ligne a un problème. On prend le volant la peur au bide.   Ça sest clairement dégradé, abonde Manu, depuis 11 ans à la Tan. Les agresseurs nont plus de profil type, plus de limites. Et on se sent souvent démunis. 

Votre e-mail est collecté par le Groupe SIPA Ouest-France pour recevoir nos actualités. En savoir plus.

Quelles solutions envisager dans ce contexte ? Une demande revient avec insistance au sein du personnel : augmenter les effectifs de lentreprise.  Il faudrait deux agents dans la plupart des véhicules. Quand on est deux, le dialogue avec la clientèle est plus efficace et, surtout, ça change le rapport de force. Le conducteur ne serait plus une cible facile , considère Jimmy.  Recruter pour avoir davantage de présence humaine, ça doit être la priorité, même si ça coûte cher , est également convaincu Bertrand*.

Messenger LinkedIn Email Au lendemain de la violente agression dun conducteur de tramway, dans la soirée du mardi 5 novembre, à Rezé, au sud de Nantes, le déroulement des faits se précise. Peu avant 21 h, un tramway est contraint de stopper à larrêt Trocardière, après quun colis abandonné a été signalé.

A Nantes, pas de transports en commun suite à une agression

Le conducteur, comme le veut la procédure, demande à tous les passagers de descendre, et sapprête à changer de poste de conduite pour retourner au dépôt. Sorti de sa cabine, il est alors pris à partie par un individu. Lhomme lui porte des coups de poing et coups de pied au visage ; puis il est rejoint par un deuxième individu. À nouveau, les coups pleuvent. La scène se poursuit à lextérieur de la rame, devant des témoins. Un troisième individu vient accompagner le duo dans ce déferlement de violence.

Lorsque le conducteur est pris en charge par les pompiers, il présentait une plaie profonde de deux centimètres au niveau du nez, une plaie saignante à la lèvre, ainsi que plusieurs ecchymoses au niveau de lœil gauche et de la pommette. Les enquêteurs de la brigade des affaires générales, qui a été saisie du dossier, vont exploiter les enregistrements de la vidéosurveillance. La victime, âgée de 33 ans, a déposé plainte à sa sortie de la clinique Confluents. Elle doit être examinée par un médecin légiste qui déterminera son incapacité temporaire totale (ITT).

Le conducteur âgé de 33 ans a lui été pris en charge par les pompiers et transportée à la clinique des confluents pour soins. "La victime présentait une plaie profonde de 2 cm au niveau du nez, une plaie saignante à la lèvre ainsi que plusieurs ecchymoses au niveau de l’œil gauche et de la pommette", indique une source proche du dossier.