Nantes. La Tan frappe fort après les coups sur le chauffeur – Ouest-France

Nantes. La Tan frappe fort après les coups sur le chauffeur - Ouest-France

Nantes: Après une agression, la Tan annonce quelle stoppe son service pour la journée

Retour à laccueil Newsletter Alerte Info Recherche Ok Actualité Locales Sport Entertainment Economie Planète T'as vu ? Fake Off By the Web High-Tech Podcast Vidéos En Images Voyage Guide d'achat Le direct Services Jeux PDF Menu complet Retour à laccueil Nantes Un adolescent interpellé après l'agression d'un conducteur de tram à Nantes

La violente agression dun conducteur de tramway a suscité lindignation et provoqué larrêt exceptionnel de tout le réseau de transport en commun nantais mercredi. La victime de 33 ans, qui a été passée à tabac mardi soir à la station Trocardière, souffre de plusieurs contusions au visage.

Messenger LinkedIn Email Fallait-il  marquer un coup fort contre cette violence gratuite , comme le dit Pascal Bolo, le président de la Tan, en stoppant tram et bus ? Cette décision prise par la direction de la société de transports, après lagression dun conducteur, peut-elle avoir un impact sur les consciences ?

Tram et bus à larrêt, la prise de conscience

Dès mercredi, la police est parvenue à interpeller un suspect, avance Presse Océan. Confondu par la vidéosurveillance, un adolescent a été interpellé puis placé en garde à vue. Il est suspecté davoir donné des coups de poing et de pied. Un autre jeune, suspecté davoir participé à lagression, est également recherché.

Pascal Bolo, président de la Semitan, et le directeur Olivier Le Grontec sont ce mercredi matin au dépôt de la Tan à Saint-Herblain. Pascal Bolo est profondément choqué par cette nouvelle agression : Nous avons décidé de rapatrier tous les trams, chronobus et bus. Par cette décision, nous prenons en compte la gravité des faits et nous manifestons notre indignation. Il nous faut marquer un coup fort ! Nous partageons évidemment lémotion de tous les employés de la Semitan, nous marquons la solidarité de toute lentreprise avec ce conducteur, et cest un moyen dadresser un message à la société tout entière. Cette sauvagerie gratuite nest plus acceptable. Cest très inquiétant. Cette agression est révélatrice dune société où on en vient directement à la violence dès quon est mécontent. Nous disons stop. Le message sadresse aussi aux autorités publiques : il faut retrouver ces agresseurs et les punir. A priori, les vidéos devraient être utiles.

Nantes. Une agression dune sauvagerie incroyable sinsurge Pascal Bolo

Retour à laccueil Newsletter Alerte Info Recherche Ok Actualité Locales Sport Entertainment Economie Planète T'as vu ? Fake Off By the Web High-Tech Podcast Vidéos En Images Voyage Guide d'achat Le direct Services Jeux PDF Menu complet Retour à laccueil Nantes Après une agression, la Tan annonce qu'elle stoppe son service ce mercredi

Lorsque le conducteur est pris en charge par les pompiers, il présentait une plaie profonde de deux centimètres au niveau du nez, une plaie saignante à la lèvre, ainsi que plusieurs ecchymoses au niveau de lœil gauche et de la pommette. Les enquêteurs de la brigade des affaires générales, qui a été saisie du dossier, vont exploiter les enregistrements de la vidéosurveillance. La victime, âgée de 33 ans, a déposé plainte à sa sortie de la clinique Confluents. Elle doit être examinée par un médecin légiste qui déterminera son incapacité temporaire totale (ITT).

Grosse pagaille pour les usagers des transports en commun à Nantes ce mercredi. Après lagression dun conducteur mardi soir, la Tan a annoncé ce mercredi matin, peu après 8h, larrêt de son service pour lensemble de la journée. Il ny aura ni bus, ni tram aujourdhui, à lexception des cars scolaires à midi.  Cest une décision collective exceptionnelle prise avec lensemble du personnel par solidarité avec le conducteur victime , indique la direction de la Tan, laquelle a déposé plainte. Les circulations reprendront jeudi matin.

A quatre mois des élections municipales, les élus nantais se livrent bataille par tweets interposés au sujet de lagression du conducteur de tram mardi soir.

En raison dune agression violente sur un conducteur hier soir sur la ligne 3, un mouvement de solidarité sest enclenché ce matin au sein de lentreprise. En conséquence, il a été décide de ne pas faire fonctionner le réseau (sauf les cars scolaires ce midi) aujourdhui.

Que sest-il passé mardi soir ? Vers 21h, au niveau de larrêt Trocardière sur la ligne 3, un conducteur de 33 ans a été passé à tabac par trois jeunes hommes. La rame sétait arrêtée après lannonce dun colis suspect au terminus Neustrie. Les trois agresseurs nauraient pas souhaité descendre et sen seraient pris au conducteur. Il souffre de multiples contusions, notamment au visage.

Nantes. Agression dun conducteur de tramway : un suspect interpellé

Pascal Bolo, premier adjoint à la mairie de Nantes et président de la Semitan, parle dune  agression sauvage .

Un conducteur de tramway a été agressé par des individus mardi soir sur la ligne 3. Une plainte a été déposée après cette agression “particulièrement violente”. En réponse à cette nouvelle agression, des personnels font valoir leur droit de retrait ce mercredi matin au dépôt de Saint-Herblain. 

En moyenne, quelque 631.000 voyages sont effectués chaque jour de la semaine sur le réseau de la Semitan en période scolaire. La moitié de ces trajets sont faits en trawmay.

Au micro de nos confrères de France Bleu Loire Océan, ce mercredi, à 9 h, Pascal Bolo, président de la TAN, indique que cest la première fois quune telle décision est prise à linitiative de la direction, et ce, avec le plein accord de Johanna Rolland. Il sagit de marquer le coup après la sauvagerie de cette agression, a-t-il déclaré. Nous voulons témoigner notre solidarité avec le chauffeur qui est profondément marqué et notre indignation.

Aux côtés des salarié-e-s de @reseau_tan profondément choqués par lagression sauvage dun de leur collègue hier soir. En accord avec Johanna ROLLAND, jai décidé larrêt du réseau pour la journée en signe de solidarité et pour marquer notre indignation. 1/2