Murielle Bolle : Je porte la culpabilité de la mort de Bernard

Murielle Bolle :  Je porte la culpabilité de la mort de Bernard

Affaire Grégory : “Si je savais quelque chose, je le dirais”, assure Murielle Bolle

Le 8 novembre, Murielle Bolle, personnage central dans laffaire du petit Grégory qui secoue la France depuis 1984, sort un livre intitulé “Briser le silence”. Celle qui ne sest quasiment jamais exprimé dans les médias quelle qualifiait de “rapaces”, a donné une interview à nos confrères du Parisien pour loccasion.

“Je lai dit et je le répète : le jour de la mort de Grégory, je suis sortie du collège comme dhabitude, jai pris le bus comme dhabitude, je me suis arrêtée chez la tante Louisette où étaient Bernard et son fils Sébastien. Jespère quon va enfin me croire : la justice, les parents de Grégory et lopinion publique à laquelle jai été jetée en pâture.”

Aujourdhui, Murielle Bolle a 49 ans. À lépoque, elle en avait 15. Lors dune garde à vue, elle avait accusé Bernard Laroche, avant de se rétracter. Depuis, elle na plus changé de version : “[Le 2 novembre 1984], après deux heures daudition jai craqué. [Les gendarmes] mont tellement crié dessus, menacée daller en maison de correction. Ce sont eux qui ont brisé ma vie et celle de Bernard”.

Ainsi commence linterview de Murielle Bolle parue ce dimanche 4 novembre. Âgée de 15 ans en 1984 au moment des faits, celle qui est devenue rapidement un des personnages centraux de laffaire du petit Grégory a écrit un livre pour raconter “sa” vérité, près de 34 ans après les faits et la disparition tragique dun petit garçon dont on ignore encore qui est responsable de son décès.

Si elle a décidé décrire un livre, cest, dit-elle, pour rétablir sa vérité : “Cest surtout une façon de me faire entendre et dexpliquer aux gens que je ne suis pas la personne quon a bafouée, quon a fait passer pour la tueuse dun enfant. Ça ma fait du bien de dire ce qui était au fond de moi.”

Encore régulièrement impactée, tant sur le plan judiciaire, familial que professionnel par cette affaire qui lui a “brisé la vie”, Murielle Bolle porte surtout en elle le poids de la culpabilité. Celle davoir dit aux gendarmes que son beau-frère de lépoque, Bernard, avait enlevé Grégory. “Mais ce nest pas lui. Il était là quand je suis rentrée de lécole, ça ne peut pas être lui. Bernard est un être tellement gentil et généreux que jamais il naurait pu faire cela”, détaille aujourdhui la femme de 49 ans.

Murielle Bolle assure comprendre la douleur des parents du petit Gregory : “Cest un gamin de 4 ans qui ne demandait quà vivre. Je suis maman et grand-mère, je comprends ça. Je me mets à la place de Christine et Jean-Marie. Quils continuent à chercher le coupable, cest normal.”

Pourtant, cest bien elle qui a dans un premier temps dénoncé son beau-frère, qui se fera assassiner quelques mois plus tard par le père de Grégory, Jean-Marie Villemin, convaincu de la culpabilité de Bernard Laroche. “Si je navais pas eu peur de la pression des gendarmes, de leurs menaces, et que je navais pas dit ce que javais dit, peut-être quil serait encore vivant. Ce poids ne me quittera jamais”, confie aujourdhui Murielle Bolle.

Murielle Bolle parle. Protagoniste-clé de lénigme de la mort du petit Grégory Vuillemin, en 1984, elle sort un livre Briser le silence (Michel Lafon).

Dans la famille de Murielle Bolle, on évite au maximum dévoquer ce dramatique épisode : “Avec Marie-Ange (sa soeur, compagne de Bernard Laroche au moment de son décès, ndlr), nos relations nont plus jamais été les mêmes. Autrefois on était très proches mais, désormais, quand on se voit, on se dit bonjour, parfois on prend un café, mais ça ne va jamais plus loin. On na jamais reparlé de laffaire ensemble.”

Ses piliers, ce sont ses trois enfants, quelle a eus avec un homme qui la quittée quand la justice sen est pris à elle. “Mes enfants, cest ma vie. Si jai tenu, cest grâce à eux”, explique-t-elle avant de confesser son amour pour la musique de Johnny Halliday, qui “fait partie” de sa vie : “Quand jai le blues, jécoute du Johnny et je chante à tue-tête”.

Affaire Grégory : en larmes, Murielle Bolle se livre sur TF1 – videos – Télé 2 semaines

À quelques jours de la publication de son livre, celle qui avait accusé son beau-frère dans lassassinat du petit Grégory avant de se rétracter, a donné une interview au Parisien.

Murielle Bolle, qui était âgée de 15 ans à lépoque, assure avoir uniquement mis en cause son beau-frère (qui sera abattu ensuite par le père de la petite victime) parce quelle a cédé à la pression des enquêteurs. “La vérité, cest que jai bien pris le bus scolaire ce jour-là, et Bernard était là quand je suis rentrée de lécole… Ça, personne ne veut lentendre, ils nécoutent pas ce que je leur dis”, affirme celle qui a aujourdhui 49 ans. “Si je navais pas eu la peur des gendarmes et dit ce que, eux, mavaient dit, Bernard serait peut-être encore là”, ajoute-t-elle en essuyant ses yeux pleins de larmes.

Murielle Bolle se confie sur sa vie en prison : “Jai été insultée”

Je ne suis pas celle que lon dit. Alors que son livre Briser le silence* paraît la semaine prochaine, Murielle Bolle, témoin clé dans laffaire Grégory, fait le tour des médias depuis ce week-end. Celle qui avait tant haï les journalistes sest exprimée sur RTL, TF1-LCI, mais aussi au Parisien . Dans un long entretien accordé au quotidien, elle a voulu rappeler quelle était innocente et quelle nétait pas le monstre que lon décrit. Elle plaide en outre pour quun jour la vérité éclate.

Tous ceux qui ont entendu parler de laffaire Grégory, ce garçonnet de 4 ans retrouvé mort, ligoté, dans les eaux de la Vologne en 1984, connaissent son nom : Murielle Bolle. On ne la toutefois quasiment jamais entendue. Agée de 15 ans à lépoque des faits, ce témoin-clé ne sétait pas exprimé publiquement depuis 1993. Mais elle a décidé de livrer sa vérité dans un livre, Briser le silence (Au cœur de laffaire Grégory), qui sortira ce mercredi 7 novembre. Et de parler à certains médias.

Murielle Bolle fait partie des acteurs clés de laffaire Grégory, du nom de ce petit garçon de 4 ans qui avait été retrouvé mort dans les eaux de la Vologne, dans les Vosges le soir du 16 octobre 1984. Encore aujourdhui, ce dossier vieux de 34 ans continue doccuper la justice et na pas encore abouti, malgré la réouverture de linstruction depuis plus dun an.

Murielle Bolle a ainsi accordé un entretien à Sept à huit, le magazine de TF1. Avant la diffusion de lémission ce dimanche 4 novembre à partir de 18h15, un extrait a été mis en ligne sur Twitter. “On ma fait passer pour un monstre, on ma jetée en pâture, jen ai marre”, y confie celle qui avait accusé son beau-frère Bernard Laroche davoir enlevé le petit Grégory Villemin en 1984 avant de se rétracter.

Il faut remonter le temps pour comprendre pourquoi les enquêteurs se sont toujours intéressés à Murielle Bolle. Lorsque lenquête débute à lautomne 1984, celle qui na encore que 15 ans accuse son beau-frère, Bernard Laroche, davoir kidnappé le petit Grégory. Devant les enquêteurs, elle raconte une promenade le jour du drame, jusquà la Vologne avec Bernard, son petit neveu Sébastien et Grégory. Bernard est descendu de voiture tenant lenfant à la main. Il sest éloigné. Il est revenu seul, dira-t-elle aux gendarmes. Les parents de lenfant sacrifié croient tenir lassassin. Le juge dinstruction de lépoque Jean-Michel Lambert aussi. Mais trois jours plus tard, ladolescente se rétracte. Bernard est innocent, clame-t-elle devant la presse. Depuis, elle na jamais varié dans ses déclarations.

À 49 ans, Murielle Bolle reste un témoin clé de laffaire Gregory. Depuis les faits il y a 34 ans, elle ne sest plus jamais exprimée sur le sujet. Elle a accepté de livrer sa vérité, devant les caméras de Sept à Huit.Dimanche à 19h15 sur @TF1#septàhuit pic.twitter.com/yZHh5q1VOe

Au Parisien qui linterroge sur ce fameux 16 octobre 1984, elle le dit et le répète: ce jour-là, Bernard Laroche et son fils Sébastien étaient chez la tante Louisette, où elle sest arrêtée après le collège. Il faut que tout le monde comprenne que cest la vérité, martèle Murielle Bolle. Jamais je naurai pu cacher un tel crime, cest horrible, poursuit celle qui aura 50 ans lannée prochaine. Si je savais quelque chose, je le dirais. Même si ça marrachait le cœur et que cétait Bernard, je le dirais. Mais ce nest pas lui, assure-t-elle. Bernard Laroche a été tué en 1985 dun coup de fusil par le père de Grégory, Jean-Marie Villemin. Il avait été mis en examen par le juge Lambert qui sapprêtait à prononcer un non-lieu au moment de son décès.

Trente-quatre ans après la mort du petit Grégory, et vingt-cinq ans après sa dernière prise de parole en public, Murielle Bolle brise le silence. Elle sapprête à sortir un livre et a accordé plusieurs interviews, notamment à Sept à huit, lémission dominicale de TF1.

Affaire Grégory : “Jamais je naurais pu cacher un tel crime”, assure Murielle Bolle

Aujourdhui, Murielle Bolle dit porter la culpabilité de sa mort et charge à nouveau les enquêteurs de lépoque qui lavaient interrogée. Si je navais pas eu peur de la pression des gendarmes, de leurs menaces, et que je navais pas dit ce que javais dit, peut-être quil serait encore vivant, affirme-t-elle. Selon ses déclarations de lépoque, ces derniers lauraient menacée de la placer en maison de correction si elle ne témoignait pas contre Bernard Laroche. Ce que les intéressés ont toujours contesté. Évidemment, ils ne vont jamais le reconnaître. Cest ma parole contre la leur, affirme-t-elle 34 ans plus tard.

“Je men voudrai toute ma vie de toute façon. Tous les jours je pense à lui”, entend-on encore Murielle Bolle déclarer dans cet extrait de Sept à huit, visible ci-dessous.

Pourtant des éléments ont mis en doute sa parole et les gendarmes la soupçonnent aujoudhui davoir eu un rôle de complice dans lenlèvement de lenfant. Alors que lenquête est relancée en 2017, le témoignage dun cousin, un certain Patrick F., laisse entendre que Murielle Bolle aurait subi des pressions de sa famille pour se rétracter et quelle aurait été victime de violences, au lendemain de larrestation de Bernard Laroche. Tout ce quil a dit, cest du nimporte quoi, déclare-t-elle aujourdhui. Cest un menteur (…) Je ne sais pas pourquoi il est allé raconter des conneries pareilles. Il nétait pas présent chez mes parents ce soir-là. Le témoignage de ce cousin la envoyée en prison et lui a valu une mise en examen pour enlèvement suivi de mort en juin 2017 avant quelle ne soit annulée cette année pour des raisons de procédures.

⋙ Affaire Grégory : une sœur de Murielle Bolle raconte ce quil sest passé le soir où Bernard Laroche a été arrêté (VIDÉOS)

Ce que Murielle Bolle, 15 ans, avait dit aux gendarmes avant de revenir sur ses aveux

Alors que Le Parisien lui rappelle quelle reste sous la menace dune mise en examen, Murielle Bolle nimagine pas se retrouver un jour devant une cour dassises. Parce que je nai rien fait de mal, assure-t-elle encore. Mais sil y a un procès, je me battrai. Pour cette mère de famille, cette affaire a brisé sa vie. Jai subi la plus longue garde à vue de lhistoire: elle a débuté en 1984 pour sachever 33 ans plus tard (…) Jai été contrainte darrêter lécole, raconte-t-elle. Jai dû abandonner mon rêve professionnel de devenir pâtissière. Encore aujourdhui, jai du mal à trouver du travail.

Lauteure de Briser le silence se livre également sur sa relation avec son ex-compagnon qui na pas résisté à la prison. "Elle la fait exploser. Je métais pourtant fait un petit cocon autour de Yannick (son ancien compagnon) et de nos enfants. Il y a trente ans, il avait vu son père placé en garde à vue dans cette même affaire. Revivre ça avec moi, il ne la pas supporté. Il nest pas venu me voir en détention. Quand jai été incarcérée, je navais pas dargent, pas de compte en banque, pas de vêtement. Cest Fabien, mon aîné, qui ma fait des virements. Il a également recueilli son frère de 17 ans chez lui. Je ne mattendais pas à ce que Yannick me laisse tomber. Nous sommes désormais séparés", déplore-t-elle.

Affaire Grégory. Murielle Bolle : “Je porte la culpabilité de la mort de Bernard”

Murielle Bolle regrette que cette affaire ait aussi brisé sa relation avec sa sœur Marie-Ange, la veuve de Bernard Laroche. En septembre, cette dernière sétait exprimée dans la presse pour dénoncer une enquête inutile et douloureuse. Toujours dans linterview du Parisien, Murielle Bolle évoque sa difficile détention provisoire en juillet 2017 et comment son incarcération a fait exploser son couple. Au même moment, le juge Lambert mettait fin à ses jours, celui-ci nayant pas supporté la réouverture dune enquête qui aura profondément marqué sa vie.

Dans les colonnes du quotidien, elle revient notamment sur son séjour en prison : "Cétait très dur. Jai été insultée par les autres détenues qui me traitaient de tueuse denfant. Jai tenté de sortir une fois dans la cour mais jai reçu des projectiles. Je ne suis plus jamais ressortie. Les surveillants me conduisaient à la bibliothèque choisir des livres, ou dans leur bureau boire un café. Eux ont été compréhensifs avec moi. Ils mont traitée comme un être humain et surtout ils ne mont pas jugée. Parce que moi, depuis trente-quatre ans, tout le monde me juge : les gendarmes, la justice, les journalistes, les voisins, les passants…", confie-t-elle.

Murielle Bolle avait été remise en liberté début août 2017 pour être assignée à résidence dans la Nièvre. Quelques mois plus tard, en avril dernier, elle avait été autorisée à rentrer chez elle. Trente-quatre ans après les faits, elle ne sait pas si laffaire sera un jour résolue. Il y a eu tellement derreurs dans cette affaire… Mais jespère quon connaîtra la vérité, dit celle qui est revenue sinstaller dans ses Vosges natales.

* Briser le silence, de Murielle Bolle et Pauline Guéna, aux éditions Michel Lafon. A paraître le 8 novembre 2018.

A travers son ouvrage intitulé Briser le silence (Editions Albin Michel) à paraître le jeudi 8 novembre prochain, Murielle Bolle continue de clamer son innocence dans laffaire du petit Grégory. Suspectée davoir enlevé puis tué le petit garçon en 1984 alors quelle nétait âgée que de 15 ans, elle a été mise en examen en 2017. Dans ce livre, elle raconte ce quelle vit depuis 34 ans. A quelques jours de cette parution, Murielle Bolle a accordé une interview au Parisien.

À VOIR AUSSI – FOCUS – Saura-t-on un jour la vérité sur laffaire Grégory? – Regarder sur Figaro Live

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer notre newsletter. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter. En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits

L'enfant n'a apparemment subi aucune violence – pas de traces – Et si un malheureusement accident avait été maquillé en crime. Ceci pourrait expliquer pourquoi l'auteur n'a jamais pu être identifié. Peut-être a-t-on fait fausse route dès le départ. C'est une hypothèse, rien de plus…

Suspectée davoir kidnappé puis tué le petit Grégory en 1984 à lâge de 15 ans, Murielle Bolle a été mise en examen en 2017. Interviewée par Le Parisien le samedi 3 novembre, elle décrit son séjour en prison.

Ce que jaimerais comprendre cest pourquoi Murielle Bolle aurait été impliquée par Bernard Laroche pour enlever Gregory , alors que Murielle Bolle était quand même une gamine indisciplinée et fragile . Pourquoi aurait elle été embarquée dans cette aventure criminelle alors quelle risquait de tout révéler ou faire capoter au regard de son profil . Les époux Laroche et Jacob, sils avaient voulu réaliser le crime parfait , nauraient jamais impliquer cette gamine écervelée dans leur plan machiavélique et criminel . Quelquun peut il mexpliquer ? Dautre part , si elle avait été complice de ce crime en utilisant la seringue sur le petit , pourquoi se serait elle empressée de dire la vérité aux gendarmes ? Naurait elle pas été briefée au préalable de ne rien révéler aux autorités ? Attention , je ne disculpe pas Laroche , jessaye de comprendre .

Le père du petit Grégory était suffisamment persuadé que Bernard Laroche était l'assassin, pour le tuer. Et depuis, à ma connaissance, il ne s'est jamais rétracté.

Affaire Grégory : une enquête toujours en suspens

On se souvient parfaitement bien de l'affaire à l'époque, pour nous MB disait la vérité mais a reçu après … c'est ce qui nous a sauté aux yeux.

Affaire Grégory : Jamais je naurais pu cacher un tel crime , confie Murielle Bolle

Muriel je suis très émue de votre témoignage poignant et sincère! Vous n aviez que 15ans…et plein d injustice! on vous à détruite! vous m avez donné les larmes aux yeux!je vous souhaite de retrouver la paix et que le coupable sur cette affaire soit arrêté!je ne vous connais pas mais je me permets de vous donner mon soutien !le scénario des gendarmes et de la justice vous a détruite mais croyez en l avenir..vos enfants votre petite fille ont besoin de vous..je vous souhaite tout le bonheur à venir..vous le méritez..il y a une bonne étoile pour les gens sincères comme vous..Bon courage…

Quand on l'entend incapable d'aligner 3 mots et de faire une phrase avec sujet verbe complément, je doute qu'elle ait écrit un livre… à moins qu'il ne soit à colorier.

On ne "remerciera" jamais asses ceux qui ont eu l'idée de rouvrir l'enquête suite aux déductions d'un… ordinateur.

Affaire Grégory : Je me battrai pour mon innocence, confie Murielle Bolle

On ne saura jamais la vérité, aujourd'hui moins qu'hier… dans cette affaire, il y a aussi le suicide d'un juge "qui savait qui était le meurtrier" dommage qu'il ait emporté ce secret avec lui, ce serait donc quelqu'un d'intouchable ? Muriel Volle est une personne simple, psychologiquement, elle n'aurait jamais pu tenir tête à des gendarmes pendant 34 ans, avec tous les interrogatoires que cela comporte. Et si le vrai corbeau avait voulu jeter la discorde et le malheur dans cette famille Laroche et perpétrer un crime qui la fasse accuser.

Je n'achèterai pas le livre de cette menteuse; manquerait plus qu'elle se fasse du pognon sur cette triste histoire dont elle doit en savoir beaucoup. Les témoignages du chauffeur du bus & de ses camarades de classe qui ne l'ont pas vu monter dans le bus scolaire l'après-midi du drame, sont là pour le prouver. Ils n'avaient aucune raison de mentir, eux

Je sais très bien que ce n'est pas elle qui a écrit ce livre, elle en serait incapable. Cependant, elle va certainement toucher un pourcentage sur les ventes. Qui que ce soit qui empochera "le pactole", je ne participerais pas à "la manne"qui leur viendra dans leurs poches. De toutes les façons, il y a déjà eu pas mal de littératures écrites sur le sujet et d'émissions, pour que chacun ait pu se forger une opinion

Parce que vous croyez que c'est elle qui a écrit le livre et qui va encaisser les royalties ??? voyons, que faites-vous des intermédiaires, elle n'est que le prétexte de l'histoire.

Elle a assez souffert ,ainsi que sa famille pour espérer qu'ils pourront profiter un peu de leurs vies détruites

Je trouve dramatique que cette femme soit médiatisée. Depuis le début de cette enquête, les médias et la justice la font passer pour quelqu'un de simple et peu instruite et aujourd'hui, elle a soi disant écrit un livre, alors que chacun a bien compris qu'elle est mouillée jusqu'au cou. Pour la famille du petit Grégory c'est ignoble.

Madame Bolle a accepté EN EXCLUSIVITÉ de répondre aux questions de TF1 et au passage bien sûr un livre !

Elle connaît la vérité aussi bien que le reste de ce curieux clan familial mais ne peut plus rien modifier de sa naïveté d'enfant honnête d'il y a 30 ans…

Et vous aussi sûrement ,c'est ce que vous essayez de faire croire en écrivant votre commentaire HI ,hi ,hi