Éric Ciotti ne sera pas candidat à Nice pour les municipales 2020 – Le HuffPost

Éric Ciotti ne sera pas candidat à Nice pour les municipales 2020 - Le HuffPost

Opposé à une manif “contre lantisémitisme”, Estrosi y a pourtant participé…

« De toute façon, ça se fera. Je ne veux pas qu’on perde le même retard que celui qu’on a perdu dans notre pays avec le développement des réseaux de caméras de videosurveillance ». 

Sur Franceinfo, Christian Estrosi lance un énième plaidoyer pour la reconnaissance faciale.

« La reconnaissance faciale, on va y venir, c’est incontournable ! ». Il rappelle qu’au Carnaval de Nice, 800 volontaires ont accepté de se prêter à une expérimentation à l’aide de caméras installées à des portiques.

“Cette manifestation a des côtés insupportables, estime de son côté Christian Estrosi, à propos de cette marche qui a rassemblé 13 500 personnes à Paris. Elle ne fait rien sortir de bon. Cest une provocation. Cest (…)

Estrosi veut que la loi sur le voile intégral passe dans le domaine du délit

« C’est un moyen de lutte contre le terrorisme, l’insécurité, tous les phénomènes de barbarie quels qu’ils soient, qui peut démultiplier l’efficacité de la police tout en préservant les libertés individuelles » assure le maire de Nice.

>> Laïcité, reconnaissance faciale dans les lycées, affaire Polanski… le “8h30 franceinfo” de Christian Estrosi

« Seuls ceux qui figurent sur des fichiers décidés par l’État (…) ont une chance d’être identifiés. Tous ceux qui ne sont pas dans un logiciel n’ont aucune raison d’être identifiés ».

Etoile jaune et marche contre lislamophobie : “Inacceptable” de “comparer la France daujourdhui à la Sho…

On devine sans mal la France sécurisée voulue par Estrosi : des portiques, des caméras, une comparaison à la volée entre visage et base de données des fichiers sécuritaires. 

Fin octobre, avec Renaud Muselier et Éric Ciotti, Christian Estrosi s’en était violemment pris à la CNIL. L’autorité avait adressé une fin de non-recevoir à l’installation d’une reconnaissance faciale à l’entrée de deux lycées de PACA, l’un à Marseille, l’autre à Nice. 

Une position « Triste et incompréhensible de la part de la CNIL qui semble bloquée au 20e siècle » égratignait le maire niçois. 

POLITIQUE – C’est peu de dire que Christian Estrosi n’a vraiment pas apprécié la “marche contre l’islamophobie” qui a défilé à Paris ce dimanche 10 novembre. “On est en train de voir une société qui s’hystérise totalement”, s’est-il inquiété ce lundi sur Franceinfo. Pointant les aspects “insupportables” du rassemblement, comme “le port d’une étoile jaune” par une enfant, Christian Estrosi a dénoncé “l’instrumentalisation d’une religion à des fins politiques” orchestrée selon lui par les Frères musulmans.

“Est-ce qu’on va avoir une manifestation contre la christianophobie? Contre l’antisémitisme? Cela n’a pas de sens. La République est une et indivisible” a-t-il lancé alors qu’un journaliste de Franceinfo lui rappelait que “par le passé” des manifestations contre l’antisémitisme ont été organisées en France. Christian Estrosi pourrait d’ailleurs en témoigner puisqu’il a déjà lui-même participé à ces mobilisations. Il était notamment présent à la “marche blanche” en mémoire de Mireille Knoll, cette octogénaire de confession juive retrouvée assassinée à son domicile parisien en mars 2018, pour laquelle la justice a retenu le caractère antisémite de son homicide.

Après le drame que représente le meurtre antisémite barbare de #MireilleKnoll, les inscriptions de la #Sorbonne encore aujourdhui, cette #MarcheBlanche doit servir de symbole pour enfin agir sérieusement contre ce fléau qu'est l'antisémitisme. pic.twitter.com/ay2TdLHMUO

Plus récemment, en février 2019, Christian Estrosi a aussi répondu présent à un rendez-vous proposé aux Niçois visant à dénoncer la hausse des actes antisémites. Initié par le premier secrétaire du PS des Alpes-Maritimes, Xavier Garcia, ce rassemblement unitaire organisé sur la place Garibaldi, “relayé par tous les partis sauf le RN qui n’a pas été associé” comme le rapporte l’antenne locale de France 3, présente au moins un point commun avec la “marche contre l’islamophobie” organisée ce dimanche à Paris. C’est en effet au son d’une vibrante Marseillaise chantée par tous les participants que ces manifestations ont pris fin à Nice en février et à Paris en novembre, comme le montre notre vidéo.