Municipales : Éric Ciotti ne sera pas candidat à Nice – Le Point

Municipales : Éric Ciotti ne sera pas candidat à Nice - Le Point

Nice : Ciotti ne sera pas candidat à la mairie contre Estrosi

Entre ville intelligente et big brother sécuritaire, la frontière est parfois mince. | Sébastien Nogier / AFP Nice, lintelligence artificielle in vivo La ville est lune des cités intelligentes les plus avancées en France. Pour le meilleur ou pour le pire? Benoit Helme

Située sur la zone sismique la plus sensible de France, la ville de Nice et ses 342.637 habitant·es en 2019 est aussi lune des mieux équipée en logiciels urbains, se plaçant ainsi dans le top 15 des smart cities.

Comme si le développement de lintelligence artificielle (IA) en territoire Paca permettait de créer des milliers demplois et de compenser, dans une foulée postmoderne, le risque de trembler voire de se fracturer un jour. Comme si la connexion appliquée au quotidien de la ville imbibait la cité de progressisme objectif, multipliant ainsi les chances de prévenir la crise écologique, les tremblements de terre, les inondations impromptues et lhorreur des attentats.

Depuis des mois, Nice était suspendue à la décision dEric Ciotti quun récent sondage réalisé en octobre auprès dun petit échantillon délecteurs créditait dun score trop faible pour avoir des chances de lemporter. Lui préfère dans sa lettre évoquer “plusieurs enquêtes dopinion depuis le mois de mars dernier (qui) ont installé un match, à lissue incertaine, entre Christian Estrosi et moi”.

Comme si la reconnaissance faciale et les logiciels prédictifs permettaient déviter lhorreur dun crime ou celle dun meurtre de masse. Comme si la construction de logements en zones inondables nétait plus quun mauvais souvenir devant les puissances de calcul actuelles et à venir. Le maire de Nice, Christian Estrosi (Les Républicains, LR), en est en tout cas convaincu: «Aujourdhui, grâce à ces technologies,on peut anticiper les cinquante, soixante, soixante-dix ans, voire le siècle à venir, les mouvements et les événements qui se produiront», affirme t-il.

Cétait presque devenu une attraction. A chaque allocution, repérer la petite pique visant le camp den face. A chaque meeting, débusquer le coup dans le dos à son ancien ami. Mais le combat final entre Eric Ciotti et Christian Estrosi, les deux leaders de la droite azuréenne, naura finalement pas lieu en mars. Le premier vient de renoncer à monter sur le ring, laissant la voie libre au second. Dans une Lettre aux Niçois publiée ce jeudi sur ses réseaux sociaux, le député annonce quil ne sera pas candidat à lélection municipale à Nice.

Cest la fin dun psychodrame qui dure depuis plusieurs mois à Nice et aux Républicains. Non, il ny aura pas de duel fratricide sur la Riviera pour les municipales au sein de la famille LR, entre le maire sortant Christian Estrosi et le député Eric Ciotti. Ce dernier, qui entretenait depuis plusieurs mois le suspense sur une candidature face à son ancien camarade niçois, vient de publier ce jeudi un long texte sur Facebook dans lequel il annonce sa décision. Sil ne prend position officiellement que maintenant, la crise niçoise avait commencé à se dénouer il y a quelques semaines, et fin octobre déjà on entrevoyait du conflit. Et la mise en retrait dEric Ciotti.

Municipales à Nice : Eric Ciotti ne sera pas candidat

Pendant deux ans, le député des Alpes-Maritimes et le maire de Nice se sont livrés à une bataille fratricide. Oublié le temps où Eric Ciotti était attaché parlementaire puis directeur de cabinet de Christian Estrosi. Dans le sud-est de la France, les deux cadors du parti Les Républicains se répondaient au coup par coup. Eric Ciotti reprochait à Christian Estrosi dêtre le président officieux dEn marche à Nice quand le clan estrosiste pointait les critiques acerbes dEric Ciotti sur la gestion de la ville. Chacun sécharpait sur les augmentations et les baisses des impôts locaux, laissant les sympathisants LR le cul entre deux chaises. Depuis plusieurs années, et plus particulièrement depuis 2017, un débat a émergé entre Christian Estrosi et moi, un débat de fond au sens noble du terme, reconnaît Eric Ciotti dans son texte publié jeudi. Un débat politique mais aussi un débat sur nos visions respectives et quelques fois divergentes de la gestion et de lavenir de Nice.

En tant que président de la commission nationale dinvestiture des Républicains, Eric Ciotti est installé aux premières loges de la reconstruction menée actuellement par le président du parti Christian Jacob, lequel cherche à apaiser toutes les tensions à lapproche des municipales. Ciotti mesure la fragilité du mouvement LR et les risques que ces divisions locales font peser sur une famille politique déjà affaiblie par les échecs électoraux. Sil na jamais annoncé formellement sa candidature, lélu a été fortement encouragé depuis plusieurs mois, par ses soutiens locaux, à tenter la conquête de Nice. Aussi, il était prêt à tenter laventure mais seulement si toutes les conditions de sa victoire étaient réunies.

Mais tout ça, officiellement, cest du passé. Je sais que certains dentre vous souhaitent que ce débat soit tranché par les électeurs. Mais je sais aussi que dautres, sans doute plus nombreux, aspirent à lapaisement, explique désormais Eric Ciotti, avant dajouter, bégueule que les débats [quil] a suscités loin dêtre stériles ont permis de faire avancer les choses dans notre ville. Dans cette catégorie, il range la fiscalité qui retournera presque à son niveau initial à Nice, lurbanisme commercial débridé qui a vu son extension refluer et laménagement de la plaine du Var qui devrait voir une orientation plus environnementale. Des mots doux plus que rares ces dernières années.

Municipales à Nice: Ciotti jette léponge, Estrosi a le champ libre

Ciotti et Estrosi sont donc réconciliés. La décision de non-candidature aurait été prise il y a quelques semaines, après une rencontre entre les deux hommes et plusieurs mains tendues. Au moment où la droite républicaine traverse une période difficile, je veux porter un message dunité et de rassemblement, explique encore Eric Ciotti. En tant que militant ou élu, jai trop souvent été le témoin du poison mortifère de la division et des guerres de famille qui ont fait tant de mal à notre mouvement, pour ne pas privilégier cet indispensable rassemblement. Les sondages, qui montraient le député loin derrière le maire sortant, lont peut-être aidé à se décider. De même que ses nouvelles fonctions. Depuis quelques mois, Eric Ciotti est président de la commission nationale dinvestiture de Les Républicains. Difficile dêtre juge et partie. Je refuse le risque de conflit et de division que ma candidature ferait peser sur notre ville, explique-t-il. Je fais ce choix pour ne pas menacer lindispensable concorde niçoise. Reste à savoir si Eric Ciotti soutiendra ouvertement la candidature de Christian Estrosi, sil montera sur scène et semparera du micro pour un discours. Comme le font les vrais amis.

“Je pense que le sondage doctobre a beaucoup joué. À deux, ils font plus de 50%! Estrosi peut être élu dès le premier tour. Si Ciotti y allait, il fallait quil plane”, constate cliniquement une cadre du parti. Et de parier que la décision du député des Alpes-Maritimes naurait pas été la même si les résultats de ladite enquête – qui plaçait Eric Ciotti à 24% dintentions de vote et Christian Estrosi à 38% – avaient été inversés.