Les sept soucis du XV de France

Y. B. : Une équipe de rugby, c’est une cordée qui, face à la Nouvelle-Zélande, marche très près du précipice. Le problème, ce sont ces erreurs individuelles importantes, parfois de joueurs majeurs, qui ont provoqué la chute de la cordée au fond du ravin. C’est vrai que personne n’a été à son avantage. La faillite des uns a entraîné la chute des autres. Là, à très court terme, on va panser nos plaies, faire nos débriefings… certains seront sévères, évidemment.

Y. B. : (Silence) La question est un peu brutale. Vous attendez beaucoup de Louis, nous aussi. Je ne vais pas vous parler de nos échanges privés avec Louis. Mais effectivement, les joueurs leader doivent tirer le collectif vers le haut. Dans ces moments durs, où on affronte des nations confirmées, Louis doit nous amener de la confiance. Mais je le répète, noyé dans les erreurs des uns et des autres, le collectif ne lui a jamais permis de s’exprimer. Pour être franc avec vous, il y a des matches où j’en ai plus voulu à Louis que sur celui-là.

Appartement4 pièces 79 m²Saint-maur-des-fosses (94100)

Pour l’entraîneur des avants français, les Bleus ont commis, en première période, trop de fautes individuelles contre des All Blacks comparés à Mike Tyson.

Existe-t-il une alternative à Louis Picamoles ?«Quand on affronte les doubles champions du monde, c’est comme quand on boxe contre Mike Tyson»

LIRE AUSSI >Heureusement, il y avait Super-Dupont !

Appartement2 pièces 42 m²Paris 8ème (75008)

Yannick Bru : Je pense qu’il faut mesurer ses propos, notamment sur le constat de la première période. On vient de prendre une gifle. Les joueurs n’ont pas manqué d’agressivité. Ils se sont envoyés dans le combat. En revanche, on a multiplié les erreurs individuelles qui ont fragilisé le système, notamment en défense. On s’est suicidé maladroitement à plusieurs reprises. On a des faiblesses sur des contacts. Certaines erreurs sont inacceptables. Elles ont entraîné un naufrage collectif qui donne une image moche de l’équipe de France. Nous ne sommes pas content parce qu’on a vu ne correspond pas à ce qu’on a travaillé.On imagine que cette nouvelle défaite, cette fois contre les All Blacks, est dure à digérer…Yannick Bru : Oui c’est une défaite qui fait mal. On s’était énormément investi depuis deux mois et les revers en Afrique du Sud. On avait fait la synthèse de tout ça ces quinze derniers jours et on savait qu’on partait de loin, il faut être réaliste. On affrontait les doubles champions du monde, la marche était haute mais on y croyait. On est déçu parce qu’on s’était beaucoup investi dans cette tâche… Maintenant il faut reconnaître qu’on a été battu par plus forts que nous, plus rapides, plus techniques, plus précis. Plus vite aussi dans la prise de décision. Ce qui nous chagrine, c’est qu’on voulait faire les choses collectivement, ensemble en attaque et en défense, mais il y a trop de joueurs qui individuellement sont sortis du cadre. A nous de comprendre pourquoi, de débriefer avec les joueurs.NDLR : 31-5) n’est pas due à un manque d’agressivité ou d’envie, estime Yannick Bru, l’entraîneur des avants, après avoir revu le match. Il y avait de l’engagement mais il y a eu des fautes inacceptables, notamment de la part de joueurs majeurs (NDLR : le capitaine Guirado ratant un plaquage sur le premier essai néo-zélandais). Une équipe de rugby, c’est comme une cordée en montagne. Une erreur d’un ou deux éléments peut suffire à l’envoyer dans le précipice. On s’est suicidé à plusieurs reprises. On va en parler avec eux mais, sinon, il faut simplement admettre que les All Blacks sont un peu meilleurs que nous dans tous les domaines. »

Posted in Uncategorized
Bookmark the permalink.