Paris : l’agent verbalisateur arrêté n’avait pas de permis !

Paris : l'agent verbalisateur arrêté n'avait pas de permis !

Paris : l’agent verbalisateur arrêté n’avait pas de permis !

Streeteo, elle, a réagi par voie de communiqué : « Streeteo tient à rappeler que ses agents sont assermentés et ont tous bénéficié d’une formation complète et poussée sur le métier d’agent de contrôle et sur les enjeux d’une conduite irréprochable durant leur prise de poste. Ils ont par ailleurs fait l’objet d’une enquête de moralité de la part du Tribunal d’Instance en amont de leur intégration », souligne la société, qui « désavoue totalement le comportement des deux agents de contrôle interpellés et prendra les mesures disciplinaires appropriées ainsi que d’éventuelles poursuites judiciaires ».

de permis !” alt=”Paris : l’agent verbalisateur arrêté n’avait pas de permis !”>

Paris : l’agent verbalisateur arrêté n’avait pas de permis !

Data Manager H/FSeine-Saint-Denis12/01/2018

Paris : l'agent verbalisateur arrêté n'avait pas de permis !

Paris : l’agent verbalisateur arrêté n’avait pas de permis !
Pour l’Unsa, ce deuxième délit, constaté en deux jours, pose aussi la question de la validité des contrôles effectués par ces agents. « Les citoyens qui se font verbaliser seraient en droit de contester leur PV », lance même Nicolas Pucheu. Même si ces agents n’effectuent que des pré-contrôles, puisque les forfaits post-stationnement (le nouveau nom des amendes) sont ensuite délivrés lors d’un second contrôle, par leurs collègues à pied.
Paris : l'agent verbalisateur arrêté n'avait pas de permis !

Paris : l’agent verbalisateur arrêté n’avait pas de permis !

ACHETEUR PROJET H/FVillepinte12/01/2018

deuxième délit soulève l’indignation massive des policiers et notamment du syndicat Unsa. Déplorant le zèle de ces nouvelles voitures qui verbalisent leurs véhicules « sans considération des contraintes opérationnelles ou de l’urgence de certaines situations », l’Unsa a interpellé ce vendredi la maire de Paris, Anne Hidalgo, en lui demandant de s’expliquer sur les conditions d’attribution du marché à la société Streeteo, « dont les méthodes de recrutement semblent pour le moins laxistes. »