“Gilets jaunes” interpellés à Paris: des hommes, jeunes, sans passé …

\

Gendarme qui appelle à ne “rien lâcher”, mort sur les Champs-Elysées, trains bloqués… Six intox qui circu…

Sur les Champs-Elysées, la manifestation des Gilets jaunes de samedi a laissé des traces. Deux magasins sur trois ont subit des dégradations. A cela sajoute une perte de chiffre daffaires. 

Les débordements sur les Champs-Elysées font partie des images marquantes de ce nouveau week-end de blocage des “gilets jaunes”. Mais sur les réseaux sociaux, des vidéos montraient également une forme de sympathie mutuelle entre les forces de lordre et les manifestants. Cela fait dire à Jean-Michel Aphatie, léditorialiste dEurope 1, que “cette crise des gilets jaunes pourrait emporter beaucoup de choses avec elle”.

“Des images où lon voit les policiers, les CRS, sympathiser avec les manifestants, cest exceptionnel ! Cétait samedi à Paris. Une colonne de CRS passe entre deux rangées de manifestants. Les gilets jaunes applaudissent les CRS qui répondent par des petits gestes de sympathie envers les manifestants. Je nai jamais vu de CRS faire ça. En général, ils ont le casque et les manifestants leur tapent dessus plutôt que leur faire des petits coucous.

On pouvait également relever les stigmates d'une journée de violences : parois d'abribus cassées, éclats de projectiles sur des vitrines d'enseignes de marque, ou encore fenêtres brisées de la terrasse couverte d'un grand restaurant.  Dans un autre restaurant, du personnel s'affairait à clouer des panneaux de bois pour remplacer ses vitres, tandis que d'autres nettoyaient ou remettaient en ordre leurs terrasses.

Deux motards de la police nationale avec des gilets jaunes. Une autre image tourne beaucoup sur les réseaux sociaux. Cela sest déroulé en province, samedi. On voit deux motards de la police nationale avec une centaine de gilets jaunes autour deux. Ils descendent de la moto, enfilent leurs gilets jaunes marqué police, remontent sur la moto et sont acclamés de longues minutes par les manifestants, qui ont bien compris quil sagit-là dun geste de solidarité. Cest une image assez stupéfiante.

IdentificationPolitique de confidentialité Je consens au traitement de mes données personnelles conformément à la Politique de Confidentialité à des fins de création dun compte personnel sur le site. Sinscrire* Tous les champs sont obligatoires Veuillez confirmer votre email en suivant les instructions qui vous ont été envoyées à ladresse OkRéinitialiser le mot de passeVeuillez saisir votre adresse de messagerieVeuillez saisir les caractères de limage ci-dessousRéinitialiserIdentificationPolitique de confidentialité Des instructions pour réinitialiser votre mot de passe ont été envoyées à ladresse OkSinscrireAvez-vous un compte sur fr.sputniknews.com?OuiNonSinscrire Bonjour, ! Email:Mot de passe:Se rappeler de moiConnexionJe nai pas de compte sur fr.sputniknews.comSinscrireMot de passe oublié?Politique de confidentialitéOkSinscrire Bonjour, ! Email:Pseudo:SuivantIdentificationJe possède un compte sur fr.sputniknews.com Je consens au traitement de mes données personnelles conformément à la Politique de Confidentialité à des fins de création dun compte personnel sur le site avec lutilisation du/des module(s) des réseaux sociaux. OkSupprimer votre profilEtes-vous sûr de vouloir supprimer votre profil fr.sputniknews.com?OuiNonVotre profil a été supprimé! Vous avez 30 jours pour le rétablir en cliquant sur le lien dans lemail qui a été envoyé à ladresse indiquée à linscription.Fermer Bonjour, ! Nous nous engageons à protéger vos informations personnelles et nous avons mis à jour notre Politique de Confidentialité afin de nous conformer au Règlement général sur la protection des données (GDPR), nouveau règlement de lUE qui est entré en vigueur le 25 mai 2018.

>> De 7h à 9h, cest deux heures dinfo avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

Dès la mi-journée du 24 novembre, alors que des violences avaient déjà débutées sur les Champs-Élysées dans le sillage du rassemblement des Gilets jaunes, le ministre de lIntérieur Christophe Castaner pointait déjà les coupables: «Les séditieux» de lultradroite «qui ont répondu à lappel de Marine Le Pen». Il faisait référence à un tweet de la présidente du Rassemblement national (RN) publié le 23 novembre et qui interrogeait le gouvernement sur la possibilité laissée aux Gilets jaunes de se mobiliser sur les Champs-Élysées. Le 25 novembre, cétait au tour de Gérald Darmanin, ministre de lAction et des Comptes publics, de sexprimer pour le «Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI». Il avait alors dénoncé les «casseurs professionnels de la République» et a parlé de «peste brune» qui aurait manifesté sur la plus belle avenue du monde. Les mots sont forts. Mais sont-ils en accord avec la réalité?

Il y a beaucoup dautres images sur lesquelles des policiers serrent la mains des manifestants et où lon voit quil y a une sympathie mutuelle. Et puis, il y a beaucoup dhistoires sur Twitter et sur Facebook, mais qui sont invérifiables, qui assurent que des policiers en civil profitent de leurs jours de congé pour aller bloquer les routes.

De fortes perturbations causées par des actions des gilets jaunes à hauteur de Villefranche-sur-Saône (Rhône) ont entraîné samedi la déviation du trafic sur lautoroute A6 du nord de Lyon jusquà Mâcon, selon le gestionnaire de cet axe routier. Dans le sens nord-sud, le trafic a été dévié à la demande des autorités via lA40 en direction de Bourg-en-Bresse et dans le sens sud-nord, on déconseille de passer par Villefranche avec un détournement via lA42, à lest de Lyon, a précisé à lAFP le directeur général adjoint dAPRR, Xavier Rigo. Vers 16H00, environ 300 personnes vêtues de gilets fluorescents se trouvaient au péage de Limas, au nord de Lyon, laissant passer au compte-gouttes et sur une seule voie dans le sens nord-sud les poids lourds, en file indienne, a constaté un photographe de lAFP. Dans le sens sud-nord, aucun véhicule ne se trouvait sur les voies.

“Lordre républicain ne se divise pas en tranches de saucisson.” On peut dire que les policiers sont des citoyens comme les autres. Ce sont des fonctionnaires aux revenus modestes donc ils partagent des préoccupations communes avec les gilets jaunes mais en même temps, lordre républicain ne se divise pas en tranches de saucisson ! La police ne peut pas être, pas une minute, du côté des manifestants. La police est là pour appliquer les consignes du gouvernement. Si les policiers ne veulent pas, il faut quils fassent autre chose.

Des gilets jaunes ont envahi jeudi soir lautoroute A16 à Calais, provoquant des échauffourées avec les forces de lordre et dimportantes perturbations, a indiqué à lAFP une source policière. Depuis le début de la soirée, des manifestants, auxquels se sont joints de jeunes casseurs incontrôlables, menaient des incursions sur trois zones daccès de lA16 pour bloquer le trafic routier dans les deux sens. Ces mouvements ont provoqué un blocage du trafic sur la partie est de lA16, à hauteur de Marck-en-Calaisis, ainsi que sur la rocade portuaire desservant le terminal des ferries qui relient Calais à Douvres, en Grande-Bretagne. Dans cette zone, de nombreux poids lourds étaient à larrêt, la police redoutant des tentatives dintrusion de migrants dans les remorques des camions. 

Au ministère de lIntérieur, on minimise tout. Le ministère de lIntérieur a raison en disant quil ny a pas un policier qui na pas appliqué un ordre. Tous les ordres ont été appliqués, cest vrai. On peut sétonner quand même de la facilité avec laquelle les manifestants ont franchi, samedi matin, les barrages des Champs-Élysées qui étaient réputés interdits aux manifestants.

Des  incidents liés aux gilets jaunes  ont été recensés  depuis le 19 novembre dans 134 sites  des finances publiques  répartis dans 55 départements , a indiqué lundi la Direction générale des finances publiques (DGFIP). Survenus dans  des sites majoritairement ouverts au public , ces  incidents  sont  essentiellement des actes de vandalisme, comme des feux  allumés ou des dépôts d ordures devant les centres, ainsi que quelques cadenassages  ou encore, dans  cinq cas , la pose de  parpaings  pour  bloquer les entrées .

“Cette crise des gilets jaunes pourrait emporter beaucoup de choses avec elle.” Ce qui est vrai, cest que ce mouvement des gilets jaunes, atypique, que nous navons jamais vu en France, met les institutions à la torture. Quand on conteste limpôt, cela conteste jusquà la légitimité de lEtat. La police néchappe pas à cette torture et les scènes de sympathie que lon a vu à légard des manifestants étaient inédites et peuvent poser problème si elles se renouvellent et si elles se multiplient. Il est vraiment temps quEmmanuel Macron trouve une issue à cette crise. Et ce nest pas facile parce que cette crise des gilets jaunes pourrait emporter beaucoup de choses avec elle.”

Les forces de lordre ont utilisé 5 000 grenades lacrymogènes,  plus dun [e] par minute, cest du jamais vu , salarme Michel Delpuech, et les sapeurs-pompiers ont éteint  plus dune centaine de feux .  Le bilan humain, cest 31 personnes blessées, 24 parmi les manifestants, dont une plus sérieusement à la main – sans doute en voulant ramasser une grenade – et sept parmi les forces de lordre, dont une personne assez sérieusement blessée , a souligné le préfet.