Le préfet de police de Paris limogé – Le Figaro

Le préfet de police de Paris limogé - Le Figaro

Contesté après les violences à Paris, Michel Delpuech écarté de la Préfecture de police

Le départ de Michel Delpuech, 66 ans, a été annoncé lors de la conférence de presse du premier ministre, lundi, 48 heures avant son remplacement effectif par Didier Lallement.

Les heures du préfet de police de Paris, Michel Delpuech, étaient comptées. Les calamiteuses scènes dune avenue des Champs-Élysées livrée pendant des heures aux casseurs et aux émeutiers avaient scellé le sort du responsable du maintien de lordre dans la capitale. Les consignes de fermeté et dinterpellations données début décembre nont pas été appliquées, cest à peine croyable, tempête une source gouvernementale qui évoque de gros dysfonctionnements dans la chaîne de commandement.

De manière assez inhabituelle, le limogeage de Michel Delpuech, 66 ans, a été annoncé lors de la conférence de presse du premier ministre, 48 heures avant son remplacement effectif. Didier Lallement, actuel préfet de la région Nouvelle-Aquitaine et préfet de la Gironde, va occuper ce fauteuil très convoité dès mercredi, après sa nomination en Conseil des ministres. À chaque rumeur de départ de Michel Delpuech, le nom de Didier Lallement revenait avec insistance. Ce préfet à poigne sétait illustré en étant secrétaire général du ministère de lIntérieur, quand Manuel Valls était aux commandes.

Néanmoins, à partir du 8 décembre, à la demande de Beauvau, le préfet a créé les détachements daction rapide (DAR), composés dune vingtaine de policiers de la BRI et des BAC, spécialisés dans le  saute-dessus , les interpellations en flagrant délit. À condition que la situation le permette. Une polémique avait pris corps après les révélations du Point concernant des policiers qui avaient suivi un casseur toute une journée et interpellé seulement à la fin de ses exactions.

Fin connaisseur de la police, Michel Delpuech sest retrouvé très injustement pointé du doigt lors de laffaire Benalla

Hypertendu, lancien dircab de Michèle Alliot-Marie, ministre de lIntérieur de 2007 à 2009, avait des raisons de lêtre. À chaque manifestation, Paris tremble. Avant les Gilets jaunes, il y a eu les Black Blocs des manifs du 1er Mai : les violences contre les forces de lordre, les banques, les commerces ou le mobilier urbain ont régulièrement fait la une de lactualité sans que le préfet narrive à les juguler, voire les éradiquer.

Après le désastre de samedi, le plan du gouvernement contre les casseurs

Michel Delpuech, assimilé à un fusible aux yeux de lex-grand flic et vice-président de la région Île-de-France Frédéric Péchenard, qui loue son profil de professionnel, avait pris les rênes de la Préfecture de police en avril 2017. En étau entre les turpitudes de la rue et lhumeur du pouvoir politique, son sort faisait lobjet de rumeurs lancinantes depuis des mois. Fin connaisseur de la police, Michel Delpuech sest retrouvé très injustement pointé du doigt lors de laffaire Benalla. LÉlysée est alors persuadé que la PP est à lorigine de la fuite de la vidéo filmant le conseiller dEmmanuel Macron en train de faire le coup de poing le 1er mai à Paris. Refusant toute responsabilité dans cette affaire et lâché par le ministre de lIntérieur dalors, Gérard Collomb, Michel Delpuech dénonce avec force des dérives imputables à des copinages malsainsdevant la commission denquête de lAssemblée nationale.

Ce week-end, malgré les nouvelles scènes démeutes sur les Champs-Élysées, il espérait à nouveau sauver sa tête en ne lâchant pas dune semelle Christophe Castaner, le ministre de lIntérieur. Son éviction doit permettre à lexécutif de reprendre la main, même si lopposition, du Rassemblement national à La France insoumise, sest empressée de dénoncer le limogeage dun simple  fusible .

En sursis, le PP se retrouve une fois encore dans la tourmente au soir dun désastreux 1er décembre à Paris. Cette fois, des hordes de voyous ont profané larc de Triomphe, la République est bafouée sous les caméras du monde entier. Colère noire dEmmanuel Macron, qui, jure-t-on dans son entourage, demande sa tête. Mais lidée était duser le préfet jusquà la fin de la crise des gilets jaunes, note une source informée qui précise que ce type déviction est un fusil à un coup.

“Nous interdirons les manifestations se revendiquant des gilets jaunes dans les quartiers qui ont été les plus touchés dès lors que nous aurons connaissance de la présence déléments ultras et de leur volonté de casser. Je pense bien évidemment aux Champs-Élysées à Paris, à la place Pey-Berland à Bordeaux, à la place du Capitole à Toulouse”, où “nous procéderons à la dispersion immédiate de tous les attroupements”, a-t-il expliqué.

Débordements des gilets jaunes: le préfet de police de Paris bientôt remplacé?

Sous le feu des critiques qui reprochent une vision trop statique du maintien de lordre, le préfet de police adapte son dispositif et déploie ses nouveaux détachements daction rapide (DAR) plus mobiles et plus réactifs. Dès le 8 décembre, ces unités sont à lorigine de 80 % des 1.150 interpellations effectués dans Paris. Forte de ce succès, la préfecture de police profite dune bouffée doxygène. À lissue de sa visite marathon au salon de lagriculture, le 23 février, Emmanuel Macron prend même Michel Delpuech à part pour le féliciter. Ce qui nempêche pas ses contempteurs de lui reprocher une supposée résistance aux changements.

Il sera remplacé mercredi par Didier Lallement, actuel préfet de Nouvelle Aquitaine et ancien secrétaire général du ministère de lIntérieur, a annoncé ce lundi 18 mars le Premier ministre Édouard Philippe. Lhomme de 62 ans est réputé pour avoir un caractère bien trempé.

Dans un ciel très chargé pour Christophe Castaner, le sacrifice de Michel Delpuech constitue un paratonnerre.

Édouard Philippe a aussi indiqué avoir donné des instructions pour que les éventuels appels à la violence émanant de “personnalités” du mouvement soient systématiquement signalées à la justice par le ministère de lIntérieur.

Dans un ciel très chargé pour Christophe Castaner, le sacrifice de Michel Delpuech constitue un paratonnerre. Didier Lallement, qui a été par ailleurs haut fonctionnaire de défense, a létoffe pour relever le lourd défi qui lattend. Sil dispose de la confiance du président de la République, il va devoir incarner un nouvel élan qui permette de tourner la page dans lopinion publique et accepter une feuille de route visant à réformer la Préfecture de police, considérée comme un État dans lÉtat devenu obsolète. Dores et déjà, le branle-bas de combat a sonné dans les murs de la police parisienne, où un grand ménage pourrait avoir lieu.

Casseurs: Matignon annonce une stratégie de lutte renforcée contre les ultras

Si Delpuech est tenu pour responsable, ça veut dire que le ministère nest pas tenu… cest clair !!

Michel Delpuech n'a fait qu'obéir aux ordres de l'Élysée ; son sacrifice est donc une turpitude doublée d'une mascarade mal dissimulée. Emmanuel Macron est coïncé, complètement coïncé à cause de sa timidité à agir, de sa peur des médias, de sa hantise du "Qu'en dira-t-on ? Dira-t'on que je suis ceci ou cela ?" Résultat : un immobilisme forcené qui livre la France aux terroristes déguisés en jaune. C'est fini pour lui : il faut partir et laisser la place aux LR qui sont désormais le seul recours.

“Gilets jaunes”: le gouvernement change le préfet de police de Paris

Oui enfin on ne peut pas dire que la gestion des gilets jaunes à Bordeaux soit une réussite pour ce préfet …

Le Premier ministre a enfin annoncé le remplacement du préfet de police de Paris Michel Delpuech par Didier Lallement, actuel préfet de Nouvelle Aquitaine. Michel Delpuech était régulièrement donné partant, entre affaire Benalla et polémiques à répétition sur la gestion de lordre public dans la capitale. 

Michel Delpuech, source Wikipédia : " Le 23 juillet 2018, dans le cadre de l'affaire Benalla et des violences du 1er mai, il est entendu par la commission d'enquête de l'Assemblée Nationale. Il répond aux accusations du Ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, et nie toute implication. Il explique l'absence de réaction en rejetant la responsabilité sur l'autorité exécutive. Il y dénonce, en outre, des dérives liées, selon lui, à des copinages malsains . Durant l'affaire, trois policiers sont suspendus, soupçonnés d'avoir transmis à Alexandre Benalla des vidéos de surveillance de la préfecture de police.Protagoniste de cette affaire, Alain Gibelin est limogé de la direction de la préfecture. "

Ces annonces ont été actées au cours dune réunion présidée par Emmanuel Macron en fin de matinée à lElysée en présence dEdouard Philippe ainsi que des trois ministres chargés de lIntérieur et de la Justice — Christophe Castaner, Laurent Nuñez et Nicole Belloubet. 

Il a 66 ans. Il part donc en retraite sans faire de vague au niveau politique. Le prochain fusible, c'est Castaner.

“Aujourdhui la question nest pas, contrairement à ce que dit lopposition, un problème de laxisme de lexécutif, cest un problème de compétences, et cest un problème de moyens”, explique léditorialiste Laurent Neumann, lundi matin sur BFMTV. “Il y a la question du préfet de police de Paris. Après les faits du 1er décembre, tout le monde…

Manque plus qu'à rattacher au sujet vos (probablement) fins préceptes, qui jusqu'à lors demeurent abscons…

Le préfet de police de Paris a, en effet en charge les domaines dans lesquels des défaillances ont été observées samedi: la sécurité des biens et des personnes (cest à dire la police administrative et judiciaire) ou encore la sécurité civile (lutte contre lincendie, organisation des secours,…).

 La franchise chez un bon ministre n'est pas seulement une vertu, c'est un devoir ; car les fausses craintes, ou même les fausses espérances qu'il donne, sont des pièges meurtriers tendus sous les pas de la faiblesse, de l'honneur, de la confiance : l'homme privé qui altère la vérité n'est qu'un fourbe ; le ministre qui ment est un malhonnête homme, un imposteur. 

Le préfet de Paris est un scribouillard en fin de carrière. Pas un guerrier ! Paris est la récompense avant la retraite !

Violences à Paris : Michel Delpuech, ancien préfet du Rhône, limogé

MACRON ne veut pas limoger CASTANER car il lui a fallu 3 semaines pour remplacer COLLOMB qui s est fait la malle donc il garde l incompétent notoire avec lui il font la paire !le préfet DELPUECH a servi de fusible car depuis l affaire BENALLA, MACRON l avait dans le collimateur :c est la république bananière de MACRON !

Selon L'Elysée Castaner ne sert à rien puisqu'il ne connaît pas le fonctionnement de la police. On fait sauter le fusible ! A l'orgueil et à la vanité s'ajoute la lâcheté

Après les affrontements des Champs-Élysées samedi 16 mars, le premier ministre a annoncé le départ du préfet de police de Paris Michel Delpuech, dès mercredi, et la création dunités de police  anticasseurs . Édouard Philippe a déploré les  consignes inappropriées  qui ont conduit à  réduire lusage  du LBD.

Et le ministre de l'intérieur qui a laissé entrer les casseurs dans Paris, il est responsable ?

Le Journal InternationalFranceÉconomieCultureDossiers Fil d'actualités Journal imprimé Le Studio

Il n'a fait qu'appliquer les instructions de Castaner: laisser faire les voyous et casseurs, réprimer les manifestants pacifiques. C'est ce que tout observateur attentif peut constater depuis des semaines, malgré la complicité passive des médias.

Michel Delpuech, âgé de 66 ans, sera resté un peu moins de deux ans à ce poste prestigieux, doù il bénéficiait dune autonomie opérationnelle totale vis-à-vis de la police nationale, et parfois même de la Place Beauvau. Un passage sur lîle de la Cité, rythmé par les polémiques sur le maintien de lordre comme celle, vive, au lendemain du saccage de lArc de triomphe, le 1er décembre dernier. Ce nétait, en outre, pas la première fois quil était mis en difficulté par les black blocs. Le 1er mai 2018, une foule de casseurs sen était pris aux forces de lordre et à des magasins, dont un restaurant Mc Donald dans le 13e arrondissement, qui avait brûlé. A lépoque, le choix déviter laffrontement direct et de contenir les casseurs, afin déviter les blessés, avait dailleurs été plutôt salué. Une autre époque.

La préfectorale , comme les recteurs sont sur siège éjectable dans les 24 heures. La contrepartie est un nombre considérable d'avantages en nature qui leur permettent de déménager avec pour bagage leur seule brosse à dent. Tous le savent. Ils savent moins bien jouer le rôle de fusible. La macronie est une passionnante source d'innovation !

On avait presque fini par le croire insubmersible. Michel Delpuech a été relevé de ses fonctions de préfet de police de Paris, lundi 18 mars, et a été remplacé par Didier Lallement, préfet de la Nouvelle-Aquitaine. Une décision annoncée par Edouard Philippe qui est la conséquence directe de léchec du maintien de lordre samedi lors de lacte XVIII de la mobilisation des  gilets jaunes , marqué par des dégradations importantes sur les Champs-Elysées, à Paris.

Le préfet Michel Delpuech, premier fusible de la crise des “gilets jaunes”

Lallement pour garantir l'ordre à Paris? La dernière fois, c'était Dietrich von Choltitz.

Selon le premier ministre, la stratégie  na pas été correctement exécutée et la conduite des opérations a connu des dysfonctionnements.  Il a particulièrement pointé des  consignes inappropriées  pour réduire lusage du lanceur de balle de défense (LBD) que le préfet aurait fait passer. Une mise en cause personnelle qui a pour principal objet de désigner un unique responsable du revers de samedi, qui a pourtant tout du fiasco collectif.

Lexécutif avait prévenu quil voulait frapper fort, après le regain de violences qui a eu lieu samedi sur les Champs-Élysées, en marge de la 18e mobilisation des gilets jaunes.

Au terme dune réunion avec le président qui avait lieu en fin de matinée, Édouard Philippe a annoncé que Michel Delpuech serait remplacé par Didier Lallemend, actuel préfet de Nouvelle Aquitaine.

“Mercredi en Conseil des ministres, le président de la République nommera préfet de police M. Didier Lallement, ancien secrétaire général du ministère de lIntérieur, actuel préfet de la Nouvelle Aquitaine”, a indiqué Edouard Philippe en conférence de presse à Matignon.

Un casseurs ne payera jamaus d'amende. Sinon, il suffit de mettre l'amende à 1 million d'euros. Puis coffrer le million de casseurs professionels, il y a de quoi éponger la moitié de la dette du pays. . A la place les casseurs vont rigoler. Bien qu'ils sont plutôt peu éduqués mais ils sont plus intelligents que les policiers et les ministres. Ils savent que c'est eux qui font la loi. Les marionnettes qui gesticulent gouvernement n'ont aucune idée ce qu'une vraie police doit être. Etrange, il suffit pourtant de demander de l'aide des autres pays pour apprendre comment former les policiers.

Le Premier ministre a déploré des événements “intolérables” survenus samedi, auquel le gouvernement se devait dapporter “une réponse à la hauteur des enjeux”.

Est également décrétée la dispersion immédiate de tout attroupement dans ces lieux et un maintien de lordre réorganisé à Paris avec une plus grande autonomie aux forces sur le terrain et un commandement unifié. Les détachements daction rapide deviennent des unités anti-casseurs plus autonomes. Des moyens nouveaux sont également mobilisés: drones, produits marquants, vidéos. Et ils vont de pair avec une augmentation du nombre dofficiers de police judiciaire auprès des unités de terrain et du nombre de moyens de transport pour emmener les personnes interpellées.

La stratégie de maintien de lordre “na pas été correctement exécutée”,  a regretté Édouard Philippe, pointant du doigt des “dysfonctionnements” dans le dispositif. “Des consignes inappropriées” ont été passées pour lusage des LBD samedi”, a encore déploré le Premier ministre.

Pour éviter de nouveaux dysfonctionnements, Édouard Philippe a annoncé une stratégie de lutte renforcée contre les ultras. Et une interdiction de manifester dans les quartiers les plus touchés en cas de participation de ces derniers. Et de nommer les Champs-Élysées à Paris, les places Pey-Berland à Bordeaux et du Capitole à Toulouse. Avec le risque, observé le 1er  décembre 2018 à Paris, quune telle sanctuarisation disperse la violence ailleurs dans la ville.

Le préfet de police de Paris limogé : “Cest trop simple de sen prendre aux policiers”

Didier Lallement, réputé pour son caractère bien trempé, remplacera donc Michel Delpuech, 66 ans et régulièrement donné partant entre affaire Benalla et polémiques à répétition sur la gestion de lordre public dans la capitale.

Didier Lallement, préfet à poigne qui sest colleté aux “gilets jaunes” à Bordeaux

Dans la foulée, le chef de file des insoumis Jean-Luc Mélenchon a regretté la nomination de Didier Lallement, dénonçant sur Twitter “une prime au violent qui a échoué en Gironde!”. “Dorénavant, à Paris comme à Bordeaux, le matraquage de député est permis. En plus du droit à perquisition, cela va de soi”, a ajouté le député des Bouches-du-Rhône. 

Violences à Paris : le préfet Delpuech limogé

Nomination du préfet de Paris : une prime au violent qui a échoué en Gironde ! Dorénavant, à Paris comme à Bordeaux, le matraquage de député est permis. En plus du droit à perquisition, cela va de soi.

Jordan Bardella, candidat Rassemblement national aux européennes, a lui considéré que “le gouvernement (cherchait) à se défausser de sa responsabilité!”. “Le préfet de police nest quun fusible censé couvrir lincompétence flagrante de #Castaner”, a-t-il ajouté dans un tweet.

Violences à Paris : Édouard Philippe annonce le limogeage de Michel Delpuech le préfet de police de Paris

Comme dhabitude, le gouvernement cherche à se défausser de sa responsabilité ! Le préfet de police nest quun fusible censé couvrir lincompétence flagrante de #Castaner.À quand la DISSOLUTION des milices dextrême-gauche qui pourrissent chaque manifestation ?!