À Paris, Toutankhamon se dévoile dans une exposition exceptionnelle à la Villette – LUnion

À Paris, Toutankhamon se dévoile dans une exposition exceptionnelle à la Villette - L\Union

Toutânkhamon, le trésor du pharaon

Plus de 50 ans après l”exposition du siècle” qui avait réuni plus de 1,2 million de visiteurs en 1967 à Paris, la nouvelle exposition sur Toutankhamon pourrait bien battre des records dici à sa fermeture le 15 septembre.

130.000 billets avaient déjà été prévendus sur Internet la semaine dernière, à 8 jours de louverture de lexposition. Cette exposition, en collaboration avec le Louvre, propose une immersion parmi plus de 150 objets originaux, directement issus du tombeau du pharaon. Plus de 50 dentre eux sont exposés pour la première fois hors dEgypte.

À 37 ans, Mehdi, lui, connaît déjà bien le trésor de Toutânkhamon. Il a déjà admiré les pièces de lexposition… dans le tombeau lui-même! Originaire dEgypte, il a eu loccasion de visiter la sépulture du pharaon lorsquil avait 20 ans. Cest comme revivre une part de mon enfance, confie-t-il avec un tendre sourire. Sa mère, guide touristique dans la Vallée des rois, lui a transmis son amour pour lEgypte antique. Jai élu mes quartiers dans le département dégyptologie du Louvre, plaisante-t-il. Alors voir toutes ces pièces ici, surtout si cest la dernière fois quelle viennent en France, cest exceptionnel! Je suis impatient de les redécouvrir, surtout que la première fois, elles étaient entassées dans un tout petit endroit. Il est certain que comparé à létroitesse du tombeau, les 2000 mètres carrés dexposition lui permettront dexaminer ces objets sous un nouveau jour.

“Toutankhamon, on ne vient pas le voir, on a rendez-vous avec lui. On a tous eu loccasion de voir Toutankhamon avant de le rencontrer donc cest quelquun que lon reconnaît, ce nest pas quelquun que lon découvre. Cest un imaginaire collectif. Cest un imaginaire partagé, nous sommes tous daccord sur la fascination quon se doit davoir pour Toutankhamon”, explique Vincent Rondot, directeur du département des antiquités égyptiennes du Musée du Louvre.

Au bout dune heure douverture, Anne-Marie, 71 ans est la première à sextraire de ce voyage au royaume des morts. Sa tribu composée de sa fille, son gendre et ses deux petits-enfants de 3 ans et 9 ans traîne encore dans la boutique de souvenirs. Nathalie, sa fille, apparaît à son tour. Elle est conquise. Cest vraiment très accessible pour les enfants, tout est bien expliqué. On apprend plein de choses. À la fin, ses petits en redemandent. On peut refaire un tour papa?, supplie Lucie, la cadette. Ce quelle a préféré? Tout ce qui brille, surtout les bijoux, confie-t-elle. Avec son frère Alexandre, ils tentent de retenir leurs parents, les tirant en arrière par la main, comme pour faire durer la visite un peu plus longtemps.

Video: Exposition Toutankhamon : un trésor de plus de 150 pièces présenté à Paris

Toutankhamon, pharaon de la XVIIIe dynastie égyptienne, qui serait mort à lâge de 19 ans, était peu connu jusquà la découverte de son tombeau. Cest à lâge de neuf ans, vers 1333 avant Jésus Christ, quil serait monté sur le trône de Haute et Basse Egypte, mais les âges et les dates varient dun spécialiste à lautre.

Pour lEgypte, il sagit là dune triple opération promotionnelle. Exposer ces pièces à létranger est ainsi une manière de faire de la diplomatie culturelle et dattirer à nouveau des touristes que la crainte dattentats terroristes avait fait fuir. Mais cest aussi une façon de financer en espèces sonnantes et trébuchantes la restauration de ses sites archéologiques et du futur “Grand musée égyptien” en cours de construction près des pyramides.       Cest le transfert progressif des collections du musée du Caire…

Toutankhamon: une exposition sur le mystère dun jeune pharaon éphémère

Depuis, le destin de “lenfant pharaon” mort à la sortie de ladolescence après un bref règne, na cessé de fasciner les égyptologues confrontés à de nombreuses énigmes sur les circonstances de sa mort et sur sa filiation.

Les trésors de la tombe du célèbre pharaon reviennent donc en grande pompe à Paris, avant de voyager dans le monde entier. Comme une véritable rockstar en tournée mondiale, Toutankhamon, qui vient de Los Angeles, fera ensuite escale à Londres, puis à Sydney. La tournée qui mènera lexposition dans dix villes au total sachèvera en 2022, cent ans tout pile après la découverte de la tombe par Howard Carter.

Quelques mois après la fabuleuse découverte, le mythe de la malédiction du pharaon, qui frapperait ceux qui ont ouvert le tombeau, prend corps lorsque le financier des recherches Lord Carnavon meurt en avril 1923 de septicémie, après une coupure infectée.

Si manque à lappel le masque funéraire – en raison dune loi égyptienne qui interdit de le déplacer – pesant 111 kilos dor qui avait tant ému les visiteurs de lexposition voulue par André Malraux en 1967, de très belles pièces seront découvertes à la Grande Halle: une des deux hautes statues de gardiens à lentrée de la chambre funéraire, Toutankhamon debout sur une panthère, un magnifique pectoral en or, un bouclier cérémoniel en bois doré, une figurine d?Horus sous les traits d?un faucon, un pectoral en or de l?oiseau Ba avec incrustations de verre…

La légende se nourrit aussi dune série de décès, comme celui dHoward Carter –qui a découvert le tombeau- qui meurt dun cancer en 1939 à lâge de 64 ans sans avoir achevé la publication de son ouvrage sur la sépulture, alors quil avait consacré dix ans à répertorier le trésor.

Lexposition qui arrive de Los Angeles, fera ensuite escale à Londres, puis à Sydney. La tournée qui mènera lexposition dans dix villes au total sachèvera en 2022, cent ans tout pile après la découverte de la tombe par Howard Carter.

EXPO TOUTANKHAMON – Lexposition "Toutânkhamon, le Trésor du Pharaon" a ouvert ce samedi 23 mars à La Grande Halle de La Villette à Paris. Loccasion de découvrir 150 trésors tout droit sortis de la tombe du célèbre pharaon.

150 000 billets vendus avant même quelle nouvre ses portes. Cest lexposition la plus attendue de lannée, on lannonce depuis des mois déjà comme lexposition du siècle en référence à celle qui sétait déroulée il y a 50 ans au Petit Palais. La Grande Halle de la Villette accueille des trésors inestimables venus dEgypte, autour du célébrissime pharaon Toutânkhamon, pharaon de la XVIIIe dynastie égyptienne, au 14e siècle avant JC.

… Célébrissime mais pas depuis longtemps – à léchelle de lHumanité – puisque jusque dans les années 1920 nous ignorions tous (ou presque) son existence.

Séries. Surabondance de nouveautés, concentration des plateformes de diffusion qui menace les chaînes traditionnelles, reconnaissance des auteurs… Alors que débute le festival Séries Mania, à Lille, sa directrice dresse un état des lieux des mutations en cours.

Toutankhamon on le rappelle nest quun enfant lorsquil montre sur le trône dEgypte, 8 ou 9 ans à peine. Difficile de régner sereinement avec linfluence écrasante des hauts dignitaires qui saisissent sa jeunesse comme une superbe opportunité de retourner le régime en restaurant le culte dAmon aboli par son père. Le jeune Toutankhamon mourra prématurément, avant ses 20 ans, du paludisme et ses successeurs feront tout pour effacer sa mémoire, 10 ans de règne à peine sur 3000 ans dEgypte des pharaons. Celui dont on voulait effacer le nom est devenu le pharaon le plus célèbre de lHistoire.

Et le ministre égyptien des antiquités prévient : c'est la virée finale de Toutankhamon à Paris. L’Egypte a « construit un très grand musée, près des pyramides » dont l’ouverture est prévue fin 2020, donc « ce voyage de quelques objets de Toutankhamon a un message : inviter les touristes du monde entier à venir en Egypte admirer la collection Toutankhamon, exposée dans son intégralité, pour la première fois depuis sa découverte », explique Khaled El Anany.

Et cest ce qui fait de cet enfant roi un miraculé de la mémoire, toutes les tombes des pharaons dEgypte ayant allègrement été pillées pendant des millénaires sauf la sienne, sauvée par loubli.

Cette exposition réunit plus de 150 pièces à la Grande halle de la Villette issues du tombeau de ce célèbre quoique éphémère pharaon. C'est une petite partie du trésor phénoménal découvert en 1922 par Howard Carter dans cette tombe inviolée de la Vallée des rois. Et c'est sans doute la dernière occasion de le découvrir à Paris.

Pourtant, les archéologues ont décelé les traces douverture du tombeau qui datent davant sa découverte officielle de 1922, des traces de déplacements dobjets aussi, mais aucun vol flagrant… ce qui ne fait quentretenir la légende dune malédiction. Ces potentiels pilleurs auraient-ils été freinés dans leur approche ? Un mystère entretenu par le fait quune trentaine de personnes ayant participé à lexpédition auraient succombé dans les 10 ans, à commencer par Lord Carnavon, mécène qui participa à la découverte et mourut dune violente septicémie dans lannée qui suivit. Howard Carter quant à lui, celui qui fut le premier à admirer les merveilles de la tombe du jeune roi, il mourut à la veille de la publication de son ouvrage sur la sépulture, lui qui avait consacré dix ans à répertorier le trésor… Toujours est-il que ces pièces que les anciens avaient tout fait pour ne jamais quelles sortent de leur coffre et ne quittent leur pharaon, sont bel et bien là, sous nos yeux, à Paris.

Une exposition bien calée, calibrée pour faire le tour du monde de Los Angeles en Paris en passant par Londres, un dispositif à laméricaine comme il sen fait de plus en plus – escorte ultra sécurisée, transit des pièces en mode secret-défense, portes blindées, gardes du corps pour les trésors exposés, gros buzz médiatique… – Au total 2.000 m2, plus de 150 pièces maîtresses présentées au public dans une semi obscurité énigmatique – dont 50 voyagent pour la première fois hors dÉgypte.

Le seul élément qui joue en défaveur du succès de lexposition, cest labsence de deux pièces absolument maîtresses dans le trésor de Toutânkhamon. Dune part, la momie du pharaon, beaucoup trop fragile pour être déplacée. Et dautre part, le très célèbre masque funéraire, 111 kilos dor emblématiques à eux seuls de la culture antique égyptienne. En raison dune loi égyptienne, il ne peut pas quitter le pays, et est donc le grand absent de cette exposition itinérante – mais sera présent sous la forme dune réplique.

Ici on est un peu peut-être comme les archéologues de lépoque qui découvrirent avec  stupeur  ce trésor enfoui dans la Vallée des Rois en 1922, 200 kilos dor, des pierres précieuses par milliers, quatre sarcophages, dont un en or massif de 110 kilos évidemment resté en Egypte.

Lorsquil a appris quune nouvelle exposition allait faire étape à Paris, il na pas pensé un instant quelle puisse être montrée au Petit Palais. “En 1967, lexpo avait accueilli, 1,2 million de visiteurs. Aujourdhui, on ne pourrait plus organiser ce type dévénements, les normes de sécurité sont draconiennes. Il faut de plus grands espaces que les nôtres.” Alors les pièces précieuses de la caravane, qui a déjà fait escale à Los Angeles et va circuler ensuite dans une dizaine dautres grandes villes du monde jusquen 2024, vont être montrées à la Grande Halle de la Villette du 23 mars au 15 septembre. Christophe Leribault ira les admirer bien sûr. Mais il ne reverra pas le masque de Toutankhamon. En 2014, celui-ci a été endommagé par des employés du Musée du Caire qui le manipulaient, sa barbe a été brisée et elle a été recollée à la hâte. Il a fallu faire appel à une équipe de restaurateurs allemands pour redonner à lobjet tout son lustre. Depuis, le masque ne quitte plus le territoire égyptien.

Ici on admirera néanmoins des pièces absolument inestimables – assurées quand même pour 1 milliard de dollars – comme le lit en or du jeune pharaon, lun des 2 gardiens qui protégeait son tombeau, les sandales en or du jeune roi, faucon solaire, étui dun arc de chasse aux têtes de lion en faïence bleue,  un pectoral en or de loiseau Ba, un bouclier cérémoniel en bois doré, des gants, des parures par dizaines, des objets intimes dissimulés aux regards pendant des millénaires.

Alors évidemment, on se pose tous la question, le célèbre masque funéraire de 10 kg dor, incrusté de lapis-lazuli et dautres pierres semi-précieuses, a-t-il fait le déplacement ? Non, il ne quittera plus jamais lEgypte, comme dailleurs les pièces exposées ici qui sont destinées à retourner au Caire. Cest évidemment la petite déception de cette grande exposition, ça, et son prix, car il vous faudra prévoir 24 euros pour visiter ce tombeau géant, et 20 euros pour les moins de 14 ans… Un peu dommage car on aurait aimé un prix plus invitant pour les jeunes générations à un moment où les débats sur le pouvoir dachat animent la France entière. On rappelle que lexposition référence de 1967 était à 5 francs lentrée et 1 franc pour les jeunes…