Municipales à Paris : 150 militants LREM se rangent derrière Villani – Le Point

Municipales à Paris : 150 militants LREM se rangent derrière Villani - Le Point

Municipales Paris : Pierre-Yves Bournazel en quête de notoriété

Une semaine après lannonce de la candidature dissidente de Cédric Villani à la mairie de Paris, le député de lEssonne peut déjà se targuer de compter quelques soutiens.

150 Marcheurs parisiens affichent leur souhait de voir le mathématicien briguer la mairie dans une tribune publiée dans le Journal du Dimanche ce mardi. Ils se réclament d”un esprit de fidélité au projet initial du Président”, et dénoncent un parti “transformé en machine politique” et “des logiques qui leur paraissent contraires aux valeurs du mouvement”

Ils déplorent un mouvement qui “séloigne de sa vocation”. “Il sest transformé en machine politique qui déconcerte celles et ceux qui aspiraient à être acteurs dans la durée et se retrouvent spectateurs de décisions prises par dautres selon des méthodes et des logiques qui leur paraissent contraires aux valeurs du mouvement.”

Surfer sur le seul Hidalgo-bashing – au risque de le surestimer – fait peut-être une stratégie électorale, mais cela naugure pas dune campagne à la hauteur des enjeux dune ville comme Paris. Emporté par son élan, Griveaux na dailleurs pas précisé sil arrêterait aussi des chantiers en cours. Celui de Notre-Dame, par exemple ? Ce serait fort peu raccord avec la promesse présidentielle de reconstruire la cathédrale en cinq ans.

Selon eux, la désignation du candidat à la Mairie de Paris est un exemple de “ce travers”. Ils critiquent, comme Cédric Villani ces dernières semaines, une investiture LaREm biaisée. 

Menu Menu Menu Menu Economie et politique Votre argent Polemik Entreprises et marchés Immobilier Management Votre retraite Lifestyle + Nous suivre Se connecter Mon compte Mon profil Mes articles sauvegardés Mes sujets suivis Le magazine Abonnez-vous Chaque mois, Capital directement chez vous ! Je m'abonne Actuellement en vente Capital mensuel n°336 Spécial immobilier : les nouveaux prix et leur évolution à prévoir / Dossier : la lutte contre le gaspillage devient un vrai business / Les extraits du livre choc : le jour où Amazon contrôlera nos vies Jachète Capital Hors-Série n° 56 L'économie en histoires et les leçons à en tirer / Europe : quand les migrants étaient des irlandais fuyant la misère / Fiscalité : Louis XIV ne regardait pas à la dépense publique / Emploi : des travailleurs uberisés deux siècles avant l'heure Jachète Se connecter Mon compte Mon profil Mes articles sauvegardés Mes sujets suivis Fil d'infos Vidéos Devises Services En ce moment : Annonces Immo Votre auto Linky Tests perso Métiers qui recrutent Economie et politique Largent, obstacle majeur au rapprochement entre Griveaux et Villani à Paris Benjamin Griveaux + SUIVRE SUIVI SUIVI Fermer Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

lls assurent enfin que la candidature de Cédric Villani correspond “totalement à la promesse initiale de renouvellement et de décloisonnement” de LaREM. Loin de se considérés comme dissidents, ils assurent que cest “dans un esprit de fidélité au projet initial du Président et de totale loyauté à son égard” quils soutiennent Cédric Villani.

Il a été le premier à se déclarer candidat à la Mairie de Paris. Mais Pierre-Yves Bournazel est aussi le moins connu des postulants. Une situation quil assume et qui ne lempêche pas dassurer quil est candidat pour être le maire de Paris.  Je suis tout à fait conscient que, des mois avant lélection, certains dans le microcosme préfèrent toujours ceux qui sont donnés favoris, mais ce ne sont pas généralement ceux qui réussissent à gagner lélection. Quelques mois avant 2001, on préférait dans le microcosme Jack Lang à Bertrand Delanoë , a lâché le député (Agir) lundi matin, lors dune conférence de presse durant laquelle il a présenté son équipe de campagne.

Lors de cette présentation, Pierre-Yves Bournazel a aussi proposé aux autres candidats de débattre pour parler du fond et confronter leurs visions et leurs propositions. Pour le candidat, cette proposition a plusieurs mérites. Le premier, inavoué, est de remédier à son manque de notoriété. Débattre avec Benjamin Griveaux et Cédric Villani, qui ont monopolisé le devant de la scène, lui permettrait de figurer sur les radars des Parisiens.  Dans cette campagne, je suis le Petit Poucet qui sème des cailloux depuis de nombreuses années , a-t-il fait valoir. Mettra-t-il les ogres de son côté ? Ou se fera-t-il dévorer ?

Video: Cantine, voiture et logement… 3 mesures de Benjamin Griveaux pour Paris

Le député espère bien que ces débats seront loccasion pour lui dafficher sa force et sa légitimité.  Je pense que la singularité de ma candidature tient à la compétence que jai acquise sur les dossiers comme élu du 18e , a-t-il déclaré. Et de souligner :  Jai été élu député de la 18e circonscription de Paris, dont on disait que, si lon navait pas la bonne étiquette, on ne pouvait pas la gagner. Jai fait la démonstration avec une équipe formidable quil était possible de convaincre des citoyennes et des citoyens qui avaient des habitudes électorales de voter pour des étiquettes, de voter pour un projet et une liberté de ton. Ce que nous avons fait pour cette circonscription, nous allons le faire à Paris. 

Le deuxième avantage, cette fois clamé haut et fort, dorganiser des débats serait  la seule solution pour sortir de la mauvaise séquence actuelle dans laquelle deux trains (conduits respectivement par Griveaux et Villani) sont lancés lun contre lautre . Pour lui,  ce spectacle démobilise les Parisiens, qui pourtant souhaitent lalternative, et fait le jeu dAnne Hidalgo. La maire sortante, qui na pas dit aux Parisiens quelle serait candidate, compte les points et se réjouit des divisions . Comme les autres, Pierre-Yves Bournazel se pose donc en rassembleur et affiche aussi une équipe composée de personnalités de gauche, du centre et de la droite sans oublier la société civile.  Je crois que nous pouvons porter un espoir pour les Parisiens et être la solution pour le rassemblement le plus large possible , a-t-il martelé à plusieurs reprises.

A Paris, le candidat Griveaux veut suspendre les travaux “jusquà fin 2020”

Quant au soutien quÉdouard Philippe a affiché à Benjamin Griveaux ce week-end, le candidat Bournazel sen est tiré par une pirouette.  Jai bien écouté ce quavait dit le Premier ministre. Il a dit : On nest jamais candidat ailleurs quà lendroit où lon est enraciné, à lendroit que lon a dans son cœur, dans sa tête et dans ses tripes. Et je me suis reconnu !