Cinq grandes villes, dont Paris, interdisent les pesticides sur leur territoire – LExpress

Cinq grandes villes, dont Paris, interdisent les pesticides sur leur territoire - L\Express

Pesticides : Paris et 4 grandes villes interdisent ces produits sur leur territoire

La mesure, en grande partie symbolique, va concerner essentiellement les espaces verts des copropriétés et des entreprises, notamment la SNCF. Paris, Lille, Nantes, Grenoble et Clermont-Ferrand ont annoncé linterdiction de lutilisation des pesticides sur leurs territoires, ce jeudi 12 septembre. La décision a été prise pour faire pression sur le gouvernement en pleine polémique sur les distances minimales entre habitations et zones dépandage.

Un “coup de com” selon Élisabeth Borne. Paris et quatre autres grandes villes ont interdit jeudi 12 septembre lutilisation des produits phytosanitaires chimiques sur leur territoire, rejoignant la bataille anti-pesticides lancée par des maires ruraux dans le but de faire pression sur le gouvernement.

Cinq grandes villes, dont Paris, interdisent les pesticides sur leur territoire

Dans les pas du maire du maire de Langouët (Ile-et-Vilaine), dont larrêté interdisant lutilisation des pesticides chimiques à moins de 150 mètres des habitations a été suspendu par la justice, Paris, Lille, Nantes, Grenoble et Clermont-Ferrand ont signé des arrêtés interdisant complètement et immédiatement lutilisation de ces produits sur leur commune. 

“Il sagit pour nous dengager une démarche concertée pour faire changer la loi et concourir à la sauvegarde du patrimoine inestimable de la biodiversité sur nos territoires et de la santé de nos concitoyens”, ont-elles écrit dans un communiqué commun. 

Plusieurs villes dont Paris interdisent tout usage de pesticides

Mardi, des élus et militants associatifs avaient appelé les maires de France à multiplier les arrêtés anti-pesticides et à “submerger” la consultation en ligne lancée par le gouvernement.

Votre demande dinscription aux newsletters de Nice-Matin et Var-Matin à bien été prise en compte.

Aux côtés de Paris, Lille, Nantes et Clermont-Ferrand, Grenoble adopte un arrêté anti-pesticides

Les mairies sont bien conscientes quelles sexposent, comme les précédentes, à des recours des préfets devant la justice administrative. Mais leur démarche est aussi politique. Pour “faire plier le gouvernement”, a insisté Stéphane Baly, président du groupe des élus EELV à Lille.

les maires me font rire,ce sont eux qui grignotent les terres agricoles pour s agrandir toujours plus et ce sont les mêmes qui se plaignent des agriculteurs .Les champs ont toujours été là et cultivés Si les maires ou des particuliers ou des investisseurs veulent construire qu ils achètent plus de terrains pour faire une distance entre le champ et les habitations

Le gouvernement veut proposer de fixer à 5 ou 10 mètres, selon les cultures, la distance minimale entre les habitations et les zones dépandage de pesticides mais les écologistes dénoncent des mesures minimalistes. La ministre de la Transition écologique, Élisabeth Borne, a ironisé jeudi sur lannonce des cinq grandes villes, évoquant sur Twitter un “#coupdecom”.Selon le Collectif des maires anti-pesticides, 54 communes urbaines ou rurales, ainsi que le département du Val-de-Marne avaient déjà pris de tels arrêtés, dont le plus célèbre et pionnier, celui du maire de Langouët Daniel Cueff. 

La ministre de la Transition écologique et solidaire, Elisabeth Borne, a réagi sur Twitter dénonçant comme un coup de communication lannonce des  cinq communes  (Paris, Lille, Nantes, Grenoble et Clermont-Ferrand) dinterdire lutilisation des pesticides sur leurs territoires. Ces villes viennent de confirmer  quelles respecteront la loi : depuis le 1er janvier 2017 lutilisation des pesticides est déjà interdite dans les espaces publics, et depuis le 1er janvier 2019 chez les particuliers.., a écrit la ministre.