Paris : la journée sans voiture gâchée par la pluie et les mesures de sécurité – Le Parisien

Paris : la journée sans voiture gâchée par la pluie et les mesures de sécurité - Le Parisien

Journée sans voiture à Paris : “La pollution est un problème, cest toujours mieux de faire autrement”, expliquent des Parisiens qui ont opté pour le vélo au quotidien

Les rues du centre-ville de Paris sont désertes dimanche 22 septembre à loccasion de la journée sans voiture. “Nous ne sommes pas dérangés par les pots déchappement ce midi. On est ici rue de Rivoli, qui dordinaire est très empruntée. Il ny a presque aucune voiture à lhorizon. Dhabitude, il y a des dizaines de milliers de véhicules chaque jour”, explique en direct le journaliste de France 2 Clément le Goff. Des vélos, quelques coureurs mais pas de voitures “Si javais fait ce direct la semaine dernière, jaurai été au milieu des embouteillages. Aujourdhui, il ny a que des vélos, des coureurs et quelques personnes qui font du roller. Par contre, pour le pique-nique, cela va être compliqué, parce quil pleut beaucoup depuis quelques minutes”, précise le journaliste, qui se trouve à seulement quelques mètres des grilles du parc des Tuileries.

Certains Parisiens nont pas attendu la Journée sans voiture dans la capitale, dimanche 22 septembre, pour abandonner leur véhicule. Arnaud, pompier de 42 ans, sest séparé de sa voiture il y a trois ans. “Je lutilisais très peu. Elle navait pas une vignette CritAir très appropriée, je ne pouvais pas lutiliser en cas dépisode de pollution, je navais aucun intérêt à la garder”, explique cet habitant du 13ème arrondissement qui fait environ 20 kilomètres par jour pour aller travailler.

En effet, le principe de Paris Respire s’applique ce dimanche dans le Bois de Vincennes : une bonne partie de ce dernier sera ainsi inaccessible en voiture. Seuls les axes suivants pourront être circulés : la route de la Pyramide, l’avenue de Saint-Maurice, l’avenue du Polygone, l’avenue Daumesnil, l’avenue de Nogent et l’avenue du Tremblay. 

Pour se déplacer, Arnaud a acheté un “vélo cargo” pour “pouvoir transporter mes filles et les habituer à ce mode de déplacement”. Toute sa famille, sa compagne et ses deux enfants âgés de 4 et 6 ans, utilisent le vélo, parce que “cest de plus en plus simple de se déplacer en sécurité”.

Sur son site, la mairie de Paris annonce qu’“aucune dérogation ne sera délivrée à la demande”. Pour les habitants de la capitale, l’accès à votre domicile est possible sous présentation d’un document attestant votre adresse. La mairie assure par ailleurs que les agents de police “feront preuve de discernement pour les cas particuliers”. Pour les personnes handicapées, la carte de stationnement leur sera demandée. Les véhicules de déménagement seront également autorisés à la condition d’avoir une autorisation de stationnement de la mairie

Guillaume, ingénieur informatique de 31 ans, a abandonné sa voiture par choix, “la pollution est un problème important dans la région parisienne, cest toujours mieux de faire autrement”. Ce jeune cadre qui habite dans le sud de Paris, a opté pour des déplacements propres, sauf quand cest impossible. “Il y a deux ans quand jai déménagé, jai dû utiliser une voiture pour transporter un canapé et quelques meubles car notre vélo cargo est trop petit”, explique-t-il.

Paris sans voiture. La cinquième édition de la Journée sans voiture a lieu à Paris ce dimanche. De 11 à 18 heures, il sera interdit de circuler en voiture dans la capitale (mais pas sur le périphérique) : les contrevenants sexposent à une amende de 135 euros. Les taxis et VTC continueront de circuler (sauf dans les 1er, 2e, 3e et 4e arrondissements), tout comme les transports en commun et les services durgence (pompiers, police…). Pour retourner à leur domicile en voiture durant la journée, les Parisiens devront quant à eux présenter un justificatif de domicile. Objectif de cette journée :  découvrir Paris sous un autre jour , selon la Mairie de Paris.

Journée sans voiture à Paris: ce quil faut savoir sur cette 5e édition

Journée sans voiture : à Varsovie, les Polonais se sentent “libres dans leur voiture” et ont du mal à changer leurs habitudes